06 janvier 2007

Les voeux du candidat Nicolas

Le candidat Nicolas Dublog nous transmet le texte du discours qu’il prononcera pour ses vœux, cette après-midi à Jouy En Josiane.

Mes chers compatriotes,

Ce n’est pas sans émotion que je vous présente mes vœux pour cette nouvelle année 2007, mes vœux qui, finalement, se résument à peu de choses : être élu Président de la République (Allons enfants de la batterie, le Père Lagloire est arrivé, et tout ça) et me glander les couilles à l’Elysée en faisant la java avec mes collègues Présidents et Rois de pays voisins ou pas, pendant qu’une équipe de gens cons pétants (désolé) gèrera au mieux le pays selon les grands principes dont je vous ai fait part au cours de mes précédents grandioses ( ?) discours.

J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes agrémentées des promesses de l’ancien gouvernement et de l’ancien président qui étaient très doués pour nous plonger dans l’hilarité la plus profonde par des… promesses ridicules mais néanmoins joviales.

Avec moi, ça ne sera pas le cas. Pas de promesses ! Juste des principes, des axes, des directions ! Pour le concret on verra selon le sens du vent. Je vous le promets. Pardon… Ca fait des années qu’on a des gouvernements qui nous… gouvernent à la petite semaine ! Il faut que ça dure !

Et je vous le dis ici haut et fort : nous gouvernerons au gré des événements, de la conjoncture économique.

Je ne vous dis pas : « en 2008, nous aurons une croissance de 4% qui profitera à l’ensemble de nos entreprises ». Je vous dis juste : « Nous verrons en 2008 quelle croissance nous aurons et ferons en sorte que ça profite à tous et pas seulement à quelques nantis ».

Je ne vous dis pas : « Grâce à moi, le chômage va baisser », je n’y peux pas grand-chose. Je vous dis juste : « Quelle que soit la conjoncture, l’ensemble des gugusses vivant sur le territoire aura une piaule et à becter, tout en conservant un peu d’argent de poche pour se payer une bière au bistro du coin ou des pompes neuves pour les chiares ».

Je ne vous dis pas : « Nous allons organiser une grande conférence internationale sur l’environnement et le réchauffement climatique ». Je vous dis : « Nous allons méchamment pénaliser ces enc… qui ne pensent qu’à gagner du pognon sans s’inquiéter de l’avenir de nos mômes ».

Je ne vous dis pas : « Nous allons baisser la TVA sur la restauration », je vous dis juste : « On va essayer de baisser un peu toute la TVA et de prendre le pognon ailleurs que sur les braves gens qui consomment ou voyellent tout en permettant à nos bistro de rester le centre du monde ».

Je ne vous dis pas : « Nous allons relancer le processus de construction Européenne pour qu’on puisse enfin avoir une constitution ». Je dis seulement : « Nous allons travailler avec nos voisins pour voir comment nous pourrons avoir un monde meilleur ».

Je veux être un président sans promesse. Juste un président avec un programme, pour orienter le fil d’une gouvernance que nous voulons heureuse et joviale.

C’est pour ça que je vais écourter mon discours et vous inviter immédiatement à la buvette où la bière a remplacé le champagne pour concrétiser notre vue de la construction européenne.

Et j’espère bien que nos voisins nous rendront la pareille en buvant notre pinard, Muscadet ou Gewurtz, Bordeaux ou Bourgogne, Champagne ou Yquem, Beaujolais ou vin de Loire, Côte du Rhône ou Madiran, Buzet ou Jura, 1664 ou Gold… Et rien qu’à faire cette énumération, je me demande bien pourquoi nous irions nous acoquiner avec des voisins qui n’ont fait rien d’autres que de nous déclarer la guerre au cours des siècles précédents !

Ah si ! Je vois ! Je ne veux plus de guerres, de nations, de frontières, de concurrence entre peuples, … Je veux la paix et la prospérité benoîte qui nous permettra de laisser la planète à nos petits enfants dans un état qui leur permettra de vivre sans être obligés de travailler comme des esclaves pour acheter une livre de pâtes, un gorgeon de Sauvignon et de respirer sans avoir à retrousser le pantalon quand le niveau de la mer aura monté de 50 mètres.

Bonne année ! Bon siècle !

5 commentaires:

  1. toujours aussi drole et sarcastique
    bisous royal

    RépondreSupprimer
  2. Nicolas : d'abord, bravo pour l'écriture. Comme d'habitude, mais c'est bien de le dire, non ?
    Ensuite, c'est étrange mais ton discours est vraiment bien. En grand citoyen naïf que je suis, je suis soudain prêt à voter pour toi !
    C'est exactement ce que j'attend d'un homme politique !!!

    Euh… Et pour la Banque Centrale on fait quoi ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  3. Merci Phil et Roi !

    Pour la BCE rien. C'est le système qu'on a voulu il y a une quinzaine d'années : lutter contre l'inflation. Je ne sais pas si c'est bien. Mais c'est une règle qu'on s'est fixée au bout de 15 ans de crise économique.

    On verra dans 15 ans...

    RépondreSupprimer
  4. Alors que ce très bon article ne fait que trois commentaires, bizarre !
    Pourtant, c'est bien meilleur que Friedman. Y'a pas de justice !

    :-)

    RépondreSupprimer
  5. Non ! S'il n'y a que 5 commentaires, c'est qu'il n'y a rien à rajouter !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.