30 janvier 2007

Vive l'inflation !

Le candidat Nicolas Dublog aborde un vrai sujet au cours de son allocution mensuelle. La Politique Monétaire. Il nous a envoyé par email le texte. Par contre, c’est un long. Vous pouvez vous y prendre en plusieurs fois.

La rédaction.



Chers compatriotes !

Ca fait 20 ans que notre chômage stagne autour de 10% et qu’on nous bassine les oreilles à propos de l’inflation.

On nous prend pour des cons ! Il est temps de réagir ! « Oh ! Ma bonne dame, le prix de la baguette a encore augmenté de 10 centimes » ! On s’en fout ! Si le salaire augmente aussi de 10%. A force de vouloir vulgariser tous ces trucs sur le pouvoir d’achat, sur les heures supplémentaires, les 35 heures, on nous ment !

Qu’est ce que vous croyez qu’ils en ont à cirer du prix de la baguette ? Surtout que c’est eux qui vendent la farine ! Et qui nous laissent dans le pétrin !

Alors que veulent-ils, ces économistes mondiaux ? C’est simple et ça tient en quelques points.

Le premier point… : soigner leur fortune ! Un type qui a pour 1 millions de biens divers si l’inflation est de 10% par an, au bout d’un an, le million en question vaudra comparativement 10% de moins. A votre avis, pourquoi l’immobilier n’est pas pris en compte dans l’indice des prix ?

Et oui, ce n’est pas le tout d’être riche ! Encore faut-il que les pauvres soient pauvres…

Le deuxième point est plus compliqué ! Je vais schématiser au risque de faire bondir les économistes, mais c’est pour qu’on n’y comprenne rien qu’ils mettent en place des mécanismes compliqués.

Imaginez que vous trouviez 10 000 euros sous un banc dans le métro. 20 billets de 500 ! Des vrais billets. De la vraie fraîche, tout droit sortie des imprimeries des banques centrales ! Vous foncez chez votre banquier pour placer ça sur votre compte. De ce pognon, votre banquier va en prêter 9000 euros à un autre quidam pour acheter une voiture d’occasion. Bilan des courses à partir des 10 000 euros, vous avez 10 000 euros sur votre compte et le vendeur de voiture 9 000. Ce qui fait que 19 000 euros sont en circulation.

Evidemment, je caricature… Mais pensez à la banque du vendeur qui a récupéré des sous à prêter (ce n’est plus de la « vraie fraîche » en liquide, ou de l’or comme dans le bon vieux temps, mais une simple ligne d’écriture entre deux banques)… et multipliez ça par le nombre de banques et de comptes. On appelle ça de la création monétaire (NDLR : nos enquêteurs ont démontré que le Candidat ne raconte pas que n’importe quoi même s’il simplifie à outrance). En fait, sur 10000 euros qui sont émis par la banque centrale à l’origine, ça fait jusqu’à 65000 euros qui sont créés.

Pensez donc maintenant ! Si le taux d’inflation augmente, comparativement, tout ce pognon créé artificiellement ne vaudra plus tripette ! Tout le système risque de se casser la gueule !

Le troisième point. Tout ce pognon est prêté par les banques à des olibrius consommateurs. En échange du prêt, ils payent des intérêts, ce qui rapporte de l’oseille aux banques. Mettons un taux de 5%. Si l’inflation passe à 5%, la banque aura bien gagné les 5%... mais la valeur de sa richesse aura diminué d’autant ! (NDLR : nos enquêteurs nous confirme que le Candidat n’est pas le seul à avancer cet argument)

Vous savez, chers amis, au prétexte que l’économie est un domaine compliqué, tous ces couillons oublient que nous autres, pauvres citoyens, avons un fond de bon sens !

C’est pourtant clair ! L’inflation fait diminuer la valeur de l’argent (puisqu’il faut plus d’argent pour payer une même livre de beurre) ! Donc elle fait perdre de la valeur à ceux qui en ont et à ceux qui en prêtent !

C’est quoi la principale mission de la Banque Centrale Européenne ? Lutter contre l’inflation. Monsieur Trichet, patron de cette boutique, manie un levier – les taux d’intérêts – pour allier croissance économique et faible taux d’inflation.

L’inflation augmente ? Vas-y que je t’augmente les taux d’intérêts pour que les citoyens aient des difficultés à accéder au crédit et donc à la consommation. La croissance diminue ? Et hop ! J’diminue les taux d’intérêt ? Un coup par ci, un coup par là…

Très bien me direz-vous ! Pépère nous fait marcher la boutique. Oui ! Mais non…

On garde nos difficultés économiques et notre taux de chômage à 10% (Allez, disons 8% pour faire plaisir à Monsieur Villepin). Imaginons un peu si le taux diminue, les travailleurs – vous ! – ne craindrez plus le chômage et pourrez mettre la pression sur votre patron pour avoir des augmentations !

Notre bon sens, toujours lui, nous faire dire : c’est magnifique, la machine repart, tous ses salariés et ses augmentations vont être injectées dans la machine économique ! La croissance va reprendre durablement ! On est sauvé ! Alléluia !

Ben non…

Pour augmenter les salaires, les entreprises seront obligés d’augmenter leurs prix et les gens gagnant plus de sous vont consommer plus ce qui va confirmer cette augmentation des prix ! Comment on appelle ça ? L’inflation ! Et globalement le phénomène du NAIRU (NDLR : le Candidat nous pris de remercier Guillaume pour toutes les explications apportées et honteusement déformées).

Et c’est mauvais pour qui l’inflation ? Pour ceux qui ont du patrimoine et pour les banquiers…

Ils ont donc intérêt à ce que le chômage ne descende pas à en dessous d’un seuil (le NAIRU) à partir duquel l’inflation augmente !

C’est le prix qu’ils nous font payer la bonne marche de leur économie !

Voulons-nous de ça ? Non !

Avant de continuer, je vous propose de prendre un rafraîchissement à la buvette…




S’il-vous plait ! Mesdames, Messieurs, Chers amis.

Plus tôt on aura recommencé, plus tôt on pourra aller honorer madame.

Je vous ai donc expliqué comment l’inflation était crainte par nos amis riches et vivant de leur patrimoine. Alors que nous on s’en fout : les prix peuvent augmenter du moment que nos salaires augmentent autant ! Pour eux, c’est leur richesse qui risque de fondre.

Je vous ai parlé du NAIRU, ce taux de chômage d’environ 9% en France, que si on passe au dessous, l’inflation risque de repartir ! Notamment car les salariés se sentant en sécurité auront des revendications.

Si cette théorie est vraie (NDLR : elle l’est, vous pouvez aller voir comment elle est utilisée par les parlementaires sur http://www.senat.fr/ et http://www.assemblee-nationale.fr/), nos amis financiers ne sont pas près de laisser descendre le chômage au dessous de 9%.

Ou alors, si. En faisant diminuer le NAIRU pour le mettre à un niveau plus proche que celui d’autres pays. Comment ?

C’est simple ! Il suffit de développer le travail précaire. Les employés n’étant plus en sécurité, ils n’ont plus de revendication salariale… et il n’y a pas d’inflation.

Rappelez vous les gonzes qui ont créé le CNE et voulu le faire avec le CPE. On était contre évidemment, toute cette précarité, mais au fond de nous même parfois, une voix se levait pour dire : ben oui, pour que le patron embauche, il faut plus de souplesse, qu’il puisse diminuer son nombre de salariés si ses ventes diminuent. Moi je disais : basta ! Il y a assez de types de contrats de travail pour ça.

Et bien non !

Ils ont créé le CNE pour augmenter le travail précaire pour pouvoir diminuer le chômage sans risque pour l’inflation !

Hé bien ! Mes amis, une seule solution : votez pour moi pour que je puisse continuer à développer de jolies théories !

11 commentaires:

  1. Tiens, déjà une femme qui te déclare sa flamme ? :-)

    Très bon article, pas si long que cela et surtout, tu as le mérite d'expliquer tout cela clairement !!!
    Bravo…
    Maintenant, comment fait-on pour se passer du NAIRU ?
    Il me semble que du côté Ségo, l'histoire de la BCE, c'est assez haut dans ses priorités.
    Du côté Sarko, je n'ai rien entendu.

    Et les autres on ne les entend pas !!!
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. Sisi, je crois que même NS a parlé de toucher les statuts de la BCE.

    Le NAIRU on ne peut pas s'en passer. Ce n'est pas un fléau inventé pour nous faire chier. C'est uniquement un phénomène mathématique.

    Quand il y a moins de tant de pourcents de chomdu, l'inflation grimpe.

    Le candidat Nicolas Dublog a parlé dans ce billet. Moi je ne sais pas. Il faudrait bien entendu baisser le NAIRU, mais si c'est au coût de la précarité ce n'est pas bandant.

    Je n'ai pas de solution. Juste un truc. Il faut dénoncer les politiques qui nous mentent.

    RépondreSupprimer
  3. En plus, à mon sens, il ne faut pas casser l'Europe.

    Il faut juste changer l'économie !

    RépondreSupprimer
  4. et quand les gugusses porte-paroles de l'ump euh du medef affirment que l'avenir des entreprises est la généralisation et une meilleure flexibilité du CNE...

    la tolérance est à son comble

    tout est exagéré

    oui mais la précarité n'est pas un statut c'est un fait souvent pas préparé! cela touche les gens non-qualifiés ou très qualifiés.. de nombreux ingénieurs de 50 ans ont du mal à retrouver un job!de nombreuses personnes non-qualifiées ne trouvent aucun boulot!

    sur l'inflation ce qui est honteux est la différence de statut fonctionnaires d'état et travailler dans le privé - notamment sur la revalorisation des salaires qui ne suit pas LE POUVOIR D ACHAT


    sinon sur les banques : je crois que quand tu bosses nous n'avons pas le choix d'avoir un compte bancaire..

    et le scandale est bien toutes les pénalités et frais de gestion qui ne leur coute quasiment rien!

    regardez le nouveau "fond d'investissement" de la caisse d'épargne! numéro deux avec le crédit mutuel (je crois) en quinze jours!

    oui les politiques mentent



    j'ai pu voir un peu de tv française et notamment des extraits du débat avec laguillier - cela me consterne mais elle est dans le vrai dans son analyse..
    les choix politiques sont guidés par les relations d'affaire...

    ce qui est difficile et tu le notes - que proposons-nous?

    et royal je rigole d'avance de son programme à deux balles euh 20 cents de dollard du 11 fevrier! le programme le petit livre rose que j'ai lu ne devait-il pas être le programme de la personne désignée par le PS! inaudible! à un point!

    comme bayrou j'ai voté pour lui en 2002 à 14% n'importe quoi il ne pourra pas mieux faire! tout est fabriqué, voire pré-fabriqué!

    continue des billets cela m'enrichit (je suis une quiche en compréhension des systèmes financiers)

    read you soon! I have to go to the barber - coiffeur!

    bon appétit ah mince il est 13h00 ici

    RépondreSupprimer
  5. Olive Merci !
    (Fil aussi)

    Un billet comme ça, c'est du boulot. Mon dimanche après midi et mon lundi soir... sans compter qu'il faut se documenter un peu pour ne pas dire trop de bêtises...

    "continue des billets cela m'enrichit " Je vais essayer !

    "laguillier - cela me consterne mais elle est dans le vrai dans son analyse.. "

    Oui, les partis d'extrême gauche sont souvent dans le vrai sur leur analyse, le problème c'est qu'ils ne proposent pas de solution qui marche. Et en plus, on ne peut pas avoir une politique contraire à celle de nos voisins ! On n'est pas tout seul dans le monde.

    "tout est fabriqué, voire pré-fabriqué!"
    Oui et non. Va voir chez Eric, il y a des débats la dessus (son billet sur les bourdes de Sarko).

    Mais ce n'est pas scandaleux. Le Sarko a réussi son opération pour rafler l'UMP et la gauche est rangée derrière Ségo car la dernière fois (2002), c'était le bordel !

    Donc il ne faut pas "flinguer" NS et SR pour ça. C'est le système en général qu'il faut corriger (et supprimer la présidentielle qui encourage le bipartisme).

    Sur les frais de fonctionnement des banques, je n'ai pas trop d'avis. Elles gagnent des sous comme elles veulent ! Si les français faisaient l'effort (ce n'est pas facile) de changer de banque de temps en temps, la concurence permettrait une baisse des tarifs !

    Ce qu'il y a de lamentable n'est, à mon sens, pas à ce niveau là, mais au niveau de ce que dit le candidat Dublog dans son discours !

    RépondreSupprimer
  6. selon la définition de précaire, il est mieux de de dire "déterminé" cela n'empêche pas les pressions induites ou vécues!


    adj. des deux genres
    . Qui ne s'exerce que par une tolérance qui peut cesser, par une permission révocable. Autorité précaire. Pouvoir précaire.

    En termes de Jurisprudence, Possession précaire se dit de la Simple détention d'une chose pour le compte d'autrui.

    PRéCAIRE signifie aussi Qui est incertain, instable, débile. Une santé précaire. Une situation précaire.

    Il s'emploie aussi substantivement, en termes de Jurisprupence, en parlant des Choses dont on ne jouit, dont on n'a l'usage que par une concession toujours révocable au gré de celui qui l'a faite. Il ne jouit de cette terre que par précaire, qu'à titre de précaire

    RépondreSupprimer
  7. La polémique actuelle sur les chiffres du chômage (dont l'annonce par l'Insee est reportée à après les présidentielle) me conforte dans mon raisonnement.

    Les chiffres officiels (8,7%) sont moins mauvais que le probable vrai chiffre (9,2%), qui reste lui au dessus du NAIRU !

    RépondreSupprimer
  8. Tiens ! Un article d'Agoravox qui rappelle que les solutions libérales contre le chômage ne sont pas les bonnes... De la part d'eux c'est un peu surprenant !

    RépondreSupprimer
  9. J'ai vu Doc Gynéco soutient de Sarkozy, il n'a pas du tout parlé du NAIRU !
    :-)

    (j'ai relu et c'est vraiment un bon article. Tu as réussi LA synthèse !)

    RépondreSupprimer
  10. Merci Fil !
    Ca n'a pas été simple...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.