21 août 2011

Kabice - le Danton

Tous mes bistros habituels étant fermés, ce soir, et la chaleur m'empêchant de rester à la maison, j'ai décidé d'aller boire un coup au Danton (où se finissent parfois les #Kdb mais sans moi).

J'arrive. Je bois un verre. Un deuxième. Un troisième, peut-être (enfin bon, je ne vais pas négocier... six)

J'avais déjà parlé du Danton, ici, suite à une pétition qu'ils avaient lancée.

A 22h30, les clients rentrent de la terrasse et se mettent à table. Le patron, puis la patronne, me proposent de diner avec eux. Je refuse, évidemment (je ne me sens pas le droit et un repas m'attend à la maison).

Le patron insiste. Je lui dis que c'est vraiment gentil, mais qu'ayant eu une soirée difficile hier, je n'ai vraiment pas faim.

Il m'explique alors qu'il est tard, que c'est la rupture du jeune. Con comme je je suis je remarque alors que le patron a un faciès laissant penser qu'il est d'origine légèrement du sud de Marseille et je me rappelle que c'est le ramadan.

Ils ont invité un inconnu (moi, abruti !) à diner et je me rappelle nos discussions d'hier soir.


- Posted using BlogPress from my iPhone

6 commentaires:

  1. Comment ça, difficile ????

    Sinon, pour le ramadan, nul besoin de descendre au sud de Marseille : la ville en question y pourvoit largement.

    RépondreSupprimer
  2. Didier,

    Je ne sais pas. Je ne vais à Marseille. Il y a trop d'étrangers.

    (smiley les gens)

    RépondreSupprimer
  3. Romain,

    C'est la question que je me pose ce matin...

    En plus, ça leur aurait fait plaisir.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...