31 août 2011

La betterave et la politique

Avec ma participation à l’Université d’Eté du Parti Socialiste, j’ai l’impression plus que jamais d’être rentré dans une campagne électorale avec l’envie de rabâcher pourquoi je souhaite que « tu » votes pour François Hollande, dans cette primaire. Néanmoins, je suis profondément mal à l’aise avec certains des aspects.

La campagne ne se limite pas à dire du bien de son candidat… Il faut aussi dire du mal des autres, dire pourquoi on pense qu’ils ne doivent pas être élus, dire pourquoi je suis intimement persuadé que Martine Aubry, Ségolène Royal, Jean-Michel Baylet, Arnaud Montebourg et Manuel Valls ne peuvent pas gagner face à Nicolas Sarkozy au deuxième tour de l’élection présidentielle.

Les mots deviennent vite violents et cette violence est très gênante.

Avant-hier, par exemple, dans Twitter, j’ai pété une durit, dans Twitter, car j’ai vu plusieurs tweets de Ségolistes annonçant la participation de Madame Royal à une émission télé le dimanche 2 octobre, comme si on pouvait en avoir quelque chose à cirer du programme télé dans plus d’un mois. C’était exaspérant et j’en ai envoyé chier quelques uns. Hier soir, j’ai traité de connard – et j’en suis fier – un twittos qui me disait que Martine Aubry était la honte du PS suite aux tricheries de Reims…

Hier soir, c’était la fête à Martine Aubry. Elle passait à la télé (au Grand Journal, je crois, émission que je n’ai jamais vue, elle a lieu pendant mes heures de bistro) et tout le monde s’en donnait à cœur joie, dans Twitter, pour lui lancer des vacheries…

Et je n’étais pas le dernier. Ca m’embête. J’aime bien Martine Aubry. Si je ne sentais pas confusément qu’elle a infiniment moins de chance que François Hollande de battre Nicolas Sarkozy, je voterais avec plaisir, les yeux fermés et la bouche ouverte, pour elle.

Je dois reconnaître que je n’aime pas Ségolène Royal. Dagrouik, comme d’autres, est persuadé que je la déteste, il se trompe.

C’est comme la betterave. S’il y en a, à la cantine, je n’en prendrais que si je n’aime pas les autres plats. Ou plus exactement, si je les déteste. Je n’aime pas la betterave. Je ne la déteste pas. J’en mange quand c’est la seule entrée, mais je trouve la betterave sans aucun intérêt.

Il y a bien des personnalités politiques que je déteste, surtout à droite, mais je ne déteste aucun des six candidats. Ca me gène de taper dessus même si, presque par instinct, je le fais quand même. Je suis dans le même camp politique que Martine Aubry, Ségolène Royal, Jean-Michel Baylet, Arnaud Montebourg et Manuel Valls. Et François Hollande.

Par contre, je peux dire du mal de Ségolène Royal. Je ne l’aime pas. Comme les betteraves. Si elle est élue et donc candidate à la Présidence de la République, je la soutiendrais sans réserve (mais en soupirant peut-être, comme si j’avais l’impression de mener une bataille perdue d’avance).

Par contre, je déteste certains de ses partisans, notamment quelques twittos bornés qui ne se rendent même pas compte qu’ils la desservent en la faisant passer pour une espèce de « madone », c’est leur comportement grotesque qui finit par la faire passer, aux yeux de beaucoup, de « madone » à « cruche ». Si j’étais dans ses équipes, je surveillerais Twitter et j’obligerais certains à fermer leurs gueules.

Le phénomène amusant, avec mon « entrée en campagne » pour François Hollande, c’est que certains supporters de Martine Aubry commencent à m’exaspérer… Je suppose qu’à force de jouer à l’étendard batavophile (et pas betteravophile), je commence aussi à exaspérer certains.

Amusant, j’apprends à l’instant avec Wikipedia que « Les Bataves sont vus à tort comme les ancêtres des Néerlandais [donc des Hollandais]. » C’était un aparté. Le mot « batavophile » a été inventé par Didier Goux dans un instant de jeunitude. C’était un autre aparté.

Le plus compliqué, c’est que, comme j’aime bien Martine Aubry, j’ai beaucoup de mal à dire du mal d’elle (au-delà de la simple plaisanterie en 140 caractères). Par exemple, l’autre jour, elle a été à Marseille et a dit quelque chose comme « Je serai la Présidente de la Sécurité ». Je sentais confusément que c’était une grosse connerie mais je n’arrivais pas à l’exprimer (d’une part, ça ne veut rien dire, d’autre part on ne gagnera pas la Présidentielle en faisant du Sarkozy : « Je serai le Président du pouvoir d’achat », et tout ça…). Je n’ai pas pu faire de billet (heureusement que Philippe Sage en a fait un très bon pour moi). Je ne pouvais pas ouvrir mon Word alors que je n’avais pas autre chose à dire que « Elle a dit une connerie ». Avec Ségolène Royal, je suppose que j’aurais pu en tirer un A4, pas avec Martine Aubry.

Pourtant, dans ce billet, je tiens à dire que malgré toutes mes attaques, parfois lourdes, souvent avec de gros sabots, je n’ai rien contre Ségolène Royal et Martine Aubry. J’ai même beaucoup d’estimes pour elles deux, avec peut-être une forme « d’affection » en plus pour la deuxième. Elles ont consacré leur vie à la politique, elles se mettent sous les feux de la rampe pour leurs passions. Elles en prennent plein la gueule pour rien, y compris par des trous du cul (dont je fais partie) ne risquant rien et qui ne font qu’exprimer une position en 140 caractères dans Twitter.

Respect et tout ça.

La campagne risque d’être longue, très longue…

Votez directement pour François Hollande, ça m'évitera d'avoir à dire des conneries sur les autres... Il est le seul à pouvoir l'emporter au deuxième tour de la Présidentielle face à Nicolas Sarkozy.

Ca me parait être une raison valable, non ?

16 commentaires:

  1. Royal avait pourtant demandé à ses troupes d'éviter les dérapages mais on dirait que c'est plus fort qu'eux. Neutre à la primaire mais je ne me priverais pas de remettre certains royalistes à leur juste place et de leur rappeler que si le terme "Bécassine" est apparue c'est bel et bien grâce à leurs bourdes répétées.

    RépondreSupprimer
  2. Ca commence à tenir la route ou la marée;-)C'est au choix.

    RépondreSupprimer
  3. La campagne commence en effet déjà à être longue, parfois ça fait un peu peur pour la suite (sauf pour Hollande en effet). Dommage parce que les autres ne valent pas moins que lui, à mon avis (sauf Valls qui saoule).

    RépondreSupprimer
  4. Donc on s'engage dans une campagne des «batavophiles» contre les «Magyarophiles».

    ça fait vielle Europe tout ça :)

    RépondreSupprimer
  5. Les twitters de ségolistes, les interventions de demeurés (voir plus bas) : fais gaffe, tu vires charité chrétienne, toi !

    RépondreSupprimer
  6. Hello, j'ai reviendue ! ... alive !!! ...
    Merci pour ce billet ... Si c'est trop compliqué, je redoute que beaucoup n'aillent pas ... voter aux primaires ! ... D'ailleurs, moi-même, ça commence à me saoûler grave ...

    RépondreSupprimer
  7. Et puis ! "Qui aime bien châtie bien " non ?

    RépondreSupprimer
  8. mon vieux quand tu sais que jai deux lettres pour me faire voter Aubry sur mon blog! vive la cantine!

    RépondreSupprimer
  9. Bel hommage. Mais ne crois tu pas que la Aubry serait bien capable de lui sucer la roue à l'approche de l'Alpe-D'Huez ? Du St Graal ? Enfin, à la désignation du candidat au présidentielles ?

    RépondreSupprimer
  10. Hollande ? Mmmouais, sur la forme, il peut être assez bon voire même très bon. Mais sur le fond, quelle déception ! Proposer aux chômeurs d'attendre, attendre, attendre, parce qu'on ne veut pas faire de promesses. Dire qu'on va revenir sur le principe du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux seulement pour l'éducation nationale parce qu'on ne veut pas faire de promesses inconsidérées, parce que les grands équilibres, parce que la crise, parce que les caisses sont vides, parce que tue tue paon paon. Ce n'est pas avec de l'eau si tiède qu'on va reconquérir les classes populaires qui rament et votent mauvaise odeur. Quand elles votent, ce qui arrive de moins en moins. Avec de tels propos, on s'achemine vers une quatrième gamelle présidentielle.

    À croire que les trois précédentes baffes n'ont pas encore servi de leçon. À croire que Defferre (5% en 1969, après une campagne complètement hors du temps) inspire cette idée d'être aussi coupé des basses réalités que sont chômage, précarité, revenu en berne.

    Chômiste

    RépondreSupprimer
  11. Bah, tous les candidats ont leurs "groupies", c'est de la politique, il ne faut pas y attacher beaucoup d'importance.
    On trouve la même chose chez les supporters de foot et dans les discussions de bistrots...
    Et puis, c'est parfois l'occasion de réfléchir après avoir gueulé contre le c... d'en face, et ça c'est plutôt bien, non ?

    RépondreSupprimer
  12. Nicolas,
    que penses-tu de mes idées sur www.netreferendum.fr ?

    RépondreSupprimer
  13. Hollande est une girouette, il l'a prouvé à maintes reprises. Le pire des candidats de la primaire.

    RépondreSupprimer
  14. Rien à voir : ton bandeau rouge du groupe de soutien à FH cache une petite partie de tes billets.
    Ou bien ...

    RépondreSupprimer
  15. Je ne crois pas du tout à François Hollande comme président, trop consensuel pour bien diriger. S'il n'y a pas de betterave, j'en prendrais quand même !
    :-))

    [Lançons une chaîne, toi aussi affuble les hommes et femmes politiques d'une carricature de légume ! :-) ].

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.