29 août 2011

La stratégie du rideau

C’est dans une bien belle salle qu’avait lieu l’Université d’Eté du Parti Socialiste (dont je ferai prochainement un bilan personnel). C’est une salle « modulaire ». Des rideaux permettent de la « couper » selon la taille de l’auditoire.

Ainsi, la photo en haut à gauche la représente vue du fond. On voit le fameux rideau, derrière l'écran.

Par exemple, la salle était « coupée en deux », vendredi, alors que la majorité des participants n’étaient pas encore présents. Elle a été ouverte en grand, samedi pour les séances plénières.

C’est très intéressant, comme système, ça permet d’éviter la sensation de vide quand il y a relativement peu de monde.

Ainsi, le rideau a été refermé, samedi, en fin d’après-midi (voir la photo de droite).

C’était pour le discours de Ségolène Royal.

Ainsi, à la fin (j’ai pris la photo avant le début), le couloir était plein de gens debout qui écoutaient le discours, y compris des journalistes prenant des notes…

Les arrivées des intervenants, lors des « plénières », étaient annoncées par une musique qui m’horripilait mais qui avait le mérite d’être « entrainante ». Les gens se levaient et applaudissaient. A noter que, comme les blogueurs avaient des badges « Presse », nous étions confinés avec les journalistes (ce qui nous permettait d’avoir des pupitres où nous pouvions, notamment, mettre nos iPhone à recharger).

Elle était géniale, en fait, cette ambiance, lors de l’entrée des personnalités. La musique, les gens qui se lèvent, qui applaudissent au rythme de la musique, les personnalités qui entrent, qui saluent les gens puis montent sur l’estrade…

Une fois, même, des gens étaient montés sur de chaises et se trémoussaient à ce rythme.

C’était samedi, en fin d’après-midi, pour l’arrivée de Ségolène Royal.

Voila comment remplir du vide.

Imaginez un blogueur politique qui commence un billet en parlant de ses potes, de ses copains de bistro, des pauvres qu'il rencontre au Kremlin-Bicêtre ! Vous trouveriez ça profondément ridicule ! Démarrer un billet à partir d'un cas personnel. "Mouarf, le type, il fait de la politique au bistro, comme si c'étaient des vrais gens qui les fréquentaient." Mais le blogueur n'est pas fou, il en fait juste une introduction parce que ça lui a donné une idée.

Pour le discours, samedi soir, c'est pendant vingt minutes qu'ont été annoncés des cas personnels, des petites vieilles rencontrées pendant la campagne, des pauvres, des indignés, ... Tous ces braves gens croisés en faisant du porte à porte ou les marchés.

Le discours le plus atone que j'ai entendu (je mens : j'ai aussi écouté Laurent Fabius, pendant vingt minutes, il a décrit la méthode utilisée pour lui permettre d'arriver à ses conclusions. Du coup, ça me gonflait, je suis parti avant les conclusions).

Dans Twitter, ses fans me disaient qu'elle avait été géniale, très bonne. C'est faux. Elle a été bonne à la fin (mais à propos d'un sujet à propos duquel je ne suis pas d'accord : l'encadrement des délinquants par des militaires), vraiment dynamique et entrainant le public. Tout le début du discours a été raté. Ce n'est pas grave. Ca arrive. Elle était probablement impressionnée, ou fatiguée (il faut se mettre à sa place, deux jours sous les feux de la rampe avec des journalistes partout qui attendent la gaffe). Le discours était raté.

Mais quand je vois des militants politiques se trémousser sur des chaises ou nier des évidences, ça m'énerve.

Quand je vois qu'on ferme des rideaux pour rétrécir la salle pour faire croire qu'elle est pleine, je tourne définitivement le dos.

N.B. : sur la deuxième photo, la bouteille d'eau n'est pas à moi. Qu'alliez-vous penser ?

14 commentaires:

  1. Très observateur...

    RépondreSupprimer
  2. je suppose que mettre un rideau pour planquer Fabius était hors de question ?

    RépondreSupprimer
  3. Déjà, l'idée de convoquer Ségolène Royal pour remplir du vide…

    RépondreSupprimer
  4. Le commentaire de Didier est excellent...

    RépondreSupprimer
  5. Forcément, sans Benabar ni Yannick Noah, ça sonne moins bien...

    RépondreSupprimer
  6. "C’était pour le discours de Ségolène Royal."

    D:

    RépondreSupprimer
  7. "Mais quand je vois des militants politiques se trémousser sur des chaises ou nier des évidences, ça m'énerve."

    Mais à QUOI sert le militant, sinon ?

    RépondreSupprimer
  8. Ce n'est pas une bonne oratrice. J'ai fait la campagne 2007 en incluant la partie meeting et je l'ai trouvée plutôt pas bonne. Mais par contre, si le discours prend un peu plus de temps, elle devient plus oralement intéressante. C'est comme pour la salle au fond, c'était trop court !
    :-)

    [Toi, tu as besoin de retourner un peu voir des concerts avec des gens qui dansent ! :-P ].

    RépondreSupprimer
  9. les deux trolls réacs sont dans leur niveau : diarrhée.

    Sinon "on" m'a demandé ce que je pensais du discours de SR :

    poussif, trop long , diesel froid puis meilleur sur la fin.

    Il a manqué des rappels : les précaires ( donc pas les deux réacs d'ici) vivent DES précarités, et "tout se tient" : maigres salaires, chômage, santé qui coute cher (mutuelles, mesures sarkozy) , logement pourri dans coin avec délinquance de merde en cadeau, et éducation en vrac.

    Donc quelques phrases ont manqué pour rappeler ça à des moments clés

    Tout ça confirmé par les témoignages des invités par SR.

    RépondreSupprimer
  10. Tiens ! J'ai répondu à personne ici. Je baisse. Merci à tous.

    Dagrouik,

    Tu mets le doigt sur le "Vrai problème". Tu parles de trolls et tu as raison. Je n'aurais fait ce billet si des connards dans twitter n'avaient pas insisté pour dire que Ségolène Royal avait largement été meilleure que les autres.

    Ce n'était évidemment pas le cas mais ça n'a rien de grave, elle peut louper un discours, elle ne parlait que devant 1000 ou 2000 militants, la plupart acquis à sa cause, voire fanatisés. Elle ne s'adressit pas aux millions d'électeurs pressentis.

    Tu disais aujourd'hui dans twitter que je la haïssais et disais que j'allais nier. Je nie donc. Je ne déteste personne. Je déteste juste ce phénomène qui consiste à adorer sans réfléchir, sans admettre, sans rien...

    Aujourd'hui j'ai vu passer 6 ou 8 tweets annonvant sa participation à une émission télé le 2 octobre, ce dont tout le monde de fout (aujourd'hui, on en reparlera en octobre). C'est exaspérant.

    Tous ces crétins pensent la défendre, ils l'enfoncent.

    A l'occasion, passe le message à ses équipes. Qu'ils créent un compte twitter et s'abonnent à chacun des comptes twitter auxquels je suis abonné.

    Elles comprendront alors pourquoi il est urgent de faire taire quelques uns.

    RépondreSupprimer
  11. Elles comprendront alors pourquoi il est urgent de faire taire quelques uns.

    C'est en cours, je ne donne pas de détails.

    RépondreSupprimer
  12. Fais. Mais n'hesite pas à leur donner des détails.

    RépondreSupprimer
  13. Salut, moi je n'ai pas entendu le discours, mais mes parents qui suivaient par la télé ont écouté l'ensemble, et c'est le discours de Ségolène Royal qui leur a plu le plus: un exemple concret puis contextualisation et solution, une structure qui se répétait donc qui était facile à suivre.

    En revanche pour le rideau, il était toujours installé, pour aider ceux qui étaient loin à voir l'écran géant posé devant. Avec ta photo on ne le voit pas, mais il y a des gens assis derrière le rideau, qui regardent l'écran. C'était disposé comme cela le dimanche matin. Cette disposition était respectée pour toutes les plénières, quel que soit l'intervenant.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.