05 août 2011

L'ouverture ? Fermez-la...

Je suis tagué par Corto. C’est gentil de sa part. Corto est LE blogueur de droite. Par ailleurs très sympathique mais particulièrement horripilant. C’est d’ailleurs le deuxième billet que je lui consacre en 36 heures.

Je suis tagué. L’ensemble de la blogosphère de gauche est tagué, semble-t-il ? « Va comprendre la logique de tout cela, moi j'ai du mal. Et la crème des blogueurs politiques de gauche, ils en pensent quoi de ces portes qui s'ouvrent à tous vents ? »

La crème qui est en moi attend les 6 ou 7 heures de travail que j’ai avant de pouvoir prendre un repos bien mérité…

Il parle de l’ouverture parce que certains zozos ont appelé à former une large majorité pour battre Nicolas Sarkozy, des alliances à droite et tout ça…

Tout d’abord, je n’ai jamais critiqué l’ouverture. Si quelqu’un pense que c’est mieux pour gagner ou avoir une majorité, il a tout à fait raison de le faire. Seul un gars de droite peut penser au bipartisme, le choix entre le bien (nous, les bons gars de droite) et le mal (les immondes gauchiste qui mangent des enfants et ne prennent pas des douches tous les matins).

Autant, je crois au clivage gauche droite (que les gens positionnent où ils veulent, je n’en ai rien à cirer), autant je crois à la nécessité de faire des alliances pour gouverner.

Je ne critique pas l’ouverture. Je critique juste les mecs qui se prétendent de gauche qui participent à un gouvernement qui mène une politique de droite. J’appelle ça de la trahison. Pour répondre plus précisément, je n’ai jamais critiqué Nicolas Sarkozy d’avoir pratiqué l’ouverture, j’ai critiqué les gens qui ont accepté de jouer le jeu, ce qui d’autant plus lamentable que Nicolas Sarkozy n’en avait pas besoin pour former une majorité.

Au fait, ils sont où, maintenant ? Quel bilan peut-on faire de l’ouverture ?

Ne nous moquons pas. Je poursuis ma réponse à Corto.

Pour 2012, je n’ai jamais appelé à former une union avec la droite, juste à former une union des partis de gauche. Aucun parti de gauche n’a appelé à former cette union.

Des personnalités de gauche ont appelé à le faire. Je crois que c’est une erreur de stratégie. Ca ne peut pas fonctionner électoralement, à mon avis, et je respecte tout à fait les avis opposés. Il ne s’agit pas ici de parler stratégie.

Nous sommes juste quelques uns à penser qu’il est temps de foutre l’UMP en dehors de la gestion de ce pays, gestion catastrophique sur tous les plans, les finances, la protection sociale, l’éducation, la sécurité, … mais aussi « la morale » avec une éternelle division des Français, une continuelle « stigmatisation » des minorités, des affaires qui n’en finissent pas de sortir…

Ainsi, si certains pensent qu’il faut faire des alliances pour y réussir, ils ne sont pas critiquables. Si une alliance débouche sur l’éviction de l’UMP par une majorité de gauche et du centre, voire de quelques partis bien à droite, un candidat issu de cette majorité sera Président de la République, et en toute logique, avec notre système électoral, le Parti Socialiste deviendra dans les semaines qui suivent la première force à l’Assemblée Nationale, probablement, d’ailleurs, avec la majorité absolue.

Et c’est bien ce qui compte.

Ce matin, je suis allé faire un tour sur le blog de Corto, j’ai relu en diagonale tous ses derniers billets des dernières semaines.

Strictement rien de constructif. Aucune proposition. Aucun propos sur la majorité.

Il ne parle que de la gauche.

En signe d'ouverture ?

11 commentaires:

  1. Mince, je ne fais pas parti de la crème! :) Tant mieux pas le temps pour les portes de Corto ce matin.

    RépondreSupprimer
  2. Dans les articles de Corto ce qui est intéressant ce n'est pas les propositions mais plutôt l'accent mis sur les défauts du PS. L'affaire MA-Neri par exemple, il n'a fait que mettre le doigt là où il fallait : que vont penser les électeurs d'une plainte contre un "petit vieux" (le pot de terre) alors que chacun sait qu'il n'a fait que reprendre les termes utilisés par des "pot de fer" qui eux ne sont pas assignés ?

    RépondreSupprimer
  3. @nicolas: coucou !
    La crème , cela n avait rien de péjoratif, le wikio politique venait de sortir, j'en ai pris 8 ou 9 , presque au hasard.

    Je suis d'accord avec toi pour l'ouverture à la Sarko, ça n a pas été politiquement une réussite et je le dis ds mon billet.

    Seul un gars de droite peut penser au bipartisme ? Hubert Védrin et Attali seraient-ils de droite ?

    Et effectivement, tu as lu en diagonale, en grosse diagonale.

    Je ne fait aucune proposition ben , normal , la majorité en fait pour moi et qd je les désapprouve, je le dis.

    Je ne parle que de la gauche, ben oui et alors ? Sophia du commentaire précédent que je salue est tout a fait lucide sur mes billets.

    Hey, sans rancune, j't'aime bien qd même , même si je t'horripile

    RépondreSupprimer
  4. Bon titre.

    Personnellement, je m'en fous complètement de ce débat, mais je note juste que l'ouverture selon Sarkozy fut une ouverture de façade. Ceux qui ont rompu les liens avec leur camp d'origine ont été punis, parce que Sarkozy les a maltraités, comme l'on pouvait s'y attendre. L'ouverture, ou plus simplement, la volonté de synergie peut s'avérer utile si elle est constructive. S'il ne s'agit que d'impératifs dictés par les pourcentages électoraux, alors, ce n'est que simple opportunisme politique et cela ne sert à rien.

    La question qu'il faut se poser, c'est : est-ce que ce sera utile dans le cadre du relèvement de la nation ? Si oui, ok, si non, et bien restons-en là...

    (j'insiste, bon titre)

    RépondreSupprimer
  5. "Seul un gars de droite peut penser au bipartisme ? Hubert Védrin et Attali seraient-ils de droite ?"

    Tu sais ce qu'écrivait Alain (le philosophe) à propos du clivage gauche droite ? Il disait que lorsqu'il entendait quelqu'un dire qu'il n'y avait pas de différence entre droite et gauche, il se disait alors à lui-même que le type en question devait être nécessairement de droite. Et Alain n'était pas précisément ce que l'on aurait pu appeler un gauchiste.

    RépondreSupprimer
  6. Les questions des alliances, du clivage droite-gauche, du bipartisanisme, etc. sont prises complètement de travers à mon sens, et les partis modérés traditionnels ont leur responsabilité dans ce phénomène.

    Autant je ne crois ni à la possibilité ni à l'opportunité de rechercher un dépassement du clivage droite/gauche, qui est au fondement du débat démocratique, autant l'absence du respect nécessaire de l'adversaire nuit gravement à la clarté et à la qualité du débat.

    Par exemple, les attitudes trop souvent constatées d’opposition systématique à l’Assemblée nationale destinées à gagner trois jours sur l’adoption inévitable d’un texte de loi donnent une image déplorable du rôle du politique. De même les critiques ou contre-critiques abusives. Ce n’est pas parce que l’on pointe un aspect incontestablement liberticide de la politique du gouvernement actuel que l’on traite le chef de l’Etat de nazi : cette manière qu’a la droite d’accélérer volontairement l’atteinte du point Godwin est ravageuse et irresponsable.

    RépondreSupprimer
  7. Bien bobyé encore une fois.
    Je ne partage pas l'avis de Dorham : c'est une question d'une importance telle qu'elle risque de virer au tragique si l'on ne s'en occupe pas.
    A mon avis, il faut relire deux ouvrages fondamentaux sur le sujet :
    1. Les droites en France, de René Rémond
    2. Les fascismes de Pierre Milza (auquel je voue une admiration et une amitié sans borne : voilà c'est dit une fois pour toutes).

    René Rémond dans une oeuvre qui révèle un travail gigantesque, identifie depuis la révolution, trois droites dont "les droites" actuelles sont les filles.
    Il faut mettre cette oeuvre en perspective avec celle de Pierre MILZA : et alors là, on voit qu'il faut faire attention à "nos ouvertures", nos "alliances" ...
    Quelle est la droite débonnaire qui, en période "de crise" va permettre l'alliance des classes moyennes avec les grands intérêts privés et virer "fasciste" ?
    Quel est ce fascisme qui va éclore en période de crise économique,en vertu du principe vérifié depuis la nuit des temps, selon lequel "Quand ya pa'd'foin au ratelier, les chevaux se battent" : ce fascisme là va se nourrir "d'ouvertures" ...
    Réfléchissons bien ...

    RépondreSupprimer
  8. En plus court et pour reprendre ton leïtmotiv : l'ouverture on s'en fout, ce qu'il faut c'est convaincre l'électeur !
    :-))

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Gauche ou droite ?

    A la foire de l'est pour deux pommes
    Une petite taupe mon père m'avait achetée
    Et l'égorgeur frappe
    Et tue la bête
    Qui buvait l'averse
    Qui ruinait la flamme
    Qui brûlait la trique
    Qui frappait la chienne
    Qui mordait la chatte
    Qui mangeait la taupe
    Qu'à la foire mon père m'avait achetée

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/08/gauche-ou-droite/

    RépondreSupprimer
  11. Tu nous casses les gouilles avec tes spams et tu perds de l'énergie pour rien.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.