13 juillet 2008

Boycottons les Jeux Olympiques

« De tout manière, il n’y aura pas la moindre minute de rediffusion des Jeux Olympiques dans mon bistro cet été ». Voilà ce qu’à déclaré le patron du troquet où j’étais hier soir en compagnie de trois autres clients que je connais plus ou moins depuis bientôt 25 ans. « Tu as raison », lui ai-je, répondu, « Je vais faire pareil. Je refuse de lire dans le journal tout article parlant des JO et de regarder la télé pendant cette période ».

Il me répond : « Ouais. Nicolas Sarkozy n’aurait pas du annoncer sa venue à la cérémonie d’ouverture. Moi, c’est tout ce que je peux faire à mon modeste niveau : ne pas mettre les JO dans mon bistro, ça va me faire perdre quelques clients, mais il est temps d’agir ». « Oui ! Mais tu sais, si on est 40 millions à faire pareil… »

Voilà comment nous nous sommes remontés tous les deux hier soir. Je précise que nous étions en début de soirée et qu’une telle prise de position n’est pas liée à l’abus de consommation de liquide désapprouvé par l’Académie de médecine.

Je profite donc de mon blog zinfluent pour lancer cet appel : faites pareil. Boycottez-moi ce bordel. Quand les clowns qui gagnent de l’argent avec (les chaînes de télé qui vendent de la pub et les industriels qui vendent des trucs grâce à cette pub) remarqueront leur flop aoûtien, peut-être considéreront-ils les relations avec la Chine voire l’économie internationale sous un autre angle.

Le combat est modeste…mais s’il n’est pas mené, on ne risque pas de gagner…

Heureusement, il y avait parmi nous trois clients de droite pour pigmenter la discussion. Leur argument est simple : Nicolas Sarkzoy en allant là-bas va ramener des marchés : des centrales, des Airbus, des TGV, … « Il n’a pas le choix ».

Si ! Il a le choix. Il est le chef de l’Etat qui assure la Présidence de l’Europe : il peut envoyer un signal fort. Il DOIT envoyer un signal fort. Il n’a pas à baisser sa culotte ; il doit dire que l’Europe ne veut pas continuer à accepter tout. Il ne s’agit pas du Tibet ou de je ne sais quelle plainte au nom des droits de l’homme, mais de la stabilité de l’Economie Mondiale et de notre niveau de vie.

Bien sûr, vendre quelques TGV permettra à Alstom de donner du boulot à des gars. Mais, vu comment bascule l’économie libérale, le pognon gagné n’ira pas aux salariés mais aux actionnaires, soit probablement d’illustres sombres fonds de pension Américain probablement proche de la faillite le jour où les retraités Américains voudront profiter de leurs économies.

Ceci est un aparté : avec la crise des subprimes, j’espère que les Américains auront compris qu’ils se font perpétuellement baiser par les organismes financiers. Fin de l’aparté.

Pour ce qui concerne les centrales nucléaires qu’on ne manquera pas de vendre, comme elle ne sont pas construites en France, c’est principalement de la main d’œuvre Chinoise qui sera employée. Donc ça nous fait aussi une belle jambe… Mais à force d’exporter des technologies, on finira par devoir importer de l’électricité.

« On n’a pas le choix » qu’ils me disaient. « C’est obligatoire, on va se faire bouffer par les Chinois, on est obligés d’aller au JO pour avoir des marchés ».

Ainsi, sans se rendre compte, mes copains argumentaient qu’on est obligés de continuer car la situation est inéluctable.

Je traduits : on est au bord du gouffre donc on est obligés d’avancer.

Voilà le mode de raisonnement des sympathisants de droite Français… et des élus, dont le premier d’entre eux.

Ben non ! Il faut agir, quitte à se fâcher, arrêter le « on n’a pas le choix, le Monde va ainsi ». La manière dont va le Monde n’est pas satisfaisante : il ne se construit pas dans le sens de l’intérêt des peuples, qu’ils soient Chinois ou non.

On n’est pas obligés de continuer à acheter des fringues et des jouets en Chine… sinon on finira par acheter de l’électricité. On saura bien en produire nous même. Les autorités Chinoisent ne veulent plus délivrer de tourisme pour les touristes Chinois désireux de visiter la France… On s’en fout ! Les produits vendus aux touristes Chinois, Tours Eiffel miniatures et autre cochonneries, sont fabriquées en Chine.

Il faut agir au niveau de la politique internationale pour changer d’orientation. Je ne sais pas comment : ce n’est pas mon job, je ne suis qu’un modeste blogueur. Ca doit probablement se passer au niveau du G8 et de l’OMC. Il faut des gestes politiques.

Et le premier des gestes politiques est de boycotter les Jeux Olympiques. Nicolas Sarkozy ne doit pas aller à Pékin : il représente la Présidence de l’Union Européenne.
Autant que ce machin serve à quelque chose.

31 commentaires:

  1. En principe, tout le monde est d'accord pour cesser d'avancer quand on se trouve au bord du gouffre. Le problème est que nous ne voyons pas les gouffres aux mêmes endroits, ni ne leur donnons la même importance.

    Quant à notre niveau de vie, c'est un combat d'arrière-garde : il est d'ores et déjà mort. Comme il court encore sur son erre ça ne se voit pas encore trop, mais il est bel et bien mort.

    Là, on va vers la conflagration.

    RépondreSupprimer
  2. Didier Goux : je vous aime quand vous écrivez des choses comme ça. Dans mes bras !

    RépondreSupprimer
  3. Didier Goux,

    Yes, c'était un de nos propos hier : comment éviter la déflagration.

    Ant,

    N'en fais pas trop quand même.

    RépondreSupprimer
  4. @nicolas
    Faut encourager les bonnes volontés. Pour une fois que Didier Goux dit quelque chose de relativement sensé et qui ne soit pas du trollage bête et méchant...

    RépondreSupprimer
  5. Antoine : vous auriez pu m'épargner le "pour une fois"...

    (Smiley ! smiley !)

    De plus, je sens comme un léger malentendu entre nous. Mais, bon : pas trop de temps pour les blogs, là...

    RépondreSupprimer
  6. (je pense que vous n'avez pas bien compris que le réactionnaire est de fait parfois proche des gens de gauche puisqu'il n'est pas de droite ... En quelque sorte, il est d'extrème droite)

    Un discours qui partait du coeur :
    (sans vouloir faire de compassionnel hein ...)

    « Tout le monde me dit « avec les jeux olympiques, ça va aller mieux ».
    En 2001, on a dit « en donnant les jeux olympiques aux chinois, ça va aller mieux. ».
    Depuis 2001, y a rien qui est arrivé, ça va de pire en pire.
    Mais qu’est ce que vous nous dites ? « en 4 semaines, ça va aller mieux ».
    Mais pourquoi ça irait mieux ?
    Les chinois sont en train de gagner.
    Le parti communiste chinois est en train de gagner.
    Plus ils sont durs, plus vous vous mettez à genoux.
    Et plus vous vous mettez à genoux, plus ils sont vainqueurs.
    Pourquoi vous voulez que ça change ?
    Ils vont tout contrôler aux jeux olympiques.
    Ils vont contrôler les radios, ils vont contrôler les télévisions, et … mais ils vont pas contrôler « Sharkozy », ça c’est vrai, ils vont lui offrir même un dîner avec des baguettes.
    Ah ça va être très sympa.
    Ils vont dire « monsieur le Président, on vous fait des guilis guilis, des câlins câlins, et Sharkozy va dire : « ça fait 3 centrales nucléaires, ça fait 36 TGV et je sais pas quoi ».
    C’est immonde."
    Cohn Bendit, réunion plénière au Parlement Européen le 9 juillet 08.
    (merci Dédalus)

    RépondreSupprimer
  7. Audine,

    oui, Cohn Bendit a fait fort.

    RépondreSupprimer
  8. Donc, si je comprends bien le raisonnement de la dame dont le commentaire suit le mien, les gens de gauche sont plus proches des gens d'extrême-droite (je suppose que je suis, là, visé) que des gens de la droite parlementaire.

    C'est un aveu intéressant.

    RépondreSupprimer
  9. C'est surtout un raisonnement tordu.

    Audine,

    Fais gaffe à ce que tu racontes.

    RépondreSupprimer
  10. Ca n'a rien d'un aveu ni d'un raisonnement d'ailleurs.

    C'est juste une remarque un peu bateau, qui est régulièrement faite.
    Didier Goux (lui et les autres réactionnaires bon teint) rejette Sarko, l'Europe et la culture abrutissante de masse autant qu'un gauchiste lambda. Par exemple.

    Ma remarque était juste pour dire qu'avant de serrer un réactionnaire dans ses bras, il vaut mieux s'assurer qu'on n'est pas musulman. Par exemple.

    RépondreSupprimer
  11. Audine,
    Je pense que le jour où je rencontrerrai Didier Goux, on aura beaucoup de choses à se dire. Même si je ne me qualifie pas de réactionnaire alors que lui semble l'être.

    Didier Goux: quel malentendu? Vous m'intriguez, jeune homme. Je pense qu'au contraire, on se retrouve (paradoxalement) sur beaucoup de choses.

    RépondreSupprimer
  12. "Il faut agir"
    Tout le problème.
    Pour moi, le boycott sera d'une simplicité biblique. Je ne considèrerais donc pas que j'agis à ce niveau-là.
    Mais contester la politique en boycottant l'ouverture, ça aurait eu de la gueule.
    Je viens de me prendre le discours sirupeux de Sarko dans les oreilles : "il faut agir", a-t-il dit, se faisant passer pour le représentant des droits de l'homme qui part au front tandis que les couards gauchistes se murent dans leur inaction.
    C'est beau, ce renversement !

    RépondreSupprimer
  13. Antoine : je pense également que l'on se retrouverait assez aisément sur beaucoup de choses et que l'on achopperait sur certaines autres : cela s'appelle simplement les relations humaines, qui sont différentes, en tout cas je l'espère, des rondes entre Bisounours.

    Je parlais de malentendu plus haut, parce que j'ai soudain soupçonné que nous ne parlions pas du même genre de "conflagration". Je vous sentais davantage dans une optique sociale, voire économique, alors que je pensais plutôt à des explosions culturelles (faute d'un meilleur mot), à des questions de civilisation, si vous voulez. Et c'est bien ce que je n'ai pas trop le temps de développer. Surtout ici que je ne suis pas chez moi.

    Pour la petite provocation bébête sur les musulmans, il va de soit que je n'y répondrai pas.

    RépondreSupprimer
  14. Didier Goux,

    Compris. C'est en effet un point sur lequel on pourrait discuter. Mais plus tard.

    Bien à vous,

    RépondreSupprimer
  15. Votre remarque est intéressante Nicolas. Si une partie des français boycottent les JO, France Télé (diffuseur des Jeux) fera moins d'audience donc inévitablement moins de recettes publicitaires. Les 1ers touchés dans cette affaire ne seraient donc pas les chinois, qui s'en foutent royalement de savoir si les français regardent les JO, mais plutôt le service public qui n'a pas besoin de ça.

    Le problème n'est évidemment pas les JO, boycotter la cérémonie d'ouverture n'est qu'un rideau de fumer. C'est prêter beaucoup d'importance au sport. Comme tu le dit, Nicolas, il faut agir au niveau international même s'il est déjà, en partie, trop tard. Les chinois nous habillent, nous vendent des écrans plats et nous nourrissent. Demain, nous achèteront des voitures chinoises, des avions et les médecins chinois nous soignerons. Et peut-être même, nous leur payerons un verre de rouge ... chinois.

    RépondreSupprimer
  16. Je vais remettre les bannières de RSF en guise de protestation, tiens !Tous contre les sponsors :
    "Always Breizh cola !"

    RépondreSupprimer
  17. Séville,

    Boycotter les jeux serait juste un message politique... Evidemment pas LA solution.

    RépondreSupprimer
  18. Moi, je suis davantage pour un boycott de proximité, concernant le sport. Du coup, tout à l'hure, je n'irais pas assister au match de foot opposant le racing club du Plessis-Hébert à l'Athletic de Boisset-les-Prévanches.

    Et toc.

    RépondreSupprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  20. Comment ça, on a pas le choix ?
    Et la chancelière allemande, elle a l'air de se l'être octroyé ce choix, non ?
    Et où en est l'Allemagne par rapport à la France ? Je vous laisse deviner...

    Les discours défaitistes sur la déliquescence, notre mode de vie mort (et quel mode de vie ? n'importe quoi, vraiment !), ce genre de foutaises me gonflent. Ah, ça c'est sûr, à claironner que le monde nous a bouffé tout cru (à pleurnicher en somme), à se résigner comme ça, on laisse à Sarko la latitude pour nous faire le coup du volontarisme (celui qui va faire chier les petites gens encore longtemps) avec les dents. Lui ne désespère pas, dit-il !

    La différence entre le réac et l'homme de gauche, Ant, audine, Didier tient en ceci précisément que le réac s'aime tel qu'il est. Râler toute l'année, pleurer un monde disparu, ce n'est pas une idée, ou une réflexion mais un trait de tempérament (ça doit être une question d'hormone ou d'enzyme manquantes :)))

    Aussi, si le monde va déliquescent (selon ses critères, hein !), ça le réjouit, parce que ça lui donne de quoi nourrir son "réactionnisme".

    L'homme de gauche, lui, constate l'actif et le passif du monde dans lequel il vit et ne peut désespérer de le changer. Ses constats sont autant de constats tristes (si vous voulez)...

    Bref, le réactionnaire est un petit enfant boudeur...

    RépondreSupprimer
  21. Dorham, je suis désolé de vous le dire, mais vous n'avez rien compris. Le portrait (la caricature ?) que vous brossez pourrait à la rigueur être celui d'un conservateur, mais certainement pas d'un réactionnaire. Celui-ci ne veut en aucun cas empêcher le monde de changer.

    1) Parce qu'il sait que c'est impossible.

    2) Parce qu'il ne souhaite en aucun cas CONSERVER un monde et une société qui l'écoeurent le plus souvent déjà.

    3) Parce qu'il sait bien que les progressistes gagnent toujours, c'est-à-dire que le pire est à peu près toujours certain.

    4) Parce qu'il considère que le monde auquel vous aspirez vous ne l'aurez vraiment pas volé.

    5) Parce que les puérilités, à la longue, le fatiguent et l'ennuient un peu.

    En outre, sachez que le réactionnaire ne s'aime nullement (contrairement à d'autres...) et qu'il se réjouit encore moins, car il croit entrevoir où conduit le tapis roulant du progrès sur lequel il voit passer ses semblables.

    Enfin, comment pourrait-il se réjouir puisque, précisément, il a la claire et triste conscience d'être absolument SEMBLABLE à vous ("vous" étant pris collectivement) ?

    RépondreSupprimer
  22. Didier,

    Il se réjouit comme Des Esseintes cajole de sa mélancolie. Il s'aime seul contre tous parce qu'ainsi (en est-il convaincu), la vérité est de son côté.

    Il est vrai que nous avons beaucoup de types de gauche dans ce cas là également.

    Le pire dans le cogito réactionnaire, c'est cela : "le monde auquel vous aspirez vous ne l'aurez vraiment pas volé."

    Qui est un bisounours ?

    Le monde était-il meilleur avant ?

    Si tel est le cas, à quel temps faites-vous référence ? Celui des guerres mondiales ? Des pogroms ? En quoi le monde dans lequel on vit est différent du pseudo-ancien ? A cause des traditions qui s'évanouissent ? Il y a eu les génocides d'hier et il y aura ceux de demain, non ?

    Le monde ne sera jamais pire qu'il est. Il sera, point. Cette théorie de la déliquescence est totalement fausse. Historiquement et même philosophiquement. Mais ça, c'est trop long pour un débat de blog.

    Je finirai juste en persistant sur le fait que mon intervention précédente n'est en aucun cas une caricature ; c'est d'ailleurs à ce point troublant qu'en creux, votre discours y fait écho.

    Quand vous dites par exemple que le réac ne s'aime pas. C'est là précisément son discours, en somme : "j'ai raison, le monde va mal et cette amère constatation pourrit mon existence... Je ne m'aime pas comme ça, mais qu'y puis-je ?". Ce fatalisme de soi-même est carrément grand-guignol !

    L'adolescent incompris en quelque sorte, un peu pompeux sur les bords, complètement coquet dans le fond.
    Oh que si, le réactionnaire s'aime, il aime ses pensées, ses apitoiements, ses colères*.


    (je précise que mes interventions s'inscrivent dans un cadre général "Le réactionnaire" est considéré comme un archétype. Je ne parle pas spécifiquement de vous, mais puisque vous vous définissez comme réac...)

    RépondreSupprimer
  23. ce qui est marrant avec les gens de droite c'est qu'ils vous parlent du PS qui serait l'héritier du communisme stalinien, chose absurde mais soutienne un parti, l'UMP, qui REELLEMENT,concrétement bosse avec tous les dictateurs de la planéte y compris les communistes chinois qui enferment les opposants dans des camps.

    Pour le reste l'Allemagne boycotte la cérémonie des JO et a,elle, contrairement à la France, un commerce excendantaire avec la Chine! Sarkozy reussi à être immoral ET inefficace!

    RépondreSupprimer
  24. @Romain
    Dans mes bras mon ami : on ne pouvait pas dire mieux ;-)

    RépondreSupprimer
  25. Dorham : vous avez raison au moins sur un point : c'est un débat (devant lequel je ne me dérobe pas) un peu vaste pour un blog, surtout que ce n'est pas le nôtre. Je propose donc un moratoire...

    Monsieur Blachier, ce que vous dites est absurde. D'abord, personne n'a jamais prétendu (à moins d'être stupide et inculte) que le parti socialiste était l'héritier des communistes, puisque ce sont ces derniers qui sont issus du socialisme, comme Ève de la côte d'Adam.

    D'autre part, tous les régimes, de tous temps, ont toujours commercé avec leurs voisins, dictatures ou non. Reprocher cela à la France ou à Nicolas Sarkozy est de l'ignorance politique ou de la sottise historique. Ou les deux.

    Enfin, Angela Merkel (que vous ne feignez d'admirer que pour mieux taper sur votre idole-repoussoir habituelle) pouvait facilement se permettre de ne pas aller à Pékin dans la mesure où elle n'est pas, en ce moment, présidente européenne. De plus, elle a approuvé le déplacement du président français, si je me souviens bien.

    RépondreSupprimer
  26. Moi, je n'ai pas la télé !
    Donc !

    RépondreSupprimer
  27. J'aurais du faire chancelière pour éviter d'aller à pieds par la Chine.

    RépondreSupprimer
  28. Je ne suis pas pour un boycotte total des Jeux parce que c'était au moment du choix du Pays qu'il aurait fallu montrer notre désaccord et je n'ai entendu personne à l'époque. Par contre le boycotte de la cérémonie aurait été une bonne manière de montrer notre mécontentement sur les droits de l'homme mais bon c'est Sarko notre Président, il ne fallait pas s'attendre à ce qu'il respecte ses promesses de campagne !

    RépondreSupprimer
  29. On a bien payé pour Bétancourt, on peut s'humilier pour Airbus, hein ?

    [Sans compter qu'Airbus commence de plus en pls à migrer les usines en zone euro avant de rejoindre la zone yen !!!].

    :-)

    RépondreSupprimer
  30. Pazmany,

    On avait confiance (je rigole).

    Poireau,

    C'est comme tu veux, mais m'humilier, ce soir, j'ai pas envie.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.