09 juillet 2008

On tire dans le cadre

A l’heure du Tour de France, être cadre dans une usine de vélo n’est plus drôle. Surexcités, nos parlementaires ont dynamité les jours de RTT. Encore une mesure grotesque de plus mais surtout singulièrement inique si on considère qu’il y a deux catégories de cadres : les zheureux et les zautres.

Je fais partie de ces cadres zheureux, comme probablement des centaines de milliers d’autres en France, relativement protégés car travaillant dans une très grande boîte du tertiaire ou dans un domaine où on manque de monde.

Nos braves parlementaires semblent ignorer les réalités de la vie de l’entreprise. C’est pourtant simple : quand il a du travail, le cadre ne prend pas tous ses jours de repos par an et se les fait placer sur un compte épargne temps ou un truc comme ça. Ces RTT sont ni plus ni moins qu’un instrument de flexibilité qui arrange bien les entreprises comme les cadres.

De toute manière, dans le contrat de travail, il y a trois éléments importants : le salaire brut annuel, le nombre de jours travaillés, … et les modalités pour ne pas prendre tous ses congés…Si le cadre ne fait pas son boulot, il ne touche pas sa prime et n'a pas d'augmentation. Donc il fait son boulot.

A quoi sert donc ce nouveau texte ? Pour ces cadres zheureux, à rien. Ca ne va rien changer.


Mais il y a tous les autres cadres, ceux qui bossent dans l’industrie ou dans des petites boîtes… Vous savez ? Ceux qui se suicident car ils ne supportent pas la pression… Ceux qui font déjà des journées de 12 heures car ils n’ont pas le choix s’ils veulent submerger.

Ca va sûrement leur faire du bien d’avoir du repos en moins. D’autant qu’ils ne seront pas plus payés… les arrêts maladie n’étant pas dans le contingent de RTT !

Voilà où est l’intérêt de nouveau texte : mettre encore plus de pression sur une catégorie de la population qui est déjà à bout et opposer les cadres entre eux

A la limite, avec les lois Aubry les cadres étaient bien heureux. La majorité vient de se les mettre à dos sans même la demande du patronat qui a déjà d'autres leviers pour mettre la pression. Sont-ils fous ?

(photo)

49 commentaires:

  1. Et encore, les zheureux ne le resteront que jusqu'au jour ou il faudra renégocier les accords d'entreprise qui les rendent zheureux.
    Et ce jour là, eux aussi deviendront des zautres.

    RépondreSupprimer
  2. c'est le grand nettoyage !!
    Il y a de la place pour tout le monde!
    Les mal zheureux et les bien zheureux..
    Comme le dit ce légendaire proverbe: on ne fait pas d'omelette sans casser des zheu... reux !!
    Bon, je vais lire un peu au de dire des bêtises..

    RépondreSupprimer
  3. Didier B,

    Il restera bien quelques salariés contents ?

    Christie,

    Va lire !

    RépondreSupprimer
  4. Je crois que nos parlementaires sont dans l'idéologie pure. Loin d'avoir pensé à la vie réelle des entreprises ou de la fonction publique, ils appliquent juste une doctrine qu'ils considèrent comme justes : si on augmente le temps de travail, on fera repartir la croissance.

    Ce qui est grave là-dedans, c'est le dogmatisme pur de nos élus. J'espère au moins qu'ils en sont conscients...

    A bientôt,

    RépondreSupprimer
  5. Mais non, enfiiiiiiin, puisque l'UMP vous dit que c'est la gôôôche qui est dogmatique, alors que tout le monde sait bien que la droite est pragmatique, c'est pourtant pas compliqué, PRAG-MA-TIQUE !
    La droite n'est pas dogmatique, non-non-non, c'est pas bien d'être dogmatique, c'est les vilains de gauche comme Ségolène Royal (ooouuuuh) ou Martine Aubry (re-ooouuuuh) qui sont super-dogmatiques, alors que le gentil Patrick Devedjian, lui, il est PRAG-MA-TIQUE. C'est pourtant pas compliqué, bordel !

    RépondreSupprimer
  6. David75

    C'est l'égalité version gtv, tout le mon malheureux égalite, pas de jaloux ...Ceux qui ont voté SS comme les autes qui ont pas voté SR ..
    au fait! combien ont voté NS parmis les cadres !

    RépondreSupprimer
  7. David75

    Lapsus je voulais écrire NS et non SS

    RépondreSupprimer
  8. C'est un lapsus malheureux. Je suppose qu'une majorité des cadres a voté pour SR au deuxième tour, et FB au premier (mais je n'en sais rien).

    RépondreSupprimer
  9. Pour le dire simplement, je ne comprends plus rien...
    Je vois la majorité qui s'acharne à scier la branche sur laquelle elle est assise.
    Et au pied de l'arbre, il n'y a plus personne pour ramasser le petit bois cassé...
    Nous marchons tous sur la tête !

    RépondreSupprimer
  10. Les cadres votent plutôt à droite en général, non ? Bon je sais, c'est un stéréotype.

    Par exemple, aux dernières présidentielles, et malgré les images d'Epinal, 40% des profs ont voté NS au deuxième tour...

    A bientôt,

    RépondreSupprimer
  11. Yes, c'est un beau bordel, je n'y comprends rien non plus. Surtout cette mesure sur les cadres qui est complètement délirante... et n'apporte rien à rien.

    RépondreSupprimer
  12. Les commentaires ce croisent. Mon dernier était en réponse à Boby.

    Mathieu,

    Dans mon domaine, les cadres votent massivement à gauche. Mais, comme tu le dis, la dernière élection a été un peu bizarre.

    RépondreSupprimer
  13. On organise une manif de cadres ? :-D

    RépondreSupprimer
  14. A gauche ??? Hé bé... Alors que même les profs se mettent à voter à droite...

    Je vais dire ça à mes collègues, ça va les culpabiliser un peu...

    RépondreSupprimer
  15. "les profs se mettent à voter à droite" euh... Si y'a eu vraiment 40% pour NS chez les profs ça fait 60% qui n'ont pas voté NS donc bon. Et je crois savoir que SR avait laissé de mauvais souvenirs dans l'Education nationale donc parmi les 40% j'imagine pas mal de votes "contre l'autre" plutôt que po-NS. Mais bref.
    Quand est-ce qu'ils vont s'attaquer à un vrai chantier, comme les 5 semaines de congés payés par exemple ? Tout ces gens payés à rien foutre...
    Une prof en vacances

    RépondreSupprimer
  16. C'est vrai, mais le fait que 40% des profs votent à droite est quand même une sacrée évolution politique.

    N'oublions pas non plus les enquêtes de 2002 qui avaient avancées que 8% de nos collègues avaient voté Le Pen...

    Je sais bien que les profs sont encore majoritairement de gauche. Je crois moins au vote anti-SR, parce qu'au 2ème tour, le vote anti-NS a aussi été très marquant, particulièrement dans les salles des profs...

    RépondreSupprimer
  17. On n’a pas fini de mesurer les conséquences de cette loi.
    Au-delà de la forte victoire idéologique d’une droite ultra libérale et revancharde, il s’agit de mettre au pas tous les secteurs du salariat.
    Tu parles des cadres, mais ces dispositions vont concerner tous les salariés autonomes. L’autonomie va devenir une caractéristique la mieux partagée par les salariés : déjà dans la grande distribution, par exemple, les responsables de secteur sont autonomes, les chefs de rayon le sont quelques fois, on attend que les employés libre service le soient (de toute façon, ils sont fliqués par caméras, on peut leur accorder leur autonomie).
    L’autre aspect de cette loi est l’inversion du principe de faveur qui existait jusqu’à présent en droit du travail français, à savoir qu’on appliquait ce qui était plus favorable au salarié entre la loi, l’accord de branche et l’accord d’entreprise. Ce qui va maintenant primer, ce sont les accords d’entreprises, dans un paysage profondément bouleversé par cette même loi qui comporte une première partie tout à fait majeure pour l’histoire du droit du travail français en général et pour le syndicalisme en particulier.
    Après l’adoption définitive de cette loi, les syndicats présents dans l’entreprise pourront donc signer des accords rendant corvéables à merci tous les salariés autonomes, avec pour seules limites le repos de 11 heures entre 2 journées de travail. Et sans que personne ne puisse contrôler quoique ce soit, puisque aucun document de contrôle n’est prévu – c’est un forfait n’est ce pas.
    A ce sujet, j’ai trouvé que l’interview d’Alain Vidalies, député PS, dans Libé (le Monde.fr n’a aucun article sur cette loi à cette heure …) est très bien et éclaire les enjeux de cette loi :
    http://www.liberation.fr/actualite/politiques/337772.FR.php

    RépondreSupprimer
  18. Audine,

    Merci pour ces précisions, ça concerne bien l'ensemble des salariés "autonomes".

    Il y a un autre phénomène dans mon domaine, la "filialisation" : les cadres se mettent à leur compte (créent une société) et facturent l'entreprise... Ainsi les cadres ne sont plus des salariés mais des sous-traitants. Ses abrutis sont contents au début mais se retrouve vite épuisés puis chômeurs...

    RépondreSupprimer
  19. Je ne comprend pas cette mesure.
    Je veux dire ni les cadres ni les entreprises n'étaient demandeuses. Alors pourquoi on réforme ?
    Ça donne quand même l'impression d'un gouvernement devenu fou et qui s'emballe tout seul !
    :-)

    RépondreSupprimer
  20. Je crois que je parle de parlementaires surexcités dans mon billet...

    RépondreSupprimer
  21. Pleurer sur les cadres ? Mouais... J'ai beau en être un, j'ai du mal...

    RépondreSupprimer
  22. Didier,

    Je considère bien deux catégories de cadres, les heureux et les autres.

    J'ai un pote cadre dans l'industrie, un autre dans les télécoms : ça n'est pas rose tous les jours.

    RépondreSupprimer
  23. Nicolas : la vie, quoi qu'il arrive, n'est pas rose tous les jours. Néanmoins, être cadre, dans un pays qui ressemble à la France, me semble imposer une sorte de « devoir de réserve ». Je veux dire que, à partir d'un certain stade, les pleurnicheries, les criailleries, les récriminations sans objet me semblent devenir particulièrement OBSCÈNES. Et c'est un mec (il paraît) de droite qui vous le dit.

    RépondreSupprimer
  24. C'est sur que les protestations face à la destruction d'un droit du travail (protecteur par nature) semblent toujours obscènes à un réactionnaire patenté.
    C'est superfétatoire de le préciser : on ne s'attend pas à moins.

    RépondreSupprimer
  25. Didier,

    Etre cadre (et encore, là, on s'adresse à tous les types "au forfait", cadre n'inclut pas forcément la nécessité de faire de l'encadrement...) n'impose pas spécialement un devoir de réserve. Je bosse dans l'informatique, on est TOUS cadres, on a le droit de refuser qu'on nous dégrade nos conditions de travail.

    Mais on ne ME les dégradera pas (au moins dans les 5 à 10 prochaines années), contrairement à certains cadres pour qui la mesure va avoir des répercussions immédiates. Il est normal qu'ils ronchonnent et pensent à défendre leurs conditions, ce qui n'a rien à voir avec leur propre obligation ou devoir de réserve.

    Audine,

    Oui. C'est bien un réactionnaire qui ne se doute pas que si, lui-même, n'est pas licencié quand il perd son permis de conduire, c'est parce qu'un droit du travail existe et qu'une culture s'est développée en entreprise pour que les patrons ne sodomisent pas directement tous les employés. En l'occurrence,les patrons n'avaient pas demandé cette loi puisque, par divers artifices, les cadres sont déjà corvéables...

    RépondreSupprimer
  26. Pas fous, juste de droite...

    RépondreSupprimer
  27. Pas perdu pour tout le monde,

    C'est pas pareil ?

    RépondreSupprimer
  28. Nicolas : ne me faites tout de même pas plus bête que je ne le suis ! Je sais tout ce que vous dites.

    D'autre part, je reconnais que l'expression "devoir de réserve" était mal choisie, en cette occurrence.

    Pour les deux ou trois autres : c'est pratique d'être (de se dire) de gauche, non ? Dès que quelqu'un émet la moindre réserve quant à vos belles certitudes morales, il suffit de l'estampiller "de droite" et le tour est joué ! C'est idiot, mais au moins ça ne fatigue pas trop les neurones, qui restent disponibles pour les luttes...

    RépondreSupprimer
  29. Didier,

    Voir Wikipedia : "les hommes politiques de droite ont longtemps refusé de se positionner à droite".

    Vous avez raison ! C'est plus facile de s'assumer quand on est à gauche.

    RépondreSupprimer
  30. Entièrement d'accord là-dessus. Et de plus en plus, surtout depuis que la droite a intégré la plupart des "valeurs" issues de la gauche traditionnelle.

    RépondreSupprimer
  31. Pour ce que j'ai pu lire de lui ici ou là, Didier Goux ne me semble pas être de ceux qu'on qualifie "de droite".

    Pour autant, cher Didier Goux, vous me semblez être un fameux réactionnaire. Mais je ne pense pas que ce soit vous faire insulte que de le relever, me tromperais-je?

    Réactionnaire sans être de droite, mais pas de gauche non plus. Eh oui, c'est un courant de pensée aussi...

    RépondreSupprimer
  32. Merci, cher Antoine, pour cette reconnaissance ! En effet, noter que je suis réactionnaire n'est pas me faire insulte, dans la mesure où je le clame Urbi et orbi.

    Je ne pense pas être de droite, c'est un fait, mais je n'exclus pas la possibilité de l'être néanmoins, à mon insu, si je puis dire, dans la mesure où, comme le souligne justement Nicolas, les gens de droite ont été si bien culpabilisés par la gauche qu'ils ont souvent du mal à s'admettre comme tels.

    RépondreSupprimer
  33. Nicolas : c'est quoi ce bordel, dans vos liens ? Il sont rangés différemment, certains sont en double, bref : je ne m'y retrouve plus ! Si vous voulez que mon trollage reste efficace et performant, il faut me remettre tout ça en ordre (les gens de droite adorent l'ordre, comme vous le savez...) !

    RépondreSupprimer
  34. Ca va être de ma faute, maintenant...

    N.B. : j'ai les trolls les plus polis de la blogosphère.

    RépondreSupprimer
  35. Didier,

    Arrêtez de gueuler bordel ! J'ai fait une blogroll spéciale avec les left_blogs.

    N.B. : Tiens, je vais vous mettre dedans pour rigoler.

    Quelques gugusses sont en double, de mémoire, Gaël, Poireau, Eric et Balmeyer. Pour Poireau et Eric, c'est parce qu'il s'agit de vieux potes de blogs. Gaël est un vieux pote tout court. Et Balmeyer ne mérite pas d'avoir son blog classé dans les politiques.

    Vous noterez par ailleurs que je vous ai amené des nouveaux blogs à troller. Et l'ordre n'a pas vraiment changé : il s'appelle toujours alphabétique.

    RépondreSupprimer
  36. De rien, cher Didier Goux.
    Malgré votre mauvaise humeur et votre mauvaise foi chronique, et malgré que vous vous en soyez pris à moi récemment sur votre propre blog à propos de je ne sais plus quoi d'ailleurs (sans me mettre de lien, mais bon, passons), malgré tout cela donc, vous m'êtes éminemment sympathique.
    J'entends déjà hurler à l'assassinat, que le troll par essence ne peut pas être sympathique et que lui reconnaître cette qualité est déjà le faire moins troll qu'il n'est, mais c'est ainsi.

    RépondreSupprimer
  37. Ant,

    Si tu dis à Didier Goux qu'il n'est pas un troll il va faire une dépression et devenir désagréable.

    RépondreSupprimer
  38. Oups ! J'ai dit plus haut : "Et Balmeyer ne mérite pas d'avoir son blog classé dans les politiques."

    Ca pourrait porter à confusion : je veux dire qu'il mérite mieux !

    RépondreSupprimer
  39. Faites gaffe, tous : le troll est désormais protégé par le WWF !

    Antoine : c'est curieux, je ne me souviens pas vous avoir tapé dessus ! Ce ne devait pas être bien méchant, car même en cherchant bien, je ne trouve rien à vous reprocher. (Même votre gauchitude m'est supportable, c'est vous dire...)

    RépondreSupprimer
  40. Didier,

    Je suis témoin : vous aviez bien tapé sur Antoine. Je vous avais d'ailleurs envoyé un mail pour "vous faire part de ma désapprobation".

    RépondreSupprimer
  41. Ce qui prouve bien que je cogne sans y penser, puisque j'oublie aussitôt.

    Et cela ne plaide guère en faveur de mon intelligence...

    RépondreSupprimer
  42. Didier,

    On n'avait déjà plus d'illusions...

    RépondreSupprimer
  43. Remarque ! Si ! Ca plaide pour votre intelligence (ce que je regrette de dire). Moi aussi, il m'arrive souvent de faire des billets "vachards" qui sont très mal interprétés : il n'y a qu'une méchanceté temporaire dans mes propos.

    RépondreSupprimer
  44. Le statut "cadre" est bien pratique, on ne paye pas les heures sup'...

    RépondreSupprimer
  45. @Didier Goux

    Qu'importe. Ça ne m'a pas empêché de dormir.

    RépondreSupprimer
  46. Si vous avez besoin de photos, vous pouvez vous servir chez moi. Il me semble que j'ai des arbres mieux que ça ! Allez voir dans Fickr aussi (lien à droite).

    RépondreSupprimer
  47. Catherine,

    Merci ! Mais je mets mes photos un peu au hasard, souvent sans rapport avec le billet. Je charges images.google.com et je tape un mot clé... En l'occurrence, j'ai pensé à arbre par hasard...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...