01 décembre 2010

A gauche, on n'a pas de leader mais des idées... différentes.

Me réveillant aux aurores, je me retournais dans mon lit à la recherche du sommeil, d’un passe temps et d’une réponse à faire au Coucou et à Dagrouik aux commentaires qu’ils ont laissé à mon billet d’hier, à propos de la déclaration de Ségolène Royal. J’avais reçu les mails de notification dans la soirée et ils m’étaient sortis de la tête… C’est toujours pareil : quand on est en désaccord profond avec des potes, on ne sait pas trop quoi dire.

Le Coucou revient sur cette annonce, dans son dernier billet, mais je viens seulement de le lire.

Je voudrais dire à mes deux compères que je suis content qu’elle fasse cette annonce : ça évite toute ambiguïté. Ca ne m’empêche pas de regretter que le scénario de « l’entente des trois » ne se fasse pas. Ca leur aurait permis de faire le point, dans six ou huit mois, sur celui qui aurait été le mieux placé. Madame Royal aurait eu toutes ses chances tant il n’est pas certain que Dominique Strauss-Kahn et Martine Aubry aient vraiment envie de se jeter dans la bagarre. Avec un tel scénario, quel que soit le candidat, il aurait eu le soutien de tout le parti. Mais je suis un doux rêveur.

Où je rêve moins, par contre, c’est quand j’estime que Ségolène Royal n’est pas la meilleure candidate. Ils peuvent penser le contraire mais qu’ils me laissent à mes opinions : je ne la soutiendrai pas dans cette affaire, je me rangerai probablement derrière elle si elle est désignée candidate. Je dis bien probablement. Si je sens le scénario de 2007 se dérouler, je me casse.

Pourquoi j’estime que Ségolène Royal n’est pas la bonne candidate ? Je pense que Ségolène Royal irrite une partie des électeurs de gauche. DSK et Martine Aubry n’irritent qu’une partie des militants socialistes

Dagrouik me demandait aussi si je connaissais une meilleure solution que ces primaires pour désigner le candidat. Non, je n’en connais. Dans la mesure où aucun leader ne s’est dégagé, le Parti Socialiste n’a pas de « candidat naturel » et il faut faire ces primaires. A droite, ils ont le culte du chef, à gauche, ça nous gonfle. Pourtant l’élection présidentielle se base avant tout sur une personne, le projet ne vient qu’après, ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas important.

Par delà, on pourrait discuter stratégie électorale pendant des heures, chacun campant sur ses positions. Je suis là pour exprimer les miennes et je vais lire celles des autres dans leurs blogs ou dans les commentaires chez moi.

On ne va pas s’écharper pour des broutilles…

A droite, Nicolas Sarkozy s’est retrouvé « par hasard » à la tête de l’UMP. Je dis « par hasard » sans la moindre méchanceté : à cette époque, Alain Juppé, qui était l’héritier de Jacques Chirac, s’est retrouvé englué dans des affaires judiciaires. Toute l’UMP s’est rangé derrière l’actuel Chef de l’Etat. Tant mieux pour lui. Le phénomène est impossible à gauche depuis la disparition de François Mitterrand.

Ainsi, Des Pas Perdus, dans son dernier billet, estime que les primaires transforment le Parti Socialiste en gigantesque machine à perdre, ce en quoi il n’a probablement pas tort. Depuis 1995, ils nous font le coup des primaires et on a perdu trois élections.

Cela dit, c’est comme ça. Il n’y a pas de leader absolu, il faut donc trouver un candidat. Néanmoins Des Pas Perdus conclue ainsi son billet : « Il faut croire qu'une quatrième défaite socialiste à la présidentielle n'effraie pas nos amis socialistes qui - rappelons-le - avaient inauguré les primaires en 1995 ! En cas de défaite, nul doute qu'ils accuseront, encore une fois, l'autre gauche... C'est tellement plus simple ! »

Je vais donc lui renvoyer dans les dents que c’est tellement plus simple de monter un parti avec un leader à peu près sûr de faire entre 6 et 10% en quittant le Parti Socialiste puis en mettant sur le dos unique de ce dernier ses divisions. Je rappelle que Jean-Luc Mélenchon était encore membre du PS lors des dernières élections et qu’il était même membre du gouvernement de Lionel Jospin lors qu’il a pris des décisions maintenant critiquées. On ne l’a pas beaucoup entendu à l’époque.

Les militants du Front de Gauche vont partir en campagne, bien leur en fasse, leur candidat ne sera pas élu et après, si le candidat du PS n'est pas élu, ils mettront la défaite sur le compte des divisions du PS qu’ils ont pourtant symbolisées en quittant le parti

Sur ces réflexions, je me suis rendormi, la trame de mon billet dans ma tête. C’est un miracle si je m’en rappelle encore. Au réveil, tardif du coup, j’ai fait  un rapide tour des blogs et je suis tombé sur ce billet d’Elmone, où il parle aussi de stratégie électorale. Je vous laisse lire. Sa conclusion me fait néanmoins réagir, comme celle de DPP : « Mais si le Président actuel est réélu, la Gauche aura pour moi la responsabilité directe de ce gâchis. Et à ce titre, je placerai le PS sur le même plan que l'UMP. »

Nous sommes « la Gauche » et je m’associe au résultat de l’élection.

Il n’y a pas de leader, c’est comme ça.

Alors faisons sans…

(illustration)

32 commentaires:

  1. j'ai comme l'impression qu'un pessimisme gagne la blogosphère de gauche, ça me donnerait presque l'envie d'en faire un billet.

    RépondreSupprimer
  2. On a l'impression que les partis de gauche prennent la présidentielle pour une tribune, et c'est pourquoi il y a tant de candidats à gauche dont la majorité ne passera jamais le premier tour !

    Mais on a une présidentielle à gagner, merde :-/

    C'est pour ça que je souhaite que les écolos ne proposent pas de candidat mais négocient leur soutien en participant au programme PS ainsi qu'un nb de députés pour les législatives qui vont suivre...

    Un candidat PS+EE, ça aurait de la gueule, non ^^

    RépondreSupprimer
  3. Dada,

    Tu es un doux rêveur, comme moi...

    RépondreSupprimer
  4. Quand la Gauche perd c'est la faute du PS pour tous ceux qui à gauche pensent, disent et répètent... que le PS n'est pas à gauche.

    RépondreSupprimer
  5. Dedalus,

    Oui, pas très cohérents les garçons...

    RépondreSupprimer
  6. Tout à fait d'accord avec toi sur le fait que ségo irrite une bonne partie de son électorat qui à l'heure actuelle ne revotera plus pour elle comme il a du le faire en 2007. Ségo est dans la même position qu'hilary Clinton. Par ailleurs, ségo c'est l'avènement de là politique de communication au dépend des idées. Bientôt un particle de ma part là dessus.

    RépondreSupprimer
  7. Antoine,

    "Ségo c'est l'avènement de là politique de communication au dépend des idées."

    Et alors ? S'il faut ça pour battre le candidat de droite...

    RépondreSupprimer
  8. le front de gauche va tenter de rassembler l'autre gauche afin d'obtenir un bon score et de peser au 2d tour... Le PS a besoin f'une autre gauche puissante pour eviter une nouvelle defaite (absence de reserve de voix) et surtout empecher une evolution a la Papandreou...

    desole pour les accents... depuis un mobile...

    RépondreSupprimer
  9. @dedalus
    Si le PS n'est pas à gauche, alors la gauche est morte.

    RépondreSupprimer
  10. Anonyme,

    Achète un iPhone et arrête de parler de l'autre gauche... Je ne sais pas ce qu'ils vont faire, pour l'instant ils mettent la défaite sur le dos du PS.

    Alors vous allez chercher 8 ou 9% à gauche, qui, de toute manière auraient voté pour un autre candidat de gauche... Et vous vous présentez comme les sauveurs...

    David,

    Dedalus faisait un raccourci !

    RépondreSupprimer
  11. DPP,

    C'était pas toi.

    Sinon : même réponse.

    RépondreSupprimer
  12. Quand on est en désaccord, on ne sait pas trop par quel bout prendre les choses en effet… Hier, je pensais plutôt faire un billet sur les révélations de Wikileaks et puis, un coup d'œil à Tweeter en fin d'après-midi m'a aiguillé sur une dizaine de billets dont le tien, très critiques pour S.R… J'en ai été agacé, parce que quoi que cette femme dise, on essaie de le retourner contre elle. D'où ma réaction…
    Le scénario de " l'entente des trois " : quand il en a été question, je me suis demandé ce que signifiait cette clownerie ! Peut-on parler de primaires avec l'annonce d'une machination en coulisses ?
    Comme tu le dis toi-même, dans la mesure où aucune personnalité du PS ne s'impose indiscutablement à tout le monde, il n'y a pas d'autre solution que ces primaires. De plus, elles devraient permettre en théorie d'empêcher l'appareil dirigeant d'imposer sa volonté —tout ce qui est imposé par une hiérarchie est détestable par nature et mérite d'être combattu.
    Pour ce que l'on connaît des positions des divers candidats potentiels, je ne vois personne en dehors de Montebourg et Ségolène Royal qui puisse mieux répondre à mon espoir d'un changement profond des pratiques politiques de ce pays. Et c'est un aspect de la prochaine présidentielle qui me tient à cœur.
    Supposons que DSK se convertisse miraculeusement à une 6e République, à davantage de démocratie : je reconsidérerais aussitôt mon jugement à son égard.
    Enfin, comme toi dans ta conclusion, je ne me lave pas les mains de ce qui peut arriver. Sans être militant du PS j'assume pleinement à l'avance ma minuscule part de responsabilité.

    RépondreSupprimer
  13. zut moi aussi j'ai raccourci la gauche.

    RépondreSupprimer
  14. Le Coucou,

    Tu vas battre le record de longueur des commentaires (et tu as bien du courage, avec les bugs de blogger).

    C'est un sujet qui me tient à coeur aussi mais j'ai lu le projet de sixième de Montebourg : le régime reste présidentiel. Et pour Ségolène Royal, c'est bien autour de sa personne que se monterait le projet, c'est aussi présidentiable que le reste.

    RépondreSupprimer
  15. Ah la déception...
    Ça me fait souvent comme ça sur ton blog Nicolas : j'y lis tous les jours des billets intéressants, avec des idées de gauche. Et paf! Au moment de parler d'élections, tu fais la promotion passive d'idées opposées. Et en tapant sur ceux qui portent les idées que tu évoques à longueur de blog.

    Sincèrement, tu saurais me trouver une divergence entre les politiques de DSK et Sarko? Mis à part que le premier est plus libéral que le second mais certainement plus discret dans ses destructions, euh pardon "réformes".

    RépondreSupprimer
  16. Tassin,

    Tu peux garder tes commentaires sur le contenu de mon blog pour toi.

    J'en ai largement marre des gugusses qui estiment que DSK est à droite alors que le Front de Gauche représente 8% des électeurs et que celle qui estimer représenter au moins la moitié du PS veut appeler comme Premier Ministre celui qui est soutenu par une grande partie de l'autre moitié.

    Tu me reproches de faire ce que tu fais : tu tapes sur ce qui représente environ 75% de la gauche en France, ci ce n'est pas 90% !

    Ta posture est ridicule.

    RépondreSupprimer
  17. @ Nicolas :

    Bah écoute malgré toute ma bonne volonté, je trouve beaucoup plus ridicule le fait de vouloir absolument "faire gagner" ce qu'on présente comme la gauche en dépit des idées véhiculées et des programmes qui ne sont absolument pas opposés à ceux du Modem ou de l'UMP sur le plan économique.

    RépondreSupprimer
  18. Tassin,

    Tu ne représentes pas la gauche à toi tout seul. Tu ne sais rien des idées de DSK et tu ne fais que jouer comme tous les abrutis à dénoncer le "tous pareils" comme le premier Le Pen venu, mais lui pour des raisons réellement électorales.

    Je ne veux pas discuter avec un type qui prétend que la gauche de l'échiquier politique est représentée par 8% des électeurs.

    La conclusion est simple : tu dégages de ce blog.

    RépondreSupprimer
  19. Elle est où Suzanne?

    Non je découillonne (du verbe découillonner, dire des couillonnades)

    Sinon je voulais dire que le culte du chef très peu pour moi, mais la personnalisation aussi.

    Mais c'est les médias existent il faut en tenir compte et la candidature de Ségolène a un impact 50 fois plus importants que celle de Valls.

    Et si l'on prend en compte la fatigue de Martine et les obligation de Dominique il est peut-être venu le temps d'occuper un peu ce terrain.

    RépondreSupprimer
  20. "elle n'est pas la meilleure candidate"... et c'est qui "la meilleure candidate" ? Qui peut faire face à Sarko ? lui répondre coup pour coup (car tu peux être sûr qu'il ne les raterait pas les DSK et Aubry) ? S'il y a une chose que Royal a démontré c'est son cran, et sa force combative. A mon sens, Aubry ne tiendrait pas la route, et DSK se ferait laminer encore plus vite que les deux femmes (n'oublions pas qu'il est un pion dans la main de Sarko, un autre Kouchner).

    Elle, elle peut rallier le centre et Mélenchon (sur plusieurs points ils sont assez "semblables", si tu demandes à Mélenchon pour qui son coeur... penche il ne te dit pas DSK).

    Aubry ne peut pas attirer le centre, si ?

    RépondreSupprimer
  21. Lucia,

    Arrête de vouloir représenter les électeurs qui s'en foutent de ces conneries. Le centre n'existe pas, il n'y a que des indécis... Qui voteront pour une (ou un) candidate qui fait sérieux.

    Nicocerise,

    La question n'est pas là, elle est de montrer que la candidat du PS tient la route.

    Ségolène Royal vient de se planter en la jouant toute seule.

    RépondreSupprimer
  22. Nicolas,

    je pourrais te répondre, précisément, la même chose :

    "arrête de vouloir représenter les électeurs"

    car, en quoi les connais-tu mieux que moi, pour dire qu'ils voteront comme-ci ou comme-ça ? je crois que les dernières primaires au PS ont plutôt démontré que les électeurs ne faisaient pas forcément là où on leur disait de faire (DSK, Fabius, Royal). Quelle autorité te permet d'affirmer que "Le centre n'existe pas" ? Il conviendrait justement de commencer à le prendre un peu plus en considération le centre (ne pas toujours se focaliser sur les extrêmes, droite et gauche).

    RépondreSupprimer
  23. Nicolas,

    qu'est-ce qui te permet d'affirmer (es-tu dans la confidence des dieux ?) que Ségolène Royal la joue seule et qu'elle n'a pas informé Aubry de sa décision ? En quoi ça ne pourrait être une stratégie collective ?

    RépondreSupprimer
  24. "Et alors ? S'il faut ça pour battre le candidat de droite..."

    1) on a vu que "ça" n'a pas suffit en 2007...

    2) pour ma part, pour redonner du crédit à la politique, du crédit à la gauche dont les fondamentaux sont de plus en plus ébranlés par la modernité, il est nécessaire de repenser les fondamentaux et non de faire de la politique au coup par coup avec ses incohérences et ses incompréhensions pour l'électeur.

    Je pense que nous sommes d'accord sur le fait que la gauche ne doit pas singer la droite et son idée de leader mais doit s'appuyer sur le collectif et les idées ^^

    RépondreSupprimer
  25. Pas lu les commentaires.
    Pour rappel, avant 1981, le PS a perdu un tas de présidentielles. Mitterrand a gagné parce qu'il a D'ABORD effectué une razzia sur toute la gauche avec un programme de gouvernement de gauche : renforcement de l'Etat et mise en place d'une solidarité collective, en gros.
    Je ne vois rien dans le PS du jours qui me fasse rêver…
    :-)

    [Je constate et ça me rend triste en fait. Ras le bol de la droite mais elle se présente avec un vrai programme de droite : suppression de l'Etat et mise en avant du seul effort individuel… :-) ].

    RépondreSupprimer
  26. Poireau,

    Oui, mais Mitterrand a préparé son truc pendant des années et des années.

    Antoine,

    Pas pour être élu en 2012. En 2017, peut-être.

    Lucia,

    Les dernières primaires au PS ont montré que les militants socialistes ont été aveuglés. D'ailleurs, au moment des primaires, l'élection était réputée imperdable. Entre nous, la déroute de 2007 montre que j'ai raison...

    Et je ne focalise pas sur les extrêmes.

    Pour ce qui concerne la stratégie de Ségo et le fait que tu puisses penser que la stratégie est collective, ça montre surtout ton aveuglement. Mais je n'exclus rien.

    RépondreSupprimer
  27. nuances :

    je n'exclus pas (comme toi tu semblais l'avoir fait d'emblée) que son annonce ait été faite en concertation avec Aubry, en quoi pour moi ce serait de l'aveuglement et pour toi de la lucidité ?;

    la déroute de 2007 ne s'explique pas par "la faute à Ségo" (élection "imperdable"), comme Le Pen au second tour ne s'explique pas par l'incompétence de Jospin (élection "imperdable" elle aussi);

    Sarko fera une bouchée d'Aubry, ou de DSK, pas de Royal. Sinon, qui d'autre pourrait y aller, Montebourg, Mélenchon ?

    RépondreSupprimer
  28. Lucia,

    Tu te trompes complètement. La foirade de Jospin est de la faute de Jospin. La déroute de 2007 est de la faute des militants socialistes qui ont été fascinés par Ségolène Royal alors qu'elle n'est pas populaire : les socialos se contentent de le croire.

    Sarko ne fera qu'une bouchée de pain de Royal. Je ne sais pas si tu te rends compte qu'il espère qu'elle sera candidate...

    RépondreSupprimer
  29. il espère que tous seront candidats... il n'en voit aucun prêt à lui faire face vraiment. Il me semble, pourtant, que Royal peut le surprendre, comme elle surprend tout le monde (je te l'accorde), raison pour laquelle je pense qu'elle serait la seule à avoir vraiment une chance.

    La foirade de 2007 est de la faute des socialistes (et pas seulement des militants), ils n'ont pas su que l'important c'était de gagner (l'important c'était la rose...), ils ont préféré perdre que de laisser une femme (Royal... ok, mais à mon avis si elle s'était appelée Hillary Clinton cela aurait été du même tonneau...) gagner.

    RépondreSupprimer
  30. Lucia,

    Arrête ! Ton procès au machisme est ridicule.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.