27 mai 2009

Proportionnelle

A lire, chez Florent, une analyse du mode de scrutin aux Européennes... (sur une idée de Dagrouik). Ou "comment ce mode de scrutin favorise l'UMP ?".

4 commentaires:

  1. Je lisais cet article ce matin et le trouvais intéressant, justement sur la position de l'UMP d'après les sondage !
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. je trouve qu'on a très peu parlé de la forte polemique autout du financement de la campagne europeenne ump de rachida dati et michel barnier, soupçonnés de se servir dans les caisses de l'Etat pour payer leur campagne...

    http://www.pour-une-europe-econome-efficace.com/elections-europeennes-polemique-autour-de-rachida-dati-et-michel-barnier/

    RépondreSupprimer
  3. D'après le tableau excel du "Petit livre rose", ce mode de scrutin avantage plutôt le PS !
    En effet, pour 26% des voix, l'UMP a 23 sièges, tandis que pour 21%, le PS en obtient 21. Ce dernier me semble avantagé.

    RépondreSupprimer
  4. Merci au taulier d'avoir mentionné ce billet.

    Pour compléter un poil, plus encore que le mode de calcul, ce qui favorise les grosses listes, c'est la division en circonscription :

    La répartition à la proportionnelle à la plus forte moyenne est d'autant plus équitable que le nombre de sièges à attribuer est grand - en divisant en 8 circonscriptions arbitraires, on accroit donc fortement "l'erreur d'arrondi", qui est toujours en faveur des grosses listes.

    L'UMP et le PS pourraient ainsi "gagner" 4 sièges chacun par rapport à une proportionnelle stricte sur 72 sièges, sièges qu'ils gagnent au détriment des "petites listes" (de gauche...)

    Paul, le calcul "national" n'a guère de sens, car les résultats ne seront pas répartis équitablement nationalement... et que l'attribution des derniers sièges se joue souvent à moins de 1%

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.