13 mai 2009

Hadopi ! De la vache chez Ruminances

Le billet de Ruminances nous rappelle qu’Hadopi est une loi purement électoraliste car techniquement inapplicable et sera probablement interdite par l’Europe. Quel est le but de Nicolas Sarkozy ?

Rester au pouvoir, nous dit Ruminances.

N.B. : Désolé de faire un nouveau billet sur Hadopi, c’est Sarkofrance qui m’a énervé ! Il est pour. Il ne se rend pas compte de ce qu’il fait : il va encore falloir que je trouve un titre de billet avec un jeu de mot idiot sur Hadopi.

11 commentaires:

  1. Hadopi cinq qui font dix ?

    Je vais lire, surtout Sarkofrance, ça m'étonne !
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. Non, il l'avait déjà annoncé mais le plus surprenant est qu'il argumente maintenant...

    RépondreSupprimer
  3. L'argumentation de Sarkofrance peut être entendue. Hadopi est une loi idiote et ne règle en rien la rémunération des artistes…

    [On sait par ailleurs que je combats la gratuité…].

    RépondreSupprimer
  4. C'est pas forcément évident de parler d'autre chose... Ca énerve l'ami Didier c'est vrai, mais...

    Mais c'est emmerdant, je ne pense vraiment qu'à ça en ce moment (même plus qu'au championnat de France de foot, c'est dire...)

    Après, il n'y a rien de scandaleux à être pour, même si je suis farouchement contre. Mais je trouve dommage de mettre en avant la "défense des artistes", qui est un prétexte pour mettre en place un contrôle global de l'Internet en France.
    Mais comme le dit bien M. Poireau, HADOPI ne rapportera pas un kopeks de plus qu'aujourd'hui aux artistes... Tout au plus cela donnera moins d'écho à leur oeuvre...

    RépondreSupprimer
  5. J'ai lu le billet de Sarkofrance, j'avais déjà compris auparavant que le débat sur Hadopi le mettait mal à l'aise. Comme moi. Au départ j'ai critiqué le choix d'un article dans Vendredi, me préoccupant de la défense du droit d'auteur. Par la suite il m'a semblé plus important de dénoncer le flicage sans contrôle de la vie privée, et c'est pour cela qu'en définitive j'ai aussi été contre Hadopi.
    Mais sur la gratuité de la culture, par contre, je trouve insupportable l'attitude des anti-hadopi. Faire de la musique, un film, écrire…, sont des activités qui s'apprennent, exigent du travail, un travail aussi absorbant que beaucoup d'autres.
    Ceux qui font cela en amateurs le font mal: libre à eux de le mettre à disposition gracieusement, et que les défenseurs de la gratuité se servent… Ceux qui en font métier doivent recevoir le prix de leurs efforts, c'est légitime. Si l'on ne veut pas payer, il me semble qu'il est honnête de passer son chemin… (Mais je me répète ;-) )

    RépondreSupprimer
  6. merci Le Coucou. Tu as mieux exprimé que moi le malaise.
    @Nicolas: désolé de t'avoir énervé. Promis, je ne ferai plus de billet pro-Sarko.

    RépondreSupprimer
  7. Le Coucou,

    Du parles des anti-hadopi comme une espèce de "ramasse tout" : je ne suis pas pour le piratage et contre les droits d'auteurs.

    Mais Hadopi est une mauvaise solution, avec tous les mauvais côtés que l'on connait.

    Juan,

    Mais non ! Quand on m'énerve, ça me donne soif.

    RépondreSupprimer
  8. Nicolas, exact, difficile en commentaire de distinguer les diverses positions. Et d'ailleurs, je me range moi-même dans les anti-hadopi, alors…

    RépondreSupprimer
  9. Vrai que le très sénile quarteron d'artistes de "gauche" plein de fric qui se permet de pleurer et de donner des leçons est plus pathétique que convaincant. Basta, le modèle des majors a vécu, place à une autre économie.

    RépondreSupprimer
  10. Juan a raison.

    Il faut defendre aussi la création. Le seul côte flippant de cette
    Loi, c'est l'aspect securitaire mais c'est malheureusement
    L'époque qui veut ca.

    Nicolas, cela sera une tequila frappée.

    Et puis, il va bien falloir que les blocs aussi
    Soient un peu protégés.....

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.