24 avril 2011

Blogueur et servitude des comptoirs

Seb Musset a rebondi sur cette histoire de rémunération des blogueurs quand ils sont repris par des grands sites de presse. Son billet est très bien (sorte de pléonasme) mais je ne suis pas du tout d'accord avec sa conclusion (à la suite du dessin).

C'est amusant, j'ai l'impression de me la prendre dans la figure pourtant je ne suis qu'à peine concerné, j'ai eu trois billets repris par un grand site (j'espère qu'ils en reprendront d'autres...) le mois dernier. Mon compte sur le post.fr n'est pas actif, je n'ai été associé à personne, un seul de mes billets a été repris par Owni, je crois.

Je me rappelle du message d'Owni (un DM, dans Twitter) : "salut, on peut reprendre ton dernier billet pour Owni ?". Je ne savais pas ce qu'est Owni et j'avais complètement oublié de quoi causait mon dernier billet. J'ai donc dit "oui".

Je me fous de tout ça. Je tiens Partageons mon avis et trois autres blogs. J'ai compris vendredi que je les tenais essentiellement parce que j'adore les relations que je peux avoir avec certains de mes commentateurs.

Quand un journaliste invite des copains à la maison et leur sert des bières, il ne se préoccupe pas du sort du bistro du coin et d'une manière générale de l'économie des bistros.

Quand ce journaliste est supporter d'un petit club de foot où joue ses mômes et donne un coup de main à l'occasion, par exemple pour les déplacements des équipes, il ne se préoccupe pas de l'économie des transports routiers.

Quand ce journaliste tient bénévolement une buvette avec de la bière pression lors de la fête annuelle du club, il ne se préoccupe pas du tout du fait qu'il concurrence les bistros, assez lourdement puisque des enjeux financiers sont en jeu : le brasseur (celui qui fournit les futs de bière) est le même pour le bistro et pour le club de foot.

Ce qui me gène également dans les propos de Seb et surtout dans les commentaires, c'est l'emploi du mot « travail ».

Quand je blogue, je ne travaille pas. Quand le journaliste tient sa buvette, il ne travaille pas, il donne un coup de main.

Quand il organise sa buvette dans le cadre de ses loisirs, il ne pense pas à l'économie « des bistros ». Quand je gère mon blog dans le cadre de mes loisirs, je ne pense pas à l'économie de la presse.

Je ne suis pas journaliste, juste blogueur.

Je me fous des journalistes comme les journalistes se foutent des barmans ou des informaticiens.

Ou alors, on va engueuler les secouristes bénévoles qui prennent la place de pompiers professionnels.

Mon blog, comme environ 370000 autres, est un machin fait pendant des loisirs.

Enfin, je regardais en début d'après midi mon compteur de visites : parmi les cinq billets ayant été le plus lus dans les dix derniers mois, figure celui que j'ai diffusé avant hier, relayant la grossesse de Carla Bruni. En deux jours, il arrive à la troisième place ! Les quatre autres billets de ce même top cinq sont des bouses du même métal.

Alors si les billets que je rédige et qui ont du fond peuvent être lus par quelques milliers de personnes hors de mon blog, je ne vais pas me plaindre.

Je ne vais pas courir après les reprises externes, ça fait cinq ans que je ne fais rien pour. Je fais même tout contre. Je parle de bites et de bière. Sur un autre blog, je cumule : je parle de bière et de la bite de Bieber.Je vous conseille de parler de bite et de bières, c'est très bien pour avoir la première place d'un classement de blogs politiques (de deux, même) mais un peu limite pour avoir la reconnaissance des grands médias.

Mais je comprends très bien les copains militants politiques qui cherchent à faire diffuser les tribunes où ils militent.

24 commentaires:

  1. D'accord avec toi.
    j'aime lire les mots bite et bière pendant mes loisirs.

    RépondreSupprimer
  2. Hum. Ce que fustige Seb n'est pas plutôt le fait que des journaux (pure players ou pas) reprennent à bon compte (gratuitement) les billets de blogueurs plutôt que de payer des journalistes à faire un vrai travail de fond ? Parce qu'entre un (bon) billet de blog et un edito ou billet d'humeur, je vois pas de différence sinon que l'éditorialiste sera rémunéré, et grassement.

    RépondreSupprimer
  3. David,

    Je ne suce que des bières, moi.

    Laetsgo,

    Ben oui mais dans conclusion il s'en prend aussi aux blogueurs.

    RépondreSupprimer
  4. J'aime ce billet, qui défend une saine conception du blog... Rien de plus à dire (sinon bonnes Pacques !)

    RépondreSupprimer
  5. "relayant la grosse de Carla Bruni" c'est lié au machin de Titan ?

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne suis pas contre le fait de partager gratuitement certains billets occasionnellement comme Owni ou d'autres, il faut qu'il y ait une part de gratuit et il faut bien faire passer ses idées.

    Je suis perplexe sur le côté systématique des reprises dans un flou contractuel total. Spécialement lorsqu'elles émanent de sites qui ont du budget et qui ont comptabilisé les blogueurs dans le "business model" comme moins coûteux que du matériel de bureau.

    RépondreSupprimer
  8. David,

    Arg !

    Falconhill,

    Merci.

    Seb,

    Oui, mais il faut bien admettre que le blogueur a le droit de s'en foutre.

    RépondreSupprimer
  9. je sens qu'il va falloir que je réponde... (jsuis assez d'accord avec vous deux...)

    RépondreSupprimer
  10. Tu deviendras peut-être journaliste quand tu cesseras de bloguer.

    RépondreSupprimer
  11. Juan,

    Il n'y a pas un très grand désaccord, mais je trouve que Seb s'en prend un peu trop aux blogueurs alors que le pb concerne la presse et les journalistes.

    Captain,

    Je ne veux pas cesser de bloguer ou être journaliste. Je veux tenir mon blog...

    RépondreSupprimer
  12. "Quand je blogue, je ne travaille pas"

    ça se ressent :-p
    Y'a même des gens qui ont la chance d'être rémunéré pour une activité qu'eux-mêmes ne considèrent pas comme du travail...
    Au fait, c'est quoi le lien entre 'travail' et 'contrainte' ?

    RépondreSupprimer
  13. Croire que parce qu'on a un blog et qu'on publie des articles intéressants, on devrait être payé pour, c'est une illusion économique.

    Comme l'a bien montré l'affaire Hugues Sérraf, les médias (comme Rue89) payent des journalistes pour de l'information. Ils ne paient pas pour des éditos ou du commentaire.

    Ayant toujours été méfiant vis-à-vis des sites qui reprennent vos billets en les pompant entièrement sans contrepartie, je ne suis jamais entré dans ce jeu de "et si un peu de visibilité me rapportait quelque chose?" Quand Marianne avait son widget (qui citait le titre de nos billets) qui m'apportait du trafic, ça me plaisait; mais le jour où il m'a proposé de reprendre un billet, j'ai dit que ça ne m'intéressait pas.
    Pour autant, je n'ai pas d'avis sur ceux qui le font occasionnellement, ou de façon suivie. Ça fait partie d'un ecosystème médiatique qui fonctionne (plutôt bien, à mon avis).

    De façon générale, Internet nous apprend que l'information standard a de moins en moins de valeur. Sa valeur tend vers zéro. En revanche, l'information de très haute qualité continuera d'être recherchée.

    Enfin, de façon générale, les gens méconnaissent les conditions de rémunération des journalistes: ça pourrait faire l'objet d'un blog qui s'appellerait crise dans les médias, par exemple!

    RépondreSupprimer
  14. Grosso modo d'accord avec Éric juste avant moi. Le mot "travail" appliqué à ce que font les blogueurs (sauf exceptions rarissimes) me semble assez ridicule : il ne s'agit jamais que de glose plus ou moins intéressante et originale (souvent moins que plus) autour d'une information qui a été récoltée et mise en forme par d'autres. Qui, eux, ont travaillé (en principe…).

    C'est comme si des mômes, parce qu'ils ont joué à la guerre au bas de leur immeuble pendant une heure, réclamaient ensuite une pension d'ancien combattant.

    RépondreSupprimer
  15. Vincent,

    Quel est le rapport ? J'aime bien mon travail, ce n'est pas une contrainte. Mais c'est du travail. Pas mon blog.

    Eric,

    Tout à fait d'accord avec ta première phrase (je lis le reste à partir de maintenant...).

    D'accord avec le reste aussi. D'ailleurs Didier Goux aussi, visiblement... C'est louche.

    Didier,

    Oui et non. Je vais faire l'avocat du diable : dans la mesure où les sites en question gagnent de l'argent, il serait juste qu'ils en reversent une partie aux blogueurs "exploités".

    Par ailleurs, il n'y a plus trop d'information originale (en politique) sur Internet. Quand je cherche un truc précis à propos de l'actualité, on me sort un lien vers chacun des sites de la presse française qui reprennent une dépêche de l'AFP.

    RépondreSupprimer
  16. "il ne s'agit jamais que de glose plus ou moins intéressante et originale" mais est-ce que cet qualificatif ne s'apparente pas de plus en plus souvent à ce qu'on trouve dans la presse ?

    La problématique est de savoir ce que l'on appelle travail : est-ce que c'est une activité, ou est-ce que c'est le regard porté par son auteur sur cette activité. Je penche pour la première solution : même si je ne considérais pas que mes billets que reprend Marianne sont du travail pour moi, force est de constater qu'ils nourrissent et font tourner un site correspondant à une activité rémunérée ...

    RépondreSupprimer
  17. Romain,

    Le travail est une activité mais tu ne considères pas la rédaction de tes billets comme du travail, donc la question ne se pose pas...

    Pour le reste, c'est à toi de juger si tu veux continuer à être reprise gratuitement par Marianne2 ou pas. Soit tu gagnes de l'argent, soit tu diffuses tes idées.

    A la limite, je me demande parfois si ça ne serait pas au blogueur de payer pour voir ses billets diffusés !

    RépondreSupprimer
  18. et pourquoi ca ne serait pas aux blogueurs d'envoyer la facture ? d'adresser une note de droits d'auteurs aux sites qui reprennent leurs billets ?
    au lieu d'attendre que tout vienne d'en haut, pourquoi ne pas agir ?

    RépondreSupprimer
  19. Ju,

    Ca ne changerait rien ! S'il n'y a pas de contrat "de service" (à défaut "de travail"), personne n'a de raison de payer...

    RépondreSupprimer
  20. si, pour les droits d'auteur, dans certains cas, pas besoin de contrat. ca peut marcher par facture.

    RépondreSupprimer
  21. l'idéal serait que les gens aient le choix de demander a se faire payer ou non

    RépondreSupprimer
  22. Ju,

    Ils ont le choix ! Ils ont tous accepté de se faire reprendre gratuitement et maintenant ils regrettent en critiquant ceux qui acceptent (Seb le dit très bien dans son billet puisque lui aussi a accepté).

    Il "suffit" de dire "stop" maintenant et de négocier. Mais il y a d'autres volontaires pour publier gratuitement.

    RépondreSupprimer
  23. @Nicols
    oui c'est ce que j'ai toujurs dit, il aurait fallu le faire plus tot meme si la demande est légitime. Seb a su dire stop, justement. Le probleme c'est que si lui ne veut plus, d'autres prendront la releve...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...