05 avril 2011

Rigolons avec les critiques du projet du Parti Socialiste

J’aime beaucoup les critiques du programme du PS faites par les uns et les autres. Certains parlent de déclin, de régression, … Pourtant, après 10 ans de gestion par la droite, la France est dans un état lamentable.

Les critiques de la droite sont amusantes.

Je vais répondre ce que j’ai répondu au billet de FalconHill, de ce matin, en répétant une partie de mon billet. Ca fait cinq ou six ans que je fais des billets contre les éléments de la loi TEPA : le bouclier fiscal, la défiscalisation des heures supplémentaires, la « défiscalisation » des intérêts d'emprunts immobiliers et l’allègement des droits de succession. Ce sont des mauvaises mesures. Le gouvernement est d’ailleurs revenu sur une d’entre elles (les aides fiscales à l’accession à la propriété) et s’apprête à revenu sur une autre (le bouclier fiscal).

Voir le parti que je défends intégrer à son programme la suppression des machins que je critique ne peux que me réjouir.

A mon billet de ce matin, j’ai eu un seul commentaire (à part ceux constatant l’absence de commentaires) (comme moi le projet du PS n’intéresse personne à part les tauliers de blogs et François Fillon) : « Je serais curieux de voir ce qui différencie ce programme de celui du PS en 2002, sinon 2007. Au menu: interventionnisme d'Etat, mesures de régulation des marchés (emploi, logement, etc) aux effets positifs douteux, mesures symboliques à visée électorale (mariage homo, égalité salariale, tranch de salaires de 1 à 20, etc.) sans trop mesurer l'impact et le besoin réel... J'avoue ne pas être naturellement convaincu par la PS et l'être encore moins aujourd'hui ! » 

J’aime bien les gens de droite qui critiquent le PS quand il fait un projet à gauche. Celui-ci est un blogueur de droite, qui dira peut-être le contraire, il se prétendra libéral ou centriste…

C’est gentil de confirmer aux gens encore plus à gauche que le programme du PS est à gauche…

Certains vont parler d’un retour arrière, on peut en effet d’ailleurs s’interroger sur l’opportunité de reprendre des parties de programmes déjà présentées à des élections qu’on a perdues et je suis curieux de voir comment le PS va faire la communication nécessaire, maintenant, pour faire entrer dans le crâne des gens, que ses propositions sont meilleures.

Car certains parlent d’un retour arrière, d’une régression. Moi, je vois une droite qui veut nous faire travailler plus et j’ai du mal à voir en quoi c’est un progrès dans la mesure où tout le monde peut constater que le pouvoir d’achat d’avance pas. Et je ne vois pas en quoi c’est très mal de revenir à une époque où le chômage baissait et où on avait un peu de raisons d’espérer.

Tout en perdant les élections et en profitant d'une embellie de l'économie (je précise ça pour calmer mes trolls favoris).

Cela dit, les critiques de l’intérieur sont beaucoup plus amusantes puisque les « Ségolistes » sont de sortie, par l’intermédiaire de l’inusable Richard Trois qui arrive à démontrer que la moitié des propositions du PS ont été inventées par Ségolène Royal. Ainsi, quand Olivier Besancenot veut interdire les « licenciement boursiers », il imite Ségolène Royal. Quand les verts veulent développer les énergies renouvelables, ils imitent Ségolène Royal.

Quand une personnalité politique, même de droite, veut limiter l’envolée des loyers, elle imite Ségolène Royal. Quand mes « copains réacs » veulent une « réponse immédiate au premier acte de délinquance », ils imitent Ségolène Royal.
Quand Monsieur Tobin inventait la taxe Tobin, il imitait Ségolène Royal.

On frôle le grand comique.

(source de la photo du haut, j'ai perdu celle du bas et la recherche google que j'ai utilisée)

11 commentaires:

  1. En grande forme toi en cette fin de journée :)

    RépondreSupprimer
  2. Méluche a dit que le programme de solférino était FMI-compatible, il a tout dit. Et Montegourg qu'il y manquait l'audace (mais lui aussi a déjà un programme, bien plus étoffé).

    RépondreSupprimer
  3. Le projet fait causer. C'est le plus important.

    RépondreSupprimer
  4. FMI-compatible ? Si DSK n'avait pas été président du FMI, Méluche en aurait-il parlé une seule fois dans sa vie?
    La comm', ou l'art des petites phrases qui ne veulent rien dire.

    RépondreSupprimer
  5. J'adore la photo du haut. Et un projet, c'est mieux que pas de projet.

    RépondreSupprimer
  6. un beau billet si bien commencé .... :)

    RépondreSupprimer
  7. FalconHill,

    Il y a des jours comme ça !

    Rimbus,

    Si le seul critère de Méluche est de critiquer les institutions internationales dont nous faisons partie, il risque de passer pour un imbécile.

    David, Stef, Didier,

    Oui !

    Benjii,

    C'est gentil de noter à quel point il est ridicule.

    Tifenn,

    Oui, hein !

    Melclalex,

    Tu as le droit, aussi, de reconnaitre la bêtise de tes amis...

    RépondreSupprimer
  8. Elle est très belle la photo du haut. Ça fait très très longtemps que je n'ai pas vu une telle illustration de responsables de droite se marrer spontanément entre eux comme ça ! :-)

    RépondreSupprimer
  9. Rigoler, à droite ? Mais tu n'y penses pas !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...