19 avril 2011

C'est très troll

Télérama a fait un article à propos des trolls qui sévissent sur les sites d’information. J’aurais voulu en citer plusieurs extraits mais, finalement, je vais me contenter d’un seul, pour faire joli, et vous encourage à tout lire.

« Rue89 ferme désormais l'espace des commentaires quatre jours après la publication de l'article. »

Je cite cet extrait parce que c’est à peu près la dernière décision que j’ai prise, pour mes blogs, donc celui-ci (et au bout de deux jours). Une forme de lassitude s’était emparée de moi. J’aime beaucoup les dialogues que je peux avoir avec « habitués » voire avec certains "petits nouveaux" ou "occasionnels", que je découvre progressivement, mais, passé un jour ou deux, les commentateurs deviennent parfois « spéciaux ».Ils prennent leurs aisés, seuls face au taulier qui est bien obligé de les écouter ne serait-ce que par savoir-vivre.

En fait, ils trollent mais on ne s’en rend pas compte, tant la définition d'un troll est floue.

Toujours est-il que je fais ce billet ici, et pas dans une de mes annexes, car je vois souvent des gens qui pleurnichent parce que je vire leurs commentaires, je les dégage à coups de « connard » et de « trou du cul » (c’est encore ce qu’il y a de plus efficace). C’est tout simplement parce que j’ai besoin de retrouver ma sérénité. Et certains commentateurs ne le comprennent pas. Sans être agressifs, sans être méchants, ils parlent, ils parlent, ils parlent…

Sans se poser la question de savoir si je prends du plaisir à cette discussion.

Alors je vire, j’engueule, ils se fâchent. Ils ne comprennent pas qu’ils sont comme ces casse-couilles, au bistro, qui viennent toujours causer avec vous, au comptoir, parce que vous êtes sympathique, cordial et avez toujours quelques euros en poche pour remettre une tournée. Mais ils ne comprennent pas que vous avez envie de faire les mots croisés, peinard.

Ils prennent la mouche : « mais qu’est-ce que tu fais au bistro, si tu veux voir personne ? » « Je veux bien voir quelqu’un mais pas toi, pourquoi aurais-je la moindre envie de te causer ? ».

Mais pourquoi tu tiens un blog si tu ne supporte pas les commentaires ?

Je supporte les commentaires. Mais pas tous les commentateurs.

Désolé.

10 commentaires:

  1. Ah ben moi, il m'en est arrivé une bonne : un mec qui n'avait pas aimé un de mes vieux billets l'a mis en lien dans les commentaires de Birenbaum pour me traiter d'abruti, etc.
    Mais il n'a pas commenté le billet en question. Il a préféré me descendre chez Guy. Comme l'audience de l'Epicerie est 10 fois la mienne, je comprends le mec…

    RépondreSupprimer
  2. Rimbus,

    Va voir le dernier billet de Yann Savidan : il a eu droit aux commentaires de fdesouche.

    RépondreSupprimer
  3. en même temps... un blog sans troll... ce serait triste ! non ?
    Et puis... on est toujours le troll d'un autre...
    et puis qui veut troller loin, ménage son taulier...
    ou trolleur un jour, trolleur toujours...
    ;o)
    j'espère avoir été un peu troll...
    PS le troll est-il toujours velu ?

    RépondreSupprimer
  4. Nap : oui, le troll est obligatoirement velu (sinon, ça s'appelle un gode), ainsi que le prouve la formule latine découverte à Pompéi :

    Veli, vidi, vici

    Soit :

    Je suis velu, j'ai vu, j'ai vaincu.

    Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas : le troll officiel de ce blog est là pour vous répondre.

    RépondreSupprimer
  5. je n'avais pas constaté une arrivée plus massive de trolls après deux jours. Parfois ce sont au contraire eux qui dégainent les premiers... Mais bon, moins il y en a plus on peut respirer, alors !

    RépondreSupprimer
  6. La relation du troll au blog est celle du parasite à la plante ... mais dans mes vagues et lointains souvenirs de botanique, il me semble que la plante y trouve parfois son compte non ? (relations de symbiose etc.)

    RépondreSupprimer
  7. Didier,

    Heu... Vous avez trop lu ? Vous êtes livre mort ?

    Nap, Romain,

    Il y a troll et troll. Didier Goux par exemple est mon troll attitré et je suis le sien. Nous participons, tous les deux, à la gloire du blog de l'autre. Il envoie chier mes commentateurs, je traite les siens de connard...

    Bref, nous nous sommes confiés réciproquement les clés de nos frigos... Pour vous dire la confiance.

    Par contre, il y a les trolls qui minent...

    Elia,

    Il n'y en a pas plus... Il se trouve juste qu'ils arrivent sur un sujet dont vous avez fait le tour et c'est parfois très chiant de relancer une discussion, surtout si les gugusses ne sont pas nécessairement agréables et surtout s'il ne s'agit pas de potes...

    RépondreSupprimer
  8. Ce n'est pas tout neuf la fermeture des commentaires à 4j sur Rue89… Ils se sont vite aperçus que la fermeture à 7j (instaurée moins de six mois après l'ouverture) n'était pas suffisante.

    Mais que tu fermes à deux jours me chagrine un brin, Nicolas. M'arrivait assez fréquemment de passer sur des trucs un poil vieux. Tant pis.

    Chez moi, ça reste open «à perpète», avec modération sur le blogue historique, sans modération sur les deux autres. Et j'ai parfois des surprises, vu que j'ai très peu de commentaires.

    RépondreSupprimer
  9. Je n'ai que de petits trolls assez gentils, parfois je le regrette tellement j'aime jouer avec eux ! :-))

    RépondreSupprimer
  10. Fabien,

    Je ne ferme pas, je modère !

    Poireau,

    Tu va voir quand tu en auras plein...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...