15 avril 2011

Prostitution : la loi n’est pas faite pour imposer un code moral

« Personne jamais n’a pu éradiquer la prostitution. Pas plus que la drogue. Le seul moyen serait un Etat fasciste, et encore. Les humains étant les mêmes partout, ce qui existe continuera à exister. Il est préférable de donner aux prostituées un cadre légal, des garanties sanitaires, de sécurité et d’indépendance, et d’aider celles qui veulent en sortir. Et n’oublions pas que le proxénétisme est à 40% pratiqué par des femmes. En effet les proxénètes sont répartis en 60% d’hommes et 40% de femmes. Pas la peine de traiter à longueur d’année les hommes de criminels, de salauds, de viandards, et j’en passe.

Ce projet, par la virulence de l’attaque contre les hommes, par les imprécisions voire les mensonges qu’il véhicule, est dangereux pour la démocratie. Il montre la volonté de passer en force. Il généralise et amalgame. Que l’on défende mieux les prostituées victimes de réseaux mafieux, certainement. La traite des humains est inacceptable. Pour le reste laissons les gens vivre leur vie librement s’ils sont consentants. La loi n’est pas faite pour imposer un code moral, mais pour poser une limite aux comportements qui ne respectent pas les choix de l’autre. »

C’est la conclusion de ce très intéressant billet du blog de la Tribune de Genève à propos du projet en cours, en France, de pénalisation des clients des prostitués (lien fourni par DF en commentaire chez DG).

A lire également, l’avis d’Olympe et l’anecdote du Coucou.

On attend l'avis d'Yann qui est visiblement parti se forger un avis après le KdB d'hier, de même que Gularu qui est parti bien tôt...

25 commentaires:

  1. Je dirai un peu la même chose que chez Olympe : Je n'ai pas vraiment d'avis précis sur le sujet. Pour l'instant je lis à droite et à gauche...

    Mais critiquer en disant que "La loi n’est pas faite pour imposer un code moral," me parait une critique vaine.
    Toute loi, toute règle qui régit une société se base sur un positionnement moral, une éthique, des valeurs. A des degrés divers bien sûr : le vol n'est pas le viol... etc...

    "personne n'a jamais pu éradiquer la prostitution"
    Certes mais personne n'a jamais pu éradique le vol et le meurtre et pourtant des lois l'interdisent parce que justement on considère que c'est mal.

    Les arguments contre ce projet sont sans doute à trouver ailleurs...

    RépondreSupprimer
  2. c'est maaaâaaale !

    RépondreSupprimer
  3. Suzanne,

    Ha.

    Polluxe,

    Pas d'accord. 99,99% de la population pense que le vol, c'est mal. Même les voleurs le pensent probablement.

    Pourquoi décréter qu'aller aux putes est le mal en 2011 ? Même si c'est le mal...

    En outre, je ne suis pas concerné par la prostitution. Je suis susceptible de l'être par le vol.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    c'est amusant : si on remplace dans le texte ci-dessus le mot prostitution par burqa... cela donne un texte également intéressant...
    ;o)
    @+
    PS : il y a bien eu la prohibition de l'alcool aux states... je prédis la même fin à ce type d'interdiction...

    RépondreSupprimer
  5. @ nicolas : "Pourquoi décréter qu'aller aux putes est le mal en 2011 ? Même si c'est le mal... "

    et pourquoi pas ? c'est ouvert. on pourrait aussi décider que c'est bien et l'encourager. toute société décide par ses règles à tout moment de ce qui est bien, mal,neutre, tolérable, etc...

    tu confortes ce que je disais, on est bien là d'un coté comme de l'autre (les pour et les contre) sur un positionnement moral inévitable, vis à vis de la prostitution, que ce projet vient relancer.

    RépondreSupprimer
  6. Personnellement j'en ai un peu ras la casquette de ces sujets de merde qu'on nous ressert après l'insécurité, la religion, l'immigration, le prix du kilo de lentilles et les varices à mémé comme des marronniers à débats, histoire de faire mousser un bidule qui sert à rien. Depuis la disparition des dinosaures, la femme des cavernes fait payer la passe au gros Oink et ses copains et ce n'est pas la grosse bachelot qui va y faire quelque chose.

    RépondreSupprimer
  7. liberté individuelle, bordel ....ce dur métier est imposé en +, la séduction n est pas a la portée de tous , méritent une médaille toutes ses femmes et ses hommes ....

    RépondreSupprimer
  8. Hummm je sens que ca va troller à sec... ;-)

    RépondreSupprimer
  9. L'article que tu cites est très bien. En fait, ce que l'on peut reprocher à la prostitution, outre le proxénétisme qui est bien sûr condamnable, c'est qu'elle favorise l'existence d'îlots "mal famés", lieux à problèmes divers —mais est-ce bien pire que l'atmosphère de certains coins de banlieue aujourd'hui? Vouloir "assainir" ces lieux relève de l'attentat contre le patrimoine national, l'Unesco aurait dû classer la rue St Denis et Pigalle quand il en était encore temps.

    RépondreSupprimer
  10. Lol Persone jamé n’a pu éradiké la prostitution mdr Pas plus ke la drogue XD Le seul moyen seré 1 Etat fasciste mdr é encore mdr Le um1s étant lé même partout mdr se ki existe kontinuera à existé mdr Il è préférable 2 doné aux prostitué 1 kadre légal XD dé garantie sanitère XD 2 sécuriT é d’1dépendance mdr é d’aidé kL ki veulent en sortir lol

    t'aurais jamais du montrer le lolify-lol

    RépondreSupprimer
  11. Putain d'Ad§èle, je sens que je vais vous faire un billet sur la prostitution, demain. Un vrai, un gros, un lourd. Un écrit par un mec qui sait ce que c'est que les putes. Un capable de me fâcher avec vous tous, bande de grotesques bonnes sœurs de gauche !

    RépondreSupprimer
  12. Je suis d'accord avec l'article.
    c'est qui notre Ministre de l'intérieur, c'est triste d'être aussi chaste, il n'apas du fréquenté DATI alors ...

    RépondreSupprimer
  13. Le concept de la prostitution consentante, c'est la plus grosse connerie que j'ai jamais entendu. Le consentement, du reste, est une notion qui n'est pas du tout légitime pour discuter du bien fondé d'une Loi. C'est une notion toute entière taillée pour l'inaction politique.

    RépondreSupprimer
  14. Le suicide est consentant. Les types qui entrent dans des sectes sont consentants. Il y a même un type qui a consenti en Belgique à se faire manger par un autre. C'est absurde.

    RépondreSupprimer
  15. je conseille cet article http://www.romain-jammes.fr/?p=1007

    RépondreSupprimer
  16. Merci pour le clin d'oeil! L'article de "HommeLibre" m'a paru particulièrement original parce qu'à la fois critique et argumenté de manière solide. Ce n'est du reste pas le premier billet passionnant qu'il rédige sur les hommes, les femmes et les relations qu'ils ont entre eux...

    RépondreSupprimer
  17. Nap,

    C'est à peu près sûr.

    Polluxe,

    Il parait qu'il n'est pas moral de se mettre les doigts dans le né. Pourtant, objectivement, on s'en fout un peu et il ne viendrait à personne d'interdire de se mettre les doigts dans le né.

    Quand Marcel le fiacre (désolé, c'est le seul client de prostitué que je connaisse. Enfin, le seul qui en parle) allait se faire sucer après une course en taxi, il n'avait de positionnement moral.

    Il faut arrêter de se positionner sur le plan de cette "morale", il faut éviter que le débat dérape sur ce sujet, d'autant qu'on trouvera assez facilement des gens trouvant tout moral.

    Tiens ! A l'Aéro, il y avait une prostituée parmi les clients, elle venait là parce que c'était le seul bistro ouvert à 5h30, le matin, quand elle rentrait du taf (ou du paf...). Elle trouvait tout à fait moral de faire une gâterie au patron pour le réveiller et éviter de payer son café...

    Captain Haka,

    Pareil.

    RépondreSupprimer
  18. Le Coucou,

    Oui ! Sauvons Pigalle !

    Fidel,

    Andouille.

    Didier,

    Vous avez repris la picole ? Cela dit, je doute que vous me fâcherez sur un tel sujet... En l'occurrence, à part la gauche de la gauche, personne, à gauche (parmi mes copains blogueurs), n'est vraiment opposé à la prostitution, hormis, les aspects négatifs, comme ceux soulignés par le Coucou.

    Dorham,

    Oui, et ?

    Vieil argument... Mais tu crois que la caissière de chez Leclerc est consentante ?

    L'argument du "pas consentante" n'est pas plus valable que l'inverse.

    DPP,

    Lu. On pourrait philosopher pendant des heures que ça ne résoudra pas le problème.

    DF,

    Je vais donc suivre ce gugusse.

    RépondreSupprimer
  19. Nicolas, je ne vous comptais pas parmi les bonnes sœurs en question…

    RépondreSupprimer
  20. Le type même de sujet qui n'intéresse personne. Du blabla destiné à occuper le temps de cerveau disponible du pékin de base.

    Un sujet bien glauque qui cause à la fois de cul, de fric et de criminalité. Un sujet idéal, quoi, qui fait vendre. Avec bien sûr à la clé la photo d'une pute montrant ses cuisses...

    En plus, l'auteur, votre commentaire perso fait 2 lignes, ce qui est peu pour quelqu'un se targant d'être "blogueur influent". Pomper (!) le travail des autres, c'est un peu de la paresse intellectuelle. Non ?

    Jojo

    RépondreSupprimer
  21. Nicolas,

    Tu m'as mal compris. Si je dis que le consentement n'est pas une donnée utile, cela signifie implicitement que le non-consentement ne l'est pas davantage. Ce n'est pas moi qui en parle mais l'article mis en lumière qui est idiot et hors sujet, et ne remets donc pas en cause l'esprit d'une telle loi. Loin s'en faut...

    RépondreSupprimer
  22. Si on interdit les clients aux prostituées, comment les étudiantes vont payer leurs études ?

    [En même temps, avec le tassement du niveau de vie, c'est depuis longtemps que la droite lutte contre les clients de la prostitution ! :-) ].

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...