07 avril 2011

Vivement 2012, les impôts vont augmenter !

Quand j’ai ouvert la dépêche, je croyais qu’il s’agissait de la photo de Reagan mais non, il s’agit bien de Jérome Cahuzac, député socialo, président de la « Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire », pour vous dire qu’il connaît bien l’état des finances de notre pays. Il n’y va pas par quatre chemins et ne coupe pas les cheveux en quatre : « La prochaine majorité présidentielle n'aura pas d'autre choix que d'augmenter les impôts. »

On est prévenus. Les zozos vont faire un tas de promesses de campagne et dès le lendemain de l’élection, les impôts vont augmenter, quelle que soit la nouvelle majorité qui se mettra en place.

Prévenons immédiatement les électeurs en moins de 140 caractères : « Les impôts seront augmentés, votez à gauche pour éviter d'en chier plus. Pour une imposition juste ! Bordel ! »

Que nous dit M. Cahuzac : « Aujourd'hui aucune politique publique ne peut être menée en France sans l'aval des marchés financiers et des agences de notation. 70% de la dette étant détenue par des investisseurs étrangers, nous constatons une aliénation de notre souveraineté nationale. Pour mener les politiques que les Français choisiront, il faudra absolument desserrer l'emprise des marchés en se désendettant. Ce n'est donc pas une question d'orthodoxie budgétaire, libérale ou pas. C'est une question de souveraineté nationale. »

Je vais résumer le reste.

Il est nécessaire de fusionner la CSG et l’impôt sur le revenu pour rendre le système plus juste et plus simple (que tous les revenus soient taxés d’une manière compréhensible). Avant cela, il faudrait supprimer les niches fiscales sinon, elles s’appliqueraient aussi à « l’assiette de la CSG » : la réforme serait donc contre productive puisque diminuerait les recettes.

Le premier chantier à mener est donc de s’attaquer aux niches fiscales ce qui n’est pas simple (elles ne sont pas toutes inutiles…). Il propose donc de diminuer le plafond des avantages fiscaux qu’elles procurent. Il propose de les plafonner dans un premier temps à 15000 euros (à mon avis, il devrait faire plus fort : il faut gagner un sacré paquet d’oseille pour payer 15000 d’impôts).

A mon avis, cette fusion aura aussi l’avantage de montrer à tout le monde qu’il paye de l’impôt sur le revenu (il y a une « rumeur » qui dit que seule une petite proportion des citoyens payent l’IR alors que tous les salariés paye un impôt sur le revenu : la CSG).

Il recommande de faire très vite le prélèvement à la source pour différentes raisons. Moi pas mais on s’en fout.

Contrairement à moi aussi (mais on s’en fout aussi), il ne recommande pas la suppression du quotient conjugal.

Il estime que le taux marginal d’imposition – qui touche les revenus supérieurs à 105 000 euros – doit passer à 45% au lieu de 40%. Il propose que de manière temporaire, l’imposition des plus de revenus supérieurs à un million passe à 60%. Hop ! J’entends déjà mon gros commentateur réac ronchonner (« vous ne pensez qu’à prendre le pognon aux riches parce que vous ne les aimez pas » ou un truc comme ça) mais il oublie qu’il ne gagne pas ça et que récupérer des sous pour faire revenir la dette au niveau qu’elle avait en 2002 (par exemple…) est une question d’urgence nationale.

Tous les revenus, y compris ceux du patrimoine, doivent être soumis à cet impôt. « Ainsi il n'y aura plus de différence de traitement fiscal entre les revenus du capital et les revenus du travail. »

« Grâce au prélèvement à la source, le RSA activité et la PPE, qui auront été fusionnés, seront plus efficaces. Ils ne seront plus versés avec un décalage mais immédiatement. Par souci de justice et de redistribution je propose qu'on les augmente de 50%. »

Je suis contre. Faut arrêter de payer les gens pour qu’ils bossent… C’est aux entreprises de verser les salaires…

La défiscalisation des heures supplémentaires doit être supprimée. Parfaitement d’accord. Mais il faudra le dire aux électeurs qui en bénéficient après les élections...

Il n’y a aucune urgence à réformer l’ISF. A part pour l’UMP, si elle veut le faire tant qu’elle est encore au gouvernement (quoique…)

A propos des droits de succession : « Maintenir le système voulu par Nicolas Sarkozy et l'UMP qui revient à exonérer de tous droits des patrimoines de l'ordre de 2 millions d'euros c'est vouloir pérenniser les inégalités et créer une société de rentiers. C'est faire le contraire de ce qui fut annoncé : la revalorisation du travail. »

A propos de l’impôt sur les entreprises, il faut l’uniformiser (à 30%) entre tous les pays d’Europe. Sujet à la mode. « Il faut aussi plafonner ou encadrer un certain nombre de niches qui bénéficient essentiellement aux grandes entreprises, comme la fameuse niche Copé qui a coûté 6 mds d'euros en 2010, et qui permet aux entreprises de ne pas payer d'impôt sur les plus-values de cession de filiales détenues depuis plus de deux ans. »

A propos de Jean-François Copé, figurez-vous que ce matin, je me suis réveillé avant le radio réveil, vers 6h40. J’ai donc allumé la radio (France Info). Il y avait Jean-François Copé dans le poste. Au réveil… Il parlait des primaires du PS et gueulait parce que les fichiers électoraux allaient être utilisés. Atteintes aux libertés individuelles et tout ça ! Un vrai petit gauchiste qui gueule contre l’UMP à cause de Hadopi, LOPPSI, les caméras de surveillance, … Pour le chef de l’UMP, c’est assez fort ! Mais je m’égare dans un aparté totalement inutile dans un billet de blog du même métal (mais c’est la faute de l’Hérétique qui a diffusé le lien vers l’interview de Cahuzac, hier). Enfin, je sais maintenant pourquoi j’ai la tête dans le cul, ce matin : la radio au réveil…

Revenons à Cahuzac.

A propos de l’Europe, il veut mettre une fiscalité écologique « à ses frontières ». Je crois qu’il a raison.

« Je proposerai également de diminuer le plafond d'allègements de cotisations sociales sur les bas salaires de 1,6 à 1,5 smic ainsi qu'une mesure forte pour les jeunes de moins de 25 ans. Tout contrat d'au moins un an sera libre de charges, pendant deux ans, jusqu'à 1,3 smic. Cette mesure sera dégressive jusqu'à 1,5. C'est une mesure qui permettra, je l'espère, de lever le frein à la première expérience professionnelle qui est déterminante. »

D’accord.

A propos de la taxation des bénéfices : « Il y a une mesure miroir qui consistera à surtaxer les bénéfices distribués au delà d'un certain taux. Vous avez des entreprises qui redistribuent à près de 80%, comme Orange, et d'autres à 30%. » D’accord. Avec ce que je paye comme frais chez Orange (100 euros, de mémoire), je veux bien qu’on en taxe une partie…

A propos de la TVA sur la restauration : « il faut créer un taux intermédiaire à 13%, entre le taux à 19,6% et le taux à 5,5%, qui s'appliquerait, notamment, à la restauration, qu'elle soit à emporter ou a consommer sur place. » Pour moi, ce taux doit aussi s’appliquer à la bouffe vendue « préparée et prête à consommer » dans les supermarchés, les stations services, … (notamment les sandwichs mais on pourrait étudier cela produit par produit : il y a un billet à faire à ce sujet...).

Jérome Cahuzac écarte la TVA Sociale. Il a raison (c’est une idée qui revient de temps, mais ce n’est pas l’objet du billet). « La proposition faite par Jean-François Copé pour l'UMP n'est pas vraiment raisonnable. Elle freinerait trop brutalement la consommation et donc remettrait en cause la croissance. »

Je résume. 

Une augmentation des impôts est obligatoire. L’UMP va proposer d’augmenter la TVA et le PS l’imposition sur tous les revenus, y compris ceux du capital.

Choisis ton camp.

14 commentaires:

  1. Cahuzac a raison...

    Je ne sais plus qui c'est qui avait dit que quelque soit le résultat de l'élection de 2012, DSK serait président de la France. Soit parce qu'il aurait, soit parce que le pays serait sous tutelle du FMI...

    C'est un jeu de mot, mais l'idée est là...

    RépondreSupprimer
  2. Bref, si l'on veut éviter d'être déçu il est préférable de voter socialiste puisque, là, on est certain que les impôts vont augmenter, vu que c'est toujours le cas. Il faut bien prendre l'argent quelque part pour créer les emplois jeunes.

    Quant à l'imposition accrue sur le capital, vous vous foutez du monde : vous savez pertinemment qu'ils n'auront absolument pas les moyens de le réaliser. C'est parler en l'air pour faire joli.

    RépondreSupprimer
  3. et la 3ème voie ?
    Bayrou veut incarner le changement et en plus il n'augmentera pas les impôts (et il rasera même gratis !!)
    Tous ensemble avec Bayrou !
    ;o)
    m'enfin,
    @+

    RépondreSupprimer
  4. Didier,
    Vous racontez une double connerie (mais c'est pour ça qu'on vous aime).
    1. La dernière vraie baisse d'impôt a été faite par les socialos en 1997, à savoir la baisse d'un point de la TVA alors que la droite a multiplié les petites taxes qu'on ne voit pas trop... Pour le reste, en disant de droite, la dette a largement augmenté alors qu'elle avait diminué "sous la gauche". Ce sont donc des impôts en plus puisqu'il faudra bien la rembourser.
    2. Je ne parle pas de l'imposition du capital mais des revenus du capital. Ce qui veut dire, en Français, des revenus des placements financiers (actions, ...) qui échappent majoritaire à l'impôt sans que personne le voit grâce à un machin "libératoire" décrit par Cahuzac. C'est très facile à imposer normalement...

    FalconHill,
    Je ne sais plus non plus. Ce n'était pas Méluche ?

    Snoop,
    Je fais partie de ceux qui pensent que Bayrou peut revenir.

    RépondreSupprimer
  5. De toute façon, je baillait juste pour énerver le monde, car non seulement je ne comprends rien à toutes ces histoires, mais en plus je m'en contre-pignole.

    RépondreSupprimer
  6. Didier : vous avez tort. Parce que c'est avec ce pognon qui disparait dans la nature qu'on pourrait donner à la justice de quoi faire appliquer _réellement_ les peines qu'elle inflige aux fameux "-nocents".

    Les milliards qui disparaissent en fumée à chaque niche fiscale et baisse d'impot de la droite, c'est de la dette en plus.
    Et il y a une loi en économie qui consiste à dire "impot=dette et dette=impot".
    Car la dette d'aujourd'hui, c'est l'impot de demain.

    Donc le fameux "grand emprunt" de Sarkozy, c'est un impot. Mais il est caché, et c'est demain qu'on paiera.
    Moi, quitte à payer, je préfere savoir quand et comment sera prélevé mon pognon, plutot qu'on emprunte pour me ménager et que je découvre dans 15ans que je suis dans la merde, tel les grecs, irlandais ou autres portugais.

    RépondreSupprimer
  7. @benjii
    Entièrement d'accord

    @Jegoun
    Tu crois vraiment que Bayrou peut revenir en force ? Il a complètement échoué avec le MODEM. Tout ce qu'il a, c'est la croyance en son "destin" et sa tête de ravi de la crèche. Et quand je vois les sondages qui le donnent à 7 ou 8%, je me dis qu'il est surévalué...

    RépondreSupprimer
  8. @pullo : pour les sondages, je ne pense pas.
    En 2007, Bayrou a réuni ceux de droite qui n'aimaient pas Sarkozy et ceux de gauche qui n'aimaient pas Royal (j'en fais partie)
    Royal n'étant plus à l'affiche, ne devraient rester à Bayrou que la moitié de son électorat, la partie droite quoi. Ca tourne dans les 7-8%.

    RépondreSupprimer
  9. C'est ça le problème, la Droite ne sait pas gérer.
    Elle a réussi cet exploit de A LA FOIS diminuer le Service Public et d'augmenter le déficit.
    Ce que même la Gauche n'a jamais réussi à faire !

    RépondreSupprimer
  10. Où on découvre que l'Etat ne peut gouverner qu'en s'occupant de la répartition des richesses nationales !
    :-))

    [Encore un beau billet, bordel ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  11. Elmone,

    Oui, c'est affligeant.

    Poireau,

    On découvre, seulement ?

    RépondreSupprimer
  12. La pression économique liée à l'écologie est déjà bien installée : augmentation du cours du pétrole, +20% pour le gaz en un an, renchérissement des matières premières. La solution n'est pas de taxer simplement (approche négative), mais de mettre en place un système bonus-malus qui récompense les changements de comportement vertueux.

    RépondreSupprimer
  13. Euuuuh quelqu'un a pensé ce que provoquerait le fait de taxer le capital notamment des PME mis à part de combler le déficit? Parce que du coup j'ai comme un doute ??? Ne court-on pas un risque à taxer les bénéfices par rapport à d'autres pays qui ne le font pas? Une autre idée me vient en tête: celle du retour des capitaux versés par l'Etat comme avantage pour les entreprises qui délocalisent.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...