13 avril 2011

Question de @dadavidov : Y a-t-il un thème que tu te refuses à aborder ?

Dans ma série « réponds donc aux questions des copains à propos des blogs », c’est Dadavidov qui a gagné la prochaine réponse, à sa question : « Y a-t-il un thème que tu te refuses à aborder ? »

Oui. Je ne parle jamais de la burqa, ça chauffe trop. Smiley.

En fait, j’aborde tous les thèmes mais il y en a beaucoup pour lesquels je refuse d’émettre une opinion. Dans « Partageons mon avis », ça fait tâche, donc c’est très rare que ça arrive.

Je parle très peu de politique internationale.

Je n’évoque jamais ou presque le Proche Orient parce que les avis des gens ne sont pas rationnels. Il faut toujours se positionner pro-Palestine ou pro-Israël. Pour ma part, je suis surtout pro-paix.

J’ai bon Dada ?

4 commentaires:

  1. Un sujet que les politiques et les blogs de gauche évoquent peu c'est la légalisation du cannabis. C'est loin d'être un sujet mineur : vu le nombre de fumeurs, c'est déjà électoralement très intéressant.
    En plus, c'est beaucoup de thunes susceptibles de rentrer dans les caisses étatiques. Et une épine de moins dans le pied des "cités". Voilà au travail !

    RépondreSupprimer
  2. Personnellement, je refuse d'aborder Lampedusa : un peu trop "tourisme bas de gamme" pour mon goût…

    RépondreSupprimer
  3. Paul,

    Je peux l'évoquer mais tout le monde s'en fout. Si ça peut te rassurer, je suis pour. Sauf quand je suis contre.

    Didier,

    Le tourisme bas de gamme n'a que du bon. Si on aime le Ricard.

    RépondreSupprimer
  4. Je cherche une vanne sur "interdire la burqa" et "autoriser le cannabis" et je reviens !
    :-))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...