02 avril 2010

Le bouclier fiscal serait-il un leurre ?

L'information a carillonné toutes les heures à la radio, sur France Info, pendant mon trajet vers la Bretagne : le rapport de l'Insee sur la pauvreté est tombé. Il y a plein de choses à apprendre, il va falloir lire ça.

Le Point nous dit (comme la radio) que : « Les revenus moyens des 1% de Français les plus aisés ont augmenté plus rapidement que ceux de l'ensemble de la population entre 2004 et 2007, entraînant une augmentation des inégalités par le haut, montre une étude publiée par l'Insee. »

C'est la suite de l'article qui retient mon attention : « Le taux d'imposition moyen pour cette catégorie privilégiée est de l'ordre de 20% des revenus déclarés, ajoute l'étude publiée en plein débat sur la justice fiscale. »

Autant dire que c'est dérisoire. En commentaire de mon billet d'hier, j'ai eu une discussion passionnée avec Pierre Chappaz heureux entrepreneur du web dont la boite ne devrait pas tarder à sortir les exclusivités de ses classements de blog et néanmoins à droite. Je serais curieux de savoir ce qu'il pense, lui qui argument en faveur du bouclier fiscal qui empêcherait les industriels d'investir en France à cause du niveau d'imposition.

Le bouclier fiscal a donc été mise en place pour une catégorie spécifique de la population : ceux qui ont un petit salaire mais beaucoup de pognon... Des électeurs strictement Sarkozystes. Qui ne déménagent pas hors de France. On peut donc supprimer le bouclier fiscal, tout en gardant un oeil devant certaines catégories de brave que nous appellerons « les paysans de l'Ile de Ré » (les personnes ayant un petit revenu mais étant devenu très riche, le prix de biens ancestraux a prodigieusement augmenté suite à une spéculation, immobilière pour ce qui nous concerne). Ca évitera d'avoir les traditionnels arguments ringards de la petite bourgeoisie qui hérite de l'appartement de la grand mère dans le 16ème et qui trouve ça naturel de se retrouver avec un patrimoine de 10 millions d'euros sans avoir bougé les oreilles.

Pour en revenir à notre affaire, les députés de l'UMP « hostiles » à la politique de Nicolas Sarkozy agitent le bouclier fiscal pour nous faire pleurer aussi... mais en fait, on s'en fout à moitié, il ne concerne qu'un peut moins de 600 millions d'euros, une paille au vu de l'ampleur des trous dans nos caisses.

Que les personnes qui touchent le plus, en France, ne payent que 1% de leurs revenus en impôts est lamentable. C'est bien tout le système fiscal qu'il faut revoir.

Y compris les droits de succession, qu'il est urgent de rétablir, même si ça oblige certains à vendre 10 millions d'euros pour payer les 5 millions de droits de succession. Il leur restera toujours 5 millions pour acheter des conneries inutiles comme des actions en bourse !

Commençons par taxer, progressivement, TOUS les revenus.

15 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec toi...

    RépondreSupprimer
  2. Hello Nicolas je suis assez content de t'avoir amené à faire un 3e billet de suite sur le bouclier fiscal :-)

    pour ton info les droits de succession que tu veux "rétablir" n'ont été supprimés qu'à hauteur de 150000 euros par héritier. Le taux monte ensuite jusqu'à 40% pour les gros héritages

    en ce qui concerne le bouclier fiscal, il limite les impôts à 50% de tous les revenus, pas seulement salaire, mais par exemple intérêts de placement, loyers, etc.

    Allez, moi je m'arrête là, j'ai dit ce que j'avais à dire sur mon blog, je n'espere pas te convaincre que le supprimer serait une connerie, j'ai juste pensé utile de témoigner en tant que personne rentrée payer ses impôts en France grâce au bouclier.

    Bon we

    RépondreSupprimer
  3. Dadavidov,

    Moi aussi.

    Pierre,

    Ce n'est pas assez. Et je n'hériterai pas de 150000 € !

    Le point parle des revenus déclarés. A ma connaissance, tous les revenus doivent être déclarés...

    RépondreSupprimer
  4. Cette haine envers les gens "riches", ce ressentiment qui se camoufle derrière un étendard de justice inexistante, cette basse envie qui se traduit toujours par une sorte de "si moi je ne peux pas jouir de ci ou de ça, je veux que personne n'en jouisse", tout cela me semble d'une profonde tristesse, d'une abyssale connerie et d'une profonde inutilité". Car enfin tout le monde sait bien que, l'humanité étant ce qu'elle est, quel que soit le régime politique mis en place (y compris le plus sanguinaire et le plus monstrueux (voir l'Union soviétique), il se trouvera toujours que, les bouleversements un tant soit peu calmés, 20 % de la population détiendront toujours 80 % des richesses du pays.

    Le pire, Nicolas, est qu'on sent bien que, dans ce genre de billets, vous vous contraignez. On devine le manche à balais que vous vous fourrez vous-même dans le cul pour paraître généreux universellement. Et ça ne vous ressemble nullement. Généreux vous l'êtes assurément, mais, là, vous tombez dans un registre qui n'est pas le vôtre. Laissez donc cela aux petits crétins qui vous lisent, vous avez d'autres billets à faire, dont ils sont incapables.

    RépondreSupprimer
  5. t'es en forme, toi :-)
    Moi, je propose de lancer une grande chasse aux koulaks avec un programme de proscriptions, de manière à ce que le petit peuple puisse se servir directement sur la bête.
    Mieux ! faisons que tout le monde soit égal => rendons pauvres tous les riches en les spoliant, ainsi tout le monde sera pauvre, en France, et sera égal. On n'est pas génial, nous au MoDem ?

    RépondreSupprimer
  6. "Que les personnes qui touchent le plus, en France, ne payent que 1% de leurs revenus en impôts est lamentable"
    Je ne vois pas d'où sort ce chiffre de 1 % ???

    RépondreSupprimer
  7. @Didier Goux

    D'autant qu'on est toujours le riche de quelqu'un. Moi, je propose que le Tiers-Monde, pour être..."juste", nous fasse la même chose. On est des riches, pour eux, alors hop, qu'on tape dans nos revenus et nos successions, même de 100 euros ou moins...une fortune en Éthiopie ou au Soudan...
    Parce que ces salauds de riches, tous des exploiteurs du peuple. D'ailleurs, nos izba valent plus que leurs vies...

    RépondreSupprimer
  8. Sinon, j'aime bien la fin du billet.
    "Commençons par taxer..."
    Le B.A.BA de la politique, quoi.

    RépondreSupprimer
  9. L'Hérétique : pourquoi croyez-vous que nos modernes sont à plat ventre devant cette nouvelle figure christique qu'est l'immigré (si possible "sans papier") ?

    Les gauchistes (mot passe-partout, pour faire bref) ont rejeté Dieu, fort bien. Seulement, ils ne se rendent pas compte qu'ils restent chrétiens, imbibés de culture chrétienne (et même, horresco referens, catholique). Du coup, ils ont besoin d'un dieu (avec "d" minuscule), ils le cherchent comme des chiens affamés un os. et ils le trouvent dans tous les détritus qui se présentent : tas de droits-de-l'homme, décharges de tolérance, etc.

    Et la merveille, c'est l'immigré – qui remplace l'ancien pauvre, français, lequel su coup a “émigré” vers le Front national, puisque personne d'autre ne s'occupe plus de lui.

    Pour la gauche d'aujourd'hui, si vous n'avez pas les pieds chaussés de patins à roulettes et ne procédez pas à des lâchers de ballons multicolores, vous êtes un “franchouillard, noir et blanc, pas fluo pour deux ronds, et vous leur faites horreur.

    Si en plus vous vous obstinez à rester hétéro, alors là...

    RépondreSupprimer
  10. Ah ! Les grotesques ! Vous êtes des plaisirs à lire, mais peux pas répondre, j'ai bistro.

    A demain.

    RépondreSupprimer
  11. @Didier
    Mon dieu, cher ami, vous avez prononcé un bien vilain mot : qu'ouïs-je ? pauvre ? mais, c'est sale, comme mot, et puis pauvre, pauvre, on parlait des pauvres au temps où la France était repliée sur elle-même et catho !
    Aujourd'hui, on ne dit plus pauvre, mais péri-urbain, agriculteur ou salaud d'électeur du FN :-)

    RépondreSupprimer
  12. ouais ouais, cuve ta bière, tiens :-) Tu verras l'Nicolas, le jour où y'aura une taxe sur la bière, on l'verra vent debout contre l'impôt spoliateur :-)

    RépondreSupprimer
  13. euh…

    [Trop de commentaires tue le commentaire… :-)) ].

    RépondreSupprimer
  14. Le bouclier fiscal pour les "élites" du pays...
    Il y a un peu moins d'un siècle, les élites payaient "l'impôt du sang" via leurs fils...et en étaient fières !
    Autre temps, autres moeurs.
    C'était mon clin d'oeil au Faucon...

    RépondreSupprimer
  15. Didier,

    Vous êtes de plus en plus médiocre, vous faites comment ?

    Je vais néanmoins vous répondre. Par pitié, pour essayer de vous faire comprendre quelque chose, ce qui semble assez dur.

    Il n'y a aucune jalousie chez moi, vous me connaissez d'ailleurs, du moment que j'ai mon bistro à côté de chez moi et les moyens d'y passer, ça me suffit. Par ailleurs, je ne parle jamais des riches. D'ailleurs, je n'ai jamais exprimé une opinion pour l'ISF (ni contre, d'ailleurs). Je ne parle que succession et revenus.

    Donc à propos de ces revenus, vous ne m'avez pas dit si vous trouviez normal qu'au final les 1% des plus hauts revenus ne payent que 20% de de leurs revenus en impôt ?

    Par ailleurs, vous avez l'air de penser que je me contraints pour faire une billet comme ça, que je n'y pense rien. Vous êtes vraiment très con. Je n'ai pas besoin de contrainte pour dire qu'il faut augmenter l'impôt sur les revenus. Pauvre type. Vraiment.

    Votre comment de 23h42 est savoureux. Vous êtes fou à lier mon pauvre vieux.

    L'hérétique,

    Je suis contre l'impôt sur la bière comme je suis contre tout impôt sur la consommation.

    Cela dit, je te savais fou furieux fanatiques de Bayrou. Tes derniers billets sur le sujet faisaient aussi pitié, un peu comme les commentaires de Didier, ici, fanatique de Bayrou au point d'oublier toute réflexion.

    Tes commentaires ici montre que tu es tout simplement un minable.

    Poireau,

    Laisse tomber !

    Estelle,

    Tiens ! Il n'est pas passé FalconHill ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.