15 avril 2010

A la retraite - 100 milliards au soleil

J’allais de ce pas ne pas faire de billet politique aujourd’hui l’actualité n’ayant strictement aucun intérêt, entre pédophilie et viols divers quand subitement, comme par mégarde, je suis tombé sur un billet vachement bien d’un blog qui s’appelle Création Monétaire. Avec un nom comme ça il ne peut qu’être très bien, très sérieux. C’est d’ailleurs le cas, je n’ai pas compris grand-chose.

Comme il n’y a aucune raison de penser que vous êtes moins bête que moi, je vais, vous le résumer. Ca se place dans la suite de mon deuxième billet d’hier qui était TRES pédagogique pour expliquer que le financement des retraites ne m’empêche pas de dormir étant plus préoccupé par le changement prochain de patrons dans mon bistro préféré qui pourrait amener une augmentation du tarif des consommations.

Le billet en question nous rappelle qu’on nous a balancé un chiffre à la figure : 100 milliards de trou en 2050 pour nous effrayer alors que si Dieu me prête vie jusque là j’aurai 84 ans.

Or ces 100 milliards ne veulent rien dire. « Or que se passe-t-il ? [... la masse monétaire TOTALE en circulation N'EST PAS STABLE. Ainsi [...] on constate [...], depuis 150 ans environ, que [cette masse] croît en moyenne de 5%/an. Ceci est une mesure EMPIRIQUE donc non discutable. »

« Ca veut dire quoi ? » me demandera le lecteur qui a réussi à finir la lecture de cette phrase. Ca veut dire que la masse pognon en circulation augmente sans cesse. Par des mécanismes qui nous échappent mais c’est écrit. Donc scientifique. Et Empirique.

Ma calculatrice est impitoyable : la masse de pognon en circulation aura été multipliée par 7 d’ici 2050. Cela signifie donc que la monnaie aura perdu de sa valeur.

Je vais le refaire dans un langage compréhensible par Didier Goux. Il y a quarante ans, un billet de 5 francs me permettait de payer une bière. Maintenant, non seulement ce billet ne vaut plus rien, le franc ayant disparu,  mais il m’en faudrait trois, aujourd’hui, pour rendre le même service. Ma soif serait loin de se calmer.

« Donc ces 100 Milliards d'euros en 2050 ne sont pas autre chose que 100/7 = 14 milliards d'aujourd'hui ». Ce qui est peau de balle, vous en conviendrez ! Arthur Rimbus sera d’accord avec moi puisqu’il aime bien, comme moi, mélanger les chiffres…

14 milliards, ça fait moins de la moitié du budget de la Défense. C’est le dixième du montant de la TVA. 15 fois le chiffre d’affaire de Kronenbourg (j’ai un blog bien documenté, hein !).

Une vulgaire goutte d’eau qu’il faudra bien payer, je sais. Mais bon. Ca ne fait que 5 fois les niches fiscales pour l’emploi d’un salarié à domicile… Mais un cinquième du montant total des niches fiscales.

Restons calme, je vous prie. Je vais vous refaire la démonstration : le pognon qui manque pour le paiement des retraites correspond à peu près au coût du paquet fiscal !

« Si nous ne faisons pas l'effort de voir l'espace-temps économique et monétaire en perspective relative, alors nous ne parlons de rien, nous ne faisons que pointer du doigt avec effroi des moustiques à 1000 milliards d'électron volts, comme s'il s'agissait de Boeings 747 fonçant sur l'Arc de Triomphe... »

Bref. La bière est plate, ce soir. J’espère qu’on ne va pas tomber en panne de gaz.


19 commentaires:

  1. Effectivement, tu avais raison : j'ai rien compris !

    RépondreSupprimer
  2. "Il y a quarante, un billet de 5 francs me permettait de payer une bière." (sic)

    M'étonnerait que Goux comprenne cette phrase.

    RépondreSupprimer
  3. je vais boire une bière et je reviens...
    ;^)

    RépondreSupprimer
  4. Christophe,

    Arg ! Merci !

    Gildan,

    Tu as raison.

    RépondreSupprimer
  5. Le cercueil à cinq balles, c'est vrai que c'était donné ! On aurait dû mourir à cette époque-là !

    Plus sérieusement, j'avais cru comprendre, moi, qu'il s'agissait de 100 milliards PAR AN, ce qui changerait légèrement la donne...

    RépondreSupprimer
  6. Didier,

    Heu... Les 15 milliards du paquet fiscal (qui feront donc 100 milliards en 2050) sont aussi par an.

    RépondreSupprimer
  7. Didier,

    En résumé : vous supprimez le paquet fiscal aujourd'hui, vous gagnez 15 milliards. Donc vous comblez (plus que) le trou des caisses de retraite.

    A ce rythme là, dans 40 ans, vous n'aurez toujours pas de trou dans les retraites.

    C'est chaque année que vous économisez 15 milliards pour vous permettre de payer les retraites.

    RépondreSupprimer
  8. À la fin de la retraite, il y a toujours un trou... N'oubliez jamais ça cher Nicolas.

    RépondreSupprimer
  9. Pour conclure, à la retraite nous ne pourrons donc plus boire de bière. C'est ça ?

    RépondreSupprimer
  10. Mais si, mais, mais pas 100 milliards.

    RépondreSupprimer
  11. Mais comment on va faire si la bière passe à 14 euros, bordel !
    :-))

    [De toute façon, on nous fait toujours passer la bête idée de "la gestion à la papa" alors que le budget de l'Etat ce n'est surtout pas comme un vrai porte-monnaie. Ça peut s'endetter et se désendetter sur de très longues périodes ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  12. Poireau,

    Oui, mais il faudrait songer à se désendetté, parfois !

    RépondreSupprimer
  13. dominiquedarcy15 avril, 2010 20:18

    La gauche n'aura pas le courage de faire sauter le bouclier fiscal c'est ça le blem. Mais nous le savons tous pourtant quand on est à gauche on est forcément pauvre non ? ;)

    RépondreSupprimer
  14. Les socialistes ont promulgué la retraite à 60 ans un 1er avril 1983.
    En même temps que les TUC, qui instituait la précarité d'emploi pour les jeunes. Depuis, à droite comme à gauche, une politique "anti-jeune" a été tenue par les baby boomers qui ont préservé leur pouvoir d'achat contre celui des plus jeunes. Moralité : si vous êtes jeunes dans un tel monde, vous avez intérêt d'être héritier.

    RépondreSupprimer
  15. Et si vous avez 50 ans sans emploi ça donne quoi ?

    RépondreSupprimer
  16. Tiens ! Il y a toujours des anonymes qui se croient intelligents...

    Dominique,

    Oui, c'est toujours délicat de revenir sur des mesures.

    Solko,

    Oui, vaut mieux être riche.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...