30 avril 2010

Un peu d'Humanité pour la Grèce

Julien Dray nous donne son point de vue (que je partage globalement, notamment la conclusion) sur la situation en Grèce.

Il nous informe par ailleurs d’une pétition de l’Humanité : « Le peuple grec n’est pas responsable de la faillite de son Etat. C’est pourtant lui que les marchés financiers et les institutions internationales veulent saigner à blanc. Signez notre pétition en ligne.

La Banque centrale européenne a accordé des prêts gigantesques à seulement 1% d’intérêt aux banques qui, à leur tour, les ont prêtés à des taux de 4 à 8%. La Grèce doit elle aussi bénéficier de taux n’excédant pas 1%, sans autres conditions que le maintien des droits sociaux, de l’emploi et des services publics.

Tous les peuples d’Europe sont menacés de plans d’austérité de même nature. L’Union européenne et tous les Etats membres doivent donc se mobiliser pour préserver les chances d’une Europe des peuples. »

Ca va peut être clore une discussion… Merci Rimbus.

Je vous laisse, j’ai une pétition à signer.

15 commentaires:

  1. Rimbus,

    Mais si, mais si, ...

    Poireau,

    Oui, encore mieux que Rimbus. Même pendant ses périodes casse-burnes.

    RépondreSupprimer
  2. Dray pourrait être plus casse-burnes que moi ? je suis vexé :-(

    RépondreSupprimer
  3. Merde, je me suis gouré de blog.

    RépondreSupprimer
  4. Mais vous êtes tous très bien ! Surtout Julien Dray, qui est encore plus très bien que les autres.

    RépondreSupprimer
  5. Déjà la Grèce devrait changer de nom, un truc plus à la mode genre Oméga 3.

    RépondreSupprimer
  6. Il est bien loin le temps de platon et d'aristote

    RépondreSupprimer
  7. je dirai même mieux, encore plus mieux que bien en plus le Juju que les autres au P"S"...

    RépondreSupprimer
  8. Arrêtez de raconter des conneries, bordel !

    RépondreSupprimer
  9. "Le peuple grec n’est pas responsable de la faillite de son Etat" peut-être pas. Néanmoins, le laxisme des grecs en matière de civisme ( tel que nous l'entendons ) est pour une part responsable de cette faillite. Tiens par exemple, c'est un des pays d europe ou le taux de recupération des impots sur le revenu est le plus faible.
    N'a-ton pas par ailleurs les dirigeants que l'on mérite ?

    bne journée

    RépondreSupprimer
  10. Oui, mais on dira quoi, dans six mois, quand la crise aura eu le dessus de notre moral ?

    RépondreSupprimer
  11. Cher Dimitri, …

    Lettre ouverte à un ami grec, vue sur Pnyx.com ( http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/659 ), accompagnant la question-débat:

    Europe, un mariage "Pour le meilleur et pour le pire" ?

    RépondreSupprimer
  12. Euh désolé mais là pas d'accord avec toi mon taulier préféré.
    L'Etat, c'est bien le peuple qui a élu ses dirigeants? Et ce peuple, il a bien bénéficié des dépenses de cet Etat? Et ces dépenses, elles étaient bien supérieures aux impôts que ce peuple payait? Le peuple et l'Etat ne sont pas deux entités totalement séparées. L'Etat n'est-il pas supposé être l'émanation du peuple? Enfin bref, c'est peut-être mon prisme helvétique.
    Mais surtout la proposition de Julien Dray cela s'appelle "faire tourner la planche à billet". Il y a un Etat qui avait essayé ça dans les années 20. Un grand succès. Cela n'a pas été un cadeau pour le peuple allemand quand l'hyperinflation est arrivé...

    Aie, aie, pas taper, je sors ;-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.