13 avril 2010

Les primaires du PS

Arnaud Montebourg a dévoilé les prémices de l’organisation des primaires au PS. « Il faudra être inscrit sur les listes électorales, participer par une cotisation volontaire pour autofinancer ces primaires et signer une déclaration de valeurs. »

Ces primaires devraient avoir lieu à l’été 2011.

« Jusqu'à cinq candidats, le scrutin des primaires pourra se faire à deux tours à l'été 2011, selon M. Montebourg. S'ils sont plus nombreux, il y aura une "présélection avant l'été", a-t-il ajouté. »

Ah ! Ca commence ! Une présélection…

« Le processus serait conclu à la mi-octobre, soit six mois avant l'élection présidentielle traditionnellement organisée en avril/mai. »

Ca me parait trop tard. Il faudrait boucler ce truc avant l’été pour avoir le temps de panser les plaies avant les élections. Les débats pourraient être violents, en principe, entre les partisans de Ségolène Royal et les autres, voire entre les autres. Il faudra remettre le parti en ordre de marche et laisser le temps, au candidat retenu, de monter, avec les militants, le projet qu’il aura en charge de présenter aux électeurs, sur la base des travaux au sein du PS d’ici là. Il resterait donc un an pour ça.

Mais je ne suis jamais content.

12 commentaires:

  1. Les primaires agitent éjà le parti socialiste...Le combat des chefs débute

    RépondreSupprimer
  2. J ai ecouté hier Montebourg ds l emission Mots Croisés . Le pauvre, il ne faisait vraiment pas le poids face à G. Longuet et à Mme Otteinheimer. Avec des gars comme lui, la droite a encore de beaux jours devant elle ! Et si c'est lui qui devient l'ordonnateur de ces primaires, bonjour l'angoisse au PS !

    cdlt,

    RépondreSupprimer
  3. Tout est fait pour rééditer le mécanisme de désignation de 2006, avec un aspect plus "fashion". Les sympathisants qui participent ça existait déjà et ça s'appelait les adhérents à 20 euros ! On est loin pour le moment du système révolutionnaire que ça pourrait être.

    RépondreSupprimer
  4. Trop tard, notamment pour porter un programme clair. En même temps, en face à l'Ump, ils ne sont sûrs de rien non plus !
    :-))

    [Tiens et Bayrou, il nous offre un nouveau tour de manège ou bien ? :-)) ].

    RépondreSupprimer
  5. Tiens, c'est marrant : quand j'ai; lu "les primaires du PS", j'ai cru que vous alliez nous donner à lire une liste de noms...

    RépondreSupprimer
  6. il est où le MoDem...? Bon, je les sens comme en 2007, on s'était bien marré, non ?

    J'hésite entre Valls, DSK et Lamy ?

    RépondreSupprimer
  7. Je suis d'accord avec toi, ne pas heurter les susceptibilitéS et les égos des uns et des autres va être un vrai casse-tête, le leadership s'imposera de lui même avec une dose d'efforts et de compromis, pourvus que cela suffise -))Le temps est compté!

    RépondreSupprimer
  8. Je suis d'accord, c'est trop tard, sauf si la "primaire" n'est qu'une primaire de "confirmation" (c'est ce qu'à laissé entendre L. Fabius, si j'ai bien compris).
    Dans ce cas, Martine Aubry... oups, pardon... Dans ce cas, le (la) candidat(e) plébiscité(e) aura un boulevard devant lui (elle), sans besoin de beaucoup de temps pour réunir le parti et éléborer un projet.

    RépondreSupprimer
  9. Trop tard, c'est vite dit... Comme l'a rappelé Montebourg, Mitterrand a été désigné en janvier 81 avant d'être élu et je rajouterais que les primaires aux USA se déroulent exactement 5 mois avant les présidentielles...

    Il n'y a que le tropisme des dernières primaires socialistes en 2006 qui fait dire que fin octobre est un peu tard.

    Or, avec 4 millions de votants prévus, ce qui donne nettement plus de poids au candidat victorieux, la mise en place dès la candidature d'un engagement de soutien au vainqueur et d'une commission d'éthique pour cadrer les candidats si nécessaire, sans même parler du désaveu dans l'opinion pour les "polémistes" qui seraient alors définitivement considérés comme des alliés objectifs du candidat de droite, sachant maintenant que même face à Sarkozy rien n'est gagné d'avance, les tensions ont de fortes chances d'être moindres...

    Quant à voir des primaires de "confirmation", c'est de toute façon logiquement le cas pour un parti qui se veut être une force de proposition, et le PS s'efforce dès cette année de se doter d'un squelette de programme crédible et élaboré collectivement, qui sera vraisemblablement mieux mis en avant que celui de 2006... question de ne pas découvrir en février ce qui est vraiment proposé par le candidat.

    Ce qui là est effectivement tard... à moins de croire à nouveau qu'il soit pertinent que le futur candidat aux présidentielles présente son projet, mais après avoir été élu, et en 2011 par 4 millions de votants qui majoritairement ne seront pas encartés PS... donc nettement moins intéressés par les guerres intestines que par un programme clair qu'ils auront alors réellement envie de soutenir, ou pas.

    RépondreSupprimer
  10. A mon avis, alors qu'à droite Sarko repartira avec une union de façade (les unions sont souvent de façade !), je pense qu'à gauche la bonne méthode pour espérer l'emporter serait :
    1- élaboration d'un programme incluant toute la gauche démocratique : PS, Europe Ecologie, Front de Gauche, PRG, MRC...
    2- s'accorder sur une stratégie de répartition des rôles et des postes : ministères, circonscriptions, institutions...
    3- élire un(e) leader reconnu(e), compétent(e), rassembleur(se).
    Pas original, mais çà marche à tous les coups : en laissant les égos à la maison, cela va sans dire...

    RépondreSupprimer
  11. Arg ! J'ai plein de commentaires, moi ! Faut que je réponde, maintenant.

    Tous,

    Merci...

    Philippe,

    Ouais, laisser les égos. C'est pas gagné !

    David,

    Oui, tout se discute. Je suis probablement traumatisé par 2006 !

    Thierry,

    Il faudrait qu'elle ne soit que de confirmation...

    NR,

    Oui, pourvu que ça suffise...

    DPP,

    Méluche en candidat de la gauche unie !

    Didier,

    Oui, j'y ai pensé en faisant le titre...

    Yann,

    Il se retire de la vie politique.

    Poireau,

    Le PS n'a de chance qu'en présentant un programme clair. Il faut qu'il soit préparé à l'avance et adapté au candidat qui le portera.

    Romain,

    On en est loin, oui. Mais je ne sais pas ce qu'il faudrait...

    Corto,

    A ma connaissance, il n'est pas candidat...

    Lamech,

    Ouais...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.