19 avril 2010

Un volcan n'arrêtera pas la Cour de Justice de la République

J’aime bien ces matins où on se replonge dans l’actualité après deux jours d’absence complète, pour cause de mariage. J’ai allumé la radio, je crois qu’il était trois heures du matin (les raisons de mon insomnie seront expliquées dans mon autre blog très prochainement).

Deux titres faisaient la une, pas de quoi alimenter un blog politique.

Le billet sera donc court.

Charles Pasqua comparait aujourd’hui devant la Cour de Justice de la République. A priori, je ne devrais pas m’intéresser à cette histoire. Mais je n’aime pas Charles Pasqua. J’avais 20 ans en 1986, ce jour de Saint Nicolas où Malik Oussekine est mort. Deux ans plus tard, cependant, j’ai commencé à changer d’avis. Le 11 novembre 1988, pour les 70 ans de l’armistice, il dirigeait, en temps que Président du Conseil Général, la cérémonie officielle au Mont Valérien. Un certain nombre de bidasses, dont moi, avait été réquisitionné pour faire le service, à la Cantine du fort. C’est la seule fois de ma vie où j’ai rencontré un ministre !

Le monde – le nôtre – est  paralysé à cause des cendres d’un volcan. Des millions de gens sont coincés aux quatre coins du monde, dont des collègues à moi. Déjà, ce matin, la polémique enfle sur l’application abusive du principe de précaution. Pour ma part, je n’y connais rien en aviation, mais si un avion s’était cassé la gueule, les autorités auraient été pointées du doigt. Mon pote Djibril qui est ingénieur aéronautique quand il n’est pas occupé à levé une soubrette ou à écluser des bières nous a expliqué tout ça, samedi midi.

Ca l’amuse presque : il passe ses journées de boulot à attendre que le trafic reparte…

15 commentaires:

  1. Passer ses journées à attendre que le trafic reparte : c'est toute ma vie, ça...

    RépondreSupprimer
  2. Le bonheur : payé à ne rien faire...

    RépondreSupprimer
  3. Ce billet fait un peu retour de vacances (ou lendemain de fête), quand il faut de nouveau remplir le frigo, vider la litière du chat, foutre à la poubelles les plantes vertes et grasses qui n'ont pas été suffisamment arrosées, récupérer la clé chez la voisine...

    Vous êtes un type courageux Nicolas, jamais enclin à lever le coude finalement.

    RépondreSupprimer
  4. Le monde n'est pas paralysé à cause d'un volcan : il l'est à cause d'une stupidité moderne que l'on applique désormais à tout et n'importe quoi. Mais, d'un autre côté, si cela peut gâcher leurs vacances à quelques milliers d'Occidentaux huileux et ruiner deux ou trois "tour operators" au passage, alors vive le principe de précaution !

    RépondreSupprimer
  5. Didier,

    Oui, ça n'est pas la fin du monde...

    RépondreSupprimer
  6. Je trouve qu'on vit une drôle d'époque. le principe de précaution l'emporte dans pas mal de sujet, et pourtant on ne prend pas de précaution pour envoyer des gens en préventives, ou les virer sans ménagements de leur boulot...

    RépondreSupprimer
  7. «Deux ans plus tard, cependant, j’ai commencé à changer d’avis.» Ce n'est pas très clair. Tu as commencé à tomber amoureux de C. Pasca?
    Au sujet du nuage: ce n'est pas du "principe de précaution" qu'il s'agit, mais du "principe de prévention" (fondé sur des cas d'avions endommagés par des cendres volcanique dans le passé). La nuance est paraît-il d'importance…

    RépondreSupprimer
  8. Le Coucou,

    Non. Mais le fait de connaitre une personne dans la vraie vie fait qu'on a moins tendance à taper dessus.

    Océane,

    Oui, le monde tourne bizarrement, parfois...

    RépondreSupprimer
  9. Charles Pasque mérite la prison ET la répudiation s'il a commis des actes délictueux, qu'il soit sympa ou non.

    Pour les avions, je rigole surtout de cet activisme compulsif. Les gens ne savent pas profiter tranquillement de la situation en attendant que la poussière redevienne poussière ? Prendre le temps de vivre, quoi !
    :-))

    RépondreSupprimer
  10. Poireau,

    Pour Pasqua, en fait, je m'en fous. Que la justice fasse son boulot !

    Pour les avions, j'ai une copine qui avait une occasion unique d'aller en extrême orient avec ses enfants...

    RépondreSupprimer
  11. Tiens, Poireau est partisan de la double peine, à c't'heure...

    RépondreSupprimer
  12. Didier : c'est un peu comme un médecin qui tuerait quelques patients, il fait de la prison pour les précédents et se voit interdire d'exercice pour le futur. Je ne crois pas qu'on puisse parler ici de double peine mais de bon sens !
    :-))

    RépondreSupprimer
  13. je comprends qu'ils aient arrêté tous les avions, que n'aurait-t-on pas dit s'il y avait eu un crash !
    Pour Pasqua moi aussi je m'en fous, je suis persuadée que c'est un pourri, et je me souviens du SAC

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...