12 août 2010

Hep ! Taxi !

Il y a des braves gens, j’arrive très bien à comprendre pourquoi ils votent à droite.

Tiens ! Un jeune ouvrier. Il veut travailler plus gagner plus, veut des niches fiscales pour payer moins cher son appartement, s’en fout de la sécurité car il est costaud, est à 35 ans de la retraite et sait bien qu’il est crétin de spéculer sur du long terme, il est en pleine santé et ne tombera jamais malade et a des parents pour garder ses chiares quand ils seront malades.

Et en plus, les bistros sont plein d’étrangers faisant monter le tarif de la bière par simple effet de la loi de l’offre et de la demande.

Tiens ! Un vieux. Il est à la retraite, les autres peuvent bien travailler pour lui la payer car il a bossé toute sa vie pour payer celle des autres, il a besoin de sécurité, de caméras de vidéosurveillance partout de toute manière il n’a rien à cacher, il regarde le journal de 20 heures de TF1 et voit les autorités afficher des discours de fermeté, il est rassuré alors que les gauchistes ne sont rien que des laxistes qui veulent éduquer les délinquants.

Et en plus, les bistros sont plein d’étrangers faisant monter le tarif du gros rouge par simple effet de la loi de l’offre et de la demande.

Par contre, il y a des catégories professionnelles qui me font rire.

Les patrons de bistro, par exemple. Tu passes ta vie à bosser comme un taré pour payer un loyer à un propriétaire (sauf si tu as hérité) tout en gagnant du pognon grâce à des pauvres qui dépensent leurs prestations sociales chez toi. Mais ce ne sont pas les patrons de bistros qui sont dans mon viseur ce matin.

Et en plus, les bistros sont plein d’étrangers faisant baisser le tarif du plat du jour par simple effet de la loi de l’offre et de la demande, notamment en période de ramadan.

Mais les taxis.

J’en connais quelques uns, dont Marcel Le Fiacre, heureux retraité. Ils sont tous à droite. Bien à droite. Philippe de Villiers passerait pour un dangereux communiste, face à eux.

Forcément. Les licences sont tellement chères qu’elles sont achetées par des multinationales cotées en bourse qui font travailler de la main d’œuvre étrangère parce que c’est moins cher.

Et en plus, les bistros sont plein d’étrangers faisant monter le tarif du café par simple effet de la loi de l’offre et de la demande.

180 000 euros la licence, qu’ils disaient à la radio ce matin. Les taxis votent à droite aussi au nom du libéralisme alors que pour avoir le droit de bosser, il faut commencer par cracher le prix d’un deux-pièces en petite couronne. Tu parles d’une liberté !

Tous les habitants du Kremlin-Bicêtre ont une dent contre les taxis. Sauf Marcel. Au nom de la liberté, les taxis refusent de te prendre au Kremlin-Bicêtre pour aller à Orly : la course n’est pas assez longue, ça ne rapporte pas assez d’oseille. Je pense qu’il y a une formation, à l’école des taxis, la règle numéro un : ne jamais passer à vide par le Kremlin-Bicêtre, vous risqueriez d’avoir une course de merde.

Néanmoins, je comprends qu’il vote à droite. A la radio, ce matin, ils passaient un reportage sur la lutte contre les taxis clandestins. Le pognon dépensé par les pouvoirs publics pour lutter contre semble impressionnants ! A la limite plus que contre les pédophiles, les trafiquants de drogue et les terroristes. Il FAUT lutter contre les taxis clandestins. D’une part, il y a beaucoup d’étrangers, on arrivera bien à en arrêter un sans-papier et à l’expulser. D’autre part, c’est absolument lamentable que des gens utilisent leurs propres voitures pour amener des gens de Roissy au Kremlin-Bicêtre sans avoir dépensé 180000 euros pour avoir le droit de le faire. Du coup, ils ne sont même pas endettés jusqu’au cou auprès d’une banque ou exploités par une multinationale cotée en bourse. Lamentable.

Il faut aider les taxis. A se rendre compte de leur propre connerie. Forcément, quand des types qui refusent de payer une licence pour avoir le droit de bosser gagnent plus d’oseille qu’eux…

24 commentaires:

  1. Il ne faut pas négliger le cas des chauffeurs de taxis pédophiles, scandaleusement oubliés dans ce billet, par ailleurs excellent.

    RépondreSupprimer
  2. Didier,

    Je ne voulais pas les stigmatiser.

    RépondreSupprimer
  3. Énorme billet comme souvent!

    Sur les taxis tu as raison....mais il faut savoir que les gens sont souvent libéraux pour les autres, moins pour eux-même. Et surtout que la droite n'est pas forcément libérale. D'ailleurs souvent les grosses clientéles de la droite (médecins, pharmaciens, retraités, gros agriculteurs...) n'ont absolument rien de libéral et bénéficient au contraire de statuts protégés grâce en partie à de l'argent public

    Fut un temps où Sarkozy envisageait de libéraliser les taxis. Tu aurais pu faire taxi en faisant une simple déclaration, un petit contrôle et, zou, en voiture Simone!

    Sauf que les taxis(pourtant favorables à la mise en concurrence de la SNCF et de tas d'autres trucs) ont gueulé en disant "nous on a payé il faut que les autres en chient aussi": résultat il y a toujours la licence...et toujours pas assez de taxis par exemple à Lyon et ils sont trop chers.

    Sans compter que nos vaillants amis de "il faut s'adapter au marché" n'ont jamais ou presque de machine à carte bleue chez moi...Bande de l

    RépondreSupprimer
  4. Romain,

    Merci. Et on est d'accord !

    Ca m'a toujours fait rigoler : les professions dites "libérales" sont souvent les plus réglementées.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Nicolas.

    Excellente note, je me suis régalé.

    Ah oui, il y a quelques mois, j'avais lu un article très intéressant et, pour être dans l'air du temps, très cynique, sur les rapports entre ce que nous mangeons et ce que nous votons ; c'était un papier remarquablement "documenté" qui m'apprit, par exemple, que nombre de végétariens purs et durs (ou non) sont fascistes, que nombre de mangeurs de tripes sont socialistes, que nombre de mangeurs de côtes de porc grillées au herbes de Provence ont eu ou ont encore des sympathies communistes, que nombre de mangeurs de coquillages, de crustacés et de poissons (au moins une fois par semaine) sont chrétiens et démocrates, voir démocrates-chrétiens...

    Enfin bref.

    RépondreSupprimer
  6. Christophe,

    Ah ! De retour ! J'espère que ça va !

    C'est rigolo cette relation entre bouffe et politique... Mais je demande à voir...

    RépondreSupprimer
  7. Excellent billet... sauf que moi, dès qu'on me parle de chauffeurs de taxi, c'est comme avec les assureurs ou les banquiers, le bouton de fièvre surgit aussitot !

    RépondreSupprimer
  8. Corto,

    Merci ! Ouais, qui ne s'est pas fait voler par un taxi ?

    RépondreSupprimer
  9. Il est vrai que dit comme ça, on ne peut pas tellement être pour ce système. Sauf que j'ai un ami dont le père est chauffeur de taxi...et blindé de thunes !

    Enfin de mémoire il se portait bien, il m'avait parlé une fois de cette licence, je lui redemanderai comment ça se passe, et s'il peut me prêter une de ses merco

    RépondreSupprimer
  10. Marrant je me suis toujours posé cette question, concernant les chauffeurs, y a pas plus droitier qu'eux, et ils se font proprement "baiser" par le système...

    RépondreSupprimer
  11. Val,

    Trouve moi un taxi de moins de 45 ans qui gagne sa vie ! Les taxis font de très riches retraités...

    RépondreSupprimer
  12. Val,

    Je précise : riche mais sans revenu, ils n'ont pas cotisé assez pour avoir une belle retraite...

    Par ailleurs, il y a une différence selon le secteur géographique.

    Océane,

    Dans beaucoup de professions. Taxi a en plus la particularité d'être très individualiste, c'est une des raisons du choix de son boulot : il n'est pas emmerdé par un patron...

    RépondreSupprimer
  13. Magnifique billet ! Et très significatif de la pensée de droite de base. la réaction épidermique. Le "y'en a dès qui", où le "c'est moi qui paye toujours" (traduction : je paie pour tout le monde et c'est toujours moi le cocu en conséquence tout le monde c'est des fainéant alors que le brave trimard comme moi se fait onctueusement baiser, pour ça que je suis amer et pour ça donc que je vote à droite, au moins pour qu'on stigmatise les fainéants et les arabes pour qui on paie toujours et que eux y foutent rien et que ça suffit quand même et qu'ils retournent dans leur pays (les fainéants aussi, y'a pas de raison merde)...)

    RépondreSupprimer
  14. MHPA,

    "pensée de droite" : fallait oser...

    Mais lis bien les réactions des femmes à mon billet d'hier sur le "sexisme juridique". Elles sont le même type de raisonnement : "Il n'y a pas de raison que vous, les hommes, vous n'en chiez pas" alors qu'il aurait été plus sain de penser un truc comme "Oui, ce n'est pas parfait mais je ne vois pas comment on pourrait faire mieux"...

    Pourtant, mes copines sont loin d'être de droite ! C'est juste une manière de penser qui me dépasse... (mais je fais peut-être pareil à d'autres sujets).

    RépondreSupprimer
  15. alors là nicolas tu exagères ! comment peux-tu penser qu'un mère puisse avoir des "pensées de droite" alors que seule sa sensibilité de mère la pousse à penser comme tu ne veux pas !

    et fais attention à ne pas trop critiquer les patrons de bistrot !

    j'ai vu un reportage sur les taxis. c'est vrai que c'est une corporation dont on entend beaucoup parler depuis quelques temps. Les taxis clandes, les ceusses qui refusent des courses, les ceusses qui font faire des tas de KM à des pauvres provinciaux qui ne connaissent pas paris !
    c'est lamentable en effet!
    super billet !

    RépondreSupprimer
  16. Scourti,

    Je n'ai pas pensé ça... (et effectivement, la sensibilité de mère pousse à penser d'une manière qui n'est plus objective, merci de me l'avoir confirmé).

    Les taxis sont par nature des emmerdeurs....

    RépondreSupprimer
  17. Pinaise, ça donne pas envie de rentrer !

    RépondreSupprimer
  18. Ju,

    Les taxis sont-ils mieux ailleurs ?

    RépondreSupprimer
  19. Entendu hier dans une réunion politique de Génération France (le nano-parti de Mr Pleutre alias Copé - NDLR) :

    un membre éminent : "Où en est l'idée de libéraliser les taxis?"

    un autre : "Le gouvernement a du renoncer. Pensez donc! C'était la ruine de tous ceux qui avaient payé une fortune leur licence"


    Le membre d'Alcibiade qui écrit ces lignes a pensé très fort : "espèces de taxis!"

    RépondreSupprimer
  20. les taxis en Province (j'en connais deux en Finistère)remercient l'Etat de financer le transport des gens malades, handicapé(e), des jeunes de foyer.... (ex : http://www.droit-medical.com/perspectives/9-variations/19-bon-de-transport)
    ils vivent très bien tant que ce fonctionnement durera... et espérons que celà ne sera pas supprimé...

    le métier de taxi c'est dur :
    se taper des client(e)s qui vous traitent comme des chiens
    des horaires pourris
    un métier dangereux plus tu conduis plus tu peux avoir des accidents
    tu ne peux pas aller boire des binouzes à la Comête (ou si peu)
    etc...

    bon billet

    @unouveaucompte

    RépondreSupprimer
  21. «Il faut aider les taxis. A se rendre compte de leur propre connerie» vaste programme !
    :-))

    Beau billet.

    Ça me rappelle qu'en Pologne, j'ai connu le libéralisme appliqué aux taxi. Tu vas voir le chauffeur et tu proposes ton prix pour aller à tel endroit. Le gars est d'accord ou non…
    :-)

    RépondreSupprimer
  22. Poireau,

    Merci ! Vive les plombiers et les taxis polonais.

    Un nouveau compte,

    Merci ! Oui, à Loudéac les taxis ne sont pas malheureux... Surtout que l'hôpital a été fermé, il faut maintenant amener les malades à Saint Brieuc.

    Sans compter qu'ils jouent les seconds rôles pour la SNCF qui préfère amener le monde en taxi plutôt que de gérer des bus (il faut dire qu'un bus pour 3 personnes, ça fait cher...).

    RépondreSupprimer
  23. Yann,

    De rien !

    Alcibiade,

    qu'est-ce que tu fous dans ces réunions ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...