14 novembre 2007

Le code de la route, ça se respecte

J’avais préparé un beau billet pour dire combien je suis d’accord avec Sarkofrance sur le fait que l’antisarkoszysme a des limites : je veux bien taper dessus à longueur de billets mais je ne veux pas dépasser l’infranchissable qu’est en train de dépasser les blogueurs enquêteurs sur l’Arche de Zoé. Rigoler sur une probable collusion entre le pouvoir et l’association est une chose, la dénoncer est nécessaire, mais on s’entraîne sur une voie calomnieuse, diffamatoire, … : trop, c’est trop !

Nous autres blogueurs, nous ne sommes ni des journalistes d’investigation ni des juges d’instruction. Je dis donc à mes camarades vigilants de faire attention à ce qu’ils racontent ! Ne comptez pas sur moi, contrairement à il y a encore quelques jours, pour relayer vos propos ! Je veux bien relayer certaines rumeurs quand elles sont rigolotes, ce coup-ci, je ne peux pas.

Mais ! Je suis en colère après les automobilistes parisiens : il est temps d’apprendre à conduire. Une bande de trous du cul qui sortent leurs voitures uniquement les jours de grève ou pour partir en vacances.

Je suis un de ses heureux hommes qui ne sont, en principe, pas touchés par les grèves dans les transports en commun : j’ai la chance d’avoir à faire un court trajet de banlieue à banlieue, parallèlement au périphérique, quatre kilomètres à moins d’un kilomètre de Paris. Les seuls points noirs sont les traversées des nationales 7 et 305.

Je suis excédé par ces sombres crétins qui forcent le passage et passent au rouge sur ces Nationales sous prétexte de ne pas perdre une place ! Ces connards n’ont pas compris qu’ils ne gagnent aucune place mais empêchent les autres de traverser ces Nationales, amplifiant ainsi les bouchons dans les autres sens.

Ces fumiers vont se vanter d’être solidaire, de pratiquer le covoiturage, … Je les entends déjà raconter leurs exploits en arrivant au boulot. Mon cul ! La solidarité, c’est avant tout de respecter le code de la route et de conduire convenablement afin faciliter la fluidité du trafic et diminuer les bouchons.

J’ai mis 35 minutes pour faire un trajet qui m’en prend en principe 10, grève ou pas grève. Ca m’énerve ! La grève n’a rien à voir avec mes déboires. L’origine est la connerie humaine.

Le comble a été atteint dans le parking de la boîte. Une petite dame s’est arrêtée à la sortie de la rampe descendant dans l’entrée. Elle voulait manoeuvrer pour se garer près de l’entrée – dans les places réservées à la direction – et m’engueulait car je l’empêchais de le faire. Elle voulait que je fasse une marche arrière dans une montée… avec une moto qui attendait derrière moi et qui aurait donc du également reculer en montant ! Le tout pour se garer dans une place interdite.
Quand on n'est pas habitué à conduire, on ne cherche pas à occuper une place près de l'entrée : on choisit une place où on peut se garer facilement ! Et quand on n'est pas con, on ne cherche pas une place près de l'entrée du parking mais une place près de l'ascenseur.

Le rêve pour commencer une journée de boulot !

19 commentaires:

  1. oh comme je te comprends!
    en voiture c'est là que je pique mes plus belles rage contre les gens qui conduisent comme des brêles
    mais moins d'un kilomètre? c'est à pied qu'il faut y aller :-))

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas moins d'un kilomètre, c'est quatre... mais à un kilomètre du périph !

    Je corrige le billet !

    RépondreSupprimer
  3. Pour ceux qui ne connaissent pas la banlieue : 3 ou 4 kilomètres à pied c'est faisable... C'est même, pour moi, un trajet très plaisant : il faut que je traverse le cimetière d'Ivry, très joli à l'automne.

    Mais c'est très chiant : deux nationales à traverser, des travaux qui rendent les trottoirs inutilisables, des vélos, des rollers, d'autres piétons, ...

    RépondreSupprimer
  4. ça c'est vrai aussi
    les conditions de circulation des piétons ne sont pas toujours idéales
    bon , trois quatre kilomètres c'est différent !
    tu sais je suis un peu la neu-neu de service;si c'est pas clairement expliqué , je ne comprends pas

    RépondreSupprimer
  5. Non non neu neu : le billet n'était pas clair.

    Et dans les raisons de ne pas aller à pieds, on peut en trouver d'autres... Tiens ! Les risques sur la météo... (pas uniquement la pluie, le soleil aussi !).

    RépondreSupprimer
  6. Oui ça me rappelle" d'excellents " souvenirs de galères (mais je suis une incurable optimiste et néanmoins râleuse !) , lorsque je traversais la banlieue Nord (environ 10km de Paris)
    pour aller travailler banlieue Sud côté Evry . Avec comme moyen de transports : le bus , le train , le R.E.R. puis le train et enfin , mes papattes.Je dis
    Ba , les gens , quand c'est la grève , ils sont aussi casse-pieds en voiture qu'en n'importe quel moyen de transports.
    Plus d'une fois , j'ai failli me faire tailler un short par des cyclistes stréssés ,écrasée dans les transports bondés où la loi de la jungle est de rigueur...A chaque fois , pour avoir la paix , je finissais à pinces. Et même à pinces , il y a toujours , ce jours-là des balourds pour vous faire des croches-pattes au coin de la rue parce que ils sont plus pressés que toi.
    Mais c'est aussi dans ces moments particuliers que j'ai rencontré des gens très sympathiques. Les grèves ça peut rendre plus bavards et plus attentifs.

    RépondreSupprimer
  7. Christie,

    J'ai d'excellents souvenir des grandes grèves de 1995 ! Il faut dire que je bossais en banlieue lointaine et que ça roulait mieux pendant la grève qu'en dehors !

    RépondreSupprimer
  8. Ayant fait circulé pendant 3 ans à Paname (en gros Nation=>Roquencourt) matin et soir, comment je suis content d'habiter la campagne, même si parfois on s'y emmerde un peu...

    RépondreSupprimer
  9. Olivier,

    Ouais. Le transport est bien le pire inconvénient des banlieusards. Les écolos nous poussent - à juste titre - à utiliser les transports en commun, mais souvent c'est galère et on est obligés de prendre la voiture. Quel que soit le moyen transport, les "provinciaux" ne se rendent pas compte à quel point c'est fatigant.

    Depuis quatre ans, je bosse à 10 minutes de chez moi, j'ai redécouvert la vie !

    RépondreSupprimer
  10. La campagne c'est moins galère, c'est évident , même si les bouchons ont de plus en plus" bouchonneux.." Cependant la Région Parisienne bat tous les records.

    RépondreSupprimer
  11. Hey, y'a des "provinciaux" qui perdent aussi du temps en voiture : pdt un an, j'ai dû me taper 120 km le matin, 120 km le soir entre ma bicoque en montagne et mon école à l'autre bout du département. C'est fatigant, ça coûte cher, et c'est chiant. En plus, un soir, j'ai failli rester bloquée loin de chez moi par la neige, alors que mes enfants étaient avec la nounou à la maison.
    Donc, je me réjouis chaque jour de pouvoir aujourd'hui circuler à vélo, même si y'a des fois, j'ai failli y laisser ma peau.
    Quant aux Parigots au volant, je confirme : ce sont des têtes de veau ! Ils roulent à toute blinde sur autoroutes ou nationales, comme les pilotes du Paris-Dakar lâchés en pleine brousse. Et nous, on s'rait les indigènes. En plus, quand i'zont des gros 4x4 avec pare-buffle, i'sont carrément ridicules ces gros blaireaux... Enfin, ils ne sont pas tous comme ça. Et des cons, y'en a aussi en province. Mais les parisiens sont plus cons que les autres. NA.
    (j'en parle à l'aise, passqu'en fait dans ma famille, on a 3 générations de morts au Père-Lachaise)

    RépondreSupprimer
  12. Si en plus les touristes encombrent nos cimetières !

    RépondreSupprimer
  13. 4 kms, c'est pas beaucoup, pourquoi prends tu ta voiture ? En vélo, ce serait tout à fait faisable, tu irais aussi vite, ça te ferais faire un peu d'entrainement, tu n'aurais pas de problèmes de stationnement.
    Que des bonnes choses pour toi et pleins d'autres bonnes pour l'environnement !

    RépondreSupprimer
  14. Et je fais quoi du vélo le week-end et la nuit ? Dans le couloir de mon 2 pièces ?

    RépondreSupprimer
  15. 35 minutes pour 4 kilomètres, c'est un très bon score !
    J'adore les gens en voiture qui entendent faire respecter leur code de la route. Genre je m'engage à l'orange comme ça j'ai passé le feu et je fais chier les autres !
    :-)

    RépondreSupprimer
  16. Moi ça m'énerve d'autant plus depuis que j'ai été en Belgique où ils sont d'une courtoisie extraordinaire, même aux heures de pointe.

    Incroyable ! Ils s'arrêtent au feu rouge même s'il y a du monde à emmerder.

    RépondreSupprimer
  17. mouais... En plus quand tu passes le feu au orange bien mûr pour te coller à la voiture précédente, tu gagnes zéro temps!
    Ceci dit les cyclistes qui comptent sur ta vigilance pour ne pas se faire tuer c'est totu aussi énervant.. Genre "je passe au rouge, si tu m'écrasses, tu iras en prison, sinon, et bien tant mieux pour moi"

    RépondreSupprimer
  18. Les cyclistes ont peut passer dessus !

    RépondreSupprimer
  19. Je reviens sur le vélo. Judicieuse question que tu poses.
    Je te suggère d'aller voir les candidats aux municipales de ta ville et de voir s'ils ne pourraient pas mettre à disposition des locaux pour les deux roues ou trouver une autre solution pour les vélos. C'est le moment, il y a les élections bientôt !
    Te rends tu compte que pour une histoire de rangement de ton vélo, tu es obligé de prendre une voiture....
    D'ailleurs je vais en parler à nos candidats chez nous....

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.