25 novembre 2007

Les grèves vues de Loudéac

Hier soir, j’étais à Loudéac en Centre Bretagne. J’y suis d’ailleurs encore (Internet y arrive) mais plus pour longtemps. J’ai donc passé ma soirée avec des potes du cru : Dominique, Gilles, Momo et Rémi. Trois sont de droite, mais bien loin des néocons qui traînent dans les blogs ou des idéologues parisiens.

Ils sont de droite parce qu’ils ne sont pas à gauche : opposés au RMI, aux allocs de tout poil, aux 35 heures, …

Ils m’ont demandé de leur décrire l’ambiance à Paris pendant les grèves. De toutes manières, ils s’en foutent. Ils ont choisi de rester vivre dans leur patelin natal et sont surpris que j’ai choisi ne pas faire comme eux. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que des gens puisse prendre la décision d’aller dans un coin où il faut deux heures de transport par jour pour gagner le SMIC.

C’est biens ça le problème : les gens gueulent parce qu’ils ont galéré pendant 10 jours… en oubliant qu’ils ont une vie de m… le reste de l’année… et que c’est justement les services publics qui leur permet de surnager un peu. C’est ainsi que mes potes de droite de Loudéac ne considèrent pas les grévistes comme des preneurs d’otages mais leur apporte leur soutien.

Tous sont d'accord sur le sujet à la mode du moment : le pouvoir d’achat et sa revalorisation… Les conneries sorties par les politiques sont lassantes. Il n’y a pas trente six manières d’augmenter le pouvoir d’achat. Il faut baisser les prix ou augmenter les salaires, le problème c’est que baisser le prix peut imposer une baisse des salaires. C’est le bordel !

Néanmoins, tous d’accord ! De droite comme de gauche. La revalorisation de la valeur travail de Nicolas Sarkozy est une belle singerie : ce n’est pas en travaillant plus qu’on revalorise le travail… Mais en ayant de la reconnaissance pour ceux qui travaillent. Ce qui nécessite d’ailleurs de rémunérer correctement le travail !

Ainsi, les clampins qui ont fait l’effort d’aller bosser malgré les grèves et les galères mériteraient une belle augmentation !

11 commentaires:

  1. C'est assez rassurant, en fait. Je pense que bon nombre de gens assez raisonnables mais de droite (càd pas les idéologues et les frustrés) pourraient ne plus aimer Sarkozy s'ils pouvaient voir ce qui se passe réellement, plutôt que d'être imbibés chaque soir de la propagande télévisuelle.

    Heureusement qu'il y a encore des bistrots.

    RépondreSupprimer
  2. pfoufff déjà sur FB... avec tes copains borderline centre-droit... (par respect pour tes lecteurs, je ne veux citer de noms...) mais si tu continues sur cette pente raide... tu vas terminer chez les radicaux valoisiens... :-)

    RépondreSupprimer
  3. o16o,

    Oui ! Il reste des gens raisonnables.

    Marc,

    Je ne suis pas sectaire !

    RépondreSupprimer
  4. C'est sur le fond que l'on peut se faire une idée. La forme , c'est chez Décathlon.
    Mais des gens raisonnables ,il y en a de tous les bords. Et des abrutis aussi..
    On en a la preuve un peu trop souvent depuis quelques temps.

    RépondreSupprimer
  5. Loudéac!!!! j'y suis née moi aussi, il n'y avoir que des gens biens !!!!!!!!! Le comble!!! c'est la ville d'origine de Fulgence Bienvenue, (enfin presque), le Père du métro, piège à con des parisiens, lors des grèves ..........

    RépondreSupprimer
  6. C'est pas Loudéac, mais Uzel... C'est pas loin !

    RépondreSupprimer
  7. 'Trois sont de droite, mais bien loin des néocons qui traînent dans les blogs ou des idéologues parisiens.'

    merci pour les néocons. Mais on est habitué à se faire insulter ici. C'est pour ça que je viens moins souvent.
    ceci dit, @ +

    RépondreSupprimer
  8. néocons : abréviation de néoconservateurs.

    RépondreSupprimer
  9. Si tu trouves que j'écris n'importe quoi, tu peux aussi ne pas me lire.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.