18 juillet 2010

C'est l'histoire d'une affaire...

Les patrons de la Comète ont ouvert leur bistro début juin. La patronne nous a avoué être un peu coupée de l’actualité, depuis. Ainsi, hier midi, nous prenions l’apéro, avec le gros Tonnégrande et nous évoquions l’affaire Woerth. En cette période estivale, presque trop dominicale pour un samedi, la patronne est venue nous écouter et, à un moment, nous a demandé ce qu’était l’affaire Woerth.

C’est vrai qu’avec Tonnégrande, nous étions un peu dramatique, en nous demandant quand Eric Woerth démissionnerait-il. On venait de voir dans la presse une retranscription des propos de M. de Maistre et la seule option possible nous parait la démission.

Alors j’ai regardé la patronne :

« Tu vois, c’est l’histoire d’un type qui est ministre du budget et trésorier de son parti politique et qui fait embaucher sa femme par une des premières fortunes de France, pour la bagatelle d’un salaire qui dépasse ton budget annuel de location du bistro ».

« Tu vois, c’est l’histoire d’un parti politique qui se fait verser quelques centaines de milliers d’euros par une fortune et met en place le bouclier fiscal qui permet à la brave fortune en question de toucher un chèque de 30 millions d’euros, de la part de l’état, donc du contribuable ».

« Tu vois, c’est l’histoire d’un parti politique qui a créé tellement de « sous partis » pour échapper aux règles de financement des partis politiques, qu’il a plus de dix fois plus de moyens financiers que son principal concurrent ».

« Tu vois, c’est l’histoire d’une affaire juridique qui est confiée à un magistrat, copain des principaux incriminés, lui-même cité dans l’affaire ».

« Tu vois, c’est l’histoire d’une presse qui renaît, qui joue son rôle, qui « sort les affaires » car elle est le dernier rempart. C’est l’histoire d’une vieille presse où le Président de la République essaie de placer ses copains à sa tête et d’une presse récente qu’on essaie de museler par des procès divers. C’est l’histoire de blogs qui ne peuvent rien faire, qui n’ont aucune information, qui ne peuvent que soutenir cette presse ».

Tu vois, c’est l’histoire du dernier sursaut avant la fin de la démocratie.

24 commentaires:

  1. La fin de la démocratie ? Faut peut-être pas déconner non plus ! On dirait que vous découvrez la politique...

    RépondreSupprimer
  2. Idem que Didier. Bel article, mais la fin non.

    Mais l'histoire n'est pas belle, non.

    RépondreSupprimer
  3. c'est une banale histoire de pouvoir et d'argent sauf qu'elle spolie trop de personnes parmi les plus fragiles et que le conte n'est pas de fées mais d'enfer...

    RépondreSupprimer
  4. Didier, FalconHill,

    Je ne découvre rien ! Je parle de dernier sursaut, comme à chaque fois, à chaque histoire...

    RépondreSupprimer
  5. Christie,

    Ouais, c'est une histoire moche.

    RépondreSupprimer
  6. Faut voir comment se traduit ce dernier sursaut... Soit NS prend ses responsabilités, soit on les lui fait prendre, ce qui est peu probable dans les deux cas...

    Reste 2012...

    RépondreSupprimer
  7. @ Didier & Falconhill :
    Ne soyons pas trop naïfs, c'est vrai qu'il y aura toujours des compromissions. Cependant, je ne me souviens pas avoir vu un tel niveau de magouilles.
    Ce qui se passe aujourd'hui est gravissime et la fin décrite par Nicolas n'est pas à écarter. Si la presse est muselée, notre démocratie ne pourra être sauvée que par un isolement du pays par les nations démocrates. Nous arrivons à un point où tous les pouvoirs sont dans une même main.

    RépondreSupprimer
  8. Stef,

    Même pas. Tu vas voir que Nicolas Sarkozy va se trouver acculé. Il va dissoudre l'Assemblée Nationale, comme le demande Julien Dray. La gauche va gagner haut la main. Elle va se retrouver au gouvernement avec un pays dans un état lamentable, sans la moindre marge de manoeuvre et les élections présidentielles vont arriver. NS sera réélu à cause du bilan de la gauche...

    Guy,

    Oui, on n'a rarement vu un tel niveau de compromissions.

    RépondreSupprimer
  9. @ Nicolas

    Ah ben il manquerait plus que ça ^^

    RépondreSupprimer
  10. Voilà, je sais pourquoi cette histoire ne m'intéresse pas du tout : elle est trop banale.

    RépondreSupprimer
  11. Stef,

    Tu veux parier ?

    Christophe,

    Z'avez raison. Mais elle est trop grosse et c'est la première fois que je traite un truc aussi gros, en tant que blogueur vaguement en vue...

    RépondreSupprimer
  12. "c'est l'histoire du dernier sursaut avant la fin de la démocratie".

    Tu crois qu'on en est là ???

    A mon avis, pour savoir il faut attendre 2012.
    Pour Napoléon III, on est sorti de la démocratie le jour du coup d'Etat.

    RépondreSupprimer
  13. Elmone,

    Faut bien théatraliser un peu...

    RépondreSupprimer
  14. Pour théatraliser avec "la fin de la démocratie",tu pouvais pas faire mieux. mais, tu exagères un chtiot brin !

    RépondreSupprimer
  15. Une exagération ? Où ça? Je ne vois pas ...

    RépondreSupprimer
  16. Sans l'affaire #woerth nos discutions se limiterait à la météo, j'irais pas jusqu'à dire qu'on du bol mais on se marre bien quand même.

    RépondreSupprimer
  17. Tout y est! Sauf que je ne suis d'accord avec personne sur l'essentiel: ce sera peut-être la naissance de la démocratie.

    RépondreSupprimer
  18. Permets que je tente une réécriture du dernier passage litigieux :
    " Tu vois, c’est l’histoire du dernier sursaut avant la fin de l'UMP."

    RépondreSupprimer
  19. Lamyli,

    Mais si, mais si.

    Meguini,

    Oui, ça occupe !

    Le Coucou,

    On peut espérer...

    Captain,

    On peut espérer...

    RépondreSupprimer
  20. C'est aussi l'histoire d'une presse qui n'est plus sous presse et qui ne survit pas en faisant appel à la pub...

    RépondreSupprimer
  21. Si elle fait vendre en dénonçant des scandales, ça me va !

    RépondreSupprimer
  22. Bettencourt a gagné 100 millions d'euros d'impôts en 4 ans. Elle dit que c'est cool la démocratie !
    :-))

    RépondreSupprimer
  23. C'est quoi 100 millions de nos jours ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...