23 juillet 2010

Partageons mon manque d'avis

Quand il se produit un événement grave, comme récemment la mort d’un jeune « gars du voyage » suivie d’émeutes, d’attaque d’une gendarmerie, le blogueur et le commentateur de blog, comme probablement le pilier de comptoir et la concierge de l’immeuble d’à côté, tenteront d’exprimer une opinion.

Pour se faire, ils analyseront froidement les résultats et finiront par en tirer un avis conforme à leur opinion politique, à ce qu’il doit dire, …

Alors le type de droite prendra parti pour la gendarmerie et condamnera les émeutiers.

Alors le type de gauche sera tenté de taper sur le gendarme qui a tiré un peu vite (l’enquête nous en dira plus) mais se dira quand même qu’on ne peut pas tolérer un trouble à l’ordre publique tel que celui de la semaine dernière, avec toutes ces andouilles qui conchient les valeurs de la République.

Alors le type d’extrême gauche se dira que la révolution ne peut pas venir de ces gens-là, pour cette raison, en faisant écran de fumée devant les mouvements financiers à moitié louches des puissances du pognon.

Alors le type d’extrême droite fera une théorie sur la nécessité de les expulser du territoire.

Alors le centriste fera diversion en tentant de démontrer qu’on pourrait équiper les forces de l’ordre d’armes non létales.

Et moi, je ne sais pas. Les émeutes sont graves, mais je ne sais pas comment ces « gens du voyage » se sont montés le bourrichon, je ne connais pas les circonstances de l’accident. Alors, je joue au centriste. Je fais diversion en faisant un billet pour critiquer le manque de moyens des forces de l’ordre et pour dire : « Bah ! C’est la faute à Sarko ! ». Ca m’arrange bien, j’aurai une trentaine de commentaires, des liens et des RT. C’est mon job de blogueur gauchiste.

Mais en fait, je n’ai pas d’avis. Il faudrait que je change le titre de mon blog.

Si ! J’ai un avis ! Le type n’avait pas à forcer un barrage de police. Le policier n’avait pas à tirer. Les émeutiers n’avaient pas à émeuter et je n’ai pas à néologismer.

Je ne sais pas ce qui a amené le type à forcer le barrage. Je ne sais pas ce qui a amené le policier à tirer.

Les trois faits sont graves.

Mais je ne sais pas pourquoi j’aurais une priorité à établir entre la gravité des faits.

35 commentaires:

  1. J'aime la photo. Je la garde pour plus tard...

    RépondreSupprimer
  2. Mais sinon, je partage totalement ton avis sur les émeutes, les causes, et les trois faits tout aussi graves, que l'on n'a pas à priorisé...

    RépondreSupprimer
  3. Si les journalistes et politiques avaient la même honnêteté que toi sur ce coup là ; dire, avouer que l'on ne sait pas, ne pas pisser dans le sens du vent, c'est tellement rare que cela en devient presque courageux.

    RépondreSupprimer
  4. Tout ça est bien dit, et partagé… De mon point de vue, tout dépend des circonstances de la mort du gars, au départ. A-t-il forcé deux barrages, comme il a été dit, emportant la première fois un gendarme sur son capot sur des centaines de mètres? Si c'est vraiment le cas, il n'y a pas matière à s'émouvoir: le gars a mérité son destin. Dans le cas contraire, évidemment, on peut sans doute parler de bavure…

    RépondreSupprimer
  5. Ed,

    Ouais, ça commence à me les briser...

    RépondreSupprimer
  6. Le Coucou,

    On ne saura jamais, les seuls témoins sont des policiers qui ne vont pas taper sur un collègue et en plus je n'ai aucune raison de penser qu'ils mentiraient !

    En plus, tout ça s'est passé dans le feu de l'action, personne n'a vu ce qui est arrivé réellement...

    RépondreSupprimer
  7. Ah ah ! Moi je trouve ton billet rigolo et bien vu sur la réaction des uns et des autres en fonction de leur tendance.
    Je viens partager mon avis de gauchiste.
    @FalconHill "(...) les trois faits tout aussi graves, que l'on n'a pas à prioriser" : Bin si. Entre celui qui ouvre le feu et celui qui riposte l'acte est le même mais il y a une différence énorme, non ?
    Ca se précise un peu ici
    (Et me dites pas que le Progrès est un journal de gauchistes hein :D)

    RépondreSupprimer
  8. MGP,

    Ca faisait longtemps !

    Je ne suis pas d'accord... On n'a pas à prioriser des événements et avec tes propos, on pourrait considérer que les émeutes sont normales car c'est le policier qui a ouvert le feu.

    Ben non. Elles ne sont pas normales.

    RépondreSupprimer
  9. MGP, ben non. Je ne suis pas d'accord, et je suis d'accord avec Nicolas.

    RépondreSupprimer
  10. billet très bien équilibré et je partage ton analyse.
    Dans ce genre d'histoire on ne sait jamais se qui se passe dans la tête des agresseurs et des victimes.

    RépondreSupprimer
  11. La réaction la plus admirable est celle du chef qui a décidé, avant toute conclusion d'enquête , qui étaient les coupables. Il devance tout le monde en provoquant une réunion sur les "gens du voyage".

    Tant que Charlita n'a pas fini son tournage avec Woody, Charlito n'ira pas en vacances...et nous, on devra se farcir son cinoche jusqu'au 2 aout ! Pitié, envoyez-le au cap nègre et vite !!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  12. Et, dans un grand élan d'enthousiasme, Falconhill invente le verbe "a prioriser" (dont on ne comprend absolument pas ce qu'il peut bien tenter de dire), immédiatement suivi par Marie-Georges – dont je salue chaleureusement le retour parmi les morts de la blogosphère – et par Nicolas himself : c'était bien la peine de s'énerver sur "acter", tiens !

    RépondreSupprimer
  13. Il n'y a pas d'échelle dans la gravité de ces faits. tout le monde (à peu près) semble d'accord.
    La véritable question est (pour un centriste -non NC- que je suis) de savoir pourquoi on en arrive à un tel niveau de violence général. Il y a quelques années, le gars essayait de passer au travers d'un contrôle parce qu'il avait picolé, le gendarme n'avait pas tendance à sortir son arme dès qu'un individu se grattait la tête. Ces faits, me semble-t-il, relevaient du grand banditisme, alors qu'aujourd'hui, la "susceptibilité" est partout et à fleur de peau. Pourquoi ? Moi non plus, je ne sais pas.
    Je pense cependant qu'à force de "stigmatiser" de nombreuses catégories d'individus : les gens du voyage, les rom, la police, les ministres, la gauche, la droite etc., on réussit à diviser pour mieux régner. On sème la pagaille pour traiter ses petites affaires dans son coin. N'est ce pas un début de réponse ? Si en plus on se demande ce que vaut la vie d'un gendarme ou d'un "gens du voyage" ou d'un autre, pourquoi ne pas mettre en place tout ce petit remue-méninges...

    RépondreSupprimer
  14. Quel talent, à la fin de la lecture on a l'impression que tu as dit quelque chose et en fait non. Je partage totalement ton absence d'avis.

    RépondreSupprimer
  15. Quel talent, à la fin de la lecture on a l'impression que tu as dit quelque chose et en fait non. Je partage totalement ton absence d'avis.

    RépondreSupprimer
  16. À propos du titre de votre blog, cher Nicolas, j'ai longtemps lu "Soyons de mon avis" au lieu de "Partageons mon avis". Quel con !

    Sinon, pour en revenir à l'affaire qui constitue le socle de votre note, plus justement sa rampe de lancement, ce grain de sel, si je puis me permettre : à parti de quand, et pour qui, et pour quoi un "fait divers" n'en est plus tout à fait un ? Autrement formulé, est-ce que chaque fait divers occasionne une "réunion de travail" à l'Elysée ?

    RépondreSupprimer
  17. j'ai l'impression, cher Nicolas, que tu es en train de virer ta cuti... de gauche tu serais presque prêt à passer à droite, d'hétéro (ou plutôt d'humain...) de te transformer en mouche...

    RépondreSupprimer
  18. Ah, ça y est, Lucia vous balance à droite ! Z'avez pas fini de souffrir, mon pauv' vieux : les commissaires du peuple sont à vos trousses...

    RépondreSupprimer
  19. je calque mon commentaire sur celui d'Edelihan. J'ajoute qu'à mon sens, il y a et aura toujours autant d'avis que d'Humains. Un peu de projection, un peu de morale, un peu de faire semblant, un peu de mimétisme, quelques gouttes d'effet de masse, quelques rajouts pour être, parfois quelques mots pour paraître... Bah, peu importe, étant donné que nous sommes tous humains, ça semble bien moins grave, tout ça :)...

    RépondreSupprimer
  20. Personnellement, j'évite de penser notre société à partir d'un fait divers agité par les médias. On n'a pas toutes les infos et une visions forcément très très subjective du déroulement.
    Je souligne juste l'incapacité de Sarkozy de considérer les gens autrement qu'en communauté. Ça craint !
    :-)

    RépondreSupprimer
  21. Ah merde ! J'ai oublié de répondre, ici...

    Melclalex,

    Oui, on ne peut pas savoir ce qui est arrivé...

    Captain,

    Il est très fort.

    Didier,

    Oui, ça m'a fait rigoler quand j'ai vu le machin souligné en rouge dans mon firefox : encore un truc tellement employé au bureau qu'on oublie que ça n'existe pas !

    Guy,

    C'est pour ça que ces histoires ne devraient être traitées que pour ce qu'elles sont : des faits divers tragiques. Sinon, ça pousse à dire n'importe quoi.

    Ahmed,

    Parfait.

    Ahmed,

    Parfait.

    Christophe,

    Oui, c'est ce que je viens de répondre à Guy, ci-dessus. Le président ne convoque pas une réunion pour un bazar pareil.

    Lucia,

    Non, c'est toi qui a tout faux. C'est la gauche qui a dévié, qui ne s'occupe plus du social et fait beaucoup plus de bruit sur des conneries mais a oublié les gens, les vrais natifs du coin et qui bossent 35 heures par semaine pendant 42 ans pour le SMIC. Didier Goux te répond ci-dessus et je suis souvent d'accord avec lui sur ce genre de trucs (pas quand il veut bouter les étrangers...) : je tiens un propos hors des clous et tu débarques pour me juger.

    Bientôt la gauche « socialiste » (y compris et presque surtout le Front de Gauche) finiront à 10% dans les élections si elle ne se ressaisit pour se qu'elle doit faire : s'occuper des gens, y compris en terme de sécurité (et de traitement social des banlieues et autres).

    Minijupe,

    Non.

    Ema,

    Effectivement, ce n'est pas très grave.

    Poireau,

    La stratégie du « diviser », toujours et encore.

    RépondreSupprimer
  22. " le gars a mérité son destin...."

    Ca j'aime pas du tout ! ...çà veut dire oeil pour oeil , dent pour dent ! ... c'est primaire ! surtout dans une société moderne !

    La vie , pour moi c'est sacré ! on ne la balaie pas comme çà d'un revers de manche ! ...

    Comme le taulier , je ne sais pas ce qui s'est passé réellement . J'accorde autant de crédit qu'au conducteur qui s'est rendu qu'aux flics ... mais merde , il y a bien un moyen d'abolir la peine de mort expéditive en France !


    J'espére que vous m'avez compris !

    RépondreSupprimer
  23. @Nicolas : je vois que comme d'hab' je m'étais mal exprimée... moi qui ai écrit que les manifs devenaient pour la gauche une sorte de "récré", de fête folklo, moi qui viens d'écrire un billet où je m'interroge sur le bien fondé de la position des fonctionnaires et de "leurs" syndicats(toujours à si bien défendre "leurs" intérêts)...

    Bref... je devrais arrêter le second degré, ou d'essayer de faire de l'humour (cf. la mutation en mouche), car ça tombe toujours à côté.

    Entièrement d'accord avec toi : la gauche est mal barrée si elle ne parvient pas à muter... (et éventuellement à se transformer en mouche).

    @Didier : ne me confonds pas avec certaines de tes "chères vieilles gauchistes", si aisément caricaturables... Je suis vieille, il est vrai (mais un tout petit moins que toi), et certainement, je te l'ai déjà dit plusieurs fois, beaucoup moins gauchiste que tu ne l'es dans le fond... Il faut dire que j'ai à ma décharge mes origines... immigrée portugaise, en banlieue nord, en septembre 68... j'ai raté la révolution ici, je l'ai ratée là-bas... tu vois ! Les commissaires du peuple ne me les envoie pas ! (smiley)

    RépondreSupprimer
  24. @Nicolas : encore ceci, car je suis un peu énervée... Je passe mon temps à critiquer les Mélenchon et autres Besancenot de plateaux télé... Tu devrais me lire de temps en temps ;-) (ne prends pas la mouche... STP) et puis un jour de KDB, ça serait bien qu'on cause tous les deux...

    RépondreSupprimer
  25. excellent billet. Voilà, c'est tout.

    RépondreSupprimer
  26. @Joel - "La vie , pour moi c'est sacré !"

    Et bien pour d'autres, la vie n'a rien de sacré, et par conséquent on juge de la même manière qu'il y ait une vie en jeu ou non...

    RépondreSupprimer
  27. La mère Castor,

    Merci !

    Val,

    Peut-être... Ce qu'il faut, c'est juger froidement.

    Lucia,

    Je te lis. Je lis tous les blogs de mes commentateurs réguliers. Je lis tous les blogs de ceux qui sont venus à la Comète. Je te lis donc deux fois.

    RépondreSupprimer
  28. Je n'ai pour la part aucune opinion sur ce manque d'opinion à ceci près que j'eus aimé l'écrire.

    RépondreSupprimer
  29. Marcel,

    Faut écrire.

    Lucia,

    N'est-ce pas !

    RépondreSupprimer
  30. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...