19 juillet 2010

Ne sommes nous plus en démocratie ?

Des collègues blogueurs ont rencontré Séverine Tessier, porte parole d’Anticor, « l'association des élus et citoyens contre la corruption ». J’étais d’ailleurs invité à cette rencontre mais comme souvent, je me suis dégonflé.

Je concluais mon billet d’hier par « Tu vois, c’est l’histoire du dernier sursaut avant la fin de la démocratie. » Dans les commentaires, trois personnes se qualifiant elles-mêmes de droite, Corto, Didier Goux et FalconHill, semblent trouver que j’abuse.

Peut-être. Ca me consolera pas de savoir qu’il existe des vraies dictatures, dans le monde…

Effectivement, on est gouvernés par des gens qui sont élus. Il y a des nouvelles élections en 2012. On pourra toujours voter. Une majorité se prononcera pour un candidat à la présidentielle puis, dans un élan traditionnel de la Cinquième République, une majorité de députés seront issus du même camp que le Président. Ils auront quartier libre pour cinq ans. Perdront quelques élections locales.

Ce matin, le compte rendu de Dagrouik de l’entretien avec Mme Tessier a resurgi dans mon Reader. Du coup, je me suis replongé dans la lecture de celui de Vogelsong et celui de Seb Musset. Du coup, j’ai relu l’analyse de Sarkofrance. Ces billets étaient sortis le 14 et le 15 juillet (le 14 était férié et le 15, j’ai plus ou moins zappé les blogs) et n’avaient pas émoustillé les quelques neurones qui me restent.

Aujourd’hui, je suis réveillé. Atterré, tant les démonstrations sont implacables. On voit tellement de choses autour de nous, qu’on oublie de tout mettre au bout.

Dans un des ces billets, par exemple, le taulier évoque la libéralisation des jeux en ligne. La femme du ministre qui était en charge du dossier est liée au PMU. Ca n’est qu’un exemple.

Un autre ? Un autre… Dagrouik nous rappelle que le fisc compte 15000 agents en moins depuis 2002… et depuis quelques jours des histoires de fraudes fiscales font la une de la presse, car détectées par elle.

Et pourtant…

Guy Birenbaum, ce matin, nous rappelle les conflits d’intérêts permanent, y compris au sein des journalistes politiques qui devraient être les premiers à les traquer. Il nous cite l’exemple d’une journaliste qui interviewe Bernard Accoyer, le Président de l’Assemblée Nationale, au sujet des conflits d’intérêts. La journaliste vient d’être nommée Officier de la Légion d’Honneur. Elle est Présidente de l’Association des journalistes parlementaires. « Elle illustre juste la schizophrénie d’une journaliste (parmi tant d’autres…) qui, questionnant un élu sur les conflits d’intérêts, ne se rend même pas compte qu’elle nage dedans… Jusqu’au cou. »

Les contre-pouvoirs disparaissent.

Nous ne sommes plus vraiment en démocratie.

Lisez les billets que je cite : je ne peux résumer tout en une page. « S. Tessier déclarait très sérieusement à la fin d’un entretien “On ne va pas se mentir, on n’est plus en démocratie” ».

L’affaire Woerth a surgi dans la vie politique avec des espèces de ramifications dans tous les sens. Les micro-partis sont découverts. Un ministre va chercher de l’oseille à Londres, profitant d’un déplacement officiel,…

Le tous pourris revient et Didier Goux ironisera dans les commentaires en me demandant si je découvre la politique.

D’autres vont nous expliquer que ce « tous pourris » profite au Front National alors que Dagrouik nous rappelle que presque toutes les grandes mairies, tenues par le FN, ont sombré dans des scandales divers.

Tout est fait pour détourner les citoyens de la politique. « Sarkozy vise l'abstention en 2012 , dégouter de la politique et faire peur aux vieux anciens pour les convaincre de voter massivement pour lui : retraites […], insécurité […] et autres peurs connexes. »

Que donne la une de la presse ce matin ? La suite de l’affaire Woerth et des tirs sur des policiers, à Grenoble.

Ah ! Un Français a gagné l’étape…


Bravo à Anticor. Bravo aux journaux qui sortent les affaires. Félicitations aux copains blogueurs.

22 commentaires:

  1. je m'en fous de plus être en démocratie, si c'est moi le chef ;-)

    RépondreSupprimer
  2. A la fin c'est plutot "Bravo à Anticor", sans p ni de s.

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, juste en passant comme ça, ça me rappelle un truc quand Darcos était ministre de l'éducation nationale, comme par hasard, à la suite de son départ de ce ministère, madame a rejoint les éditions Hachette livres en tant que responsable des relations institutionnelles, chargée certainement de fourguer les manuels scolaires aux académies. Un petit mélange supplémentaire, sans conséquences, à ajouter à la longue liste.

    RépondreSupprimer
  4. "Que donne la une de la presse ce matin ? La suite de l’affaire Woerth "

    ... Woerth sifflé alors qu'il assistait au Tour de France...

    Pour ce qui est de la fin de la démocratie, je vous conseille la lecture du livre "L'Hiver de la démocratie" de Guy Hermet, qui illustre le mécanisme qui, depuis un sacré bout de temps, la mine - en particulier, elle risque de crever parce qu'elle ne peut plus s'étendre et n'a plus rien à proposer.

    RépondreSupprimer
  5. je ne suis pas d'accord avec toi. J'estime que nous sommes dans une démocratie, même si nos gouvernants sont nuls.

    RépondreSupprimer
  6. Captain,

    Ouais, la liste serait longue.

    DF,

    Oui, le parallèle avec la mine semble juste...

    FalconHill,

    Je sais que tu n'es pas d'accord, je le dis dans le billet.

    Au moment de la ratification du traité de Lisbonne, qui nous faisait adhérer à un machin que nous avions refusé, par referendum, trois ans plus tôt, tu n'étais pas content. C'était antidémocratique.

    (En outre, ce machin est purement libéral et vise nécessairement à enlever du pouvoir aux états, donc aux représentants élus du peuple...)

    Ce n'est pas en niant une réalité...

    Mais, comme je dis, on continue à voter. La gauche sera peut-être élue mais elle ne pourra rien faire, à cause de la dette, par exemple... Donc même en changeant de gouvernement, il ne se passera rien. La démocratie est à la fois réelle et fictive...

    RépondreSupprimer
  7. @Nicolas: en effet. On n'est pas sortis du tunnel.

    RépondreSupprimer
  8. DF,

    Ca me mine. C'est rigolo, j'ai illustré mon billet sur Partageons nos apéros avec une photo de mine (même si ça ne se voit pas, il s'agit d'une mine d'or à ciel ouvert au Brésil).

    RépondreSupprimer
  9. Quand m'avez-vous entendu me qualifier "de droite" ?

    RépondreSupprimer
  10. Vous vous qualifiez de réactionnaire, vous-même. J'interprète. Z'êtes pas à gauche, si ?

    RépondreSupprimer
  11. Il faut que je change mes lunettes pour voir de près et que je mette sérieusement à le recherche de votre "démocratie".

    RépondreSupprimer
  12. Corto,

    oui. Ou réaliste.

    Le Coucou,

    C'est aussi la tienne...

    RépondreSupprimer
  13. Heureusement que l'affaire Ribéry agrémentée des photos alléchante de la trop jeune Zahia vont nous faire oublier toutes ces histoires bien compliquées. Les médias ont lancé la machine…
    :-)

    RépondreSupprimer
  14. a supposer que vous ayiez raison, on n'a jamais été en démocratie. la vraie démocratie, seuls les dieux en sont capables, on le sait depuis Rousseau.

    Mais comme le disait un autre penseur que j'affectionne, et qui pourtant n'est pas du même bord que Rousseau et moi, la démocratie est le pire des systèmes... à l'exception de tous les autres.


    On confie le pouvoir à des gens, qui ne rendent PAS de comptes : on n'est pas en démocratie, et on n'y a jamais été.

    La seule chose qui influe sur le sort des élections, c'est la communication. point final.

    Mais ca a toujours été comme ça. Quoique Sarkozy n'améliore pas les choses, je le concède sans difficulté..

    RépondreSupprimer
  15. Michaël,

    Oui.

    Je crois que Nicolas Sarkozy a décuplé le système (ce qui est un compliment pour lui : il est très fort), aidé par Internet (pas les blogs et "Médiapart", mais le fait que l'information tourne beaucoup plus vite et on a le choix entre plus de sources).

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.