03 juillet 2010

Les vrais sujets

Juan commence ainsi son dernier billet des coulisses : « L’ami Nicolas s’est inquiété que l’affaire Woerth-Bettencourt ne détourne l’attention populaire des vrais sujets, la réforme des retraites au premier chef. »

Je n'ai pas employé l'expression « vrais sujets »... J'ai dit « exiger la démission n’est-il pas contribuer à jeter un écran de fumée sur des politiques qui s’annoncent, comme cette réforme des retraites ». Je me posais juste la question de savoir si nous autres, à gauche, n'en faisions pas un peu trop.

Le tout est une question d'échelle de valeurs.

Le fait de savoir si on peut avoir des dirigeants politiques au dessus de tout soupçon, en qui on peut légitimement avoir confiance pour gérer notre quotidien et préparer notre avenir est un vrai sujet. La réforme des retraites n'est pas un vrai sujet. De toute manière, personne ne peut prévoir l'évolution de l'économie dans les cinq prochaines années alors d'ici à ce que je sois à l'âge de la retraite, hein !

Si la gauche ne fait pas de conneries, elle finira par récupérer le pouvoir et rétablir un peu de justice fiscale. Pour le reste, il est presque impossible d'avoir 42 ans de cotisations à 60 ans, alors dépasser l'âge légal de 60 à 62 n'est qu'un symbole ! Martine Aubry a raison de dire qu'il repassera à 60 si le PS revient au gouvernement... Ca ne mange pas de pain.

Le fait que toucher à cet âge légal montre que la droite veut casser progressivement tous les acquis sociaux. C'est très préoccupant mais pas surprenant.

Il suffit de récupérer le pouvoir et les rétablir. Assez rapidement de manière à ce que Nicolas Sarkozy n'ait pas le temps de tout casser.

Amen.

Les vrais sujets...

En fait, je me demande si ce n'est pas la réforme des retraites qui est lancée par le gouvernement pour masquer les vrais sujets...

Qui sont divers...

Il y a d'abord la collusion entre le pouvoir et les « puissances financières ». L'affaire Woerth nous le montre. Tout ceci nous empêche de voir sereinement l'avenir, autrement que par la révolution... Mais j'ai mieux à faire ce soir, j'ai bistro.

Il y a ensuite le fait que ce blog ne soit plus premier au Wikio depuis aujourd'hui.

Il y a surtout l'évolution de la société à moyen et long terme.

Chacun pensera à ce qu'il veut ! J'imagine que Didier Goux n'aura pas les mêmes préoccupations que moi.

Moi, j'imagine l'enfer que sera la vie dans les cités, la vie dans les campagnes devenant impossible. J'imagine, et j'en parlais avant hier, encore, d'une smicardisation de la société. J'imagine une société dirigée par des marchés financiers visant à accroitre la valeur de titres de sociétés eux-mêmes propriétaire de fonds de pension divers et gérés par des spéculateurs incontrolable, le tout dirigé par quelques individus qui se partageons une richesse et des jetons de présence dans des conseils d'administration. J'imagine une société où on nous offrirait des coupes du monde de foot, des tours de France et des finales de Rolland Garros pour nous faire oublier, début juillet, qu'on fonce s'entasser dans des résidences de vacances, dépensant encore et encore plus de pognon vers l'inutile, juste pour alimenter des indices boursiers.

Et si la réforme des retraites n'était que pour nous faire croire qu'on a encore le droit de gueuler ?

10 commentaires:

  1. il faut reconnaitre que le fait que tu ne sois plus premier du wikio est d'une iniquité sans pareille
    ça mérite une révolution blogosphérique

    RépondreSupprimer
  2. Oui. Et en plus, Guy n'a pas probablement d'aussi bons rapports que moi avec les patrons de bistro pour organisées des soirées.

    RépondreSupprimer
  3. Quant à Didier Goux, il n'a rigoureusement aucune préoccupation.

    RépondreSupprimer
  4. L'état actuel ne se cache même plus, le libéralisme et ses serviteurs nous marchent littéralement sur la gueule, c'est flagrant et cela s'accélère comme dans toute les grosses boites comme celle où je bosse et même pour la réforme des retraites la mobilisation est moyenne quoiqu'on en dise, et même avec un bon os à ronger. C'est flippant!

    RépondreSupprimer
  5. En dehors de mes folies habituelles, il n y a pour moi qu'un seul vrai sujet: créer des emplois, ! bordel, des emplois ! Tout le reste, à droite comme à gauche, n'est, pour l'instant, que fadaises et enfumage. Na !

    RépondreSupprimer
  6. Beau billet, bonne analyse à la fin malheureusement j'ai envie de dire...

    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  7. Excellent ! J'adore la chute. je crois que c'est ça, en fait, justement.

    RépondreSupprimer
  8. Fanette,

    Merci.

    Stef,

    Merci aussi.

    Corto,

    Pas des emplois ! Des revenus...

    El Camino,

    Oui, ça n'est qu'un os à ronger.

    Didier,

    Le frigo est vide.

    RépondreSupprimer
  9. Oh Didier Goux est en vacance de protestation ? :-))

    Le plus triste pour moi est la smicardisation générale de la société. Fallait pas désindexer les salaires, grave erreur économique !
    :-))

    RépondreSupprimer
  10. Oui, Poireau, c'est un des trucs les plus graves...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...