30 juillet 2010

Olé, les huit bébés !

Le principal titre de la presse ce matin concerne cette dame qui a tué ses huit bébés. C’est affreux et Homer s’en est ému hier ! Magnifique fait divers tragique ! Le gouvernement devrait se précipiter pour faire une loi pour renforcer les peines pour les femmes qui tuent plus de sept de leurs enfants.

La presse titrait hier à propos de la corrida qui a été interdite en Catalogne. Il faudrait être ignoble pour faire le rapprochement entre les deux sujets. Mais quand on parle de boucherie, hein !

A la radio, ce matin, il y avait une horde, au moins !, de psychiatres et de consultants variés tentant d’expliquer les gestes de la petite dame. Il faut bien ça. Par contre, il n’y avait aucun sociologue ou politicien essayant d’expliquer comment on pouvait arriver à une telle situation, en France, en 2010. Comment le système de santé est-il arrivé dans cet état qu’une femme n’ose pas aller voir son toubib pour discuter franchement avec lui et se faire prescrire une pilule, une IVG ou une sodomie ?

Hier, j’ai trouvé quelques blogs qui défendaient la corrida. Notamment Lady Waterloo que je lis avec passion et sérénité quotidiennement mais qui me parait à l’ouest pour défendre ce loisir du sud. Elle a perdu le nord. Franchement, je n’ai rien contre la corrida. Je m’en fous. Je pourrais crier que je suis contre, que c’est abominable de tuer des bestioles pour son seul loisir. Lady Waterloo nous explique que les bêtes sont mieux traitées quand elles sont élevées pour être tuées que quand elles sont élevées pour être mangées ou produire du lait. Moi qui suis issu de la campagne au point où j’envisage sérieusement d’acheter des bottes, je regarde parfois les vaches dans les champs de ma campagne bretonne, braves animaux qui vont faire des petits veaux pour le plus grand bonheur de mes papilles gustatives ou produire du lait pour refroidir légèrement mon café le matin. Je peux vous garantir : ces bêtes ne sont pas mal traitées. La paysanne replète les amène au champ, le matin, leur parlant avec tendresse. Parfois, elles ont l’honneur du paysan qui vient les honorer quand la paysanne est indisposée menstruellement.

J’ai des copains qui aiment la corrida. Rimbus, par exemple. Au fait, qu’est-ce qu’il devient, lui ? 10 jours sans billets. Moi, je respecte. Je ne vais pas me prononcer pour une loi l’interdisant. Ni pour une loi la rendant obligatoire, remarque !

Toujours est-il que je trouve toujours grotesque tous les arguments en faveur de la corrida…

« C’est une tradition ! » qu’on nous dit parfois. Ah ! Oui. L’excision des jeunes filles dans certaines contrées aussi. Je suis en vacances ce soir, rassurez-vous, je ne vais pas rester ignoble trop longtemps.

« C’est beau ! » qu’on nous dit aussi. Ah ! Je trouve également très beaux les dessins que me fait ma nièce de 5 ans et 362 jours pour mes anniversaires, mes noëls, mes mariages, mes enterrements, …

La corrida n’est pas un loisir qui consiste à se déguiser comme pour une gay pride avec plein de couleurs, un pantalon trop étroit, une grande cape qu’on agite avec une espèce d’épée qu’on finit par planter dans un taureau. Non ! C’est un loisir où on regarde un type déguisé comme pour une gay pride avec plein de couleurs, un pantalon trop étroit, une grande cape qu’il agite avec une espèce d’épée qu’il finit par planter dans un taureau.

Ce n’est pas spécialement sain. Je n’ai rien contre la corrida, spectacle qui représente la virilité à l’état tellement pur que le pantalon est tellement serré qu’on voit la bite du toréador (au fait, que devient-il, celui-ci ?).

Alors mes psychiatres et consultants divers analysaient la petite dame ce matin. Il y a une deuxième question à poser : pourquoi a-t-elle gardé les corps des bébés chez elle ?

Dans le temps (quand l’avortement était toléré après la 36ème semaine), à la campagne, on les donnait à manger aux cochons…

Je ne cherche pas à être odieux, hein ! N’allez pas croire que je suis un immonde fumier. Je condamne évidemment cet acte, la petite dame doit être soignée si on est à gauche et punie si on est à droite. Je me demande comment la société a réussi à produire ça ! Ou plutôt, comment elle continue à le faire…

Je me contente de relativiser. De dédramatiser. Un fait divers tragique qui n’a pas à faire la une de la presse. Qu’on laisse la famille dans sa douleur ! Je pense aux deux filles de vingt ans. Je pense au mari, conseiller municipal dans sa commune. Les gens qui les regardent de travers, horrifiés, quand ils vont acheter une baguette et deux croissants, le matin. Ils ne savent pas quoi penser. Les idées s’emmêlent dans leur crâne. Ils ont vécu ces horreurs sans les voir, sans se rendre compte, commises par cette femme qu’ils aiment toujours mais que la une de la presse va voir comme un monstre.

Alors, ils allument la radio, le matin, et écoutent ces psychiatres, ces consultants, grassement rémunérés pour ça, donner leur avis sur leur femme, leur mère, qu’ils n’ont jamais connue.

Comme s’il y avait besoin de consultants pour expliquer qu’elle était dérangée.

Je n’ai pas écouté la radio, hier. Il y avait probablement des consultants qui expliquaient qu’un loisir qui consiste à regarder un zozo en moule-burnes planter son dard dans un taureau plantureux est formidable et doit être protégé au nom des traditions, de la fête, du peuple, …

On va me répondre que je ne comprends rien au sport... Alors que j'ai été consultant pendant plus de vingt ans.

37 commentaires:

  1. Tout à fait d'accord avec toi ! Je trouve ton analyse très juste

    RépondreSupprimer
  2. Parfait, alors ! (je ne sais pas si c'est une analyse, un constat désappointé, peut-être).

    RépondreSupprimer
  3. J'ai eu le malheur de critiquer la mise à mort du taureau ailleurs et me suis fais traiter de gros beauf qui comprend rien à la noblesse du truc.
    Gros beauf abruti je dis pas c'est pas faux mais qu'on me la raconte pas sur la noblesse de la mise à mort relayée artistiquement par des écrivains, artistes, blablabla.

    RépondreSupprimer
  4. Vlad,

    Oui, parfois ils sont très drôles les défenseurs de corrida ! (je me répète, je n'ai rien contre, je m'en fous, mais ce sont les arguments qui sont stupides).

    Ton commentaire me rappelle presque les artistes qui défendaient Polanski...

    RépondreSupprimer
  5. En parlant de Polanski et de ses frasques, maintenant que la Catalogne a interdit les corridas faudrait trouver autre chose que la mise à mort : pourquoi ne pas remplacer la mise à mort par la sodomie du taureau (ou inversement). On trouverait alors pléthore d'artistes vantant la beauté et la grâce des corps qui se lient...OK, je sors...

    RépondreSupprimer
  6. Vlad,

    La sodomie du toréador par le taureau serait plus rigolote.

    RépondreSupprimer
  7. eh ben c'est hard ce matin ! tout comme toi nicolas je me fous de l'interdiction ou pas de la corrida. quant à la dame du nord je la plains mais je ne m'explique pas comment on peut faire ça, c'est tout ! les explications des psy et autres je m'en fous aussi, mais par contre je ne me fous pas des états d'âme de son mari et de ses filles. Je ne fous pas non plus dénégations d'Eric qui perd la mémoire au fil des jours. Je me fais du souci pour son état mental, moi si j'étais son patron je le mettrais au repos complet à vie !

    RépondreSupprimer
  8. J'en parlait justement dans les commentaires de l'hérétique.

    Merci pour ce parfait résumé de ma pensée du moment sur ces sujets.

    Et merci pour l'humour qui tombe à pic.

    RépondreSupprimer
  9. Faut toujours de l'humour ! Tiens ! Je n'ai pas vu le billet de l'hérétique (faut dire qu'il en fait encore plus que moi...).

    RépondreSupprimer
  10. "Le gouvernement devrait se précipiter pour faire une loi pour renforcer les peines pour les femmes qui tuent plus de sept de leurs enfants."

    Mordelol, merci pour l'éclat de rire!

    Par contre, "on peut se demander comment la société en est arrivé là"

    C'est plutôt la société qui évite d'en arriver là.
    Un récapitulatif de L'évolution du droit concernant l'infanticide

    RépondreSupprimer
  11. Hahahaha !! Merci ami prochebanlieusard pour cette belle tranche de rigolade matinale.

    Je suis d'accord pour tout.

    Beau billet vraiment.


    (Rimbus ne sera pas de ton avis, je crois. Mais laissons le défaire ses bagages)

    RépondreSupprimer
  12. "la petite dame doit être soignée si on est à gauche et punie si on est à droite" ! Alors là, alors là, c'est de la provocation gratuite, incroyable, presqu aussi pire dans le monstrueux qu'un taureau sanguinolent... Je, je..bref!
    Excellent billet

    RépondreSupprimer
  13. @Nicolas et Vlad

    Ben vous êtes en forme, les gars, vous, ce matin :-) Plein d'idées originales sur la corrida :-)

    RépondreSupprimer
  14. @Nicolas
    T'as pas compris la pensée de droite humaniste.
    Il faut la punir pour la soigner. Punir, c'est soigner, tu vois...

    RépondreSupprimer
  15. Suzanne,

    Merci...

    Pour l'évolution de la loi, elle me parait "surprenante" (je ne suis pas juriste, hein !).

    Captain,

    Merci !

    Corto,

    La provocation est aussi pour la gauche !

    Merci !

    L'Hérétique,

    Bof. Ca ne veut rien dire et en plus tu réagis ce que Corto a compris comme une provocation (mais qui n'est qu'une plaisanterie, une moquerie envers les clivages "traditionnels").

    RépondreSupprimer
  16. que de compliments ! et le pire c'est qu 'ils ont raison les bougres !

    RépondreSupprimer
  17. je viens de relire ton billet (que j'avais lu un peu rapidement tout à l'heure pour cause de patron traînant dans les parrages), je dois dire que tu c'est vachement bien tourné tant au point de vue des idées qu'au point de vue de la rédaction (comme dirait didier deschamps)... dire qu'il va faloir se passer de ça pendant des semaines !

    RépondreSupprimer
  18. Merci. Pourquoi se passer de ça pendant des semaines ? Tu ne me connais pas. Tout au plus quelques passages à vide de deux ou trois jours...

    RépondreSupprimer
  19. Ben oui, Nicolas, tu ne comprends rien au monde moderne (sniff...) !
    Rassure-toi (si, si...) on est au moins deux !!!
    Estelle92

    RépondreSupprimer
  20. Tout est beau dans l'taureau (quand il n'est pas en morceaux)

    RépondreSupprimer
  21. Salut nicolas, je te souhaite de très bonnes vacances a bientot bonjour à mon fils si tu vas à la comète ce soir !

    RépondreSupprimer
  22. Quand je pense que je reste dans la Rennes, moi...
    Bonnes vacances !

    RépondreSupprimer
  23. je ne sais pas si j'ai déjà commenté chez toi mais voici le meilleur article que tu m'aies donné à lire.

    Pour info, les bonnes vaches qui vont être tuées pour finir en steack haché sont tuées de façon abominable. Elles voient leurs copines, à la queue-leu-leu, se faire descendre devant elle. Elles arrivent donc pour l'électrochoc fatal, terrorisées, les pattes tremblantes, chancelantes, se chiant et se pissant sous elles de peur. Il faut voir ça une fois pour décider de devenir végétarien, ou à tendance...olé!

    RépondreSupprimer
  24. La400,

    Merci !

    Oui, les conditions dans les abattoirs ne sont pas géniale. Cela dit, les états d'âme d'une vache, heu...

    MPHA,

    Merci.

    Scourti,

    Je ne sais pas s'il bosse le samedi soir (j'espère, j'ai besoin de son chargeur d'iPhone).

    RépondreSupprimer
  25. Lady Waterloo est-elle au courant du traitement qu'a le droit de subir le taureau ?
    Nan parce que juste comme ça, quand il rentre dans l'arêne, il est déjà à moitié crevé l'animal (le gay aurait aucune chance sinon...). Il lui mette des aiguilles dans les intestins pour que ça le pique tout le temps, quand il fonce sur le toréador c'est avec l'énergie du désespoir !

    C'est vrai que ce serait une vieille tradition qui disparaitrait si on interdisait la corrida, cela dit, la peine de mort était aussi une vieille tradition...

    RépondreSupprimer
  26. Val,

    Je n'ai pas voulu entamer le débat du "pour ou contre". Tout ce que j'ai voulu dire c'est que l'argumentation du "pour" ne tient pas la route.

    (mais l'argumentation du "contre" pourrait aussi assez facilement tournée en ridicule, je suppose).

    RépondreSupprimer
  27. Vite, un autre billet, Nicolas. Le télescopage des deux sujets inspire des commentaires un peu zarbis:
    "On a découvert dix cadavres de veaux à la manade de José Luis Oléoléo. La population est sous le choc et le président Sarkozy a nommé un nouveau préfet."

    RépondreSupprimer
  28. Je vous avais dit que Suzanne picolait en cachette. (en plus j'ai fait un nouveau billet, où vous êtes en lien, d'ailleurs).

    RépondreSupprimer
  29. J'ai vu, merci !
    et arrêtez de dire que je piccole! Ce n'est même pas vrai! Juste un peu !

    RépondreSupprimer
  30. Avant lecture des commentaires :
    S'alarmer du sort du taureau dans une corrida, c'est du sentimentalisme de bas étage. Les même mange des poulets de batterie sans s'émouvoir !
    [Dans la symbolique, tu commets une erreur - mais on s'en fout - le taureau symbolise le masculin et le torrero une forme de féminité. Pas du tout comme on pourrait le croire un machiste !
    :-))

    Pour les bébés, je ne pense rien. Je ne connais pas cette femme et je ne peux donc donner un avis ! :-)

    RépondreSupprimer
  31. Sur la corrida, je suis entièrement de ton avis, c'est une vraie saloperie pour faire jouir les salopards. Pour que le jeu soit un peu moins inégal, il faudrait qu'un taureau qui réussit par chance à étriper un toréador ait le droit de vivre paisiblement dans un gras pâturage jusqu'à la fin de leurs jours, avec les oreilles et la bite du mec en sautoir !

    RépondreSupprimer
  32. jusqu'à la fin de SES jours, bien sûr!

    Tiens, mon comm. et celui de Poireau se sont croisés, c'est marrant: du coup on dirait que je traite de salopard ! :-))

    RépondreSupprimer
  33. Le Coucou,

    A propos de salopard, tu devrais aller lire les commentaires du billet sur la corrida dans les coulisses de Sarkofrance...

    Poireau,

    Je ne suis pas ému par le sort du taureau, je m'en contrepignole. Je constate juste que les arguments "pour" sont tous grotesques.

    Suzanne,

    Hips.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...