17 mai 2020

Conf 62 - de gauche, libéral, laïque, républicain et universaliste


Tilleul : un arbre de culture facile et plein de bienfaitsEn ce soixante-deuxième jour de déconfiture (si je compte bien, demain ça fera neuf semaines) et au lendemain d’une réunion de blogueurs en visio en présence d’Amine, le Président du Printemps Républicain, Aurélien Taché a démissionné de LREM ce qui n’a rien à voir, en principe. Il a dit qu’il ne pouvait pas y rester car il est toujours à gauche… J’en ai fait une courte publication dans Facebook en y précisant : « Il n'est néanmoins pas de la même gauche que moi, il est de la gauche identitaire. »

Un type a commenté ceci : « Le mot gauche identitaire ou l’islamo gauchisme est un fantasme des types de droite pour décrédibiliser toute idée de gauche. En réalité, il y a un clientélisme politique qui va du PC à LR concernant les quartiers populaires et les musulmans. Il faut bien acheter la paix sociale depuis 2005 et le PS en fut le champion. Par contre, vous pourriez essayez de déterminer ce qu’est la gauche néolibérale. Ah excusez-moi, ça n’existe pas, c’est le centre droit LREM. » C’est évidemment un con. Néanmoins, je lui ai demandé qui parlait de la gauche néolibérale. Il m’a répondu : Hollande, Valls,… puis un tas d’âneries puisque personne ne parle de gauche néolibérale même moi qui suis un libéral de gauche.

Et si les arbres nous ressemblaient un peu… - Sekoia CityC’est un con, certes, mais je suis fatigué de ces fossoyeurs de la gauche. En plus de celui entre la droite et la gauche, deux clivages sont évoqués ici : celui entre les conservateurs et les libéraux et celui entre les universalistes et les identitaires ou les communautaristes. Et je ne reviens pas sur l'islamogauchisme, par mansuétude.

Wikipedia nous dit plein de choses sur le neolibéralisme dont ceci : « Pour ceux qui le dénoncent - le terme est souvent employé à gauche, mais fait aussi partie du vocabulaire de la droite dite « conservatrice » - le « néolibéralisme » accroît les inégalités sociales, réduit la souveraineté des États et nuit à la croissance des pays en développement. » Relisez maintenant la première phrase du commentaire de l’imbécile.  C’est ainsi qu’en disant que le néolibéralisme (dont il me parle hors sujet) est un mot utilisé par la gauche pour décrédibiliser le centre mais ça les range parmi les conservateurs, voire les pires réactionnaires.

Wikipedia dit aussi : « Ainsi le journaliste français Jean-François Kahn affirme que le néo-libéralisme, pensée plus récente que le libéralisme, déguise en fait un antilibéralisme : le libéralisme suppose selon lui une superstructure capable de faire respecter la libre concurrence contre les conglomérats (lois antitrust, État fort pour les faire respecter), alors que le néo-libéralisme contesterait les deux, condamnant le véritable libéralisme au profit d'oligopoles imposant, par entente tacite, des prix dont la demande ne déciderait pas. » Je suis parfaitement d’accord avec M. Kahn : le néolibéralisme s’oppose au libéralisme car il agit pour une espère de capitalisme financier, le fameux monde de la finance.

Plantation d'un arbre : quand et comment planter un arbre ?On peut donc être libéral de gauche mais difficilement néolibéral de gauche, il faut arrêter de raconter des conneries et de sortir des mots comme des slogans. Nous sommes nombreux à être libéraux, à gauche. Je ne vais pas vous bassiner les coussinet avec la page Wikipedia de Libéralisme mais elle commence par : « Historiquement, le libéralisme est une doctrine de philosophie politique, moderne et morale (John Locke et Montesquieu sont les pères de cette philosophie) fondée sur la liberté et la reconnaissance de l'individu. Il a pour but initial de rationaliser et ordonner les relations sociales. L'État moderne ou État de droit émerge avec la réflexion libérale. Le libéralisme classique repose sur l’idée que chaque être humain possède des droits fondamentaux naturels précédant toute association, et qu'aucun pouvoir n'a le droit de violer, et prône la liberté d'expression des individus. » Au USA, la gauche est bien libérale et la droite néolibérale (même si les clivages ne sont pas les mêmes qu’ici). Et je suis bien content d’être libéral.

Wikipedia nous dit aussi à propos du néolibéralisme : « le terme ne fait pas consensus et son utilisation requiert une grande prudence, tant il a oscillé entre différentes significations. » Je pense donc que les imbéciles, dans les réseaux sociaux, devraient faire preuve d’un peu de prudence.

Cet article de La Tribune explique que le « néolibéralisme moderne » est né en France à peu en 1973 (bien avant Reagan et Thatcher) et se termine ainsi : « C'est à Raymond Barre que l'on doit ainsi la mise au placard définitive de l'idéal keynésien gaulliste. Comme c'est à partir de son règne que l'emploi ne fut plus considéré que comme une simple variable au service de la stabilité financière. C'est donc de 1976 (avènement de Barre et de ses plans) qu'il est possible de dater l'an zéro de l'infâme austérité, ainsi que le degré zéro de l'humanité. » Le néolibéralisme est une sorte d’opposition au gaullisme et est d’ailleurs né sur le rejet de l’interventionnisme de l’Etat qui est aussi un truc assez à droite… (rappelez-vous la crise de 2008 quand la gauche dénonçait Sarko qui injectait du pognon dans les banques ; un gauchiste est un conservateur néolibéral ce qui est ballot).

http://www.aquitaineonline.com/images/stories/Bordeaux_2019/arbre_bx_01.jpgAlors laissons tomber ce clivage entre les conservateurs néolibéraux et les libéraux. Passons à l’autre, entre l’universalisme et le communautarisme ou « l’identitarisme », toujours avec Wikipedia. Commençons avec ce dernier mot.

« La mouvance identitaire est un mouvement politique, une école de pensée ou un courant politique de l'extrême droite européenne apparu à la fin du xxe siècle en France et dérivant de la Nouvelle Droite. Elle met l'accent sur la défense des Européens, avec une vision ethnique et culturelle de la politique. » Rien de neuf sous le soleil et ça me ferait mal au cul d’être considéré de la gauche identitaire. Et pourtant, il y en a… Certains députés de la gauche de la gauche sont considérés comme proche des Indigènes de la République. « Différentes sources qualifient le PIR d'antiféministe, antisémite, homophobe, identitaire, islamo-gauchiste, racialiste, ou encore raciste. » Ouille.

« Le communautarisme est une conception qui soutient que l'individu n'existe pas indépendamment de ses appartenances, qu'elles soient culturelles, ethniques, religieuses ou sociales. Cette conception implique donc que les individus appartiennent invariablement à des communautés distinctes (d'où le terme), endogènes et homogènes. Une telle conception présuppose ainsi qu'il y ait globalement peu d'échanges et des incompréhensions fondamentales entre chaque communauté qui les empêcheraient ainsi de se fondre dans une seule. »

A la Sainte Catherine, on plante un arbre. Nos conseils pour ne ...« L’universalisme est l'idée d'une opinion à vocation universelle. Il existe plusieurs types d'universalismes : religieux, politiques, philosophique et juridique. » « L’universalisme républicain, doctrine d'origine française, qui décrit la république comme une et indivisible et dont tous les citoyens sont égaux en droits, propose son modèle comme idéal universel. » « L’universalisme institutionnel considère que tous les peuples doivent être représentés dans la conduite des affaires du monde (mondialisation démocratique). »

Ca fait assez de définitions ?

Un autre extrait d’internet : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. » Cela est le début de la Constitution. Je ne suis pas seulement libéral et universaliste, je suis aussi Républicain…

Un avant dernier : « En droit, la laïcité est le « principe de séparation dans l'État de la société civile et de la société religieuse » et « d'impartialité ou de neutralité de l'État à l'égard des confessions religieuses ». Le mot désigne par extension le caractère des « institutions, publiques ou privées, qui sont indépendantes du clergé et des Églises ».  » Je dis ça pour répondre à un commentateur de mon dernier billet, à propos du Printemps Républicain : « Ce mouvement est à mon sens raciste et a une vision de la laïcité proche de l'extrême-droite et surtout n'accepte pas la contradiction. » Je voudrais savoir ce qu’on peut trouver comme autre définition de la laïcité et comment on pourrait tolérer des contradictions de types qui vous place à l’extrême-droite. Il faudrait inventer une autre laïcité pour ne pas être d’accord avec l’extrême-droite ?

Les Arbres remarquables" : lumière sur des joyaux du patrimoine ...Je suis désolé mais Marine Le Pen a dit qu’il faisait beau, aujourd’hui, et ELLE A PARFAITEMENT RAISON.

Et la gauche, dans tout ça ?

C’est compliqué… « La gauche désigne la partie gauche de l'hémicycle d'une assemblée parlementaire et les personnes et partis qui y siègent habituellement. De ce fait, la notion de gauche (comme celle de droite) ne possède pas un contenu idéologique fixe et a priori. » En fait, ça commence mal, c’est surtout une notion géographique et le contenu n’est pas précis. « De nos jours, les partis de gauche se rassemblent généralement dans la promotion d'idéaux progressistes et d'égalité, la critique de l'ordre social et le souci d'une plus grande justice sociale. Elle comprend la social-démocratie, le radicalisme, le socialisme, le communisme et certains courants de l'anarchisme. » « Le terme de social-démocratie désigne un courant politique et économique, apparu au xixe siècle, qui tend à incorporer certains éléments du socialisme dans une économie capitaliste et libérale. » J’suis !

« Le mot socialisme recouvre un ensemble très divers de courants de pensée et de mouvements politiques, dont le point commun est de rechercher une organisation sociale et économique plus juste. Le but originel du socialisme est d'obtenir l'égalité sociale, ou du moins une réduction des inégalités et, notamment pour les courants d'inspiration marxiste, d'établir une société sans classes sociales. Plus largement, le socialisme peut être défini comme une tendance politique, historiquement marquée à gauche, dont le principe de base est l'aspiration à un monde meilleur, fondé sur une organisation sociale harmonieuse et sur la lutte contre les injustices. » J’y suis aussi (mais je ne crois pas une seconde dans l’égalité sociale). « Sur le plan économique, le mot socialisme désigne à l'origine un ensemble de doctrines fondées sur la propriété collective — ou propriété sociale — des moyens de production, ou du moins la critique de la propriété privée de ceux-ci, par opposition à la vision capitaliste. » Je n’y suis plus. Tant pis.

Le dragonnier de Socotra : un arbre extraordinaire – Regard sur le ...On peut être de gauche sans être libéral. Mais on ne peut pas gagner une élection (et accessoirement faire tourner un pays) en prônant la propriété collective des moyens de production. On doit donc pouvoir être de gauche en tolérant des types de gauche qui prônent le libéralisme par opposition au néolibéralisme et au capitalisme financiers. En revanche, on ne peut pas se prétendre de gauche, même en étant antilibéral tout en n’étant pas universaliste. Donc on ne peut pas être de gauche en étant communautariste ou identitaire. On ne peut pas être de gauche sans être profondément attaché aux valeurs de notre République même si on n’est pas d’accord avec la constitution de la cinquième. On ne peut pas être de gauche sans être d’accord avec cette définition simple de la laïcité.

J’ajouterai, hors sujet, qu’on ne peut pas être de gauche sans être internationaliste. Et je crois qu’on ne peut pas être de gauche sans être écolo mais le débat serait long. On peut être écologiste et favorable au nucléaire parce qu’il n’y a pas de rejet de CO2.

Avant de vous mettre d’accord sur un projet ou une tribune, pensez donc aux valeurs, la République, la laïcité, l’universalisme, la recherche de l’égalité,… C’est après qu’on pourra donner un fond économique, social, écologique, progressiste… à un programme.a

6 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci ! J'arrive même à dire du bien de de Gaulle...

      Supprimer
  2. Pour ma part, reste à redéfinir la gauche. A la suite de ton billet, on a plus de familles que de couleur dans un arc en ciel et surtout bien plus que la droite (à redéfinir aussi)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plus de justice sociale et des trucs comme ça, plus de partage des richesses, des revenus,...

      Supprimer
    2. Mais au fond, on s'en fout un peu...

      Supprimer
  3. Il y a quand même une sacrée contradiction dans votre " On ne peut pas être de gauche sans être pour la laïcité et internationaliste"... parce que notre vision de la laïcité est justement très nationale.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.