08 mai 2020

Confinés jour 53 - la peur des gendarmes et du déconfinement idiot


http://www.leparisien.fr/resizer/FrjPhEzuOprYZyb-4QtYyFZOMJk=/932x582/arc-anglerfish-eu-central-1-prod-leparisien.s3.amazonaws.com/public/V6CDBBVNM4OGSIZQIASJBUNBII.jpg
En ce cinquante-troisième jour de confinement, j’ai décidé de ma marier très rapidement en constatant que ce que j’avais prévu à manger pour ce midi : des saucisses (knacks d’Alsace) avec des épinards. Je me suis trompé. Je devais les manger hier avec les patates et le pavé de bœuf avec les épinards. C’était trop tentant.

A part ça, je crois qu’hier soir, je me suis résolu à ne pas aller en Bretagne rapidement. En d’autres termes, ça veut dire que, avec toutes ces conneries, je commence à m’en foutre, une sorte de résignation… tout en faisant tout pour y aller. Je me suis même décidé à faire quelques emplettes dès mon arrivée sur place. Je détaille pour ma mère, ma sœur et mon frère s’ils me lisent : un fauteuil de bureau pour remplace la chaise avec le dossier cassé dans ma chambre, un téléviseur pour remplacer l’autre qui, même s’il fonctionne à merveille, me rappelle trop l’ancien monde avec ses quarante kilos, un lave-vaisselle car je ne suis pas doué pour les tâches ménagères, un taille-haie de la même marque que la tondeuse pour pouvoir avoir la même batterie et une lampe pour la véranda où j’aime bien traîner le soir quand les bistros sont fermés. A la réflexion, je me dis que je pourrais y installer un fauteuil.

L'avion qui n'a jamais décollé": quelques leçons de l'échec de l ...J’ai toujours eu « la peur du gendarme » : je me fous de prendre une prune à 135 euros si mon attestation n’est pas valable, mais j’ai peur de me faire enguirlander par un keuf. Rien que pour aller chez Leclerc, à moins de vingt mètres de la sortie de l’immeuble, je prends mon ausweis et regarde bien si la maréchaussée n’est pas dans le coin. Le pire est que je pourrais y aller en passant par le parking du supermarché.  Je me rappelle de chacune de mes rencontres avec les casques bleus. Tenez ! La première fois où j’ai été contrôlé, c’était le soir de mes dix-neuf ans et de la victoire de l’équipe de l’IUT au championnat universitaire de football. Moi qui ai une mauvaise mémoire, c’est le seul souvenir que j’ai de cette année à part mon premier cours de probabilité en amphi, une soirée où nous avions fait du riz-au-lait comme dîner (pourquoi se rappeler ce genre de truc ?) et quelques soirées bien chaudes à la cité U. Et bien sûr, Yvette la patronne du bar de La Brise et son époux à la retraite qui battait tous les étudiants au babyfoot. Le soir de ce contrôle, j’étais évidemment saoul comme un Polonais. Ils n’étaient pas de sortie pour traquer les pochetrons mais un type en cavale et ils pensaient que c’était moi car j’avais fait demi-tour devant eux puis tenté de les semer avant de m’arrêter au bout de quelques kilomètres dans un moment de lucidité. Ils avaient fait preuve d’une rare mansuétude et ont bien rigolé quand je leur ai dit que l’allais en boite de nuit pour fêter ça mais que j’avais fait demi-tour car je m’étais trompé de route. Ils m’avaient dit « c’est bon pour cette fois, mais ne buvez pas une goutte d’alcool dans la boite ». Je n’avais pas obtempéré.

Air France va réduire sa flotte d'Airbus A380 | Les EchosJ’ai une mauvaise mémoire mais pas pour ce qui concerne le boulot au niveau réglementaire et fonctionnel… C’est complètement con, j’oublie d’aller à des réunions mais je suis bien payé car je suis incollable les fois où j’y vais et parce que j’ai une imagination professionnelle hors du commun : je trouve des solutions pour répondre à un besoin des clients (et actionnaires) à 20 000 euros alors que les collègues sont proches du million tant ils ont pris la voie habituelle. Mon meilleur souvenir est d’avoir évité six cent mille euros d’investissement en quarante-cinq minutes de réunion. Le pire est de ne pas avoir réussi à décider le chef à dépenser un million pour nous éviter d’avoir à dépenser trois millions dans les cinq ans (l’avenir m’avait donné raison).

J’ai une mauvaise mémoire : j’ai oublié d’acheter de la crème fraiche mais aussi du pinard en quantité suffisante pour un week-end de trois jours.

N’oublions pas que nous sommes le huit mai. J’ai regardé la cérémonie à la télé (façon de parler : c’était sur l’écran de l’iPhone ce qui me fait d’ailleurs rigoler vu que je viens de dire que je changerai la télé dans la maison de ma mère alors que je n’en ai pas chez moi). En gros, je regarde la télévision trois fois par an chez moi : le 14 juillet, le 11 novembre et le 8 mai. Cette année, j’ai battu mon record avec deux discours de Macron et un de Philippe en plus des émissions traditionnelles.

Airbus A380 : une décennie et puis s'en va | PagtourPlus j’y pense, plus la stratégie de déconfinement me paraît idiote. Inciter les Parisiens et autres banlieusards à rester dans leur coin alors que les transports en commun seront l’enfer est idiot. Il n’y aurait aucun danger à circuler (par contre, il faut interdire les déplacements pour la Pentecôte et l’Ascension). Les rassemblements de plus de dix personnes restent interdits mais pas dans un cadre familial ou privé. Dans la véranda dont je parlais, je peux mettre quinze personnes (debout) afin qu’on partage bien nos virus mais je prendrai soin à ce qu’ils arrivent un par un pour ne pas s’entasser dans la rue et être sûr qu’ils respectent les règles.

Fin de l'A380: l'avion d'Airbus volera encore de nombreuses annéesCela me fait penser que parmi mes emplettes programmées, il ne faut pas que j’oublie la tireuse à bières (mais comme je disais hier, les bistros bretons auront ouvert avant le déconfinement du Kremlin-Bicêtre). J’ai aussi oublié l’ordinateur portable. Utiliser celui du bureau pour des raisons personnelles pendant le confinage est tolérable, pas après.

Pendant la crise, nous n’avons pas parlé d’une information : la prise de contrôle par La Banque Postale de la Caisse Nationale de Prévoyance et la probable acquisition par cette nouvelle entité de HSBC France. Vous me direz que tout le monde s’en fout et vous auriez parfaitement raison mais c’est fou que je sois passé au travers de cette nouvelle alors que mon employeur devient le taulier de la nouvelle boutique et que je serai probablement très concerné pour la gestion des distributeurs de billets de cette banque.

Il n’empêche que la construction du monde d’après se poursuit et qu’une entité publique se situe au centre des processus capitalistiques du moment.

Ce qui s’arrose.



6 commentaires:

  1. Ah ouais, les knacks avec les épinards, c'est pas terrible. Vous auriez dû ressortir acheter une baguette et vous faire deux hot dogs. En pensant à bien mettre leurs masques aux dogs…

    RépondreSupprimer
  2. En ce cinquante-troisième jour de confinement, j’ai décidé de ma marier très rapidement en constatant que ce que j’avais prévu à manger pour ce midi : des saucisses (knacks d’Alsace) avec des épinards. Je me suis trompé. Je devais les manger hier avec les patates et le pavé de bœuf avec les épinards. C’était trop tentant

    Non là ne mentez pas : vous avez abusé de quelque chose...

    RépondreSupprimer
  3. Nous pouvons être tranquilles avec HSBC.

    Comme les liens sont interdits ici, je ne m' adresserai qu'aux anglophones :

    "Antoine Cahuzac, HSBC’s chief executive for global banking in the Middle East."

    PS - C'est le frère de Jérôme.

    2ème PS - Depuis cet article, il a changé de boîtes plusieurs fois (dont directeur des Énergies Renouvelables à EDF)

    3- Je ne sais pas si, lui aussi, est socialiste.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.