04 janvier 2011

On ne gagnera pas 2012 avec des rustines

Les propos de Manuel Valls ont fait la une de l’actualité, hier, y compris dans de nombreux blogs politiques (Romain, que je n’ai pas encore lu, David, Humeur de Vache, Nicocerise, DPP, Disp, El Camino, Melclalex pour n’en citer que quelques uns). Yann en remet une couche, ce matin montrant toute la difficulté de ces primaires, chacun étant obligé d’annoncer n’importe quoi pour faire parler de lui. Avec les primaires, j’avais peur de querelles entre les personnes mais les propos de Valls reviennent à détruire une idéologie.

Plusieurs personnes avec qui j’ai discuté par blogs interposés minimisent, je crois, les propos de Manuel Valls : ils ne sont pas que « une petite phrase ». Il s’agit d’un propos d’un dirigeant du PS qui accrédite la thèse qu’il n’y a pas d’autres solutions que celle proposée par Nicolas Sarkozy. TINA. Travailler plus pour gagner plus. On ne peut que s’enfermer dans le modèle économique qui fait que nous sommes en crise depuis environ 40 ans, avec un taux de chômage qui croit continuellement (sauf lors de la période de mise en œuvre des 35 heures, mais le PS refuse d’en faire un bilan…).

Les propos de Valls tuent tout espoir chez les braves gens.

En outre, ils sont mensongers, les blogs de gauche l’ont ressassé à l’occasion de la campagne 2007 et lors du vote de la loi TEPA. Nicolas Sarkozy, pendant ses vœux, parlait de 6 millions de personnes qui en avaient profité. Outre le fait que ces chiffres ne soient pas vérifiables (sans la loi, des gens auraient fait quand même des heures supplémentaires), il faudrait savoir combien ont réellement gagné les personnes concernées ?

200 euros ? Immédiatement engloutis dans des jeux vidéos qui resteront dans les armoires dès les vacances terminées ? Dans un iPhone 4 pour remplacer l’iPhone 3 qui ne faisait pas du multitâche ?

Ce n’est pas le modèle de société qui me semble à présenter aux électeurs, alors que le service public par en couilles (je ne parle pas du bug des SMS de Orange, malgré tout anecdotique, mais d’un tout : Le Coucou nous raconte hier une anecdote qui lui arrive, avec un réseau électrique qui n’a pas été remis en conformité suite aux tempêtes d’il y a deux ans) et que le gouvernement continue à torpiller, alors que le pouvoir d’achat stagne depuis 40 ans, alors que les prix de l’immobilier flambent, alors que la représentation des salariés dans les entreprises compte pour peau de zob.

Alors c’est sur la conclusion du billet de Laurent Quinet que je voudrais rebondir « Je suis intimement persuadé que 2012 se gagnera non seulement sur la personnalité des candidats, un critère incontournable des présidentielles de la Vème République, mais aussi sur un véritable clivage idéologique : un projet de gauche progressiste et social contre le conservatisme de la droite et des extrêmes. »

Il a raison. Les candidats aux primaires – ce sont eux qui seront sous les feux de la rampe – doivent – avec et pour l’ensemble du PS qui aura en charge de les soutenir – présenter un vrai projet qui ne soit pas qu’une fuite en avant dans un modèle capitaliste éculé.

On ne va pas continuer à poser des rustines jusqu’à la fin de nos jours.

17 commentaires:

  1. Bien d'accord avec ton billet. Sauf que le véritable clivage ne peut plus être porté par le seul PS.

    RépondreSupprimer
  2. DPP,

    1. Mouarf ! Comme tu as commenté à partir de ton smartphone (bourgeois...), quand j'ai cliqué pour répondre, c'est la version "mobile" du blog qui s'est affichée sur mon PC, j'ai eu trente secondes d'inquiétude...

    2. Non, mais le PS doit en être au centre (à mon avis, hein ! Je conçois que tu puisses penser autrement) et surtout, il ne doit pas s'appuyer sur le rejet mais sur des propositions fortes.

    RépondreSupprimer
  3. Avec l'ancien patron du FMI, bras armé du capitalisme mondial financiarisé et global, pas facile de faire du progressisme social..

    RépondreSupprimer
  4. Disp,

    Attendons qu'il s'exprime !

    RépondreSupprimer
  5. Tu vas exactement dans le même sens que Montebourg. Il a un vrai programme (même si personne n'en parle, on se demande pourquoi) qui est basé sur un vrai changement de fond. Lui il ne parle pas de rustines, mais de replâtrages, ce qui revient au même.
    Tu devrais te renseigner à ce sujet ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Rimbus,

    Je m'intéresse plus à la partie "visible" du programme de chacun, au ressenti qu'auront les électeurs. Je me doute bien que Montebourg a plus de propositions à faire que moi, c'est son métier. Mais personne n'en parle...

    En fait, je n'ai étudié que le projet de Hollande et la constitution de Montebourg...

    RépondreSupprimer
  7. c'est vrai que le programme de Montebourg sort des chemins habituels et vaut le détour

    RépondreSupprimer
  8. Je voudrais pas la ramener, mais le projet économique de Benoit Hamon clive déja avec l'aile droite du PS. Alors ca devrait cliver largement plus avec l'UMP.
    C'est bien parti donc, non ?

    RépondreSupprimer
  9. Benji,

    Le machin de Benoit Hamon n'est pas lisible par le grand public...

    RépondreSupprimer
  10. « Les propos de Valls tuent tout espoir chez les braves gens. »
    Parce qu’il veut permettre aux Français de "travailler plus et travailler mieux" !!!!
    N’est ce pas pire de faire croire aux « braves gens » qu’on va raser gratis pour leur annoncer ensuite qu’en fin de compte, ça ne marche pas comme ça, que ça ne peut pas marcher comme on l’a prétendu !....D’après toi, pourquoi les Socialistes n’ont pas gagné une présidentielle depuis 22 ans malgré leurs superbes promesses électorales ????
    Quand au « projet de gauche progressiste et social contre le conservatisme de la droite et des extrêmes »…je présume que tu as oublié le mot « réaliste » ou « efficace » après « projet » ! si oui, dans ces conditions, très bien, j’adhère….mais il est où ce projet ????????....qui parmi les candidats annoncés ou potentiels aux primaires est capable de le porter ?...pour le moment je ne vois rien à l’horizon !
    « Présenter un vrai projet qui ne soit pas qu’une fuite en avant dans un modèle capitaliste éculé. »… c’est l’objectif de beaucoup de monde et très sincèrement je l’attends avec beaucoup d’impatience !
    Mais je ne suis pas très optimiste, on n’élabore pas un projet véritablement innovant coincés sous un tas de tabous et de vieux symboles !

    RépondreSupprimer
  11. Nicolas007bis,

    Reprends ta respiration et relis mon billet : je dis qu'il en faut pas mentir aux électeurs en leur faisons croire que leur vie changera plus avec trois heures de travail en plus.

    Parce que c'est faux. C'est du vide complet. C'est une hérésie.

    Pour le reste, tu as raison, on ne voit pas venir grand chose.

    Mais Valls vient de dire aux Français : la seule politique possible est celle menée par Nicolas Sarkozy.

    RépondreSupprimer
  12. Valls n'a pas promis la Lune avec le "déverrouillage des 35 heures !
    il ne faut pas faire comme si c'était le point central de son intervention !

    "Valls vient de dire aux Français : la seule politique possible est celle menée par Nicolas Sarkozy"...hum, c'est pas un bon gros raccourcis ça ?... moi qui l'ait écouté je n'ai pas entendu ça!!!!

    RépondreSupprimer
  13. Nicolas007bis,

    Tu es trop bon ! Ne penses-tu pas que Valls a profité d'une actualité politique vide, un dimanche 2 janvier, pour lancer un truc pour faire du buzz...

    Le reste de son propos n'a aucune importance : il savait ce qui allait être retenu par les médias.

    RépondreSupprimer
  14. Mouai, peut-être, après tout tu connais mieux les pratiques des socialistes que moi :)
    ......il n'empêche qu'il a le droit de penser ce qu'il veut et de le dire sans être cloué au pilori pour autant !

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  15. Bah ! Non ! Je ne les connais pas mieux. Il s'est fait cloué. C'est son problème.

    RépondreSupprimer
  16. C'est un peu ce que je disais aussi contre le "syndicalisme de défense". Le PS doit parler, dans ce pays richissime, de conquête de droits nouveaux. La gauche gagnera en faisant rêver !
    :-))

    RépondreSupprimer
  17. Oui ! Je ne suis pas trop d'accord avec ton point de vue sur les syndicats (ils sont là pour protéger les salariés et accompagner les politiques dans le progrès social), autant la gauche doit être le marqueur du progrès social.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.