01 décembre 2012

Florange : à moitié vide ou à moitié plein ?

Quoi qu’on en dise, l’action du Gouvernement, la pression mise sur Mittal, a permis la sauvegarde de 650 emplois. Mon confrère Melclalex nous en dit plus et David résume. « L'accord entre l'Etat et le sidérurgiste Mittal a été trouvé hier soir. Chacune des parties aura l'honneur sauf. Mittal voit s'éloigner une nationalisation. L'intervention de l'Etat permet de sauvegarder l'emploi et le site industriel. » « La nationalisation prenait le pari d'un risque industriel pour le site de Florange. Il valait donc mieux trouver un accord satisfaisant pour la pérennité du site industriel et pour l'emploi. »

Mais il dit aussi : « La nationalisation comme arme ultime était sans doute un leurre. Et je ne comprends pas que le syndicat CFDT et son propre parole local Edouard Martin se sentent "trahis". L'emploi est sauvé. »

Je suis comme lui, je ne comprends pas. Deux confrères blogueurs semblent également critiquer cette action, Isabelle et Elmone.

Ce dernier titre : « le gouvernement fait marche arrière ». Heu… Pour parler crument, le Gouvernement avait menacé Mittal de nationaliser s’il ne bougeait pas ses fesses. Mittal les a bougées.

« Car enfin quel est le message envoyé aux prédateurs financiers comme Mr MITTAL ? C'est le suivant : continuez à faire des OPA hostiles en France, continuez à licencier et à délocaliser. » C’est invraisemblable ! Les emplois n’ont pas été supprimés.

« Dans le pire des cas, vous n'aurez qu'une menace de nationalisation. Menace qui sera vite retirée en cas de promesse de votre part de ne pas faire de plan social (durant combien de mois d'ailleurs ?) » « Vous aviez dit capitalisme moral M. Hollande ? » Pourquoi faire des procès d’intention ?

Quant à elle, Isabelle titre : « Montebourg, le dernier des socialistes ? » Elle semble penser que « Matignon » a trahi Montebourg qui aurait fait des efforts pour rien. C’est complètement délirant : les efforts de Montebourg ont payé, Mittal ne fermera pas son bordel et ne licenciera pas les 650 personnes grâce à son action. Certes, ce n'est pas la solution préconisée par Arnaud Montebourg qui a été privilégiée mais est-ce le rôle de l'état de faire tourner des usines en attendant un repreneur potentiel ?

« La France a besoin de créativité, plus que jamais, au niveau politique : Arnaud Montebourg a voulu le changement en appliquant de nouvelles méthodes, en inversant le rapport de forces entre ces requins de nos économies et l'Etat mais tout ceci était sans compter un gouvernement vieillot, qui n'a de cesse d'appliquer de vieilles méthodes, des méthodes qui nous ont conduit là où nous en sommes... » A mon avis, les vieilles méthodes résident dans la nationalisation (qu’est-ce qu’on aurait fait de l’acier produit ?), pas dans le fait de faire plier un industriel. C’est probablement une des premières fois que ça arrive !

« Je me souviens de Montebourg pendant les primaires, cette fougue que semble moquer le gouvernement actuel était synonyme de renouveau, et d'espoir, de vrais changements, quelle déception pour nous, et sans doute pour Montebourg également... Laisser Montebourg l'emporter sur ce dossier eut été donné l'impression que la gauche gouverne en France, un signal qui eut été dangereux pour notre économie, n'est-ce pas ? » Mais Montebourg, comme tout le Gouvernement et tous les Français, ont gagné ! Montebourg l’a emporté : les emplois sont sauvés. Ce n’est peut-être pas la solution préférée de Montebourg qui l’a emporté, mais le résultat de son action est bien là.

Le Gouvernement n’est pas un lapin de six semaines. Il « suivra avec "vigilance" le respect des engagements a déclaré à l'AFP le ministre de l'économie, Pierre Moscovici, en déplacement à Abidjan, saluant un "accord solide" et "global". »

Où les ronchons vont-ils chercher l’inspiration ? « L'UMP, par la voix de Jean-François Copé, a affirmé vendredi soir que "les multiples revirements du gouvernement" sur Florange sont "très inquiétants et donnent le sentiment d'une forme d'improvisation au sommet de l'Etat". "La situation de Florange, qui n'est pas réglée ce soir, rappelle avec gravité à François Hollande que notre industrie a besoin de réformes de structures", affirme Jean-François Copé dans un communiqué après les déclarations du premier ministre sur Florange. »

Ah ben voila ? ;-)

Jean-François Copé ferait mieux de rappeler les promesses de Nicolas Sarkozy non tenues.

31 commentaires:

  1. Ici,http://www.europedia.moussis.eu/books/Book_2/5/15/05/04/?lang=fr&all=1&s=1&e=10
    un petit topo qui montre le cadre européen très étroit dans lequel aurait pu se penser une "nationalisation provisoire".
    Comme JM AYRAULT l'a dit hier, mais en peu de mots,la vocation d'un Etat,au sein de l'UE ne peut être de se transformer en industriel, d'autant qu'il ne peut régler en quelques mois, les problèmes de débouchés et de compétitivité (produire en sauvegardant notre modèle social, en étant en concurrence directe avec les industriels qui produisent à la sauvage,comme en Inde en Birmanie ou en Chine).
    Pour changer la donne,il faut opérer une mutation technologique des hauts fourneaux, pour produire autrement : pour produire "propre", "mieux" et sortir l'industrie lourde de sa dépendance à l'égard de l'industrie automobile.
    Pour moi, y avait tout ça, en soubassement des propos d'AYRAULT : donc, selon moi, c'est Florange aux 3/4 plein !
    Bisous du ouikende.

    RépondreSupprimer
  2. Cela dit, en brandissant la menace de la nationalisation, puis en participant au "passage de main" de la négociation au 1er Ministre et au Président qui sont apparus "sages" à Mittal, notre "Nono" national et notre exécutif dans son ensemble, on fait un job de malades ! Bravo à eux, c'est un vrai triomphe ... et laissons l'extrême gauche jamais contente, mais jamais capable d'exercer le pouvoir, ronchonner dans son coin !

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Oui. Il faut changer de cible, parfois.

      Supprimer
  4. il semble que les syndicats sont un peu ronchon aussi...

    Marc V.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui. J'ai vu et je le dis dans le billet.

      Supprimer
  5. Donc Mittal fabriquait de la merde en inde (allez traitez moi de raciste les cons) avant son OPA Hostile, désormais il a acquis du savoir faire : les aciers produits en Europe sont d'une autre qualité. Les hauts fourneaux là ils produisent de l'acier pour BMW et Wolkswagen . Je ne vois pas comment des chinois ou autres pourraient concurrencer ça...

    Mittal une dette fiscale de 1,3 milliards d'euros en France, il a 22 milliards de dettes.

    Mais on le croit sur parole, sans gâge.

    Sinon lady, la haut, tu parles sans doute de UCLOS , le truc moderne : creuse un peu c'est l'argent public qui va financer la R&D dans ce domaine : UE, France, collectivités locales. Oui de l'argent public qui va financer la recherche et le devellopement de l'acier moins polluant.... pour des boites privées qui mentent, ne payent pas d'impots.

    après bien sûr, youpi, la vie est belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vie est juste moins moche qu'avant...

      Supprimer
  6. Déjà, il faudrait être fou pour ne pas être content de la sauvegarde des emplois. C'est... un raisonnement de base. C'est normal. Comme vous, je ne comprends pas ceux (et surtout ceux se revendiquant très à gauche) qui ne se réjouissent pas de cette nouvelle.

    Après, faut remettre les choses dans leur contexte. Montebourde a failli tout faire foiré avec sa déclaration @Jeanne d'Arc(elor), déclenchant un tôlé légendaire en Inde (avec qui on passe plusieurs contrats à milliards...).
    Ironie du calendrier, Dassault ouvre sa filiale indienne prochainement (ou c'est déjà fait)... imaginez un instant les indous nationaliser cette entreprise juste par pure vengeance (ce serait débile et honteux, tout comme la saillie de Montebourg en somme), imaginez la grogne francaise (justifiée)...

    En somme, et pour aller dans l'exagération comme nos journalistes nationaux adorent le faire, nous sommes à mon avis tous d'accord que ni le Collectivisme bolchévique forcené ni l'Ultracapitaliste maléfique et mangeur d'enfants n'ont "gagné par un coup d'éclat".
    Et c'est tant mieux.

    Plus raisonnablement, Hollande s'était fixé un objectif : protéger les emplois (à défaut de favoriser la création de nouveaux). Il l'a fait à Florange, c'est louable (c'est déjà plus que son prédécesseur pour vous faire plaisir). Nous sommes satisfaits.

    C'est un "nous" vague qui, ironiquement, n'engage que moi. C'est pour faire insister sur le fait que l'opinion public (toujours plus aveugle et déprimante) ne s'en contentera pas, que la popularité d'Hollande ne remontera pas, qu'il ne sera pas jugé sur ca. Et c'est carrément injuste pour le coup.

    RépondreSupprimer
  7. @ Politeeks : les "boîtes privées" sont des agents économiques tout comme l'Etat, les banques et les ménages !
    Ils ont la caractéristiques d'être "interdépendants". Ces financements publics, dans le cadre politique où nous nous sommes placés depuis le 6 mai 2012, sont destinés, non à engraisser des actionnaires, mais à contribuer à une croissance économique dont toute la société doit bénéficier.
    Donc, d'un côté tu aurais raison, si nous étions encore dans un contexte sarkozyen ultralibéral. Mais c'est obsolète.
    De même, lors de la révolution française, on a gardé la plupart des institutions politiques, administratives et judiciaires : il est inexact qu'on ait fait "du passé table rase" : on est parti de là où on était, mais on a changé le "sens" politique, institutionnel et administratif, en mettant en leur centre les valeurs démocratiques fondamentales qui sont les nôtres et étaient largement bafouées par la droite, ces derniers temps.

    Cela dit, je vais me faire passer un savon par le "taulier", car je te réponds ! Voilà, c'est ta faute ! :(((

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je lis "ultra-libéral" en général je ne répond pas, cette chose n'existe pas sauf dans les livres de la trépanée US.

      Donc oui, ces financements publics n'engraissent pas des actionnaires , si tu as de telles évidences ou d'autres encore aussi droles, merci de me les communiquer.

      Supprimer
  8. Ce qui compte maintenant, c'est que le gouvernement colle Mital à la culotte pour qu'il tienne ses engagements. Parce qu'avec un loustic pareil la méfiance est de mise.
    Dommage tout de même, la nationalisation aurait fait réfléchir les futurs prédateurs et leur signifier que la France n'est pas un endroit ou on vient se servir et jeter les entreprises comme des mouchoirs jetables

    David75

    RépondreSupprimer
  9. Des emplois sauvées pour combien de temps,la question est là quant à la réponse, elle attendra 5 ans.

    RépondreSupprimer
  10. Les promesses de Mittal? Les promesses n'engagent que ceux qui y croient © Jacques Chirac

    Et pour sauvegarder (mais combien de temps...) ces emplois, combien de millions Mittal a-t-il eu en contrepartie????

    On ne devrait pas tarder à le savoir si les journalistes font leur boulot....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Mais en attendant, on ferme ?

      Supprimer
    2. Fallait nationaliser temporairement. Mais comme il le fait depuis maintenant + de 6 mois, le gouvernement a encore fait preuve d'un grand courage....

      Supprimer
    3. Tu finiras cryptocommuniste.

      Supprimer
  11. La très triste réalité est :
    - L'Etat français n'a plus un sou...
    - Mittal n'est pas bien portant (pas mal de dettes sur ce groupe que la City de Londres a contribué à s'endetter).
    Tous les ont deux ont cherché à gagner du temps....
    On en reparle dans 5 ans ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mittal pas bien portant?

      6ème fortune mondiale, 22 milliards de $...

      http://www.references.be/carriere/les-20-plus-grosses-fortunes-de-la-planete-0

      Supprimer
    2. Ou selon les source, 21ème fortune mondiale avec 45 milliards...

      http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/industrie-lourde/20121127trib000733599/lakshmi-mittal-portrait-en-sept-adjectifs.html

      Supprimer
    3. Le groupe Mittal est bien endetté :

      http://www.abcbourse.com/analyses/chiffres.aspx?s=MTp

      On peut être la 6ème fortune mondiale et être endetté : où est le problème ?

      Supprimer
  12. Bravo à l'auteur pour cet article qui ne fait pas dans le "politiquement correct" de la matinée !

    jf.

    RépondreSupprimer
  13. Nicolas,
    Tu ne comprends pas ma position.
    C'est normal, tu pars du principe que Mittal va tenir ses promesses.Tu oublies (et le Gouvernement aussi) que les même promesses avaient été faites en 2006.
    Je connais bien cette entreprise. Avant l'arrivée de Mittal, cette entreprise était saine. Mittal n'était pas souhaité par la Direction.
    D'un point de vue (un peu) plus accessoire : les méthodes de management sont en train de changer (renseigne toi sur le lean) alors que les investissements sont inexistants.
    Arcelor Mittal est structurée pour échapper à l'impôt (Arcelor Mittal Atlantique et Lorraine en France qui produit), et Arcelor Mittal Logistics au Luxembourg.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais le lean. Personne n'oublie rien.

      Supprimer
  14. C'est faux de dire que le représentant de la CFDT est pas content : http://www.dailymotion.com/video/xvjqob_e-martin-cfdt-a-florange-je-dis-bravo-a-mr-montebourg_news

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.