10 décembre 2012

La dure vie du blogueur de Gouvernement [ou pas...]

Il règne une mauvaise ambiance dans la blogosphère de gauche. Gabale en parle mieux que je ne pourrais le faire dans son dernier billet. « Depuis quelques temps, j’observe un curieux petit manège qui s’est mis en place chez certains blogueurs de gauche. Ce petit manège consiste à se poser en victimes des sales « blogueurs de gouvernement » qu’ils ravalent, par commodité, au rang de vils propagandistes... »

Pour ma part, comme lui, je suis fatigué d’être perpétuellement au centre d’un procès, par de petits inquisiteurs ou autres dénonciateurs fiers d’eux.

Tiens ! Je vais dénoncer, aussi, du coup…Des Pas Perdus, à propos de mon billet à propos du droit de vote des étrangers aux élections locales : « un vrai billet de Gouvernement » dit-il ! C’est tout ce qu’il trouve à dire. Aucune réponse sur les arguments que j’avance. Rien sur le fait que j’ai toujours eu la même position, que je disais, avant les élections, que c’était une connerie de mettre ça dans le programme. J’ai écrit plusieurs fois que ça « nous » avait failli faire perdre les élections : François Hollande n’a obtenu qu’un peu moins de 52% des voix alors qu’il était annoncé avec 55%... Ca nous fait ouvrir le débat qui est le fond de commerce du FN et d'une partie de l'UMP. C'est quand même fort !

Des blogueuses s’interrogent : Elooooody,  Cycee ou Isabelle.

Moi, je ne m’interroge pas. Je fais des billets quand j’ai envie (et le temps…) de faire des billets sur des sujets que j’ai choisis. Parfois, je me retiens. Tiens, là ! Je donnerais bien des baffes à Harlem Désir qui vient de lancer une pétition à propos du mariage pour tous mais j’ai déjà gueulé contre une pétition, avant-hier… Je pourrais rappeler à M. Désir qu’il est censé soutenir le gouvernement, pas donner des bâtons pour le faire battre.

M. Désir se rend-il compte que cette pétition pourrait recueillir moins de signatures que les pétitions du camp d’en face pour des simples raisons mathématiques et logiques ? Se rend-il compte qu’il risque de faire perdre la légitimité à un texte alors que ce texte sera à l’Assemblée le mois prochain et que le Gouvernement a une légitimité pour le faire passer, acquise dans les urnes ?

Certains ont une manière étrange de concevoir la politique.

Dans son billet, Cycee l’exprime assez bien : « je ne sais être qu'une blogueuse d'opposition. Espérons que ça n'arrive pas de si tôt ! » Oui ! C’était plus facile. Mais on a eu la victoire, tous ensemble. Je ne sais pas si les blogueurs ont joué un rôle mais ce qu’il y a de sûr c’est qu’on peut s’approprier cette victoire. On s’est battus, on a gagné. On est au Gouvernement.

Par contre, on ne peut pas être d’accord avec tout. Tiens ! Mon ami Dorham, blogueur, est de gauche et catholique. Il est donc contre le mariage pour tous et en parle parfois dans ses billets, comme aujourd’hui (il parle de plein de choses, lisez-le !). Il a voté pour Hollande mais doit absorber tout ce qui a fait l’élection, y compris les sujets sociétaux. Mais peu importe ! On me répondra que les gens n’ont pas voté pour Hollande pour se taper une hausse de la TVA.

Le mariage pour tous… Vaste sujet. Il faut être pour, nous dit-on. Je suis pour. Je ne l’ai pas toujours été. J’étais pour l’égalité mais pour un autre type de contrat. A la limite, j’étais pour la suppression du mariage du code civil. J’ai changé d’avis pour me rallier à la majorité, par pur électoralisme, parce que si François Hollande a trouvé nécessaire de le mettre à son programme, c’est probablement que c’est nécessaire, pour permettre à certains de la gauche de la gauche de le suivre dès le premier tour.

J’ai changé d’avis, aussi, parce que j’ai des amis proches qui sont homosexuels et voulaient le mariage. Je n’ai pas le droit de leur refuser.

J’ai définitivement changé d’avis (mais j’aurais pu basculer dans l’autre sens !) à la lecture des billets de Dorham. Je m’étais fait un raisonnement tordu (avec billet de blog à la clé) : à partir du moment où le « divorce » est dans le code civil, le mariage n’a déjà plus le sens que lui accorde certains…Il faut lire les billets des gens avec qui on n'est pas d'accord et le faire sans arrière pensée.

Dans son billet, Dorham évoque le « Père Gilbert », cet éternel « prêtre ouvrier » qui était invité d’une émission, à la télé, samedi soir. Je cite Dorham : « C’est qu’il est avant tout catholique : il est contre le mariage gay, il défend la chasteté en tant qu’idéal d’amour. Pire, il se dit contre l’avortement. » « Derechef, l’indispensable Guy Birenbaum, œil rivé sur son écran tactile, sapé comme l’as de pique, s’empresse de signaler que Twitter est en émoi. « Sur internet, dit-il, l’air à peine réveillé, ce genre de propos ne passent pas ! » »

Et voilà ! Twitter a parlé. Des hordes d’observateurs ont aussitôt déclaré que le Père Gilbert avait dit des âneries. Son procès en 140 caractères a pu commencer. Le Père Gilbert est invité en tant que représentant de l’église (quelle idée…) mais les twittos voudraient qu’il dise qu’il est pour le mariage pour tous et pour l’avortement, lui enlevant le droit de penser autre chose.

Alors je vais répondre à mes copines blogueuses : il faut continuer à bloguer pour exprimer son opinion, ce qu’on ressent, mais ça nécessite de savoir entendre et écouter la contradiction.

Dans son billet caricatural, Isabelle donne des « conseils de blogage » sur le thème : pour être bien vu, tu éviteras de faire des billets de blogs critiques envers le Gouvernement. Pourtant, dans son billet précédent, elle parle du mariage pour tous. Elle aurait pu être dans Twitter, samedi soir, à taper sur ce pauvre curé qui a le malheur de penser qu’il faut un homme et une femme pour faire des enfants… Elle conclut son billet ainsi : « Annie le Houerou en partant nous a demandé de faire passer le message, d'expliquer le mariage pour tous autour de nous à ceux qui seraient mal, ou pas, informés. Le mariage pour tous, ce n'est pas moins de droits pour les parents et couples hétérosexuels, c'est plus de droits pour ceux que la république a laissé au bord du chemin jusqu'à aujourd'hui... » Je suis d’accord avec la dernière partie, évidemment, et je veux bien expliquer. Par contre, je ne veux pas dire aux autres quelle conception du mariage ils doivent avoir.

Dans le billet que je citais avant, elle disait : « Ces deux billets illustrent l'atmosphère délicieuse qui règne dans la blogosphère de gauche actuellement. » pour introduire le fait qu’on lui faisait comprendre qu’elle n’a pas le droit de se positionner contre le Gouvernement. Je ne sais pas si elle se rend compte que je subis à peu la position inverse. On vient m’expliquer que je blogue toujours dans le sens du Gouvernement par suivisme.

Bien que n’ayant pas été beaucoup dans Twitter aujourd’hui, je suppose « l’affaire » politique du jour tourne autour des courriers envoyés par François Hollande et Manuel Valls au tribunal pour expliquer leurs positions. J’imagine les cris « Ah ! Quelle horreurs, ils interviennent dans une procédure de justice. », « Hollande avais dit qu’ils n’interviendraient pas » ou « Les fumiers, ils font pression sur les juges »… Je n’ai pas fait de billet parce que je considère que Manuel Valls a fait une connerie en utilisant un papier à en-tête du Ministère. Ca rendait ma défense bancale et j’ai eu la flemme de chercher des arguments.

Pourtant, j’aurais pu en trouver. Il me semble que François Hollande a dit qu’il voulait réformer le statut pénal du Président pour qu’il puisse être un justiciable comme un autre ou un truc comme ça. Il se trouve qu’il est mis en cause dans une affaire. Le juge aurait pu avoir envie de l’entendre mais il ne peut pas le faire : c’est interdit. Alors François Hollande lui envoie une bafouille pour lui expliquer qu’un passage du bouquin où il est mis en cause est erroné. Je n’appelle pas ça une intervention dans une procédure judiciaire ou une pression sur les juges ; il n’est pas intervenu par voie hiérarchique sur la chancellerie, il a facilité de déroulement d’une procédure judiciaire… Mais peu importe !

Marc Vasseur, blogueur antigouvernement (smiley, Marc !), a fait un billet relativement peu de temps après la sortie de l’information : « Et tenez, petite expérience… fermez les yeux, imaginez vous quelques mois en arrière, remplacez Trierweiler par Bruni, Hollande par Sarkozy… et écoutez…  marrant non ? Aujourd’hui, une partie des mêmes qui auraient hurlé » à l’ingérence – à juste titre – n’ont rien à dire ou alors entonnent le refrain déjà usé du « ce n’est pas pareil »… »

Je ne sais pas si Isabelle se rend compte qu’on a maintenant des procès d’intention… On n’a plus besoin de faire des billets, on est quand même quasiment accusé de le faire. Et elle a fait un billet où c’est tout juste si elle se plaint de ne pas avoir le droit de donner son avis sans que des contradicteurs arrivent…

Je vais néanmoins répondre à une bricole sortie par Marc : quand j’étais blogueur d’opposition, je tapais sur le pouvoir en place. Etant maintenant dans la majorité, je n’ai pas envie de lui taper dessus, ce que je fais pourtant relativement fréquemment mais personne ne le voit. Tiens ! Je viens de taper sur Valls…

J’ai un peu répondu à Cycee et beaucoup à Isabelle mais assez peu à Elooooody. Elle se pose des questions : « Si on défend François Hollande contre vents et marrées, est-ce que ça veut dire qu'on est blogueur ou blogueuse de gouvernement ? Est-ce que ça veut dire que finalement on n'est pas vraiment de gauche ? Si on lui tape dessus tous les jours alors qu'on a fait campagne pour lui, est-ce qu'on est un traître ou une traîtresse ? Si on choisit délibérément de ne pas aborder les sujets qui fâchent, est-ce que ça fait de nous un-e lâche ? » « Et en réponse à ces questions, on a parfois des blogueurs ou blogueuses de l'hyper gauche qui viennent nous agresser sur Twitter ou sur nos blogs pour nous faire la leçon. Genre, cette gauche-là c'est pas la vraie, et patati et patata. »

Elle a très bien cerné le problème. Et elle a fourni les bonnes réponses (z’avez qu’à aller la lire).

Je confirme : c’était plus facile d’être blogueur d’opposition. Mais continuons à bloguer, à débattre, à dire ce que nous avons sur le cœur. Et on trouvera toujours des sujets pour être d’accord. Il suffit de taper « Copé » dans Google News.

Mais dans le dialogue, il y a deux volets : la prise de position et l’écoute des autres. Et à partir du moment où on a décidé d’avoir une position de principe ou de penser que les autres ont une position de principe, on n’est plus capable d’écouter. Si je défends François Hollande dans cette histoire de lettre, c’est parce que je considère qu’il a eu raison de la faire. Je rappelle que je soutiens ce lascar depuis environ deux ans parce que j’étais d’accord avec son positionnement politique et sa manière de procéder. Je continue à être d’accord avec sa manière de procéder. Si je ne prends pas position dans l’histoire de Florange (à part pour critiquer Jean-Marc Ayrault sur une de ses communications), ce n’est pas par soutien pour le gouvernement mais parce que je n’ai rien à dire : je ne sais pas s’il aurait été une bonne idée de nationaliser ce bazar.

Enfin (oui, je vous jure !), étant quelqu’un de gauche (ce dont certains doutent mais peu importe) avec un gouvernement de gauche (ce dont certains doutent mais peu importe), j’évite de réagir au quart de tour lors de ces conneries du Président ou du Gouvernement parce qu’il y a une chance non nulle pour que je n’ai pas toutes les billes en main. Je considère que certains sujets ont peu d’importance et qu’il n’est pas toujours souhaitable de mettre de l’huile sur le feu.

Ca nourrit un bruit de fond désagréable et l’ami Guy répète nos conneries dans le poste.

51 commentaires:

  1. Réponses
    1. Comment ça, impossible de dire mieux ? Mais si, tenez, je vais vous le faire : MIEUX.

      Suffit de se lancer, c'est pas bien compliqué…

      Supprimer
  2. Ce qui est le plus agaçant, c'est en effet cette volonté de ne surtout pas entendre un avis différent. Le Père Gilbert est à la ramasse, c'est vrai et je ne suis pas tout à fait d'accord avec lui concernant l'avortement puisque ma position est nettement plus nuancée. On nous avait vendu une mesure de santé publique (à laquelle j'agrée) et on se retrouve avec une sorte de baton idéologique dont on ne peut rien dire sous peine de lapidation en 140 caractères (en effet)... Ce qui me désespère également, c'est cette manière qu'a la gauche de donner raison à tous ceux qui disent qu'elle est violente, sourde, sectaire. Tu as raison de dire que je me suis assis, en votant pour Hollande, sur les aspects sociétaux. Parce que je pensais, somme toute, que la question du mariage était secondaire (et je le pense toujours) par rapport aux grands sujets sociaux (le logement, le logement, le logement, le chômage, la nécessaire régulation du capitalisme)...

    Evidemment... Je considère qu'ils ont tout intérêt à réussir... Pour l'instant, je reste patient et raisonnable. Par exemple, pas de manif pour tous en ce qui me concerne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Cette violence est extraordinaire, parfois.

      Supprimer
    2. Je ne sais pourquoi, mon commentaire chez Dorham a disparu (mais il n'était pas tellement intéressant, donc on s'en fout). en gros, je trouvais qu'il avait des couilles quatre fois plus grosses que les miennes, puisqu'il semblait capable de supporter une émission de télé dans laquelle on devait s'appuyer une Autain, cet imbécile inutile de Birenbaum, plus encore deux autres crétins que j'ai oubliés. (Ah, oui : Arditi et ce connard de “père Gilbert” !).

      Supprimer
    3. Oui enfin, non, justement, je n'ai pas supporté, enfin, c'est surtout mon épouse qui n'a pas supporté de m'entendre gueuler toutes les deux secondes...

      Supprimer
    4. Et oui, c'est bizarre, je n'ai même pas reçu de mail suite à votre commentaire.
      ...

      Supprimer
  3. Vous avez la même réaction que j'ai eu, quand j'avais mal pris le fait de me faire insulter et cracher à la gueule par certains grands humanistes tolérants de la gauche vraie et pure, qui ne supportent pas qu'on puisse être un peu plus à droite qu'eux.

    Sur le fond et la forme, j'ai trouvé le billet de Gabale excellent.

    Il y a une manière de concevoir le débat politique qui consiste à cracher à la gueule et à insulter tous ceux qui ne pensent pas exactement comme toi. C'est ce que fait la droite de la droite, et à la gauche de la gauche, qui sont exactement les mêmes.
    Et il y en a d'autres, que je pense on défend, même si on n'a pas le même vote au final.

    Après, on a le droit de taper sur le pouvoir en place. Surtout quand il accumule des journées comme aujourd'hui, où le Président porte plainte contre une lanceur de miettes, et prends position pour sa dame dans sa lettre d'amour. Et j'ai trouvé le billet de Marc très bien.
    Mais on a aussi le droit de le défendre sans se faire insulter.

    Bref, on a le droit de parler politique sans se faire insulter par des connards qui sont, pour certains, des fous et des dangers pour une République qu'ils prétendent défendre en lui poignardant le cul à chaque billet ou commentaire ou déclaration dans la presse.

    Ne changez pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le billet de Marc ? Avec un beau procès d'intention...

      Et ce n'est pas une histoire de droite de droite ou de gauche de gauche. Marc et moi sommes relativement proches.

      Supprimer
    2. Le billet de Marc n'avait pas de procès d'intention pire que bien des billets écrits sur une autre majorité y a un peu moins d'un an. Et il a aussi le droit de l'écrire.

      Comme tu as le droit de défendre les positions que tu juges justes, sans te faire insulter.

      C'est ce que je pense. Mais peut être que j'ai mal compris ton billet (puisque il m'a semblé que j'étais globalement d'accord avec toi, avec Gabale, avec CC, et avec votre manière de concevoir la discussion et le débat politique...)

      Supprimer
    3. Oui. Je réponds rapidement patce que je suis avec l'iPhone, comme à Dorham, alors que vous méritez plus.

      Je ne sais pas si tu comprends à quel point un billet comme celui de Marc et la partie que je mets en avant sont insultants (mais ni vexants ni énervants). Mais tu as raison, il y a pire. .

      Supprimer
  4. Perso, je suis dorénavant en mode "hibernation" par rapport à certaines choses.
    Trêve des confiseurs oblige.

    RépondreSupprimer
  5. aaah des pas perdus: le genre de mec de gauche qui dit qu'il a raison et oublie la pédagogie... un peu comme Gauche de Combat...

    Sinon on lit des gens qui mettent ceux qui critiquent FH avec le FN dans le meme sac, hein.. donc faut chercher des deux cotés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout le monde est en tort. Mais je n'ai jamais comparé le PdG avec le FN. Par contre je me fais souvent insulter par des connards qui disent que je ne suis pas de gauche.

      Supprimer
    2. Ben, oui Nicolas je sais pour toi. Ces gens là qui osent penser que tu n'est pas de gauche pourraient par exemple venir te le dire en face un jour ?

      C'est ce que je dis aux cons.

      Supprimer
    3. Bah ! Des clowns. Ils ne viendront pas pour la plupart. GDeC par contre viendra prochainement.

      Supprimer
  6. « Il règne une mauvaise ambiance dans la blogosphère de gauche. »

    Tu vas voir, ma poule, ça ne va pas aller en s'arrangeant ! Bon, je vais faire l'effort de lire cette tartine…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas ta poule, bordel. N'en rajoutez pas.

      Supprimer
    2. Petit un : tu es ma poule si je décide que tu l'es (bordel !).

      Petit deux : ah ben non, y en a pas. Je vous te laisse vous te démerder avec ces connards d'extrême-gauche. Qui, comme dès les années 20 ne cherchent qu'à vous te éliminer puisque vous tu êtes es leur pire ennemi.

      Bonne chance.

      Supprimer
    3. Bof ! Qu'ils se démerdent ! Je vous ai connu avec des commentaires plus en français.

      Supprimer
  7. Comme dit Didier, ça ne va pas aller en s'arrangeant. Le pire est devant nous. Oh bordel ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y suis pour rien. Les pires et les plus implacables ennemis des socialistes (ou des sociaux-démocrates) ont toujours été les communistes, lesquels se sont naturellement alliés (dans les années trente) aux nazis pour éliminer le gouvernement démocratique de Weimar.

      Bon, je pourrais prolonger la discussion (?) mais il se trouve qu'il se fait tard. Néanmoins, il me semble intéressant de montrer en quoi les communistes ezt les nazis avaient exactement les mêmes buts.

      Supprimer
    2. Tu es d'accord avec Didier Goux : fasciste. Voilà ! C'est fait, je vais faire un billet pour te dénoncer. Ou alors un tweet. C'est plus simple. "@gabale48 est d'accord avec Didier Goux" : ça aurait de la gueule. Je serais RT par plein de lascars s'imaginant rendre justice mais n'ayant rien entre les oreilles.

      Mais non, le pire n'est pas derrière nous. Ces cons vont exploser en vol, se rendre compte qu'ils ne servent à rien.

      Supprimer
    3. Dites, le vieux, vous pourriez me laisser répondre à mes commentateurs ? Je vais avoir l'air de quoi, moi ?

      Supprimer
    4. Tiens ! Je vais répondre sérieusement. Les communistes ne sont pas en cause dans cette histoire. Ils connaissent la leur, d'histoire.

      Supprimer
    5. Ah non, alors ! Les communistes ne connaissent pas leur histoire ! Ce sera l'enjeu du siècle qui commence, d'ailleurs. Le livre que je suis en train de lire, Terres de sang est une borne majeure.

      (Mais, bon : les blogueurs de gauche ne lisent pas de livres, donc…)

      Supprimer
    6. Fredi, je n'ai pas besoin de trou du cul supplémentaire, j'en ai déjà hein.

      Supprimer
  8. sur l'anti gouvernmental: nombre de blogueurs de gauche a la posture contestataire s'inventent des postures face à des blocs qui n'existent pas. Par exemple on décréte qu'on a "pas le droit de faire un billet contre le gouvernement" (ce que personne n'a dit) pour pouvoir adopter la posture de la rebelle ou du rebelle en en faisant un...alors que faire un billet anti gouvernemental, et c'est bien normal, ne pose pas de souci...

    des rebelles de portes ouvertes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas commenté hier parce que je n'ai pas réussi à faire court. Mais dans le post de Romain il y a l'idée que je voulais défendre, entre autres : QUI sont ces gens qui adoptent ces postures ? D'où parlent-ils exactement ?
      Ce que dit D. Goux est aussi à prendre en compte : le P.S., le gouvernement, la blogosphère, font trop de cas d'eux, ne les remettent pas assez à leur place, et du coup ils n'ont plus de limites.
      ET : Est-ce que le pays réel (malgré les titres idiots des journaux et en particulier Libé, trop gentil avec l'UMP on se demande pourquoi), gobe ces postures ? Je crois que non.
      Ce qui plaît en M. Valls par ex c'est que c'est un homme de gauche normal, pas un farfelu.
      Les soi-disant degauche qui attaquent le gouvernement (qui gouverne normalement) font le même boulot que la vraiedroite : pourquoi ?
      Bon, je coupe, et je résume : il n'y a aucune raison de se laisser insulter.

      Supprimer
    2. Tu as raison, Geneviève, il faudrait les envoyer chier.

      Supprimer
  9. Est-ce qu'on a une voiture de gouvernement quand on est blogueur de gouvernement ? Non ?
    Un ordinateur, alors ? Non plus ?
    Un clavier, une souris ? Même pas une souris ?

    RépondreSupprimer
  10. Quels cris peut pousser la vertu outragée quand la vérité sort du puits ?
    http://gauchedecombat.com/2012/12/11/dissolution-de-lassemblee-nationale/
    Je vais en louper mon TGV :DDD
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien aussi : "Hollande ne pourra pas en effet se réfugier sans cesse dans une posture d’autruche"

      Supprimer
  11. Nicolas, il n'y a pas de procès d'intention... il suffit de reprendre nos billets respectifs sur ce thème de la justice durant les 5 ans... et pour ma part je trouve cette intervention de Hollande détestable. C'était détestable sous sarko ça l'est tout autant sous Hollande

    MV

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de procès d"'intentio ? Heu...

      Pour le reste, il n'y a pas d'intervention (sauf Valls qui a pris du papier à en-tête). À force de vouloir casser, tu en perds toute objectivité.

      Supprimer
  12. Tu as tout à fait le droit de défendre Hollande depuis 2 ans comme j'avais le droit de prévenir du danger de le prendre comme candidat pour 3 points (je résume) : trahison de son électorat (TCE), incapacité à prioriser ses décisions, incapacité à bien communiquer sur ses décisions.
    Après avoir exprimé dès avant la nomination de JM Ayrault le danger que constituait le choix du premier ministre en terme d'image, les 6 premiers mois m'ont donné raison. Car dans un tel quinquennat, la marge de maneuvre est faible. Il faut continuer à succiter l'adhésion en tenant compte des priorités de son électorat tout en les conciliant avec les impératifs d'un pays.
    Tu cites l'exemple de la lettre et de la volonté d'être un justiciable comme les autres. Bon exemple qui montre qu'Hollande aurait du d'abord réformer son propre statut ce qui aurait été aussi bon pour son image et aurait compensé l'effet négatif d'autres mesures, nécessaires (ça se discute mais bon....)
    Sur la dette, il fallait agir. Mais après avoir parlé de renégociation, de monde de la finance, les premières décisions apparaissent comme un reniement. On oublie que si la dette a explosé c'est parce qu'elle est en partie indexée sur des emprunts toxiques qui ont subi l'effet subprimes. Il aurait donc fallu la renégocier sur cette base. Mais dans ce cas, la finance aurait joué sur les taux d'intéret et d'autres indicateurs (je simplifie, c'est vrai). Seule solution, expliquer le rapport de force et proposer d'en sortir en allant chercher ailleurs les sources de financement de la vie d'un état ou bien encore en pesant sur ce qui garantit la survie de ce même système, ce qui ne peut se faire qu'avec l'adhésion de plusieurs pays. Vision évidemment simpliste car le poids des lobby et des financements de campagne existe. Mais cela montre aussi le déficit de communication du sujet et le danger des promesses.
    Quant aux priorités, que dire du choix sur le mariage pour tous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réformer son propre statut si vite ? Hop ! On arrive au pouvoir et on modifie la Constitution. Non, il faut une réforme globale et travailler pour ça...

      Pour la dette, oui. De même que pour la communication...

      Le mariage pour tous ? Une priorité comme les autres. Il faut donner des gages à l'électorat...

      Cela étant, il y a environ 45 millions d'électeurs qui peuvent dire "je vous avais bien dit".

      Supprimer
  13. Tout le monde a le droit de soutenir un candidat ou un président (moi-même soutiens le Front de Gauche et donc Jean-Luc Mélenchon et le pare donc de beaucoup de qualités) mais ce qui est déplorable (bien qu'humain) est de perdre son acuité d'opposant pour, tout d'un coup exonérer notre champion de toute critique en accusant l'opposant de malhonnêteté intellectuelle.
    Je suis certain que, quoiqu'il en dise, Mélenchon ferait beaucoup d'erreur s'il était élu et qu'une opposition honnête devrait pouvoir s'opposer à lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends pas ton commentaire. Qui parle de malhonnêteté intellectuelle ?

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.