16 décembre 2012

Les petits procureurs de la blogosphère politique

Ce blog va avoir sept ans dans une paire de semaines. Je me rappelle de ces premiers mois au cours desquels j'ai découvert les blogs politiques. Je me rappelle des premières rencontres avec d'autres blogueurs. Stop ! Je ne vais pas refaire un billet nostalgique sur l'histoire des leftblogs mais il reste un type qui leur tombe sur le poil dans son blog parce qu'il n'a rien compris aux blogs. C'est triste.

Alors, je vais raconter une autre histoire. Julien Dray s'est toujours intéressé aux blogs et aux blogueurs. Un jour, il a invité des blogueurs de gauche à le rencontrer à l'Assemblée Nationale. Nous étions évidemment fiers comme des bars tabacs mais surtout heureux parce que c'était une espèce de reconnaissance des blogs et, peut-être, une lueur d'avenir fait d'influence, de célébrité, de fortune, de belles bagnoles, de gonzesses à poil,... Si un type me parle de belles montres en commentaires, il aura une baffe.

Quelques mois après, je ne sais plus à quelle occasion, Julien Dray est venu à une soirée de blogueurs à la Comète. Il est revenu une deuxième fois ensuite pour lancer sa campagne pour les élections régionales.

Romain était l'assistant de Juju. Du coup, Juju a monté un blog assisté par Romain. Romain aussi a monté le sien. Le blog de Juju était officiel mais celui de Romain était comme les nôtres, personnel. Il s'est pris au jeu avec un rare talent (je dis ça pour gagner des bières). Du coup, il a fini par rentrer dans notre groupe de discussion, les leftblogs. Pire, il a commencé à participer aux Kremlin des Blogueurs, notre rencontre de blogueurs politiques.

À l'été 2011, la campagne pour la primaire socialiste battait son plein. Je ne connais pas l'histoire exacte. Juju était un des soutiens proches de François Hollande et Romain s'est retrouvé à s'occuper des réseaux sociaux de FH2012, ce qu'il a continué à faire jusqu'à l'élection. À la fin de l'été, j'ai moi-même viré hollandiste et j'ai commencé à bosser avec Romain. Finalement, après la primaire, une grande partie des leftblogs (d'autres sont plus proches du Front de Gauche) ont fait campagne pour le candidat du PS dans un machin vachement organisé.

Pendant cette campagne, j'ai rencontré un tas de gens, lors des meetings, des riposte parities,... On se croisait dans Twitter, on rigolait,... Le PS nous envoyait des infos, les blogueurs en faisaient des billets, les twittos les mettaient en avant.

Et puis, notre candidat a gagné. On a continué ! Les législatives arrivaient et il fallait "donner une majorité au changement". Après l'élection, François Hollande a eu à monter une équipe autour de lui. C'est tout naturellement qu'il s'est tourné vers Romain pour diriger la communication de l'Elysée sur le web (je ne sais pas quel est son poste), de même que vers une partie de ceux qui l'ont soutenu, dont Frédéric et Mehdi. J'ai beaucoup parlé de Romain parce que c'est lui que j'ai rencontré en premier mais Mehdi était aussi blogueur, membre des leftblogs, participants aux Kremlin des Blogs et tout ça.

Mehdi et Romain étant responsables d'une partie de la communication de la Présidence de la République, ils ont mis leurs blogs en veilleuse.

Voila la vraie histoire.

Je parlais en début de billet d'un type qui était tombé sur le poil des leftblogs. Allez lire en connaissant ma version, celle d'une histoire d'amitié entre blogueurs et celle d'une stratégie qui a contribué à la victoire. Revenez ici après lecture, on a de quoi rigoler.

Premier paragraphe : Denis semble critiquer Romain pour être intervenu sur son profil Facebook. Je rappelle que c'est le job de Romain. Il est payé par nos sous pour répondre à ceux qui parle de notre Présidence dans les réseaux sociaux.

Deuxième paragraphe : c'est une question. "Qui compose cette cellule de l’ombre webosphérique ?" ! Oh ! Une cellule de l'ombre ? On aguiche le lecteur. On maintient le suspens. Une cellule de l'ombre ? L'équipe web de l'Elysee, charger de développer et de faire vivre la page Facebook et le site web de l'Elysée, de diffuser les photos, les vidéos,... Et de répondre aux internautes dans les réseaux sociaux

Troisième paragraphe : "Selon Ivan Valerio, il y aurait dans cette cellule élyséenne très spéciale, outre Romain, Frédéric Giudicelli. C’est le tech de la bande ! Mehdi Mebarki, alias Mehdi Yanis, est, quant à lui, chargé d’effectuer la veille de l’Élysée. Bonjour, Mehdi !" Mon Dieu ! Le scoop ! Ce qu'il oublie de dire c'est que Ivan est journaliste au Lab d'Europe 1 et que l'article qu'il site date de juin. Il aurait pu dire aussi que Romain et moi avons été salariés du Lab et qu'Ivan assurait une partie des relations avec les blogueurs qui bossaient pour eux.

Ça valait bien la peine de réveiller le lecteur de Voie Militante.

Quatrième paragraphe : "Romain était chargé, au cours de la campagne de François Hollande, d’animer la e-campagne en s’appuyant notamment sur quelques blogueurs du collectif des Leftblogs, dont il faisait partie par ailleurs ! Par le plus grand des hasards, Romain est resté, avec son blog Variae, plusieurs mois à la tête du classement ebuzzing des blogs politique jusqu’en avril 2012." Oh le vilain jaloux. Variae a été effectivement 3 mois à la tête du classement (le dernier était mai et non avril si ma mémoire est bonne).

On apprend donc que le type chargé d'animer la campagne dans les réseaux sociaux du candidat qui a gagné l'élection d'avoir le blog le plus cité dans les réseaux sociaux. J'aurais tendance à le féliciter plutôt que de le fusiller en dénonçant un scandale que personne ne voit et dont tout le monde se fout.

D'ailleurs, je vais faire un aparté que vous pouvez passer si vous vous en foutez. Denis est obnubilé par ses compteurs de visites, les leftblogs et les classements. Donc, périodiquement il nous en balance sur la tronche. Il nous prouve encore une fois qu'il n'a rien compris aux blogs et au classement en question : Variae a été premier parce que, outre sa qualité, le PS a mis en place une stratégie sur le web pour gagner l'élection. Variae aurait été premier sans les leftblogs... Actuellement, je crois que le premier blog est celui de Mélenchon. Il n'est pas aidé par les leftblogs.

Cinquième paragraphe, première partie : "Depuis, nous avons élu Hollande à la présidence de la République. Et la question que je me pose est de savoir si certains blogueurs, qui participaient à la cellule de campagne, continuent d’écrire sous l’influence directe ou indirecte de la cellule élyséenne animée par Romain Pigenel !"

Je commence par quoi ? Ah ! Oui. Tout d'abord, Mehdi et Romain sont des amis (je connais moins Frédéric même si je l'ai rencontré plusieurs fois). Je n'allais pas rompre les relations avec des amis sous prétexte qu'ils bossent à l'Elysée.

Ensuite, ça veut dire quoi ? Clairement que je suis un collabo. Pourtant ma position est claire ; on me qualifie fréquemment de blogueur de Gouvernement. J'ai un blog qui soutient ouvertement le Gouvernement. Je n'ai pas du tout envie de taper dessus. Ainsi, quand je ne suis pas d'accord avec leurs actions (comme l'augmentation de la TVA), je le dis mais je n'en fais pas un fromage. Cela étant, François Hollande m'intéresse depuis le 23 août 1996 (un truc personnel). Je ne sais pas quel âge a Romain mais je ne suis pas sûr qu'il connaissait son existence.

Cinquième paragraphe, deuxième partie : "Disposent-ils d’argumentaires envoyés par l’Élysée et qu’ils seraient chargés de transposer dans leurs blogs ?" Je suis plié de rire à l'idée de pouvoir imaginer pouvoir faire un billet sur ordre. Je suis aussi plié de rire à l'idée qu'un type qui fait de la politique ignore qu'au sein des partis politiques, il y a des spécialistes de chaque secteur qui font des argumentaires diffusés par le parti.

Cela étant, j'aimerais qu'il me trouve un seul de mes billets (ou de ceux d'un confrère) sur un argumentaire que je n'aurais pas trouvé sur Internet ou que je n’aurais pas inventé de toute pièces...

Vous allez me dire que je suis sur la défensive. Oui et non. Le billet assassin date de deux jours, je m’en fous. Un autre type l’a repris et mon procès (ou notre procès) est fait en commentaires.

Vous allez me dire que je passe mon temps à me justifier. Oui et non.

Je voulais juste montrer à quel point nous (qui ?) étions en permanence soumis à l’inquisition de petits procureurs aigris qui n’ont rien compris aux blogs ou à la politique.

La dénonciation, l’accusation, leur seul horizon.

En commentaire du dernier billet dont je parlais, l’auteur du premier dit qu’il a le droit de se poser la question. Certes ! Mais transformer une question en accusation est malsain.

J’espère que Médiapart fait mieux son boulot. Vive Internet : on va vite tous se retrouver en accusation.

A lire également : Sarkofrance et Sistraer. Merci à la défense : Gaël et Politeeks.

64 commentaires:

  1. je confirme que ce billet reflète la stricte vérité

    RépondreSupprimer
  2. J'aimerai tant que le sujet soit clos. Mais ils n'ont que ça. On sera bientôt traité comme des oligarques ou de la nomenklatura. C'est sans doute le prochain pallier dans cette folie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais il faut prendre ça avec humour...

      Supprimer
  3. les leftblogs étiquetés FDG je ne les ouvre même plus (pas la peine de les monter dans les compteurs)
    généralement le titre suffit à me donner une nausée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ! Les leftblogs FDG sont sympa. Les leftblogs sont un groupe fermé de blogueurs avec toutes tendances mais nous ne sommes qu'une quarantaine de blogueurs actifs à faire partie de ce groupe.

      Supprimer
  4. ta mise au point est la plus complète. Le gars voulait l'histoire et posait des questions. Il a les réponses. Je vais pouvoir continuer de soutenir Hollande en le critiquant.

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. Bof quoi ? Les gens comme toi, toujours à dénigrer, ne m'intéressent franchement pas.

      Supprimer
  6. Et oui Julien au KDB, c'était bien. A refaire. Pas besoin de clin d'oeil le message est passé.

    RépondreSupprimer
  7. Tiens, notre honorable agent traitant, le fameux n° 2 de la cellule de l'ombre à dont au quel il faut taire le non, m'informe d'une nouvelle fracassante !
    Attention : Staline est mort ! Nous n'avons plus de raison d'avoir peur, Béria est en fuite !
    Wahou ! Pus de vipère lubrique alors… ^^

    RépondreSupprimer
  8. La critique est normale, vous êtes un groupe qui a fait ses preuves. Il est donc tout à fait logique que vous soyez attaqués. Après, l'art et la manière...Si on critique, il faut accepter d'être critiqué, et répondre avec élégance, ou esprit, ou alors ignorer( ce à quoi on s'expose à l'accusation de mépris ou de censure), ce qui n'est pas aisé, je pense. Je dis cela sans viser personne.
    Ce blogueur, je ne le connais pas du tout. Et si tu l'invitais à un KDB, histoire de voir et de s'expliquer?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est lui qui a un pb. Pas moi...

      Supprimer
    2. Invite-le donc, comme cela, tout le monde le verra. Et il devra assumer ses propos en face de toi. C'est moins facile dans la vraie vie.

      Supprimer
    3. Non. Qu'il se débrouille. Tout le monde est invité permanent... Je répète : c'est lui qui a un problème, pas moi. Je n'ai pas envie de me quereller, juste de raconter des belles histoires dans mon blog.

      Supprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle partie n'est pas claire ?

      Supprimer
    2. Toi. Tu commentes hors sujet en lançant une polémique qui n'a rien à foutre ici. Je fais un billet pour dire que je n'aime pas les emmerdeurs. Ça vaut aussi pour les commentaires. Les gens qui n'ont rien compris à l'aspect ludique des blogs peuvent aller se faire voir.

      Supprimer
    3. Pas la peine de s'emballer comme ça. Je réagissais à ce passage :
      "Denis est obnubilé par ses compteurs de visites, les leftblogs et les classements. Donc, périodiquement il nous en balance sur la tronche. Il nous prouve encore une fois qu'il n'a rien compris aux blogs"
      Je veux bien que les blogs soient des espace conviviaux mais ça n'empêche pas que les left blogs se soient sentis attaqués quand un classement a remis en cause leur position. Les questions de notoriété comptent pour tous les blogueurs, je trouvais un peu facile d'attaquer là dessus.

      Supprimer
    4. Justement. Tu n'as rien compris. C'est bien parce que le classement machin ne reflétait plus l'aspect convivial de la blogosphère qu'on est partis.

      Supprimer
    5. La question du pourquoi n'a pas d'importance : si les classements en général ne valaient rien, vous n'y auriez même pas jeté un oeil. Sur le fond de l'affaire ebuzzing je vous rejoins, moins sur le caractère supposément "cool" et "uniquement pour le plaisir" des blogs de gauche : vous vous battez pour qu'on vous entende, et c'est bien normal et défendable, pas la peine de réduire vos écrits à du compagnonage de bistrot, il y a AUSSI une visée en termes d'audience derrière.
      Bref je ne vais pas ferrailler deux ans, mais quand même un peu de courtoisie n'a jamais fait de mal à personne, vous êtes un peu à fleur de peau parfois.

      Supprimer
    6. Être courtois avec les emmerdeurs ? Tu rigoles ? Et encore une fois tu divagues : on ne se bat pas pour l'audience. Ça fait quatre ans que mon audience est la même. On se contente d'exprimer des avis. As tu pensé une seule seconde que nos lecteurs ne se laissent pas convaincre par nos écrits : ils sont déjà politisés.

      Alors je vais être courtois : tu n'es qu'un trou du cul supplémentaire n'ayant rien compris.

      Supprimer
    7. Bon apparemment la politesse n'est vraiment pas dans vos cordes, c'est le prix de la "convivialité" je suppose. Arrêtons là.

      Supprimer
    8. Si je prends un apéro convivial avec des potes et qu'un connard vient nous emmerder je l'engueule.

      Supprimer
    9. Très bien, et vous ne supportez aucun autre niveau de discours ? Par exemple le vouvoiement c'est complètement inenvisageable ? Un dialogue se construit à deux, on peut aussi prendre le temps de s'adapter aux gens qui s'adressent à nous, quand bien même ça se passe "chez soi", ie sur son blog. J'aime vos posts et certaines de vos prises de positions, je pense que le côté "bistrot" est sympa parce qu'il libère la parole et permet de faire du commentaire en continu. Qu'il serve de prétexte à de la vulgarité (surtout par écrit) et des insultes à chaque commentaire c'est trop facile.
      Pour moi on ne se connaît pas en personne donc je vous respecte. Chez vous c'est "on ne se connaît pas donc je te traite comme un con parce que tu as sorti un truc qui ne me plaît pas".

      Supprimer
    10. C'est relativement facile de dire aux gens qu'on les respecte qu'on aime les gens après avoir commencer à les emmerder d'autant que mon billet est clairement un texte pour dénoncer les attaques perpétuelles qu'on subit.

      Supprimer
    11. Tiens ! Le connard a supprimé son premier commentaire.

      Supprimer
    12. Je pensais supprimer la conversation entière en fait.

      Supprimer
  10. Alors, en fait, si j'ai bien compris, vous êtes payé pour dire du bien du gouvernement et vous allez publier "Le soleil se lève sur l'Elysée et se couche comme il a fait son lit", après avoir été sollicité par le directeur de Dictus Publishing, 75 € les 289 pages ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous devriez avoir honte, de vous moquer de ces pauvres gens, vraiment !

      Supprimer
    2. Arrêtez de stigmatiser Suzanne.

      Supprimer
    3. Je me demande si cet éditeur a péché d'autre fretin.

      Supprimer
  11. Moi j'aime bien, ici. Je viens vérifier que je ne suis pas toute seule dans mon coin à penser comme je pense. Ou l'inverse d'ailleurs. C'est bien joli la vraie vie, mais ça manque un peu de la hauteur de vue qui permet de voir un peu plus loin que le bout de son nez.
    Donc, la vraie vie, les livres, les blogs politiques, avec ça on est paré.
    Et ici le patron tient très bien son affaire : familier tout en veillant au grain. Et il tient bien la barre aussi : à gauche devant. Parce que militer pour faire élire un gouvernement de gauche et tout de suite après se retourner comme une crêpe ça ressemble à quoi ?


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Et tu as compris pourquoi j'engueule les andouilles.

      Supprimer
  12. "je ne suis pas toute seule dans mon coin à penser comme je pense. Ou l'inverse d'ailleurs."
    Moi itou !

    RépondreSupprimer
  13. En copain de Julien Dray, il est légitime que tu remettes les montres à l'heure ! ;-))

    RépondreSupprimer
  14. « Ce blog va avoir sept ans dans une paire de semaines. »

    Il faudrait songer à lui acheter des pantalons pour remplacer ses culottes courtes…

    RépondreSupprimer
  15. Eh oh, Taulier ... une cellule élyséenne social-presque-démocrate qui a grandi en pleine épopée sarkozyste, il y a de quoi être fiers !


    Bon, sérieusement, il y a des bêtises que même la bière ne peut pas noyer. Disait Dante : "assez parlé d'eux"

    Coraggio

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.