23 février 2007

Nicolas Dublog change d'avis sur l'Europe

Pour la troisième fois, le candidat Nicolas Dublog nous livre ses réflexions sur la Construction Européenne. Il n’a pas changé d’avis sur le fond, mais sur la forme, si !
Nous n’avons pas que ça à faire de remettre ces trucs dans le bon ordre, aussi, nous vous les livrons telles qu’elles. Néanmoins, pour une fois, il a l’air un peu documenté.

La rédaction



Bon !

Mes collègues candidats à l’élection présidentielle ont commencé à exposer leurs positions sur la relance de la construction Européenne…

Va falloir reprendre ça au début ! Il y a des pays qui continuent à ratifier… et Jean-Claude Juncker nous expliquait qu’il faut qu’on change par la négociation l’avis du peuple français. Et on nous explique que si on a refusé le traité, il faut maintenant l’adopter par le dialogue. Ils ne nous prennent pas un peu pour des cons ?

Si une nouvelle constitution, il faut écrire que la politique est au service des citoyens. On ne pas leur dire : « Vous pouvez refuser de ratifier la constitution, nous pourrons alors discuter et finir par vous l’imposer ».

Nicolas Sarkozy a récemment présenté son point de vue à l’occasion d’un discours à Strasbourg.

Il est gonflé !

Il nous, traite, nous, ses opposants, de démagogues !

Il a juste oublié qu’il était le Président de la première formation politique en France en mai 2005 ! Et donc forcément responsable du Non ! Pas le seul responsable, mais responsable quand même… S’il n’a pas réussi à convaincre les Français de voter pour le « oui », c’est aussi SON problème.

Et Il a probablement oublié aussi qu’il était Ministre au moment de l’adoption du texte du traité à l’été 2004 !

Il ne doit pas oublier non plus qu’il était Ministre de l’Intérieur au moment où a été votée la loi du 11 avril 2003 qui prévoit le découpage de la France en 8 circonscriptions interrégionales pour le vote aux élections Européennes et donc principal acteur de cette loi. Cela a empêché les minoritaires de siéger dans les institutions Européennes ! Il ne faut pas s’étonner qu’ils s’opposent à une constitution quand on les fait disparaître de la représentation Européenne ! Ce n’est pas pour rien que l’opposition (dont Ségolène Royal) avait déposé une motion de censure

Tiens ! François Bayrou ne l’avait pas votée, celle-là !


Alors, en tant que démagogue et poseur de leçons, il se pose là, le Nicolas Sarkozy.

En plus, ce n’est pas le départ de ma femme qui a été médiatisé une semaine avant l’élection du 29 mai 2005, histoire de détourner les esprits ! Et de sortir personnellement de la campagne vers une défaite annoncée !

En plus, son idée actuelle de présenter un mini-traité est une vaste supercherie !

C’est une supercherie parce qu’on ne sait pas si nos voisins sont d’accord ! Tout ce que peut dire un candidat est : « voilà ce que je proposerai aux autres membres de l’UE ».

C’est aussi une supercherie quand il dit qu’il va supprimer du traité les sujets qui ont généré l’opposition du peuple ! Ce n’est pas possible !

Certains ont voté contre parce qu’il n’y a aucun volet social, donc les enjeux de l’Europe restent purement économiques !

Beaucoup ont voté contre parce certains textes déjà passés génère la une perte de certaines spécificités françaises, comme nos sens des services publics.

Certains ont voté contre parce qu’il y a une perte de souveraineté, ce qui restera vrai si l’unanimité n’est pas requise pour tous les sujets.

Ce dernier argument est sûrement haïssable puisqu’il rend presque impossible de nouveaux projets Européens. Dont une constitution ! Mais cet argument a été utilisé pour un vote massif.

S’il y a un nouveau traité, il doit y avoir un nouveau vote.

Il est illusoire de penser que les 27 pays de l’UE ratifieront chacun individuellement le même traité. Par exemple, si la France ratifie un nouveau traité (le mini traité ?) qu’est ce qui nous dit que les néerlandais ou les anglais vont l’accepter ? Qui nous dit que les pays qui ont ratifié le précédent, celui que nous avons rejeté, accepteront le nouveau ?

Rien. Absolument rien. On peut tourner en rond pendant des décennies !

Ainsi, ça ne sert à rien de faire un traité puis de le proposer à la ratification des peuples. Soit on l’impose contre le peuple, ce que veut faire Nicolas Sarkozy en passant uniquement par le parlement, soit on est sûr d’avoir un pays qui va le refuser… et ça va foirer.

Il faut donc trouver autre chose. Et comme il faut un vote, faisons-le avant l’élaboration du traité. Elisons les personnes qui le rédigeront et le valideront !

Voilà tout simplement ce que je vais proposer dans la nouvelle mouture de mon programme : élisons une assemblée constituante, ce qui ne peut être fait que sur la base du Parlement Européen ! Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis : j’étais contre en mai 2005, mais il se trouve que c’est la seule solution pour que 450 millions de zigotos se mettent d’accord sur un texte..

Il faut que les députés Européens qui seront élus pour cette « législature » aient pour seule mission d’écrire un nouveau traité. Il faut que tous les autres travaux soient suspendus pour que leur élection ait l’avenir de l’Europe comme seul enjeu. Et il faut que la loi le stipule.

Ces élections nécessiteront un système proportionnel dans tous les pays, pour assurer sa vraie représentativité. Pour la France, ça nécessite de revoir la loi du 11 avril 2003 à laquelle je pensais tout à l’heure.

Ce nouveau Parlement Européen aura ensuite à s’organiser pour permettre de sortir et valider un nouveau texte sur la base d’une proposition, puis une validation du Conseil Européen. Tous ces gugusses n’auront qu’à travailler ensemble dans la plus grande transparence pour que tous les politiques et constitutionalistes d’Europe puissent suivre les travaux. La base des travaux pourront être la partie 1 de l’ancien TCE.

Après, il faudra bien trouver un truc pour la ratification.

Mais le Parlement Européen élu spécifiquement pour ça aura la légitimité pour valider le texte. Les élus nationaux auront alors la légitimité pour le valider. Car maintenant, ils ne l’ont pas.

Bon ! Voilà. Il ne me reste plus qu’à écrire un beau texte pour présenter tout ça… et le discours qui ira avec.

Faut juste que je note deux trucs pour ne pas oublier.

Il n’y a pas que la « gouvernance de l’UE », mais aussi celle de la « zone Euro », mais ce ne sont pas les mêmes pays qui sont concernés.

Dans la future constitution, aucun sujet ne doit demande l’unanimité, sauf l’entrée de nouveaux pays. La souveraineté est en cause. Et ça évitera de devoir modifier l’article 88-5 de notre constitution !

J’ai bien mérité une bière, moi, à penser comme ça.

8 commentaires:

  1. Une bière anglaise, hollandaise, polonaise, allemande, vive l'Europe de la bière pour tous ! :-)

    Sérieusement je pense que la Constitution doit être un texte minimum acceptable par tous qui définit le but et la structure (par exemple Assemblée Constituante).
    Tout le reste devrait être découpé par partie et proposé aux votes européens par modules…

    Le point de vue De Sarkozy est juste un truc flatteur pour le peuple franco-français ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Ca ne peut pas être trop minimum !

    RépondreSupprimer
  3. Quand je dis minimum, je pense a un truc comme la constitution americaine, tres simple, juste l'essentiel.
    Mais j'avoue que je ne suis pas specialiste !!!
    :-)

    [secrètement, je serais pour ma part favorable à la suppression des nations pour ne garder que l'echelon regional. Politiquement, on garderait : le maire, le conseil régional et le depute europeen. Je ne vois pas pourquoi on garde les Etats qui sont des constructions administratives devenues inutiles avec l'Europe et qui freinent, à mes yeux, le développement international équilibré, notamment par l'association d'euro-régions…).

    RépondreSupprimer
  4. Pour la constitution américaine : je ne sais pas. Ils ont un système où tout est inversé par rapport à nous (ce sont des libéraux). Le contrat entre deux individus prime par rapport à la loi... C'est probablement avec vision qu'il faut lire leur constitution, mais aussi avec leur histoire récente. Et le fait qu'il y a beaucoup d'état.

    Ce qui nous pousse à l'autre sujet : les états en Europe... Je ne sais pas s'il faut supprimer les états (pour moi les nations ne devraient pas exister)... Mais ce qu'il y a de sur c'est qu'on a trop d'échelons.

    RépondreSupprimer
  5. j'ai une idée qui vaut ce qu'elle vaut : et si on faisait ratifier le traité par référendum mais plus au niveau des états mais au niveau de l'union ?
    Un seul référendum pour tous le même jour. (est-ce constitutionnellement possible ?)

    ps : pourquoi mets-tu l'article 'le' devant Nicolas Sarkozy ? il n'est pas un objet ?

    RépondreSupprimer
  6. Loic,

    Mon "le" n'est pas péjoratif.

    Pour le vote, ça serait une bonne idée, mais je crois bien que la réponse est dans ta question... Ce n'est pas possible !

    Et en plus, tant que la constitution européenne n'est pas fixé, il n'y a pas de raison que le peuple Français engage la souveraineté de pays beaucoup moins peuplés. Il faut donc une ratification par état.

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas : Je lis le papier du Monde où Sarkozy explique son point de vue sur l'Europe.
    Il dit : «Je n'accepte pas que l'on instrumentalise cette question. Les Français ont dit non, vous ne pourrez plus revenir là-dessus.»
    Puis explique qu'il veut un traité "simplifié" à valider par le parlement…

    Ce type a une communication étrange où il parvient à dire noir puis blanc dans la même intervention.
    Tiens, il faut que je regarde cette technique, ça me rappelle un truc…
    :-)

    RépondreSupprimer
  8. Ouais, il est très fort sur ça. Mais il faudrait que les journalistes lui ressortent ses aneries à chaque fois.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.