22 février 2007

Que fait l'extrême fauche ?

Hier les blogs de gauche et les blogs du centre ont connu une certaine euphorie consécutivement à la parution d’un bon sondage CSA montrant François Bayrou en nette hausse et Ségolène Royal devant Nicolas Sarkozy au premier tour. Pour les blogs de gauche, l’euphorie était confortée par les jolis discours de la candidate.

Aujourd’hui, c’est au tour de BVA de sortir un sondage, mais qui aurait été fait avant celui de CSA et partiellement avant l’émission télé de lundi. Les résultats sont bien différents de l’autre, mais des motifs de satisfaction sont là : la hausse de François Bayrou au premier tour et surtout le resserrement de l’écart entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy au deuxième tour, laissant entrevoir que la victoire est possible !

Cela dit, la cause de mon insomnie matinale qui me pousse à écrire ce billet est le souvenir de la promesse faite après chaque élection de ne plus écouter les sondages…

Hier, j’ai étudié la présidentielle 2002 et comparé les sondages de fin février et le résultat final. Je vous passe le détail, mais pour la plupart des candidats, il y a un écart de 4 à 6 points.

Cette année, ça pourrait être largement plus. Que constatons-nous ?

Petit 1 : les candidats des grandes formations politiques sont à un niveau exceptionnel. Pensez-vous réellement que deux candidats peuvent cumuler 60% des voix au premier tour ?

Petit 2 : Jean-Marie Le Pen est à un niveau dérisoire. Or j’ai du mal à penser qu’il pourrait faire moins de 16 à 18%.

Petit 3 : Les candidats de gauche hors PC représentent un score négligeable de l’ordre de 8 ou 9% (le sondage BVA semble plus optimiste).

Petit 4 : Le cumul des voix de gauche au premier tour arrive péniblement à 40% (et encore, je suis gentil), ce qui est peut-être lié à effet Bayrou, ou, plus probablement, un report des voix de l’extrême gauche sur Sarkozy, les braves gens étant tentés de croire au « Travailler plus pour gagner plus ».


Aussi, il est temps de rappeler que ce propos n’est que démagogique et frise l’arnaque. Nous ne nous étendrons pas dessus maintenant sauf pour rappeler que le nombre d’entreprises gênées par le quota d’heures supplémentaires est dérisoire (d’autant que rien n’empêche un patron de ne pas payer les heures supplémentaires et d’accorder des primes en compensation, ce n’est pas joli joli mais…). Et comme une partie des heures supplémentaires sont probablement payées au noir (quoi de plus facile dans la restauration ou dans l’artisanat et le bâtiment ?), les déductions fiscales promises par Nicolas Sarkozy sont grotesques. En plus d’immorales, contreproductives et peut-être anticonstitutionnelles !


Il est temps de nous préoccuper du « petit 3 ». Si l’ensemble des voix de la gauche hors PS ne fait pas entre 15 et 20%, ça ne fera pas de « réservoir » pour le deuxième tour. Surtout ça montre un malaise quelque part ! La fin de la politique ! Penser que les « écolos » cumulés aux « travailleuses travailleurs » puissent ne plus être représentés est consternant !


Enfin ! La campagne n’est pas réellement commencée et les médias se focalisant sur trois ou quatre candidats pour le plaisir de l’audimat, on peut espérer un revirement !

Hier soir, à la sortie du métro, un quidam m’a confié un tract de Marie-George Buffet. Comme France Soir n’était pas disponible pour que je puisse le lire en buvant ma bière chez Abdel, j’ai étudié ce tract.

Il y a quelques propositions inadmissibles… mais d’autres qui sont visiblement pompées sur le programme du Candidat Nicolas Dublog, notamment en termes de fiscalité. Je ne peux donc pas m’opposer à tout !

Nos amis du Parti Communiste Français nous rappellent en particulier certains chiffres que je vais citer de mémoire (je n’ai pas gardé le tract, je l’ai affiché chez Abdel pour étudier la réaction des clients).

Ces chiffres veulent dire : le pognon, on en a, il suffit de le prendre où il est ! Nous n’allons pas défendre ici la spoliation, le profit des sociétés étant quand même nécessaire à la bonne marche de l’économie, mais l’étude des chiffres est intéressante.

Par exemple, on nous fait chier avec un déficit chronique de l’ordre de 40 milliards. Ca ne représente que 17% du profit des entreprises… Le déficit des organismes sociaux (vous savez, le truc pour lesquels on veut nous faire bosser plus longtemps) représente environ 8% de ces profits !

La dette de l’état est à peu près égale à 5 ou 6 fois ces profits et des gugusses continuent à nous fatiguer avec l’héritage de la dette pour les générations futures. Ce n’est pas sérieux !

En fait, j’ai oublié les autres chiffres. Il y avait en particulier le montant total des profits financiers (les revenus des placements). C’est impressionnant !

On ne m’ôtera pas de la tête qu’on a un sérieux problème de redistribution en France et il ne serait pas surprenant que 90% des Français partagent cette conclusion.

Aussi, si les partis politiques qui dénoncent l’incohérence de la répartition des revenus entre le travail et ceux qui dénoncent le fait que ces profits soient largement réalisés au détriment de l’environnement n’ont pas au minimum 15 ou 20% des voix, je crois que la démocratie est sérieusement en danger !

Ce qui ne nous dit pas à qui appartiennent les instituts de sondage.

18 commentaires:

  1. Je partage ton avis du début : les sondages actuels n'ont aucun sens. Même si maintenant ils annoncent un avenir meilleur à Ségolène, le score de Le Pen y est ridiculement bas, surtout après ses 18% du deuxieme tour de la présidentielle de 2002. Donc, si les sondeurs lui enlèvent 4%, visiblement c'est pour les coller sous les fesses à Bayrou !

    Pour les "petits de gauche", il y a deux choses pour expliquer : le choc du premier tour 2002 à gauche qui concentre les votes sur la seule candidate PS. Et leur incapacité à monter une liste commune du NON anti-libéral qui a bien cassé leur image de représentants sans visée personnelle !

    J'ai vu Voynet, chez Moati, je l'ai trouvé intéressante mais sans que j'ai envie de voter pour elle.
    Marie-George et le PC ont souvent raison sur leurs analyses. Mais leurs solutions manquent souvent de réalisme, non ?
    Je ne sais pas…
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. Le problème c'est peut-être qu'aucun parti faisant preuve de réalité dans ses analyses puisse faire des propositions susceptibles d'emporter les suffrages !

    L'échec du regroupement du Non antilibéral n'est, je pense, qu'un symptome de la rivalité entre ces gens là...

    Tant qu'aucun regroupement à gauche ne sera possible, ils ne s'en sortiront probablement pas... Mais sur quelles bases faire ce regroupement ?

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas : en parlant de l'absence de l'Europe dans les programmes dits "majoritaires", bien sûr.
    C'est la dimension européenne qu'il faut souligner…

    Au fait, il dit quoi Bayrou sur le futur de l'Europe ? :-)

    RépondreSupprimer
  4. Ils disent tous des bêtises sur l'Europe !

    Je vais ressortir le candidat Nicolas Dublog pour faire un nouveau discours sur le thème...

    Ca ne fera que le troisième.

    RépondreSupprimer
  5. pour les principaux candidats: l effet 21avril est surement la....
    pour les extremes: je crois que le pen est toujours aussi haut et a ne pas négliger (http://wprowadzeniarnoijne4.blogspirit.com/archive/2007/02/19/le-pen-5-ans-apres.html#comments)
    quant a l extreme gauche, je crois qu ils paient leurs divisions...

    sur les sondadages : mefions nous encore: rien ne semble bien fixe la dedans...

    RépondreSupprimer
  6. Sur Le Pen, je crois effectivement qu'il fera plus de 16 ou 18%.

    Pour les partis de gauche antilibérale, ils payent leur division mais pas que ça ! Ca fait des années que LO, LCR et PCF sont divisés !

    Ca n'empêchait pas au PCF de faire 16% en 1981 !

    Ils payent donc aussi autre chose... Une évolution de la société ? La caviardisation du PS ?

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas : une idée ! On monte un parti du Centre de l'Extrème Gauche et on dit qu'il est temps de travailler tous ensemble. On annonce qu'on est prêt à travailler avec tous, dès que tu seras Président !
    Ça te convient comme concept ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  8. Je ne suis pas d'accord (pour une foi). plus les extrêmes (droite et gauche)sont bas, plus c'est le signe d'une bonne santé démocratique car ça veut dire que les gens font plus confiance dans les partis de gouvernement.

    En général, je trouve que tu te moques de l'attitude des partis d'extrême gauche..sans les rejeter...imagine que je fasse de même avec Le Pen..

    RépondreSupprimer
  9. Fil,

    Il faut que j'étudie ça sans avoir bu deux ou trois bières avant.
    .
    Loïc,

    Tu peux venir me (nous, je pense) chercher sur le sujet. L'extrême gauche a pour idéal de partager les richesses, l'extrême droite de massacrer les braves concitoyens qui n'ont pas la chance d'avoir les yeux bleus.

    Car il s'agit bien de ça... Staline était un dangeureux tortionnaires qu'il aurait fallu étrangler... Mais qui n'a rien à voir avec l'extrême gauche.

    Maintenant, tu peux ouvrir le débat chez moi, mais avant essaie de lire les propositions complètes de chacun.

    Qui veut une meilleure vie pour chacun ? Qui veut le rétablissement de la peine de mort, l'interdiction de l'IVG et la fermeture complète des frontières ?

    Avant de répondre, n'oublie pas d'aller consulter les sites web de chacun.

    Et de regarder leur place dans l'histoire.

    RépondreSupprimer
  10. Et puis, j'en ai rien à cirer, j'ai les yeux bleus.

    RépondreSupprimer
  11. Tu parles comme si j'étais frontiste. Je n'en suis et ne le serai jamais.

    Mais ce qui s'est passé dans les pays de l'est EST l'idéal communiste. car on ne peut pas créer une société égalitaire sans répression, censures etc..sinon, au moins un paus communiste aurait essayé non ?
    Staline n'a en rien baffoué l'idéal communiste, au contraire.

    RépondreSupprimer
  12. Non Loïc !

    Je dis juste qu'on ne peut pas comparer l'idéal de l'extrême gauche qui vise le partage et l'idéal de l'extrême droite qui vise la haine.

    Tout le monde sais que les expériences communistes n'ont pas réussi à un niveau économique et démocratique.

    Mais la finalité n'est pas la même !

    Et tu peux continuer à vouloir débattre sur le sujet. Moi pas. Entre le partage et la haine, il n'y a pas photp. Je peux respecter les types d'extrême gauche. Sans honte.

    RépondreSupprimer
  13. Et d'ailleurs, les partis de droite sont plus opposés à leur extrème que les partis de gauche.
    Ne viens pas déplacer le débat où il n'est pas.
    Il n'y a pas de comparaison possible.

    RépondreSupprimer
  14. Loïc : pour le libéralisme mondialisé, combien de vies détruites ?
    Combien de populations entières ?
    Combien de forêts équatoriales pour des meubles en teck ?
    Si on faisait le bilan intermédiaire du système en cours…

    RépondreSupprimer
  15. Fil,

    Si on avait trouvé le système idéal...

    RépondreSupprimer
  16. Nicolas : je sais bien et je suis d'accord avec toi.
    Je m'énerve juste parce qu'on dénonce toujours au passé alors que le système actuel est tout à fait aussi destructeur (mais d'une autre manière) que les systèmes dénoncés.
    Je pense que dans une centaine d'années, les historiens critiqueront notre époque sous cet angle de l'aveuglement général et la foi dans un tel système… :-)

    RépondreSupprimer
  17. Je suis totalement d'accord avec toi.

    C'est un nouveau modèle qu'il faut construire (la troisième voie dont on parlait il y a quelques années).

    Et il y a beaucoup trop de gens à droite qui pensent que le modèle économique est calquer sur nos voisins libéraux... Alors qu'ils ont tout faux. Ils vont aussi droit dans le mur.

    Il faudra un jour que les économistes admettent que le monde change... Que la technologie permet de faire faire sa comptabilité, son informatique, son centre d'appel dans des pays qui ne demandent qu'à émerger...

    La voie ne peut pas être la régression sociale par un alignement par le bas !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...