24 février 2007

Vive l'analyse !

Je vais vous faire un aveu. Mon choix est fait depuis 5 ans. Au premier tour de l’élection présidentielle de 2007, je voterai pour le candidat du Parti Socialiste. Je n’ai pas voté en 2002 et je suis donc un des responsables de la déroute. Seul un événement majeur pourrait me faire changer d’avis, mais vraiment très improbable. Il faudrait que Ségolène Royal annonce la suppression des 35 heures ou laisse entendre qu’elle ne connaît pas le nombre de sous-marins nucléaires en France.

Je fais partie de cette importante partie des électeurs qui ont une forte sensibilité politique, mais qui n’ont aucune carte d’un parti et ne veulent surtout pas en prendre. La campagne électorale ne s’adresse donc pas vraiment à nous. Je la regarde juste avec amusement, dans l’espoir que mon camp en fera une bonne.

Il parait que les gens n’ont pas une mémoire politique supérieure à 40 jours. En gros, les événements qui surgissent avant n’ont aucun impact direct sur le vote. Seuls comptent les signaux lancés, sur la personnalité du candidat et sur l’orientation générale du programme. C’est probablement pour ça que les deux candidats favoris ont lancé leurs campagnes par des grands shows, en débitant leur projet à la première personne.

Pourquoi les analystes politiques se concentrent-ils sur des faits divers de campagne ?

N.B. : Dans ces analystes politiques, je place aussi les blogueurs. Parmi ces blogueurs, il y a moi (à mon modeste niveau). Toutes les critiques que je fais sur les blogueurs par la suite pourraient se retourner contre moi, y compris certaines réflexions du présent billet. Ce billet n’est pas de mauvaise foi. Je répète : vous pouvez retourner les arguments, voire leur arrogance, de ce billet contre moi.

4000 euros net par mois

Revenons un mois en arrière et rappelons-nous tous les propos qu’on a eus sur les blogs à propos des 4000 euros lancés par François Hollande comme seuil pour une augmentation d’impôts, démentis par la suite par l’équipe de campagne. Les blogueurs de droite et analystes se sont bien amusés à critiquer le manque de cohérence fiscal du projet du PS et d’une manière générale de la cohérence de la direction du PS. Qu’en reste-t-il un mois après ? Rien ! Sauf, dans la tête de quelques électeurs hilares que les cadres UMP considèrent qu’à 4000 euros nets par mois, un célibataire fait encore partie des classes moyennes !

Car, en janvier, ces électeurs hilares n’en avaient rien à cirer de la cohérence fiscale du projet du PS.

Le cimetière des éléphants

Avant-hier, Ségolène Royal a annoncé le retour des éléphants dans son staff de campagne. Toute la presse en a longuement parlé ce qui est normal, mais nos collègues de droite… ou du centre en ont fait toute une analyse, de type « Ségolène est foutue, elle fait revenir l’arrière garde » ou « Elle commet une faute tactique affreuse », …

Si j’avais été blogueur UDF ou UMP, je me serais contenté d’ironisé sur le retour des vieux, la quasi absence de femmes dans une équipe dirigée par une femme, … J’aurais probablement fait des plaisanteries grivoises sur Yvette Roudy et Pierre Maurois… Ou alors je me serais emporté : « Quoi ! On a déjà une gauche une archaïque qui fait la risée de l’Europe et ils nous sortent les vieux crabes ! Ce pays est vraiment indécrottable, le progrès libéral restera impossible ». (ça me fait toujours marrer quand j’entends que le libéralisme est un progrès).

Mais si j’avais été blogueur de droite, je n’aurais pas donné à François Hollande une leçon de stratégie politique, sans voir ça de son côté. Essayons de le faire (modestement).

Qui a été intégré à l’équipe de campagne jeudi dernier ?

Le premier Premier Ministre de François Mitterrand. Les deux personnes en concurrence avec Ségolène Royal à l’investiture du parti. Une militante historique du combat des femmes, elle-même ancienne ministre entre 81 ou 86. La dame des 35 heures. Une figure de deux périodes de gouvernement socialiste, symbole de l’humanitaire, personnalité publiques parmi les plus populaire. La première femme a avoir été Premier Ministre en France. Le Premier Ministre de la période où la France a connu le plus fort progrès depuis longtemps (je sais, à droite, vous n’êtes pas d’accord !). Une figure de l’aile gauche du parti. Les maires des deux plus grandes villes de France, celles qui ont été ravies à la droite aux dernières élections. Les présidents des groupes parlementaires.

« Houhou, les gars, les militants historiques, on ne vous a pas oublié ». La vraie campagne commence, celle des militants, celle des tracts sur les marchés ou à la sortie du métro, celle des réunions publiques, celle qui va faire bouger les indécis… « Ségolène Royal est bien la candidate de votre Parti Socialiste » ! La machine électorale va se mettre en marche ! « Ce sont bien nos idées, nos valeurs, … que nous allons défendre ».

Chers amis de droite ou du centre, vous avez analysé l’événement sous l’angle de l’impact de l’annonce sur l’électorat… alors qu’à ce jour, l’électorat s’en fout totalement ! Mais pas les militants à qui il est rappelé (vous avez rappelé !) que nos valeurs sont toujours là, que le Parti Socialiste est toujours lui-même ! Ce que vous prenez pour une tare est un bel avantage !


Comparons les équipes

Pour ma part, je vois un autre intérêt à la tactique du PS. Un message pour les prochaines semaines : « Ségolène Royal est peut-être légère, mais il y a du monde derrière elle ! Des poids lourds » (je ne dis pas ça pour Pierre Maurois).

Qui trouve-t-on derrière François Bayrou ? Personne. Il a bien essayé de récupérer Dominique Strauss-Kahn, Jacques Delors et Bernard Kouchner, ce qui a d’ailleurs bien fait rigoler ceux qui ont une conscience politique ! Vous rappelez que le Parti Socialiste est à gauche. On se rappelle surtout que François Bayrou est à droite…

Qui trouve-t-on derrière Nicolas Sarkozy ? Johnny Halliday ? Doc Gyneco ? Mais qui avons-nous derrière Nicolas Sarkozy ? Trois poids lourds des gouvernements de Jean-Pierre Raffarin (en le comptant). Ca représente vraiment une période où la France allait très bien ? Qui avons-nous d’autre ? Des ministres en fonction ! Parfait pour incarner la rupture…Nous, les vieux, on peut les sortir, vous les jeunes, ils sont déjà en place !

Il n’y a pas de mal à se faire du bien : les militants sont lancés et Ségolène Royal a l’expérience avec elle.


Le mercato de la semaine

André Santini a été exclu de l’UDF. On en a parlé un peu. François Bayrou a sans doute voulu lancer un signal fort : « Le positionnement de l’UDF n’est plus à droite, ceux qui veulent continuer à travailler avec l’UMP ou à soutenir son candidat n’a plus rien à faire chez nous ! Bordel, on n’est plus à droite ! » Je crois que François Bayrou a pris un risque. Le signal aurait pu devenir « ceux qui ne sont pas d’accord avec moi n’ont qu’à fermer leur gueule »…

Le même jour, Eric Besson démissionne. 99,99% des électeurs s’en foutent.

Pourquoi une telle nouvelle a-t-elle fait la Une de l’actualité ? Qui va s’en rappeler le 22 avril ? Qui a lu jusqu’au bout la longue explication d’Eric Besson ? Pourquoi des analystes politiques et des blogueurs se sont fatigués à analyser l’événement ? Comment un responsable politique d’un tel niveau peut-il démissionner sur un coup de tête d’un Parti Politique au sein duquel il a un engagement fort depuis longtemps ? Pourquoi le secrétaire général du parti en question, qui dit « regretter son départ » ne lui a-t-il pas dit « Allez Eric, je t’invite au resto, on en parle, si tu veux tu te mets en réserve quelques temps, tu peux, mais on a besoin de toi » ?

Amis blogueurs ou journalistes, vous avez donné de l’importance de cette nouvelle en la traitant comme la déroute du PS, ce qui vous a bien amusé. Vous avez juste occulté la nouvelle du jour : « François Bayrou vire ses cadres de droite ».

Vous avez les sincères remerciements de Ségolène Royal. Probablement de Nicolas Sarkozy aussi, puisque ça éloigne François Bayrou du deuxième tour, mais ça lui conserve un concurrent à droite ce qui n’est pas très bon signe pour le premier. Il faudra que les blogueurs de droite me donnent leur point de vue sur la question !

Une histoire ! Une histoire !

N’étant pas un blogueur influent ni un journaliste soumis à des règles de déontologie, je vais imaginer une histoire. Ca n’est qu’une histoire !

Imaginons François Hollande dans son bureau. Il reçoit un coup de fil d’un de ses collaborateurs : « Putaing ! Fanfang » (c’est un collaborateur du sud ouest) « ils ont viré Santini, con ! ».

François Hollande réfléchit…

Il convoque ses collaborateurs.

Eric Besson est de retour pour chercher ses valises. François Hollande le voit et lui dit : « Dis donc, Eric ! Et si tu participais à une réunion avec nous ? ».

Tout le monde s’assoit autour d’une table. François Hollande prend la parole : « Bon, les gars, ça va mal, il faut qu’on fasse la une de l’actualité demain ». Julien Dray : « Je passe à la télé ce soir, je pourrais montrer mes fesses » (je vous rappelle que c’est une histoire). Hollande : « Juju, un peu de sérieux, c’est grave ». Arnaud de Montebourg : « Ah ! Je veux bien dire une bêtise sur un de nos camarades ». Hollande : « Non, il faut qu’on apparaisse soudé ».

Eric Besson : « J’y pense ! On est déjà brouillés ! Et si je démissionnais du parti ? »

14 commentaires:

  1. hello! A Good News,google introduce a very user-friendly browser,Free download Quickly,Please visit my blog thank you

    RépondreSupprimer
  2. Nicolas Sarkozy a de nombreux soutiens: François Fillon, Jean-pierre Raffarin, P¨hilippe Douste Blazy, Patrick Balkani, Mme Ceccaldy Rayneau, Manuel Aeschliemann, Roger Karoutchy, Nadine poréno (entre parenthèse, quand il l'a virée de son poste de porte parole la presse n'en a pas parlé, alorsqu'elle nous parle depuis une semaine du départ d'Eric Besson, c'est normal?), Roselyne Bachelot, Raymond Poulidor, mais Omar Bongo reste toujours fidèle à Jacques Chirac.

    RépondreSupprimer
  3. Ne parle pas de la famille Ceccaldi, je viens d'en parler avec Pierre par mail.

    RépondreSupprimer
  4. Mais Ségolène a déjà remis en cause les 35h et réduit notre flotte sous marine nucléaire à un seul bâtiment... alors qu'est ce que tu attends ?

    En fait en 2002 je voulais voter Bayrou mais comme Le Pen montait dans les sondages en la fin la campagne, j'ai préféré voter utile et j'ai voté Jospin... Quelle connerie !

    Cette fois je vais voter pour le meilleur candidat sans me soucier du reste. Pour l'anecdote demande toi à quel candidat est le plus posé au point que tu lui confierais les codes de l'arme atomique ?

    Mais sinon en étant passé au PS après 2002 le discours sur Bayrou de droite ou pas est vraiment léger sachant que le premier ministre qui a le plus privatisé est .... est ...

    RépondreSupprimer
  5. Farid,

    Merci pour ta visite.

    Tout est dans mon introduction. Je n'ai pas voté au premier tour (ni au second !). Il a un peu trop privatisé ce qui m'a poussé à aller à la pêche ce jour là !

    Et mon introduction est "travaillée", contrairement au reste qui m'est sorti en rafale.

    RépondreSupprimer
  6. Farid,

    Un petit complément sur ma réponse. Dans les mails qu'on s'est échangés, je t'ai bien précisé que ça me faisait rigoler d'écrire l'antithèse de mon billet dans son introduction.

    RépondreSupprimer
  7. Bonne anlyse de l'équipe, Nicolas.

    Dans l'équipe, on trouve Rocard qui pourtant, en début de camapgne (fouillez un peu ça doit se trouver enconre) était derrière François Bayrou, dans une démarche d'ouverture.
    Il a laché Bayrou sans qu'un seul journaliste n'en parle ?
    :-)

    J'aime beaucoup Mauroy pour ses analyses justes des campagnes et puis, c'était un très bon maire de Lille, faut le dire ! :-)

    RépondreSupprimer
  8. Pour Besson : moi, j'attends Besson II, le Retour pour connaître la suite…
    Il a refusé les mains tendues ailleurs, donc il croit encore en l'élection de Ségolène Royal, non ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas : bonne idée les photos de moutons. Avec les élections, c'est fort-à-propos ! :-)

    RépondreSupprimer
  10. au fait Nicolas, qu'en est-il de cette soi disante rumeur sur la création d'une 'police de quartier' voulue par Sarkozy ?

    Filaplomb, logiquement Royal devrait gagner..sauf grosse surprise.

    RépondreSupprimer
  11. Je ne sais pas. Il a du étouffer l'affaire !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...