15 octobre 2010

Démographie et réforme des retraites : on nous ment

Avec cette histoire de réforme des retraites, le principal argument des défenseurs est démographique.

Vous vous rendez compte, ma brave dame, actuellement un cotisant paye la retraite de 0,54 bonhomme, en 2050, il en paiera la retraite de 0,81%. C’est abominable on n’y arrivera jamais. Ca fait une augmentation de 50% c’est affreux. Il faut réformer.

Mais c’est faux ! Un actif ne supporte pas que les retraités mais tous les autres inactifs (mômes, conjoints inactifs, chômeurs,  fonctionnaires, étudiants, ...). Les vrais chiffres ne sont pas 0,54 et 0,81 mais 1,37 et 1,55.

L’augmentation du nombre d’inactifs que devra supporter chaque actif n’est que de 13% en 40 ans, soit le quart de ce qui est annoncé. C’est tout à fait supportable. L’augmentation n’est que de 0,3% par an, ce qui peut largement est compensé par la croissance et les gains de productivité.

C’est le sens de cet excellent billet (que j’ai repéré grâce à Betapolitique, les braves gens).

Il faudrait que je demande un truc au taulier du blog en question. En fait, un actif n’aura pas à supporter 1,37 personnes puisqu’il devra se supporter lui-même. Son travail devra donc nourrir 2,37 personnes. En 2050, ça fera 2,55 personnes. Ca nous fait donc une augmentation de 7,6% en 40 ans.

Autant dire : rien.

J’ai bon, là ?

19 commentaires:

  1. Mais pourquoi personne ne l'explique au grand public en "prime time" ce genre de truc?

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. El Camino,

    Bonne question !

    Je n'ai pas la réponse mais on peut en supposer un paquet.

    Tiens ! Un responsable politique qui dit "il ne faut rien changer sur les retraites" perdrait sa crédibilité auprès d'une partie de la population.

    Ca explique la position mesurée de Martine Aubry, hier (si j'ai bien lu les comptes rendus).

    RépondreSupprimer
  4. Tiens ! J'ai effacé le commentaire d'un connard anonyme par mégarde.

    RépondreSupprimer
  5. Cher(s) Amis,
    Le troisième épisode de la bataille parlementaire au Sénat est arrivé : http://www.dailymotion.com/video/xf6q01_bataille-parlementaire-sur-la-refor_news#from=embed
    Dans le cadre de la lutte contre le projet de loi sur les retraites, nos sénateurs du Parti de Gauche ont mis en place un dispositif permettant à tous de suivre les débats au Sénat. En effet, les sénateurs sont appelés à se prononcer sur ce texte qui remet en cause le droit à une retraite à 60 ans à taux plein depuis le mardi 5 Octobre.
    Au Parti de Gauche, comme au Front de Gauche, le cœur de notre projet politique est la « Révolution citoyenne ». Ainsi, nous pensons qu’il est important que tous les citoyens qui le souhaitent puissent s’impliquer activement dans ce débat sur les retraites, symbole de notre contrat social.
    Pour ce faire, nos sénateurs Marie-Agnès Labarre et François Autain vous invitent à vous rendre sur le site du Parti de Gauche, http://www.lepartidegauche.fr, pour suivre tous les deux jours des comptes-rendus de la bataille parlementaire au Sénat (en haut à droite sur le site). En effet, tous les deux jours, sur les coups de 20h, sera mise en ligne une petite vidéo revenant sur l’évolution de la discussion au Sénat. Cette petite série s’intitule « Chronique de la bataille parlementaire contre le projet de loi sur les retraites ».
La première vidéo est d'ores et déjà en ligne.
    Vous pouvez aussi la retrouver sur dailymotion : http://www.dailymotion.com/video/xf6q01_bataille-parlementaire-sur-la-refor_news#from=embed
    Sacha Tognolli

    RépondreSupprimer
  6. Jacques Etienne15 octobre, 2010 14:28

    Si j'ai bien suivi le raisonnement du monsieur, l'augmentation du nombre dependants âgés se trouverait en partie compensée par la baisse du nombre de jeunes dépendants.

    C'est à dire qu'ayant moins d'enfants à charge, les actifs pourraient transformer l'argent que leur auraient coûté les enfants qu'ils n'ont pas en cotisations vieillesse.

    D'autre part, le pourcentage restant serait facilement compensé par une croissance molle de 0.3% par an.

    Cette génération à venir, si généreuse avec ses anciens serait digne de notre estime. Espérons qu'impressionnée par un tel exemple la génération suivante le sera encore plus car étant encore moins nombreuse elle aura encore plus de personnes âgées à soutenir!

    Mais il se peut que j'aie mal compris. Pourriez-vous me corriger?

    RépondreSupprimer
  7. Tognolli,

    Je sais ce que fais le FdG.

    Jacques Etienne,

    "Si j'ai bien suivi le raisonnement du monsieur, l'augmentation du nombre dépendants âgés se trouverait en partie compensée par la baisse du nombre de jeunes dépendants. "

    Vous avez mal compris !

    La communication des pro réforme est basée sur le nombre de retraités :

    25 millions de travailleurs doivent aujourd'hui, bosser pour 10 millions de retraités (je prends des chiffres au hasard).

    En 2050, 30 millions de travailleurs devront bosser pour 20 millions de retraités.

    A lire ça rapidement, on voit un doublement (en gros).

    Alors que dans la réalité :

    25 millions de travailleurs doivent aujourd'hui, bosser pour 65 millions de personnes (je prends des chiffres au hasard).

    En 2050, 30 millions de travailleurs devront bosser pour 75 millions de personnes.

    Ces chiffres - qui correspondent à la réalité de ce à quoi servent les rémunérations du travail - sont beaucoup moins impressionnant que le doublement annoncé plus haut.

    C'est uniquement de la communication.

    RépondreSupprimer
  8. Je vous crois, Nicolas, je vous crois, du reste votre démonstration ne souffre aucune contestation "raisonnable" possible, c'est mathématique, même si, je le confesse volontiers, je n'ai jamais cru quiconque désireux de m'expliquer, dans mes jeunes années, qu'un kilo de plume est aussi lourd qu'un kilo de plomb.

    Par ailleurs, tournons et retournons la question dans tous les sens et sans arrêt, débattons jusqu'à l'aube (nouvelle) s'il le faut, la réalité est là, implacable : nous aurons des retraites ridicules, et, dans nos hospices dégueulasses, nous boirons de la soupe (à la grimace) avec rogatons de pain racis, lesquels rogatons presque indigestes du fait de nos dentiers avec une dent sur trente-deux remboursée - et encore, je suis large...

    RépondreSupprimer
  9. Oui, Christophe. On ne parle pas assez du montant des retraites, dans cette histoire.

    C'est l'objet du billet de Yann Savidan, ce matin (dans toutes les bonnes blogrolls).

    RépondreSupprimer
  10. Jacques Etienne15 octobre, 2010 15:14

    "Ces chiffres - qui correspondent à la réalité de ce à quoi servent les rémunérations du travail - sont beaucoup moins impressionnant que le doublement annoncé plus haut."

    Certes, mais il n'est pas évident que la société soit prête à consacrer davantage de ressources à l'entretien des vieux (je peux employer le mots, j'en suis un). Et quoi qu'il en soit, si l'effort supplémentaire n'est pas énorme, il faut cependant reconnaître que dès maintenant le système par répartition est déficitaire.

    Je sais pour lire vos analyses que pour vous la solution consiste à modifier la répartition de la valeur ajoutée entre le travail et le capital.

    Ce n'est pas évident dans une économie globalisée où les capitaux circulent à leur guise et où l'on peut délocaliser. Cela ne veut pas dire que ce soit impossible dans l'absolu mais au niveau national ça me paraît difficile.

    RépondreSupprimer
  11. Jacques,

    On est d'accord sur la globalisation de l'économie et tout ça. Je ne crois pas avoir dit "la solution est de" mais plus "serait de". Le problème est donc dans les instances internationales (d'ailleurs on parle beaucoup du G8 et du G20 et le chef de l'état promet beaucoup) mais la piste, à mon sens, serait l'Europe. Je partage beaucoup d'analyses du Front de Gauche, en fait.

    Je n'ai pas de solution.

    Juste un truc. "il faut cependant reconnaître que dès maintenant le système par répartition est déficitaire." Oui et non. Les autres systèmes auraient été balayés par la récente crise ! Par ailleurs, on parle beaucoup du déficit, de l'ordre de 30 milliards mais on ne parle pas en pourcentage.

    En gros, il suffirait d'élever un peu les cotisations pour l'enrayer car il n'est pas si énorme que ça...

    (j'ai dit "il suffirait", pas "il faut", hein...)

    RépondreSupprimer
  12. La même chose en sketch.

    http://www.dailymotion.com/video/xeeo9h_vive-les-retraites_fun

    RépondreSupprimer
  13. Je regarde ça ce soir (pas accès du bureau). Mais je me demande si ce n'est pas ce que j'ai déjà diffusé ici, récemment.

    RépondreSupprimer
  14. Vous oubliez que ce n'est pas seulement le nombre d'inactifs qui va augmenter mais également le nombre d'actifs qui va diminuer du fait du non renouvellement de la population.

    D'autre part, le ratio inactifs, actifs (dans un système de retraite aussi stupide que par répartition) a déjà donné ses limites étant donné qu'il est déjà aujourd'hui déficitaire.

    Je doute qu'un quelconque gain de productivité ne comble un trou qu'on ne peut déjà à l'heure actuelle boucher.

    RépondreSupprimer
  15. J'adore les commentaires ridicules. Dans mes bras ! La population ne se renouvelle pas : on va tous crever, certes. On devrait aussi arrêter de baiser.

    RépondreSupprimer
  16. Ton illustration le prouve, en 2050 tout ira mieux, même que chaque vieux aura un vélo pour deux !
    :-)

    RépondreSupprimer
  17. Poireau,

    Oui, il faut au moins ça.

    RépondreSupprimer
  18. wouah !!! édifiant ! merci pour l'info (j'avais du retard de lecture, je bosse trop... et, en plus, maintenant je manifeste le week-end !)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.