21 octobre 2010

Retraite et logique de droite

Un truc qui me sidère, quand je parle politique avec des gens de droite, c’est que nous n’avons pas du tout la même vision des problèmes !

Hier, en rentrant à la Comète, j’ai croisé un dirigeant de l’UMP locale, très supporter de Nicolas Sarkozy et après les banalités d’usages (« Ca se passe bien au conseil municipal, vous êtes toujours tourné en ridicule par le maire ? » « Et toi, ton blog, ça roule, j’ai vu t’arrivais à débiter toujours autant de conneries ? »), nous avons parlé des « événements » en cours, à savoir les grèves et progressivement le blocage de la France.

Il me disait qu’il ne fallait pas bloquer la France, que ça gênait trop les gens, que ça allait bouleverser l’économie, hein, ma brave dame. Je lui ai donc dit qu’il fallait que le gouvernement retire son texte pour arrêter les blocages. Pour lui, non ! Il fallait que les manifestants arrêtent que s’ils voulaient changer le texte, ils auraient l’occasion de le faire en 2012.

Comme on n’était pas d’accord, je lui ai résumé la situation. Il y a deux solutions pour que le bordel s’arrête :
  1. le mouvement s’essouffle et les bloqueur abandonnent,
  2. le gouvernement retire son texte.

J’ai voulu parler froidement, comme on peut en discuter derrière un comptoir. Nous n’étions pas dans les blogs, pas dans un débat télévisé, …

Non, pour lui il n’y a que réellement une seule solution et que c’est pas gentil d’embêter les français avant les vacances en les empêchant de faire le plein de leurs bagnoles. C’est de la faute au manifestant. Il n’a pas voulu entendre raison : c’est le gouvernement qui fait passer un texte alors qu’il avait promis de ne pas le faire, puis de négocier, … C’est bien le gouvernement qui est à l’origine du conflit social car, s’il a la légitimité des urnes, pour le faire, il n’a aucune légitimité morale, le peuple qui l’a élu étant contre.

Cela dit, moi je voyais bien les deux solutions pour arrêter le bazar. Pas lui… Et je comprends mieux l’entêtement du Gouvernement qui est intrinsèquement persuadé qu’il a raison, sans même se poser la question…

Je vais prendre un deuxième exemple. Je dis souvent que c’est une aberration de vouloir faire travailler les gens plus longtemps alors qu’on a 10% de chômage. C’est une évidence. Avant de reculer l’âge de la retraite des gens qui travaillent s’il faut vraiment le faire, il me parait préférable qu’on recase les chômeurs, ce qui est évidemment plus facile à dire qu’à faire.

Néanmoins, les deux documents politiques que j’ai lu récemment (le projet de François Hollande et le rapport Attali, j’ai ma dose pour le mois, merci) préconisent (sous des formes différentes et résumées par moi) que les gugusses partant à la retraite, chapeaute pendant les derniers temps, un chômeur pour reprendre son boulot (sous différentes conditions, j’imagine mal qu’un type qui sorte d’école de plomberie puis remplacer un chirurgien cardiaque mais, avec une bonne formation, un type qui sort de fac d’histoire ou de sociologie pourrait faire un excellent plombier plutôt que d’attendre que du boulot lui tombe dans les paluches).

100000 Volt a fait un billet hier (que j’ai déjà cité ailleurs) où il indique : « Arrêtez de croire que le chômage et cette réforme sont directement liés. » Personne n’a jamais dit que le chômage était directement lié à cette réforme, on dit juste que la réforme est une aberration. C’est un détail.

Mais il appuie sa démonstration sur le prix Nobel qui a récemment été décerné à des gugusses qui avaient démontré qu’on pouvait avoir beaucoup de chômage dans un pays avec un fort nombre d’offres d’emploi non satisfaites. J’ignorais d’ailleurs qu’on puisse avoir un prix Nobel en faisant des études sur le sujet alors qu’il suffit d’ouvrir les yeux pour le voir…

On peut en tirer des conclusions annexes : par exemple, il n’est pas illogique de voir que dans un pays où l’on forme plus de sociologue que de plombiers, on manque plus souvent de plombier que de sociologue. Je précise que je n’ai rien contre les sociologues.

Ca nous renseigne plus sur la valeur des prix Nobel d’économie et j’ai perdu le fil de ma pensée.

Ah ! Oui ! 100 000V nous accuse de manipuler des données sans aucun rapport sans même se rendre compte que les données qu’il manipule pour le faire n’ont qu’un lointain rapport : les offres d’emploi qui ne trouvent pas preneur mais qui n’empêchent pas le chômage et la réforme des retraites.

Tout ça est trop compliqué.

Toujours est-il qu’on va bien trouver un gugusse de droite qui va nous démontrer que les blocages sont iniques car la réforme des retraites est logique puisqu’un prix Nobel a été décerné à des gugusses qui ont démontrer qu’on formait trop de sociologues et pas assez de plombier.

18 commentaires:

  1. Tu es un gars de gauche intelligent, ouvert, pas con et pas sectaire.

    Es tu sur que l'ensemble des personnes "de gôôôche" ne voient aussi que "deux solutions" ? Et es tu vraiment sur que les gars de droite n'en voient qu'une et soient sectaires à ce point ?
    (impression que c'est juste un peu plus complexe, et qu'on est pas forcément plus ou moins con, ou obtus, ou hors de la vérité, ou les 3 à la fois, selon la sensibilité politique)

    Bonne aprésmidi

    RépondreSupprimer
  2. (j'ajoute un truc quand même : aucune ironie dans le premier paragraphe de mon billet précédent. Et un paragraphe que j'aurais du conclure par une critique d'une autre partie des gens de ta sensibilité, dont le sectarisme n'a rien à envier au jusque boutisme du pouvoir actuel !)

    RépondreSupprimer
  3. FalconHill,

    Je vais te répondre sérieusement : ce n'est pas une question d'intelligence ou de sectarisme, mais de manière de penser (je parle pour la première partie de mon billet, la deuxième c'est plus une pique à Vallenain de ma part !).

    Le gauchiste sait qu'il n'est pas sûr de gagner. Le gars de droite ne se pose pas la question...

    RépondreSupprimer
  4. Tout aussi sérieusement (j'étais sérieux), je pense que c'est un peu plus compliqué que ça.

    Ton affirmation sur "le gars de droite pense ça, celui de gauche ça..." me parait discutable. Et je ne suis pas sur que l'absence d'humilité soit une tare uniquement à droite..

    Mais c'est ton avis. Pas de soucis :) Bonne aprésmidi

    RépondreSupprimer
  5. FalconHill,

    Je n'ai pas dit "le gars de droite pense ça, celui de gauche ça..." mais "le gars de droite pense comme ça, celui de gauche comme ça...".

    Sinon on serait logiquement toujours d'accord !

    Pour le reste (l'absence d'humilité), on l'est, d'accord !

    RépondreSupprimer
  6. Sans vouloir offusquer personne mais peut on imaginer une troisième solution:

    on s'assoit une bonne fois pour toutes et on discute !

    Et on arrête de nous faire chier avec des blocages :)

    RépondreSupprimer
  7. Corto,

    On est totalement d'accord : il faut cesser la grève, les blocages et la réforme et s'asseoir autour d'une table pour traiter calmement du problème qui, au fond, n'est pas urgent...

    Surtout, il ne devrait pas être un enjeu politique immédiat à ce point (même s'il est évident) : il faut arriver à le détacher des élections 2012 (pour le bien de Nicolas Sarkozy : je crois qu'il fait une erreur d'analyse en persistant ; il est probablement persuadé que paraître ferme et sortir les CRS pour débloquer des centrales va lui rendre service).

    Je ne vais pas arrêter de vous faire chier avec les blocages : ils m'emmerdent autant que les autres et j'ai du annuler mon départ en vacances demain matin ! ;-)

    RépondreSupprimer
  8. "Sans vouloir offusquer personne mais peut on imaginer une troisième solution:

    on s'assoit une bonne fois pour toutes et on discute !

    Et on arrête de nous faire chier avec des blocages :)"

    Corto, tu sais que cela n'arrivera pas. Parce que les deux logiques qui s'affrontent sont déjà allé trop loin. Si Sarkozy recule, il se zigouille sur place publique pour les prochaines élections. Si les syndicats cèdent, ils démontreront que ce que tout le monde dit d'eux est vrai : qu'ils ne représentent rien d'autre qu'eux-mêmes.

    Et puis, nous n'avons pas encore progressé sur ce point : nous ne savons pas ce qu'est réellement la concertation sociale. Ni nos représentants gouvernementaux, ni nos représentants syndicaux.

    (les français eux-même : ils sont majoritairement contre cette réforme, majoritairement favorable à la circulation libre de l'essence... Il faut savoir ce que l'on veut...)

    RépondreSupprimer
  9. Dorham,

    Tu as raison : ça n'arrivera pas mais ça aurait du arriver avant.

    Le Président avait promis une concertation dès qu'il avait annoncé cette réforme (en janvier, je crois). Il a réuni les syndicats, a causé avec eux et s'est imaginé avoir négocié alors qu'il n'a "cédé" que sur des bricoles à la marge.

    C'est ça qui m'échappe et que j'essaie de montrer par l'intermédiaire de mon dialogue avec le responsable UMP.

    Et c'est ça qui échoue pour toutes les réformes voulues par la droite en France : le dialogue est impossible ou se base sur des hypothèses fausses.

    RépondreSupprimer
  10. je suis tombe par hasard sur votre blog très intéressant ! ! Un petit bonjour d’une personne qui vous a toujours apprécié.
    horoscope , voyance

    RépondreSupprimer
  11. Je crois que si on créait un prix Nobel de plomberie on aurait moins de problème de robinets qui fuit. Un tas de gars voudraient maitriser la technique !
    :-))

    [Bel article cela dit ! :-) ].

    RépondreSupprimer
  12. Merde alors ! Lolo aurait pu nous dire où on va : «Étoile de Vénus, le site qui ensoleille votre destinée»…
    Peut-être qu'elle sait si Sarkozy va tomber prématurément, parce que, quand on a braqué 70% d'une population contre soi, il n'y a plus de légitimité des urnes qui tienne: on est illégitime tout simplement.

    RépondreSupprimer
  13. Moi, j'attends toujours que l'UMP m'indique comment ils peuvent indiquer que ceci est faux et résoudre cette équation : les anciens travaillent plus longtemps, les jeunes trouveront du boulot, plus tard.
    A part dire c'est pas vrai , c'est pas vrai, c'est faux...J'ai 40 piges , j'ai pas compris comment ils vont résoudre le problème d'embauche des jeunes tout en reportant l'âge légal de départ à la retraite. Trois lignes de leur part simples et précises, suffiraient à éteindre le mouvement Lycéens. Mais j'ai toujours rien lu ainsi que les étudiants. A moins qu'ils ne savent pas tout en argumentant que pour deux actifs il y aura trois inactifs.L'arithmétique implacable dans un sens. David.

    RépondreSupprimer
  14. Nicolas, est ce que je peux dire que tu fais preuve d'autant de mauvaise foi que dans ton commentaire sur le blog du Faucon ? :)

    Oui, les gens disent que cette réforme et le taux de chômage sont directement liés : c'est notamment le point de vue de l'Unef (ce syndicat étudiant de m****) http://www.lexpansion.com/economie/la-reforme-des-retraites-va-accentuer-le-chomage-des-jeunes_239555.html

    Et je n'appuie absolument pas ma démonstration par le prix Nobel, j'ai cité Cohen qui parle du prix Nobel, tu pourrais enlever le passage sur le prix Nobel que ça ne changerait rien à l'idée.

    Non je n'accuse personne de manipuler des chiffres, j'ai dit penser que ton calcul était faux, j'ai dit que le taux de chômage n'est pas directement lié à l'âge de départ à la retraite.

    Et pour finir un senior qui part en retraite ne peut pas être remplacé par un jeune, à moins que ce jeune ait autant d’expérience que le senior qui part, et là j'en doute. Un senior qui part en retraite ne peut être remplacé que par un pré-senior, qui lui-même peut-être remplacé par un homme de 40 ans, qui lui-même... ce qui peut dans certains cas aboutir à l'embauche d'un jeune s'il le faut...

    RépondreSupprimer
  15. Val,

    Vois la réponse que je fais à FalconHill, ci-dessus...

    "j'ai dit que le taux de chômage n'est pas directement lié à l'âge de départ à la retraite."

    Ce n'est pas exactement ce que tu as dit. Tu as dit qu'on disait que la réforme était liée... Je ne sais pas ce que l'UNEF dit...

    Pour ce qui concerne ton dernier paragraphe, tu as à moitié raison mais il ne faut pas sous-estimer le nombre de boulot qui sont strictement manuel. Je parlais d'un plombier dans la note : un ancien peu former un jeune. On est d'accord sur le fait qu'il ne sera pas expérimenté après deux ans de formation mais il sera plombier...

    RépondreSupprimer
  16. Vous dites : « Il y a deux solutions pour que le bordel s’arrête ». Non, il y en a une troisième : que le peuple vote. C’est la démocratie directe.

    Voir http://horsparti.blogspot.com/2010/10/quand-les-francais-voteront-ils-sur.html

    RépondreSupprimer
  17. Très bel article. Dommage que dans certains commentaires, certains manquent de respects à d'autres. Chacun son point de vue, toutes les opinions sur le sujet devraient être respectées. Merci à l'auteur.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.