10 octobre 2010

Les retraites, échouées sur la grève

Je soutiens évidemment les mouvements de grève qui ne vont pas tarder à nous casser les couilles dans le métro et relaie avec plaisir l’appel lancé par mon ami Stef à la blogosphère gauchiste.

Il n’empêche que je suis circonspect. J’ai l’impression qu’on est à bord du Titanic et qu’on essaie de sauver l’ours en peluche du petit dernier parce qu’on sait, au fond de nous, qu’on a une vague chance de réussir.

Mais le bateau coulera quand même et Léonardo emportera Nounours dans sa poche.

Je résume : tout le modèle économique et social est en train de se casser la gueule avec une baisse globale des revenus du travail par rapport à ceux du capital. La réforme, qu’elle passe ou non, n’y changera rien. La retraite étant incluse dans les revenus du travail, le nombre d’année à la retraite ou au travail ne changera rien à ce rapport.

En faisant grève, on fait croire aux gens qu’ils peuvent gagner quelque chose et, même s’ils gagnent, la part des revenus du capital n’aura pas baissé par rapport à ceux du travail.

Je ne dis pas que la grève est inutile puisque allonger le temps de travail revient aussi à amener l’augmentation des revenus du capital et à appauvrir la population relativement.

Il n’empêche qu’on devrait se battre pour sauver la retraite par une réforme de la fiscalité, par exemple…

Prendre le pognon où il est, c'est-à-dire reprendre les 12% du PIB qui est « parti » vers les revenus des capitaux depuis 1975. Ca ne pourra se faire que par les urnes, pour refonder le modèle de société.

Dans la rue, on risque bien de ne sauver qu’un ours en peluche en faisant croire aux braves gens qu’ils ont gagné alors qu’ils l’auront dans l’os, quoiqu’il arrive.

15 commentaires:

  1. Tiens je pense assez similairement, excepté que je ne soutiens plus du tout le mouvement de grève.

    J'ai pas l'impression que ce soit cette réforme des retraites qui soit mauvaise, elle me semble même plutôt utile au pays au vu de ce qu'il traverse, par contre j'ai l'impression que la réforme très utile est ailleurs : la fameuse réforme du capital dont tu parles. C'est pour ça que ça va me gaver cette grève, elle va me sembler injustifiée (car contre l'intérêt du pays), et handicapante pour celles qui pourraient avoir lieu pour la réforme du capital. Allez, je vais écrire un billet !

    RépondreSupprimer
  2. Ce que tu dis est encore plus pessimiste.
    On l'aura dans l'os quoi qu'il arrive. Peut être même après le passage aux urnes.

    Alors ? Pourquoi se battre ?

    RépondreSupprimer
  3. Ben non ! Il ne faut pas espérer de Sarkozy une réforme fiscale honnête. Par contre, il est possible de l'arrêter sur la casse des retraites. Ça permettrait d'attendre plus sereinement le retour de la gauche au pouvoir et la révision de la fiscalité…

    RépondreSupprimer
  4. Et bé, me voici presque d'accord avec toi, si ce n'est que comme Vallenain, les grèves, ça commence serieusementr à gonfler et je ne suis même pas sûr que les syndicats soient convaincus de leur efficacité en ce qui concerne les retraites...

    Cette version me plait aussi: Il n’empêche qu’on devrait se battre pour sauver les retraites par une politique et une mobilisation focalisées entièrement sur l'emploi !

    RépondreSupprimer
  5. Bien joué pour le design. Sinon, d'accord avec toi (com d'hab quoi)

    RépondreSupprimer
  6. C'est à la mode en ce moment, la révision de la fiscalité.
    Sauf que ça fait bientot 5 ans qu'on en parle :

    Faire la révolution fiscale, Jack Lang, 2006

    RépondreSupprimer
  7. Qu'ils la passe à 80 ans ça ne changera rien pour une grande partie de la populace

    Je me prend comme exemple (et nous sommes légion) en sachant que la durée de vie est de 76 ans en france.

    *Je fume
    *je bois
    *je suis sédentaire (le sport m'emmerde à 42 balais)
    *Je bosse dans le privé, et oui, les fonctionnaires vivent plus longtemps, on se demande pourquoi.

    Total avant 65 ans les carottes sont cuites comme la retraite.

    RépondreSupprimer
  8. Étant entendu que personne (ou presque) n'aura le nombre d'annuités, pourquoi ne pas passer l'âge de la retraite à 154 ans et le nombre d'annuités à 65987 trimestres ? Celà aurait au moins le mérite de la clarté dans le foutage de gueule !

    RépondreSupprimer
  9. Je lisais les dernières conclusions de Maurice Allais, notre prix Nobel d'économie qui vient de décéder. Parti joyeusement avec Friedman dans les années 60, il finit "social libéral" et critique vertement la situation actuelle notamment le libre échangisme et la responsabilité monétaire laissée aux banques : http://cee.e-toile.fr/index.cfm/2008/10/5/Maurice-Allais--prophte-de-malheur-ou-Nobel-de-lconomie--redcouvrir-
    Sauf à modifier ces piliers actuels, je crois qu'on peut à peine sauver les ours en peluche !
    :-))

    RépondreSupprimer
  10. Note de service : rien changé à mon netvibes, ça se fait tout seul pour arriver ici !
    :-)

    RépondreSupprimer
  11. Elmone,

    Oui, je suis pessimiste !

    Le Coucou,

    Tu crois vraiment ?

    Corto,

    Non, il faut arrêter de focaliser sur l'emploi comme on l'a fait depuis 30 ans. Il faut focaliser sur la redistribution.

    Dominique,

    Merci !

    La blogatière,

    Arrête de boire.

    Guy,

    Ca serait peut-être la solution...

    Poireau,

    Il faut sauver les ours.

    RépondreSupprimer
  12. Il faut focaliser sur la redistribution plutot que sur l'emploi ? Tu devrais en faire un billet, j'aimerais comprendre ton point de vue

    RépondreSupprimer
  13. Corto,

    Je l'exprime souvent dans le même sens... Un gars de droite aura du mal à comprendre mais la France ira mieux quand 60, voire 65%, du PIB sera redistribué aux braves gens sous la forme de salaires, de retraites ou d'allocations chômage.

    L'idéal serait évidemment que tout le monde travail (jusqu'à 60 ans, hein !) mais je n'y crois pas.

    Je crois à une globalisation de l'économie et que c'est une erreur fondamentale que l'on fait depuis très longtemps de prendre chaque sujet indépendamment.

    RépondreSupprimer
  14. Cher(s) Amis,

    Le deuxième épisode de la bataille parlementaire au Sénat est arrivé : http://www.dailymotion.com/video/xf4pib_bataille-parlementaire-contre-la-re_news

    Dans le cadre de la lutte contre le projet de loi sur les retraites, nos sénateurs du Parti de Gauche ont mis en place un dispositif permettant à tous de suivre les débats au Sénat. En effet, les sénateurs sont appelés à se prononcer sur ce texte qui remet en cause le droit à une retraite à 60 ans à taux plein depuis le mardi 5 Octobre.

    Au Parti de Gauche, comme au Front de Gauche, le cœur de notre projet politique est la « Révolution citoyenne ». Ainsi, nous pensons qu’il est important que tous les citoyens qui le souhaitent puissent s’impliquer activement dans ce débat sur les retraites, symbole de notre contrat social.

    Pour ce faire, nos sénateurs Marie-Agnès Labarre et François Autain vous invitent à vous rendre sur le site du Parti de Gauche, http://www.lepartidegauche.fr, pour suivre tous les deux jours des comptes-rendus de la bataille parlementaire au Sénat (en haut à droite sur le site). En effet, tous les deux jours, sur les coups de 20h, sera mise en ligne une petite vidéo revenant sur l’évolution de la discussion au Sénat. Cette petite série s’intitule « Chronique de la bataille parlementaire contre le projet de loi sur les retraites ».
La première vidéo est d'ores et déjà en ligne.

    Vous pouvez aussi la retrouver sur dailymotion : http://www.dailymotion.com/video/xf4pib_bataille-parlementaire-contre-la-re_news

    Sacha Tognolli

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.