18 novembre 2010

Beaujolaise nouvelle

Aujourd’hui, j’ai décidé d’être ringard sans compter : je vais aller fêter le Beaujolais nouveau avec une pensée émue (ou pas) pour mes copains Lyonnais : Minijupe, Trub, Jean, Romain et Val et les tous autres.

Je signale d’ailleurs aux blogueurs (ou pas) parisiens (ou pas) que s’ils ne savent pas où fêter ça, ils pourront facilement me trouver au comptoir (ou pas) de la Comète (ou pas).

Mon côté réactionnaire ou contre-réactionnaire : j’en ai marre des gens qui m’expliquent que le Beaujolais nouveau n’est pas bon ou est surfait, que c’est une opération marketing, que les patrons de bistros et vendeurs de pinard abusent. Il y a vingt ans, tout le monde trouvait vachement branché d’aller au bistro le jour du Beaujolais nouveau. Quant à moi, ça fait vingt ans (ou pas) que je vais au bistro à peu près tous les jours, y compris le jour du Beaujolais nouveau.

Des snobinards préfèrent rester chez eux plutôt que d’aller s’enfiler du jaja avec les copains sous prétexte que c’est surfait sont à peu près les mêmes que ceux qui profitaient du « troisième jeudi de novembre », il y a vingt ans pour dire à leur épouse qu’ils rentreront en retard. L’excuse toute faite et le besoin de demander l’autorisation : très peu pour moi…

Ce sont probablement les mêmes snobinards qui approuvent mon billet d’hier à propos des machines à café et se précipitent néanmoins pour acheter des capsules hors de prix sous prétexte que le café est trop cher au rade du coin et qui continuent à conchier les patrons de bistro au prétexte qu’ils gagnent de l’argent. Le mal absolu…

Le Beaujolais nouveau étant aux bistros ce que Noël est aux enfants, c’est un devoir d’y aller, sans demander l’autorisation à sa femme et tant pis si la dinde n’est pas fraiche. Retrouvons nous entre hommes, derrière un comptoir viril. Tiens ! Non ! Acceptons aussi les gonzesses… Tant qu’elles ne parlent pas plus que nous…

Ce billet est un tantinet machiste, me direz-vous ! Je plaisante, évidemment, même si l’absence de femmes dans les bistros est assez criante. Les rares qui trainent dans les bistros sont des pochardes infréquentables. En fait, en digne client des bistros, je peux témoigner. Il y a trois catégories de clients dans les bistros :
-         les pochardes infréquentables,
-         les pochards infréquentables,
-         les pochards normaux comme vous et moi mais surtout moi d’ailleurs.

Je dis ça sans méchanceté mais je ne crois pas à l’égalité absolue entre les femmes et des hommes même si je veux bien militer et me battre pour l’égalité des droits, des salaires et tout ça. Aussi, je n’approuve pas le billet d’Olympe qui « gueule » après les marketeux qui préparent les catalogues des jouets de Noël, car c’est le point noir du Beaujolais nouveau : il marque le début de cette sordide période d’étalage de cadeaux inutiles pour mômes empâtés.

Toujours est-il qu’Olympe regrette que les catalogues de jouets proposent des petites voitures aux garçons et des poupées aux petites filles. Moi, je m’en fous. Si les petites filles veulent jouer à la dinette et les garçons au mécano ne me parait pas un problème, l’important étant qu’ils se retrouvent pour jouer au docteur.

Mais « aujourd’hui, j’ai décidé d’être ringard sans compter » était l’introduction de mon billet et je veux bien me tromper.

L’important est qu’on se retrouve, toutes et tous, au comptoir ce soir, pour le Beaujolais nouveau.

La Comète, station de métro « Le Kremlin-Bicêtre » de la ligne 7, 102 avenue de Fontainebleau au Kremlin-Bicêtre mais ne venez pas en voiture, ça ne serait pas prudent.

A ce soir !

(ou pas)

13 commentaires:

  1. C'est toujours bien de fêter le vin.

    RépondreSupprimer
  2. Vive le beaujolpif, le sauciflard avec ou sans bérêt. Je suis vraiment très attristé de ne pas être à la Comète ce soir. Pour me consoler, je vais me noyer dans un tonneau.

    RépondreSupprimer
  3. jze sfui d'ac.. accord... ou pas, hum, jze zais plus...
    Il est... be... bon, cette nannée... le blojeau, le joblo... le vin ... ou pas... ou trop ! hips !

    RépondreSupprimer
  4. FalconHill,

    Il faut TOUJOURS fêter !

    Yann,

    On trinquera en télépathie.

    Philippe,

    Hips !

    RépondreSupprimer
  5. Merde Yann n'est pas là, qui c'est qui va parler c*l ce soir?

    J'arrive vers 20h30 si tout va bien!

    RépondreSupprimer
  6. Vive le beaujolais et bonne soirée à vous à la Comète.

    RépondreSupprimer
  7. Jamais une goutte d'alcool. Comme Sarkozy...

    RépondreSupprimer
  8. Je serais bien venue mais j etais un peu loin.... on fera une fausse soiree vin nouveau quand je repasse a Paris, dis ?

    RépondreSupprimer
  9. Celui qu'on nous a servi au bar de notre école était particulièrement infect... Je me rappelle plus du goût de la soi disante exceptionnelle cuvée 2009

    RépondreSupprimer
  10. Bah on est tous le ringard de quelqu'un !
    :-)

    RépondreSupprimer
  11. Marronnier,

    Tu as tort.

    Ju,

    J'habite à côté d'Orly !

    Val,

    Oui, à la Comète il est bon mais celui que j'ai bu à la maison dégueulasse.

    Poireau,

    Oui...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...