12 novembre 2010

Egalité réelle

A l’instar de mon collègue Sarkofrance, je me suis fadé la lecture du texte des socialos « Convention Egalité Réelle ». Je suis perplexe. Ce texte n’est pas vendeur. Ce n’est d’ailleurs pas son rôle mais j’aime bien les textes politiques précis. Ce machin est un véritable fourre-tout, traitant d’à peu près tout, de l’école à la fiscalité en passant par le logement.

Il met néanmoins l’accent sur des points qui me tiennent à cœur, comme l’absolue nécessité de construire des logements sociaux (pas uniquement pour loger les gens, à mon avis, mais aussi pour mettre un frein à l’augmentation des prix du « privé ») et la nécessité d’augmenter les salaires (sans proposer de vraie solution, à part une conférence annuelle, car il n’y en pas…).

Avant d’avoir lu ce texte, j’avais lu les critiques des uns et des autres, au sein du PS, dans la presse et les polémiques qui ont suivi. Pour résumer, certains trouvent que c’est un ramassis de promesses non tenables et d’autres, notamment à « l’aile droite » du PS que le texte est trop à gauche.

Je suis à peu près d’accord, bizarrement, et je vais revenir sur ce « trop à gauche ». A mon sens, l’utilisation très répétée du mot « égalité » sonne comme une posture alors que le volet fiscalité n’est que survolé (Sarkofrance en présente des extraits) : on aimerait savoir si oui ou non l’ensemble des revenus vont être imposés, de manière progressive et surtout avec quelle progressivité…

Je vais donner un exemple qui me tient à cœur, l’imposition sur les successions qui était encore l’objet d’un de mes récents billets. Le texte du PS précise : « Après avoir quasiment supprimé les droits de succession, la droite envisage aujourd’hui de supprimer l’ISF, ce qui priverait quasiment notre pays de toute fiscalité sur le patrimoine. Nous rétablirons donc une véritable fiscalité du patrimoine pour qu’elle touche réellement les plus grosses fortunes, en élargissant la base d’imposition, qu’il s’agisse de l’impôt sur la fortune, les droits des successions ou des donations ».

Outre le fait que je ne crois pas que l’imposition sur la fortune soit une priorité, contrairement à celle des successions (et des donations), il faudrait que les mesures soient plus précises. 32 ou 33 mots dans un document de 46 pages, ça ne fait pas sérieux…

Au boulot, bordel !

12 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu le document dont tu parles mais le concept de "égalité réelle" avec les quelques propositions que j'ai pu lire ici ou là me paraît fourre-tout mais surtout pas vendeur du tout ! (il faut pas que ça sonne, que ça claque !)...

    Pourquoi ne pas se réapproprier "liberté, égalité, fraternité" simplement (comme fait la droite avec la nation) ?

    RépondreSupprimer
  2. Dada,

    Oui, j'y pensais aussi : ça n'est pas du tout vendeur, mais ça n'est qu'un document interne, donc je n'ai pas chargé.

    RépondreSupprimer
  3. Ceci est une convention, non pas un programme.
    Présenter un programme là maintenant serait suicidaire, pour deux raisons :
    il "figerait" les marges de manoeuvre du candidat en campagne.
    il donnerait le temps nécessaire à l'UMP pour trouver une parade "communicationnelle" (il semblerait que le mot existe, firefox ne me le soulignant pas ^^).
    Se faire plomber un programme 2 ans avant l'écheance, c'est mauvais.

    Je pense que ce document fixe un objectif à atteindre (l'égalité, qu'on oublie un peu souvent ces temps ci) et un cadre de travail pour l'atteindre (offrir à tous un logement décent, les mêmes chances à l'école, et pour financer tout ça une révision de la fisca).

    Moi, ça me parait plutot bien.

    RépondreSupprimer
  4. Benjii,

    Je sais que ce n'est pas un programme, je le dis d'ailleurs en introduction : "Ce texte n’est pas vendeur. Ce n’est d’ailleurs pas son rôle". Par ailleurs, l'égalité n'est pas un objectif à atteindre (sauf dans l'idéal) et est catastrophique sur le plan de la communication. C'est la lutte contre les inégalités qui est à mettre en avant, ou contre les pauvretés.

    RépondreSupprimer
  5. C'est digne d'un discours d'élu !
    Là en tout cas, tu es sérieux.

    RépondreSupprimer
  6. merci du lien. Quelle gageure, ce document !

    RépondreSupprimer
  7. Si l'égalité est vraiment désastreuse sur le plan de la com', c'est qu'on a trop longtemps dit aux gens ce qu'ils voulaient entendre et non pas ce qu'il fallait leur dire.
    L'égalité, même si elle apparait comme "contraire" au "mérite", est sensé être un fondement de notre république (cf sa devise). Si on doit se garder de trop en parler parce que les gens en ont peur, alors autant laisser tomber.

    RépondreSupprimer
  8. Dominique,

    Il m'arrive d'être sérieux...

    Juan,

    Ouais... (de rien !)

    Benjii,

    Mais non, mais il ne faut pas tomber dans l'égalitarisme ni dans une société ou 80% de la population serait au SMIC dans un logement social... Car tu supprimes la part de rêve.

    RépondreSupprimer
  9. Le grand mystère, ça reste quand même : pourquoi les gens, quand on leur parle d'impôts sur les très très riches se sentent autant solidaires ? Ils n'ont pas de thunes mais sont choqués qu'on évoque la possibilité d'imposer au delà d'un millions d'euros.
    Les gens sont bizarres…
    :-)

    RépondreSupprimer
  10. Poireau,

    Oui, c'est bizarre ! C'est qu'ils bavent d'admiration devant une tonne de riches...

    RépondreSupprimer
  11. et s'il s'agissait de sortir de la doxa gestionnaire et de se demander enfin si une augmentation des salaires n'est pas la meilleure manière d'oeuvrer à la relance et d'éviter la catalepsie économique (qui coute très cher aux finances publiques et aux comptes sociaux)?

    RépondreSupprimer
  12. Oui, mais dire ça anonymement sert à quoi ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...