18 novembre 2010

A quoi servent les blogs politiques ?

Dans son annexe collective, Mathieu s’interroge sur les raisons qui poussent à tenir un blog politique. La question pourrait être bonne car il a raison : on ne fait souvent que reprendre des informations dans la presse, donner un avis dont tout le monde se fout le tout avec un nombre dérisoire de lecteurs, notamment les blogs généralistes, comme le mien.

Agnès, du Monolecte, pose également la question sous une autre forme (elle estime ne pas tenir un blog politique, elle a d’ailleurs probablement trois ou quatre fois plus de lecteurs que moi).

Mathieu prend l’exemple du remaniement : en quoi est-ce utile de donner notre avis sur le remaniement dans la mesure où sommes tous d’accord et les mêmes analyses sont dans la presse ? Monolecte va plus loin : la politique, donc les blogs politiques, ne servent pas à grand-chose car nous n’avons pas la possibilité de changer de société.

Certains blogs ont une certaine utilité. Sarkofrance informe ses lecteurs des actualités « sarkoziennes » pendant que Authueil nous fait comprendre la vie parlementaire (vu de droite mais on est tolérants…). Et encore ! Cette utilité pourrait être débattue mais ce n’est pas l’objet du billet.

Tout vient d’il y a quelques années quand on ne savait pas ce qu’allaient devenir les blogs et quelle serait leurs influences dans la vie politique. On sait aujourd’hui qu’ils n’en ont aucune, sauf, peut-être, quand ils font du bruit ensemble sur un sujet. J’ai bien dit peut-être. Par exemple, les blogs ont fait pas mal de bruits autour de l’affaire Karachi qui a connu, récemment, un tournant avec les révélations de Charles Million. Le bruit fait par les blogs a-t-il un point dans cette histoire, en poussant les journalistes à en parler ou à encourager les enquêteurs ? Probablement pas. Disons : très faible.

Néanmoins, si parler de cette affaire permet de montrer un peu de soutien aux familles des victimes, nous dirons que les blogs politiques sont utiles.

Mathieu pose la question : « Cela servait à quoi, tous ces billets sur le remaniement ? »

Dans les blogs, il y a deux acteurs : le taulier (le rédacteur) et les lecteurs.

Je ne sais pas pourquoi les tauliers écrivent. Déjà, je ne sais pas pourquoi, moi, je blogue. Peut-être parce que j’aime bien écrire ou papoter avec mes commentateurs fidèles ? Peut-être parce qu’un truc, au fond de moi, me pousse à écrire des coups de gueules ?

Tenez ! Pourquoi je fais ce billet que je vais poster dans mon blog politique, le plus lu, alors que j’en ai plein à disposition ? Pour rien : le billet de Mathieu m’a donné l’envie de réagir, de préciser ma vision des blogs politiques. J’ai fait deux autres billets, ce matin. Le premier parlait du Beaujolais nouveau, pour rebondir sur les propos de machine à café avec les collègues qui fustigeaient le Beaujolais nouveau pour des raisons médiocres alors que je le vois comme le symbole de la rigolade avec les copains, au comptoir. Le deuxième, à midi, portait sur la pétition réclamait la suppression des notes dans les écoles primaires. J’ai fait un billet (court) car la nouvelle me paraissait surprenante. Peut-être voulais-je un éclairage par mes lecteurs ?

Evidemment, je blogue aussi pour espérer être entendu par des responsables du PS, pour qu’ils entendent ma vision des dossiers, tel que je peux ressentir les choses de mon comptoir, entre Tonnégrande et le vieux Joël, Patrice parfois et tous les cons qui passent. Je n’y crois pas trop.

Evidemment, je blogue aussi pour mon égo et ma satisfaction personnelle de voir des billets « plaire » à quelqu’un. La première fois que ça m’est arrivé, c’est quand j’avais été repris, pour la première fois, par Betapolitique. C’est ainsi qu’on se dit « Bon Dieu ! Mais mon billet a intéressé quelqu’un au point qu’il juge pertinent de le mettre dans son machin… ». Maintenant, je suis un peu blasé mais il y a toujours un phénomène qui donne satisfaction : voir ses billets rebondir de Twit en Twit. On est toujours Twité, systématiquement, par les copains, mais quand ça sort de ce cercle, ça fait toujours plaisir : cité par des « inconnus », avec un effet boule de neige. « Putain ! Alors mon texte, il était si bien ? » Tiens ! Je parlais de l’affaire Karachi ! Il a été twité par cinq personnes qui ne font pas partie de mon « cercle de potes » ce qui est beaucoup… Non seulement des « inconnus » me lisent mais, en plus, ils pensent judicieux de signaler mon billet à leurs potes. Mon billet « Camille » avait été énormément retwité (j’ai oublié mais peut-être plus de 50 fois). L’histoire de mon petit vieux qui n’a rien d’autre à faire que d’attendre la mort avait ému les lecteurs. J’étais content et c’est aussi pour ça que je blogue.

Je ne sais pas pourquoi les lecteurs lisent. Je sais pourquoi, moi, je lis des blogs politiques (outre la passion des blogs) : pour recueillir l’avis des gens, des copains, de ceux que je connais très bien ou de ceux dont j’ai pris l’habitude de lire leurs blogs. Outre leur avis, j’aime bien voir comment ils abordent les sujets. J’aime bien aussi trouver des analyses ou des informations sur lesquels les médias traditionnels ne se sont pas penchés alors qu’ils auraient peut-être du.

J’aime bien commenter chez les gens, souvent une phrase laconique (si j’ai quelque chose à dire, j’en fais un billet), souvent une simple connerie, comme cet « excellent billet » au dernier billet de Gaël  ou ce « il faudrait qu’on en parle au comptoir » à celui d’El Camino, juste pour dire bonjour, leur faire savoir que j’étais passé. Pour d’autres, comme Val, j’aime bien backtweeter leurs billets. Pareil ! Une manière de dire « ah ! Tiens ! Je suis passé chez toi ! Ca va ? Et ton épouse, toujours ses hémorroïdes ? » (je n’avais pas encore été grossier dans ce billet, je vous signale).

Alors, évidemment, mon billet « d’analyse » du remaniement n’a servi à rien, juste brailler comme les autres : ils ont accouché d’une souri. On se sent un peu obligés, quand on est blogueur politique de donner son avis sur les sujets « majeurs » du moment, même s’ils ne servent à rien. Mais Mathieu a évidemment raison : un twit aurait suffit...

Tiens ! J’avais fait un premier billet sur le remaniement, dès son annonce. J’étais au bistro (ce n’est pas une information, c’est juste pour rappeler que je n’avais que l’iPhone). J’avais vu un twit passer, d’Authueil (que je cite là-haut), je crois, qui pestait parce que les sites officielles n’avaient pas diffusé la liste des ministres. J’ai cherché, j’ai trouvé, j’ai diffusé. J’avais probablement le premier blog avec la composition du nouveau gouvernement. Je dis souvent que je ne vais jamais de billet pour le classement Wikio. Il y a des exceptions, mais que des coups de tête ! Plein de RT et des liens dans beaucoup de blogs analysant à chaud le remaniement…

Mathieu pose la question : « Cela servait à quoi, tous ces billets sur le remaniement ? »

A rien. Il n’y a pas que des billets sur le remaniement. Il y a tous ces billets où l’on papote en commentaire avec des copains, des moins copains, des pas copains. Tous ces coups de gueule qu’on pousse, toutes ces conneries qui nous amusent, tous ces sourires qu’on a parfois, toutes ces émotions.

Le blogueur politique pense parfois qu’il tient une tribune.

C’est une erreur. Elle ne sert à rien en tant que telle. Elle n’est pas lue.

Le blogueur politique n’est qu’au centre de son propre réseau social, vilaine locution qui veut dire qu’il papote avec les copains, pas nécessairement ceux qu’il apprécie, plutôt ceux avec qui il aime bien les joutes verbales, de twit en twit, de commentaire en commentaire ou de blog en blog.

Peut-être que le Monolecte a raison.

Je devrais ouvrir un blog « société » où je pourrais faire des billets comme celui-ci ou parler de la détresse des clochards du Kremlin-Bicêtre et des ennuis de mes petits vieux.

Tiens ! Marcel le Fiacre ! Sa femme lui a donné l’ordre de vendre trois manteaux de fourrure qu’elle avait eus par don de vielle dames âgées dont elle s’occupait. Marcel est emmerdé, il ne sait pas comment vendre des manteaux de fourrure. Dix ans comme livreur de viande puis trente sept comme chauffeur de taxi, ça n’aide pas à l’apprentissage de Google. Alors il a demandé au copain, le gros au comptoir, celui qui a une cravate et qui est cadre, celui qui parle avec l’autre copain, gros aussi mais noir, tant pis, il n’est pas comme les autres, c’est un bon noir, lui.

Alors je prends des photos des trois manteaux de fourrure de la femme de mon pote âgé (pardon…) avec l’iPhone, je les envoie par mail au vieux Joël qui pourra les sortir sur une imprimante couleur (je suis un geek rapiat avec le matériel). Et je suis chargé de mettre en vente sur Internet.

Si je n’arrive pas à vendre, Marcel se fera engueuler par son épouse et dira que c’est de ma faute.

Ca mérite bien un billet de blog politique, non ? Pour introduire un sujet sur la tyrannie féminine.

Ca pourra me permettre de rigoler avec Olympe.

34 commentaires:

  1. Excellent billet, il faudrait qu'on en parle au comptoir. ;)

    RépondreSupprimer
  2. Tu as largement répondu à la question. De quoi être convaincu de continuer ^^

    RépondreSupprimer
  3. Il y a un truc que je trouve bizarre, c'est de se poser une telle question... L'utilité du truc ? Je m'en tape.. Pourquoi devrait-on faire des trucs utiles ? J'assume l'unitilité de mon blog, je la revendique même... Il y a tellement de trucs utiles qui sont finalement inutiles... ;-))

    RépondreSupprimer
  4. moi j'aime bien lire tes billets le soir en rentrant du boulot, c'est généralement un bon moment de détente après une journée (un peu stressante); celui-ci en l'occurence m'a rappelé que aujourd'hui c'etait beaujolais...mon homme vient donc de partir en acheter !!! et ça c'est plutot bien...

    RépondreSupprimer
  5. Bloguer politique, ce doit être un peu refléter l'air du jour… Et participer à une espèce de sondage informel d'un échantillon de Français représentatif des grandes gueules ?

    RépondreSupprimer
  6. Tu as totalement raison, Nicolas.

    D'ailleurs, en suivant ton raisonnement, qui sert à quelque chose en ce bas monde ?

    Les cimetières sont remplis de gens indispensables !

    Les journalistes, même prestigieux, ont ils une quelconque utilité ? À peine a t-on lu leur papier qu'on ne se souvient plus de rien !

    Tout n'est que consommation boulimique.

    Qui aurait la prétention de convaincre quiconque ? Pas plus Agnès que le plus obscur d'entre nous...

    Tout juste, nous influençons nous entre initiés ? Et encore !

    RépondreSupprimer
  7. Cela sert à se faire des copains, je ne vois rien d'autre et à impressionner les minettes aussi, et à se faire inviter aux voeux de Martine Aubry..

    RépondreSupprimer
  8. @Disparitus
    Pour le côté "aspirateur à gonzesses" j'attends toujours...

    RépondreSupprimer
  9. En tant que blogueuse je peux comprendre les raisons pour lesquelles tu blogues. Celles que tu décris sont d'ailleurs très proches des miennes.

    Mais la question que j'aimerais te poser c'est : pourquoi est-ce que tu as différents blogs? Pourquoi ne pas tout mettre dans un seul?

    Il me semble qu'on lit les blogueurs pour le point de vue qu'ils apportent, leur humour, leur personalité, qu'importe le sujet de leurs billets!

    La liberté du blogueur c'est de justement pouvoir parler de tout ce qui lui passe par la tête sans penser en terme de rubriques, en partant de ses expériences personelles, comme elles lui viennent, c'est à de manière désordonnée...

    RépondreSupprimer
  10. Bah voilà ! Je l'ai lu, ce billet finalement ! Et grâce à un RT de twitter en plus ! (faut pas me demander de qui, l'est tard qd même, et puis le beaujolais toussa...)
    Bref, je m'en vais le retwitter à mon tour, car il faut souligner que c'est un excellent billet !

    RépondreSupprimer
  11. Bonne réponse.

    La question de Mathieu était limite. A quoi servent les bloguers ? A rien, et ce n'est pas grave. Il faut arrêter de vouloir que nous servions à quelque chose, que l'on blogue "utile".

    RépondreSupprimer
  12. Ca dépend du blog. je sort des fois de l'info de première main, qui est reprise par la presse locale(dernier exemple en date avant hier ou j'ai donné le nom du probable nouveau préfet.) Ces infos agissent parfois aussi sur des choses concrétes dans ma ville (dans une certaine mesure).

    Je produit également du contenu original (interview, vidéo etc...)

    Après rien n'est plus triste dans la vie que ces blogs politiques qui ne font que recracher du Libé ou du Figaro sans aucune réalité concrète ni apport. Non pas qu'il ne m'arrive pas de le faire (je le fais même au moins une fois par semaine) mais se contenter d'éditorialiser sans avoir un peu d'action réelle dans son territoire ou dans son secteur (cathos, Le KB homos, lyonnais, ump, ps etc...)c'est un peu vain. C'est aussi ce que j'aime chez toi Nicolas: ce côté "j'ai un blog et je suis un mec actif dans mon quartier".

    RépondreSupprimer
  13. Tu as totalement tord Nicolas. Oui je te le dis franchement. On en a parlé avec le vieux jacques l'autre jour même s'il disait que tu étais le meilleur (je crois qu'il aurait dit le plus fort) tout le monde sait très bien que le vieux jacques il ne te lit jamais.
    Moi je trouve sinon, que le blog politique c'est chiant à lire, chiant mais alors chiant, on a déjà assez de mmerde dans cette putain de vie pour se taper ensuite en plus des médias, tous ces billets sur la politique nationale si ce n'est internationale. Je sais que cela fait du bien à l'auteur mais qu'il pense à ses lecteurs, moi je préfère de loin tes billets sur la Comète, ses personnages que tu mets en scène. Nettement meilleur car pour le reste surtout la politique je suis d'accord comme les 95 % de tes lecteurs avec toi.
    Non sans rire, fait pas chier avec ta politique de comptoir, continue de nous raconter des histoires avec le vieux jacques, le gros joël et toute ces gens qui donnent de l'humanité à tes blogs.
    Merci

    Un lecteur fidèle qui ne pense pas mettre des commentaires à chaque fois (pour répondre à ton tweet)

    RépondreSupprimer
  14. Oui enfin, j'ai pas tout lu... (trop long et j'aime pas la politique !!)
    Bisesssssss pour me faire pardonner

    RépondreSupprimer
  15. Vous me faites tous chier.

    (smiley, hein ! Mais un tel lendemain de Beaujolais empêche une réponse crédible)

    RépondreSupprimer
  16. ...et moi je te lis depuis quelques années (déjà) parce que j'aime lire ce que tu écris
    :)

    RépondreSupprimer
  17. Je vais répondre à tout le monde en même temps, parce que je crois que vous n'avez pas compris mon billet.

    Comme le taulier du présent blog, j'ai beaucoup de blogs dans mon reader, représentant l'ensemble du spectre politique je pense.

    J'ai lu une quantité énorme de billets qui disaient : "Oh, Borloo est parti et Morin s'est fait virer. Sarkozy a décidé de se débarrasser des centristes."

    Cette analyse, je l'ai lue dans toute la presse 10 mn après les annonces. En clair, de nombreux blogueurs ont simplement recyclé ce qu'ils avaient entendu dans la bouche des commentateurs établis.

    Si on se contente de répéter ce que disent Yves Calvi et Stéphane Rozès, on ne peut pas se plaindre que la blogosphère reste ignorée de la population.

    Par contre, lire les opinions des blogueurs que j'aime, c'est intéressant, mais ce n'est pas cela que je critique. Une opinion originale apporte toujours quelque chose. Par contre, une resucée des journalistes, absolument aucun intérêt.

    Nicolas, les billets que j'apprécie le plus venant de toi sont tes billets où tu parles politique en prenant appui sur ce que tu entends dans les bistros. Là, tu es toujours déstabilisant parce que tu amènes un truc vraiment intéressant dans le débat public. C'est pareil pour DPP quand il parle du travail du dimanche (ce que plus personne ne fait) ou du Faucon lorsqu'il nous raconte les histoires politiques de sa région.

    Sur Karachi, la blogosphère peut se contenter de répercuter l'info, parce que les grands médias bloquent. Là, on sert à quelque chose. Cela avait été le cas sur HADOPI aussi.

    En tout cas, je ne visais certainement pas à me lancer dans une psychanalyse des blogueurs et de leurs motivations. Je devrais être d'ailleurs le premier à passer sur le divan.

    RépondreSupprimer
  18. Mouarf, Mathieu,

    On a très bien compris ce que tu voulais dire, d'ailleurs je le dis dans le billet.

    RépondreSupprimer
  19. La plupart de ceux qui dessinent, noircissent à longueur de temps des carnets, des nappes de table comme les musiciens dont les doigts "pianotent" le plus souvent dans l'air ou sur le comptoir du bar et personne ne leur demande rien.
    Ben le blogueur, il fait du pareil au même, il blogue

    RépondreSupprimer
  20. Afin de masquer un malaise existentiel fort bien illustré par Cui cui fit l'oiseau, je m'invite dans ce microcosme sans adopter le ton ironique et détaché de rigueur pour illustrer la réponse que je cherche à cette question:
    mon blog est un témoignage de prises de position, y compris sur des questions locales, pour donner à mes concitoyens une perspective et des clés de lecture, un outil de traçabilité de mon engagement citoyen en quelque sorte.

    RépondreSupprimer
  21. Ah bon ? J'ai dû mal lire le billet et les commentaires alors...

    RépondreSupprimer
  22. Quelques mots de plus: je me fiche complètement de mesurer à quel point ce que je raconte sur mon blog n'intéresse personne, c'est une évidence ! Mais réagir sur l'actualité politique, qui me passionne tout de même, me permet de faire chaque soir un exercice minimal que j'aime bien. Et au tout début de mon blog, qui ne parlait alors que de "politique" municipale, il a servi de porte-voix à une partie des mécontents de mon village. Aucune influence sur le cours des choses, mais un rôle de soupape utile pendant quelques mois…

    RépondreSupprimer
  23. En fait, l’intérêt d'un blog politique, ça ne serait pas l'impact sur les autres, mais l’exercice pour soi-même : on comprend mieux, on déchiffre mieux quelque chose qui nous intéresse lorsqu'on les explique à un tiers.

    Il me semble que c'est quelque chose d'assez classique : celui qui reformule une information va mieux la saisir. Je pense que les enseignants doivent ressentir cela : on "apprend en apprenant".

    Ainsi, un blogueur intéressé par la politique va se rendre les choses plus intelligible pour lui en se faisant un "médium". Je ne pense pas que les blogueurs politiques soient (tous) dupes de leur faible influence, ou aient forcément envie de faire la photocopieuse en copiant-collant les infos, l'attrait pour beaucoup est cet gymnastique intellectuel pour s'approprier mieux une information qui circule.

    RépondreSupprimer
  24. cette gymnastique intellectuelle*, pardon.

    RépondreSupprimer
  25. @ dominique ca peut ne pas etre chiant t en as des tas sympas et bien ecrits, comprehensibles et accessibles par tous.
    bon t en as qui se la touchent en ecrivant des trucs pour leur gueule et ne pensent pas aux gens qui lisent. a defaut de pourquoi des blogs politiques, la vrai question serait peut-etre pourquoi vous bloguez ? et ce coup ci je vous tague tous !

    RépondreSupprimer
  26. En résumé : tenir un blog politique, ça sert à vendre des manteaux de fourrures dans les bistrots, j'ai bon ?
    :-)

    [Evidemment que ça ne sert pas mais il n'en reste pas moins qu'une communauté de blogueurs parlant de Karachi pendant des mois finit par voir une info sortir dans les "vrais" médias, ceux qui gagnent des sous ! :-) ].

    [Sinon, bloguer ça sert à remplir les tuyaux dans lesquels Google écoule sa pub, voilà ! :-) ].

    RépondreSupprimer
  27. Hé bé ! Je suis largement en retard de réponses, ici.

    Vlad,

    Oui. Le 9 ?

    Stef,

    Au boulot,

    Gabale,

    Merci.

    DPP,

    Bah ! On peut se poser des questions. Je pense qu'il y a des gens qui perdent de l'énergie avec leurs blogs en pensant « militer » alors qu'on ne fait que papoter. Ils devraient donc s'interroger plus sur le temps passé.

    Karine,

    Hips !

    Le Coucou,

    J'ai vu ta réponse, sur ton blog. Tu crois qu'on représente quelque chose ?

    Cuicui,

    Même pas ! Mais on a parfois un peu d'espoir...

    Disp,

    Ah oui, les voeux de Titine !

    RépondreSupprimer
  28. Europasionaria,

    Le fait d'avoir trois blogs est historiques. En outre, ce ne sont pas nécessairement les mêmes lecteurs qui fréquentent les trois. Mais je me suis posé la question, du coup j'ai ouvert un quatrième blog où je parle de tout.

    Laetsgo,

    Merci !

    FalconHill,

    La question de Mathieu porte sur les billets à propos du remaniement.

    Romain,

    En tant qu'élu local, je crois que ton blog est un peu particulier.

    Et je ne suis pas actif dans mon quartier.

    Dominique,

    Je compte bien continuer ! J'aime bien mélanger le vieux Jacques et la politique internationale !

    Minijupe,

    Tu devrais lire.

    Mrs Clooney,

    Merci !

    RépondreSupprimer
  29. Bornéo,

    Oui, c'est un peu pareil...

    Nicolas,

    Ben oui, chacun a ses motivations !

    Mathieu (ton deuxième commentaire),

    Je dis dans le billet : « Alors, évidemment, mon billet « d’analyse » du remaniement n’a servi à rien, juste brailler comme les autres : ils ont accouché d’une souri. On se sent un peu obligés, quand on est blogueur politique de donner son avis sur les sujets « majeurs » du moment, même s’ils ne servent à rien. Mais Mathieu a évidemment raison : un twit aurait suffit... »

    Et tu as raison quand tu sous-entend que c'est contreproductif : on n'intéresse personne alors les billets qui sortent de l'ordinaire ne sont pas lu.

    Le Coucou, Balmeyer,

    Oui, c'est un très bon exercice pour soi, ça oblige à mieux observer.

    Balmeyer,

    Si, il y en a qui pensent réellement être influents. Tous ceux qui disent : « alors, je l'avais dit il y a trois ans, mais les journalistes n'en font qu'à leur tête ». Ils s'imaginent être utiles, souvent. Pour ma part, ça m'amuse beaucoup de changer d'avis. Par exemple, j'avais signé l'appel pour le No Sarkozy Day puis l'appel contre le No Sarkozy Day, à quelques jours d'intervalles. Beaucoup de signataires des deux appels se croyaient « influet », ils étaient dupes...

    Moi, j'ai signé le deuxième parce que je n'étais pas dupe : je ne voulais pas laisser le premier qui faisait croire à l'influence des blogs...

    Ju,

    Dominique a raison : c'est horriblement chiant...

    Poireau,

    Y'a un peu de ça...

    RépondreSupprimer
  30. Pourquoi Balmeyer dit-il toujours ce que j'aurais eu envie de dire moi-même ? Epatant !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.