12 novembre 2010

Trop à gauche ?

Par l’intermédiaire de BRP, je suis tombé sur une chronique de Jacques Attali qui montre comment le PS devient la machine à perdre. Je suis presque d’accord sur chacun des points, comme mon billet de ce matin pourrait d’ailleurs en donner l’impression mais à un détail près. Jacques Attali se trompe : le Parti Socialiste ne pourra gagner qu’en présentant une nouvelle vision de la société, une utopie ou un rêve me disait Poireau, récemment. Et cela ne peut se faire qu’à gauche, pas en présentant une équipe de gestionnaires encravatés.

En fait, il est assez facile de donner des leçons. Je ne suis pas le dernier, d’ailleurs. Tout le monde z sa solution pour faire gagner la gauche. Mais il y a aussi des solutions pour la faire perdre : ne pas ancrer le Parti Socialiste assez à gauche (avec des propositions claires et complètes, contrairement au machin que j’évoquais ce matin).

Ne comprenant rien aux chapelles du PS, je ne sais pas pour qui roule Jacques Attali mais n’oublions pas le premier tour. Comme il le souligne, le PS est probablement incapable de rassembler autour d’un programme commun les forces de gauche, c’est à lui de faire une proposition qui ne servira pas de repoussoir au peuple de gauche (s’il existe, hein…).

Les sondages sont plaisants, la gauche est donnée gagnante… sauf depuis ce matin où méchant sondeur à lancé l’hypothèse que François Fillon serait le candidat de l’UMP.

Mais il y a une hypothèse qui n’est pas présentée : celle où la gauche serait absente du second tour. On nous parle souvent d’un 21 avril à l’envers, où Nicolas Sarkozy ne serait pas présent au second tour.

N’oublions pas le 21 avril à l’endroit…

28 commentaires:

  1. J'aime beaucoup la fin de ton article !

    Sinon, tu sais à peu près ce que je pense du PS pour 2012, le discours ne change pas : quand on t'offre une élection sur un plateau, évite de te vautrer...

    RépondreSupprimer
  2. Val,

    Elle n'est jamais sur un plateau.

    Les gens,

    Lisez le billet d'Authueil.

    RépondreSupprimer
  3. Je partage bien des points de vue de ce billet.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis assez surprise... Tu cites un parti, ok c'est deja mieux que ceux qui citent des noms de candidats...
    mais ne faudrait ils pas cogiter à un vrai projet de TOUTE la gauche, à des idées, à des valeurs... plutôt qu'à des gens ou des partis. Et là, la championne ou me champion, peu importe qui, qui porterait ces idées, ce projet transversal, ces valeurs, serait élu et rassemblerait autour d'elle/lui.
    ne mettons pas la charrue avant les boeufs.

    RépondreSupprimer
  5. Ju,

    Tu as évidemment raison. Mais on sait que ça ne se fera pas pour 10000 raisons.

    Par ailleurs, va vois le billet d'Authueil : il faut désigner le candidat avant le projet. C'est crétin, on sait, mais c'est le sens de la cinquième.

    RépondreSupprimer
  6. Le sens de la cinquième, c'est la marche avant.

    Signé : Didier Goux.

    Ah vous, votre gueule,

    signé : Nicolas.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai évoqué l'hypothèse du 21 avril 2012 lundi. On sous-estime vraiment la montée de l'extrême droite.

    RépondreSupprimer
  8. Rimbus,

    Oui, mais on sous-estime aussi la force des autres partis qui pourraient grignoter des points au PS.

    Typiquement, je vois bien Bayrou faire un bon score alors que tout le monde le donne à la ramasse. On dit par exemple que DSK pourrait rafler des voix au Modem mais c'est le contraire qui pourrait se passer, les gens de gauche votant pour Bayrou à la place de DSK sur la base de sondages qui donneraient Bayrou largement vainqueur au second tour.

    Tout est possible.

    RépondreSupprimer
  9. "le Parti Socialiste ne pourra gagner qu’en présentant une nouvelle vision de la société, une utopie ou un rêve me disait Poireau, récemment. "

    tout a fait d'accord avec vous ^^

    RépondreSupprimer
  10. Le meilleur moyen de refaire un 21 avril c'est de se positionner trop à gauche.
    Avec un PS très à gauche, type Hamon, Bayrou ou un autre centriste referait un gros score et on pourrait retrouver un 2nd tour Sarko-Le Pen.

    C'est mathématique : Plus le candidat de gauche est à gauche, plus il laisse d'espace au centre.

    RépondreSupprimer
  11. Patjol,

    C'est une question de milieu... Je n'ai pas appelé à désigner Hamon comme candidat. Si le candidat est trop proche du centre, les électeurs de gauche iront ailleurs au premier tour.

    RépondreSupprimer
  12. Patjol : affirmeriez-vous que Bayrou à eu de l'espace au centre parce que Ségolène Royal était "trop à gauche" ?

    Je n'y crois pas. Les gens votent pour le mec qui leur parait crédible, et généralement ne savent pas trop les placer sur une échelle droite gauche à un niveau inférieur à celui du parti.
    Si Hamon ou Aubry ou DSK est candidat, à part les gens intéréssés par la politique, tous seront considérés comme candidats PS, c'est à dire "a gauche, mais pas trop".

    Les verts sont plus dangereux pour la présidentielle que Bayrou, je pense. Et les verts, eux, ils ont un "sens politique" plus développé.

    De plus, les responsables socialistes qui font ces critiques sur ce texte jugent certaines propositions "peu réalistes".

    Ca veut dire quoi, "peu réaliste" ? Ca veut dire que c'est possible, mais qu'il faut avoir de l'ambition.

    RépondreSupprimer
  13. Et à propos d'Attali, il a tort sur au moins un point :
    C'est vrai que certains barons locaux n'hésitent pas à mettre la sourdine lorsqu'ils ne sont pas convaincus par le candidat, pour ne pas perdre leurs fiefs.
    C'est bien connu.

    Mais là, avec la réforme des collectivités qui se profile, les départements vont dégager, et le mode de représentation favoriser largement la droite aux prochaines élections "régionales/cantonale" de 2014.
    C'est à dire que même sans prendre le pays, ces barons pourraient se faire dégager par ce nouveau mode de scrutin (sans compter les élus département qui eux vont dégager tout court).
    Je pense qu'ils en ont conscience et feront tout pour pouvoir arréter la réforme. Et donc gagner en 2012.

    RépondreSupprimer
  14. Benjii,

    "Les gens votent pour le mec qui leur parait crédible, et généralement ne savent pas trop les placer sur une échelle droite gauche à un niveau inférieur à celui du parti."

    Bof... Quand j'écoute mes potes ou collègues, ils savent parfaitement (et peut-être à tort, d'ailleurs) où le situer.

    RépondreSupprimer
  15. Benjii (deuxième commentaire),

    Tu es trop optimiste...

    "Mais là, avec la réforme des collectivités qui se profile, les départements vont dégager, et le mode de représentation favoriser largement la droite aux prochaines élections "régionales/cantonale" de 2014."

    Bof. De toute manière, la gauche part défavorisée : elle a déjà presque toutes les régions.

    RépondreSupprimer
  16. Bon là j'ai pas compris la fin. C'est qui de qui tu parles ?

    RépondreSupprimer
  17. Si je me souviens bien, tu es plus ou moins cadre supp non ?
    Moi quand j'écoute mes potes de 22ans ou les gens chez qui je fais parfois du porte à porte, j'ai tendance à penser qu'ils sont à des années lumières de se soucier qui au PS est plus ou moins à gauche que l'autre.

    Pour les régions, la gauche est défavorisée dans le sens où elle fera surement moins bien.
    Mais, à un niveau micro, celui des élus, les élus départementaux ne sont pas "défavorisés" mais carrément baisés. Je continue à croire qu'ils s'en rendent compte et meneront en 2012 une campagne autrement plus crédible qu'en 2007. Ou alors ce sont des idiots.

    RépondreSupprimer
  18. Sarko assume son mauvais rôle de casseur de la France, tout en plaçant des gars, un peu partout. Même si il n'est plus là, en 2012, il continuera de faire des dégats, indirectement.

    Et justement, je le vois bien placer un autre candidat UMP que lui, pour la présidentielle, tant son second mandat est loin d'être acquis.

    Et dire qu'il continuera de nous faire ch... au Conseil Constitutionnel, tôt ou tard...

    RépondreSupprimer
  19. Au fait, quelle utopie le PS pourrait présenter, quelle nouvelle vision ?

    RépondreSupprimer
  20. Le Coucou,

    Si je le savais, je ne serais pas là...

    Désenfumage,

    Oui, rien ne me surprendrait...

    Benjii,

    Tes potes de 22 ans, peut-être... Pas les miens du double. Mais tes potes ont bien raison, je pense d'ailleurs comme eux !

    Pour ce qui concerne les élus locaux, ceux de droite ont à peu près autant à perdre... Ils ont même intérêt à ce que la gauche gagne au niveau national pour avoir de la chance de récupérer des postes au niveau local.

    Dominique,

    A personne en particulier... Tout peut arriver.

    RépondreSupprimer
  21. Pas lu les commentaires.
    Oui, je crois qu'il faut une part d'utopie et un programme clair présentés ensemble. C'est l'école Mitterrand qui reste quand même le dernier en date à avoir gagné la présidentielle !
    Mais il avait aussi rassemblé toute la gauche avant le 1er tour pour ce faire…
    :-))

    [La campagne médiatique "sécuritaire", destinée à faire monter le FN pour éliminer le PS dès le 1er tour, a commencé cette semaine grâce à Béatrice Schönberg, épouse Borloo. On va effectivement vers une redite de 2002… :-) ].

    RépondreSupprimer
  22. Si le FN monte, il va plutôt prendre des voix à l'UMP, je crois...

    RépondreSupprimer
  23. Nicolas : je ne suis pas convaincu. Sarkozy a siphonné les voix du FN et elles vont y retourner. Vont s'y ajouter la floppée de déçus du sarkozysme et donc de la politique…
    Enfin, on verra bien, nul ne prévoit l'avenir, c'est juste une projection !
    :-)

    RépondreSupprimer
  24. C'est un peu le sens de mon billet.

    RépondreSupprimer
  25. A ce stade, le 21 avril à l'endroit me semble plus crédible effectivement...

    RépondreSupprimer
  26. L'andouille vient de publier sur le même sujet à 9h trébuchante. Comme prévu !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.