17 novembre 2010

Nouvelles révélations dans l'affaire Karachi

Z’avez-vu, je fais dans le titre à sensation ! Il n’empêche que Charles Millon a confirmé, « l'existence de rétrocommissions versées jusqu'en 1995 en marge d'un contrat de vente au Pakistan de sous-marins français. »

Rappelons que « L’affaire […] est une affaire politico-financière qui concerne deux contrats d’armement signés en 1994. […] ces deux contrats sont soupçonnés d’avoir donné lieu à des rétro-commissions qui auraient financé la campagne d’Édouard Balladur à l’élection présidentielle de 1995. » Nicolas Sarkozy était directeur de campagne de Monsieur Balladur, alors Premier Ministre.

Et que « Entre novembre 1995 et mars-avril 1996, alors que Jacques Chirac est devenu président de la République, le Gouvernement ordonne la fin du versement des commissions […]. » Charles Million était Ministre de la Défense du gouvernement Juppé de 1995 à 1997.

Mais aussi que « Le 8 mai 2002, onze employés et sous traitant de la Direction des constructions navales et trois de leurs accompagnateurs pakistanais meurent dans un attentat. […] Au printemps 2002, alors que la justice enquêtait sur la piste islamiste, des agents de la DGSE se seraient chargées de « mesures de rétention » contre des militaires pakistanais. Le lien entre cet attentat et l’arrêt du versement des commissions demeure hypothétique[…]. »

De même que « En 2007, les juges antiterroristes Marc Trévidic et Yves Jannier vont reprendre l’affaire. Le 18 juin 2009, ils expliquent aux familles que la piste politico-financière est « cruellement logique ». Cette version est alors démentie par Edouard Balladur et qualifiée de « grotesque » par Nicolas Sarkozy. »

A force de pomper Wikipédia, je vais finir avec le Goncourt, moi !

10 commentaires:

  1. Mais, ce n'est pas toi qui écrit les articles de wikipédia ?
    :))

    RépondreSupprimer
  2. si Karachi avait été le fait de la gauche que n'aurions nous entendu!

    RépondreSupprimer
  3. Cette affaire, comme les autres qui concernent Sarkozy me fait penser au jeu du chat et la souris —sauf que c'est la souris qui essaie d'attraper le chat.

    RépondreSupprimer
  4. Mediapart a aussi établi un lien entre ces traffic d'argents et Clearstream !
    :-)

    RépondreSupprimer
  5. Le Coucou,

    Souris, vous êtes filmé.

    Poireau,

    Ouais, le puits sans fond.

    RépondreSupprimer
  6. Certes cette affaire pue !
    Mais si je peux me permettre Millon n'a pas confirmé "lexistence de retrocomissions..." Il a dit avoir l'intime conviction que des retrocomissions existaient. C'est pas tout a fait pareil. L'intime conviction n'est pas affirmation ni preuve...

    bonne journée

    RépondreSupprimer
  7. Corto,

    Je ne fais que citer une dépêche... Mais tu peux jouer à l'avocat...

    RépondreSupprimer
  8. corto74 : je lis Mediapart et je trouve que tu désinforme.
    Quand un ministre comme Millon dit au juge : "oui, j'ai mis fin aux versements des rétro-commissions", il est quand même plus loin que l'intime conviction !
    :-))

    [Nota : je cite d mémoire l'article de Mediapart : http://www.mediapart.fr/journal/international/171110/karachi-lintegralite-de-laudition-explosive-de-charles-millon-face-au-j ].

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...