09 novembre 2010

Mai 81 vous tend les bras

Nicolas Sarkozy n’est pas un Président comme l’a été ses prédécesseurs, notamment François Mitterrand et Jacques Chirac. Je suis un poil trop jeune pour réellement parler de leurs prédécesseurs.

On célèbre aujourd’hui les 40 ans de la mort de Gaulle et non les 70 ans comme le disais le JDD, ce matin. Je ne sais pas s’il faut vénérer le Général, lui rendre hommage ou le critiquer vertement (il n’était pas franchement gauchiste, le gaillard). C’est une autre époque et le monde a changé, la France a changé et l’esprit de la Constitution a changé mais ne nous affolons pas : en Grande Bretagne, ils réinventent le travail obligatoire.

On peut ainsi s’interroger sur la place d’un Président de la République mais la réflexion se heurte nécessairement aux incessantes une de la presse (illustration) mais aussi les propos de Dominique de Villepin : « Je dis que Nicolas Sarkozy est aujourd'hui un des problèmes de la France et parmi les principaux problèmes qu'il faut régler et qu'il est temps que la parenthèse politique que nous vivons depuis 2007 soit refermée ».

En gauche, on s’interroge, à l’instar de Yann. A droite, comme Corto, on est plutôt en colère. Pour qui se prend-il l’autre ? Tiens ! Je serais bien content d’avoir l’avis de FalconHill

Alors, pour initier cette chaîne, je vais donner le mien. Ne prenez pas de note, ça ne sert à rien. « Heu, je n’en ai rien à cirer, c’est leur problème, à droite, il n’empêche que je critique la politique de Nicolas Sarkozy depuis 3 ans et demi, dans ce blog, ça m’amuse beaucoup quand je vois la panique interne ».

Ce qui me fait le plus pitié c’est de voir ces élus de terrains, bien à droite, en rangs d’oignon pour défendre le Président de la République parce qu’il est le chef de la droite, parce que leurs investitures en dépendent. Pourtant, ils risquent fort bien de perdre le Sénat en 2011, de tout perdre lors des prochaines élections, y compris leurs circonscriptions, en 2012. Ils devraient se lâcher.

C’est pourquoi j’aime bien la deuxième partie du billet de Vallenain, où il propose un courrier que pourrait faire Dominique de Villepin à Corto qui défendait Nicolas Sarkozy (lien ci-dessus).

Nicolas Sarkozy a été élu. Son siège et donc ses prises de position sont légitimes. Mesdames, Messieurs, à droite, vous vous foutez de la gueule de la « pensée unique », à gauche. Vous ne vous rendez même pas compte que vous faites tous pareil, aujourd’hui, en vous rangeant derrière Nicolas Sarkozy.

L’unité vous a permis de gagner. Elle vous fera perdre.

La cote de popularité de Nicolas Sarkozy est au plus bas. Je ne sais pas si un Président de la République a déjà eu une cote aussi basse.

Il y a peut-être une raison. Cessez donc vos postures de principe.

En 2012, si la droite prend une baffe (ce qui n’est pas assuré), vous serez probablement contents de vous ranger derrière Dominique de Villepin qui sera le seul en mesure d’inventer une nouvelle droite, celle qui succèdera à celle de l’homme qui nous gouverne.

Celle qui rêvera d’une nouvelle grandeur pour la France. Celle qui vénérera de Gaulle.

Et encore, je ne suis pas Villepiniste. Dans le fond, je m’en fous, faites ce que vous voulez. Mais ne vous couvrez pas de ridicule, vous pourriez étouffer.

15 commentaires:

  1. de Gaulle outragé, de Gaulle martyrisé mais de Gaulle encensé... C'est vrai çà, c'est marrant, quand un mec de droite perd pied, il brandi de Gaulle. On pourrait proposer aux mecs de gauche de revisiter Mendès France. Je suis sûr que certains ne connaissent pas !
    Sinon, merci pour le lien.

    RépondreSupprimer
  2. Philippe,

    De rien ! Ouais, heureusement qu'ils ont de Gaulle pour le brandir...

    RépondreSupprimer
  3. Pour le GRANDIR ?
    Vous parlez du nabot-là, où je me trompe ?

    RépondreSupprimer
  4. Appeler le Président de la République "le nabot" n'aide pas vraiment au dossier. Laissons le rapetisser tout seul.

    RépondreSupprimer
  5. Villepin n'est en mesure de rien du tout, ni maintenant, ni plus tard, et votre conclusion ne tient pas la route une minute. Ce type va se désintégrer en vol, et avant 2012 à mon avis.

    RépondreSupprimer
  6. Didier,

    Ce n'est pas ce que je dis... Enfin si... Nul ne peut prévoir l'avenir mais je pense que si Nicolas Sarkozy se prend un bouillon (de type "pas au second tour" ce qui serait surprenant), tous ceux qui auront soutenu à fond Nicolas Sarkozy pendant ces cinq ans pourraient avoir l'air diablement bêtes...

    Et j'imagine que Villepin n'est pas fou. Il fait le con maintenant pour faire parler de lui mais fermera sa gueule jusqu'après les élections de 2012 (de toute manière, si Sarko les remporte, il est foutu). Sauf s'il gagne son procès, il serait alors mi 2011 le seul type de droite à avoir le vent en poupe (notamment auprès de jeunes sympathisants).

    RépondreSupprimer
  7. Puisque je suis cité, sale gauchiste de Nicolas, permet moi de répondre.
    D'abord, je ne me range pas derrière Sarko, il m arrive même de le critiquer et de rendre compte de ses conneries, Si, si !

    Je dis juste qu'il a été élu, il a donc un taf à faire jusque 2012. Si il est battu ce sera bien fait pour lui, il l'aura cherché un petit peu, tout de même.
    Le problème, par qui sera-t-il remplacé, à gauche ? A part eventuellement DSK, pas une personnalité qui est le 1/4 de la moitié de la carrure necessaire à la fonction. A droite ?, je ne sais pas. Mais certainement pas par Villepin, trop aveuglé qu'il est par sa haine. Il ne peut être élu car il est seul, un groupuscule de 3000 gugusses comme parti, c'est bien peu pour aller jusqu'au Chateau.
    Enfin, sa tirade de ce week end, purement démago: ratisser large. Le dernier a avoir jouer au jusqu'auboutiste de l'anti-sarkozysme primaire, c'est Bayrou, il s'en mord encore les doigts

    RépondreSupprimer
  8. Corto,

    Il y a à gauche beaucoup de personnalité qui ont au moins autant la carrure de Nicolas Sarkzoy pour la fonction (peut-être pas la volonté et l'énergie).

    Le problème n'est pas Villepin, le problème est toute la droite rangée derrière un Président et qui renie aux autres personnalités de droite le droit de le critiquer alors qu'il est critiquable.

    Bien-pensance ?

    RépondreSupprimer
  9. Non, Nicolas, en ce qui me concerne, tout le monde peut critiquer Sarko a condition de le faire avec intelligence et correction.
    Villepin, intelligent comme il est, parait-il, a de toutes autres capacités à le critiquer avec brio et résultats a la clé. Sa haine l'aveugle tellement qu'il en perd tte crédibilité.

    (en tt cas ma lettre fait mini-mini buzz, c'est rigolo )

    RépondreSupprimer
  10. Corto,

    C'est en faisant buzzer un peu tout que je conserve ma place de number one du bazar.

    Pour en revenir à Villepin, je te pose juste une question : et s'il avait raison, sur le fond ? Je ne parle pas du besoin qu'il a d'ouvrir sa gueule mais sur la manière dont est présidée la France...

    Je m'interroge par ailleurs (dans le billet) sur les conséquences des actions de Nicolas Sarkozy sur les élus locaux, les "petits militants" et autres. La perte du Sénat, si elle a lieu, sera emblématique d'un tas d'autres trucs. Par exemple, avec la réforme des collectivités territoriales (je ne parle pas de sa justification, c'est autre chose) provoquera la baisse du nombre d'élus (pas que UMP d'ailleurs, comme ça, ils pourront se monter le bourrichon entre eux).

    Je pense donc que c'est une erreur, de la part de beaucoup de dirigeants UMP de suivre aveuglément Nicolas Sarkozy.

    Tu parles de la haine de Villepin, je parle d'une espèce de crainte de la part des autres.

    Mais je ne sais pas si Villepin a de la haine, je sais juste qu'il fait une opération de communication politique.

    Il n'a aucune crédibilité à perdre, et c'est je pense l'erreur de ton analyse dans ton dernier commentaire. Il y a juste des centaines, voire des milliers de politiciens locaux qui vont se dire qu'il a raison. Sans compter le nombre de sympathisants excédés.

    RépondreSupprimer
  11. Nous verrons, mais cochon qui s'en dédie, s'il arrive a se présenter et a faire plus de 3%, je t'offre 3bieres, 4% , 4 binouzes, 5% 5 demis, etc...

    RépondreSupprimer
  12. Salut Nico. Je répondrai a ton invitation (mon avis n'est pas important pourtant) des mon retour d'Auvergne.

    Par contre je partage bien de ta vision du bouzin. Ta conclusion ammene a réfléchir je trouve. Je n'avais pas vu la question sous cet angle.
    Même si je pense que l'électeur de base, pas politisé pour un sou, n'est pas un mouton. Et ne se rangera pas plus demain vers quelqu'un qui n'est pas propriétaire de leur vote.

    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  13. Falcon,

    L'électeur est un veau, contrairement à ce que tu crois : un type qui a toujours voté à droite, votera à droite. Alors s'il trouve une alternative...

    Corto,

    Je n'ai pas dit qu'il se présenterait à l'élection presque au contraire : à mon avis, il attend l'échec. Par ailleurs, l'UMP a un socle d'électeur qui pourrait difficilement tomber à moins de 20 ou 25% des voix (ce qu'oublie parfois Nicolas Sarkozy en allant chercher des voix au FN, voix qu'il n'aura pas, de toute façon). Ca laisse assez peu de marge pour DDV, je suis d'accord avec toi : son pourcentage de voix ne serait pas fameux.

    RépondreSupprimer
  14. Déjà Chirac était assez loin de De Gaulle, alors Sarkozy…

    Dans ton appel aux élus de droite afin qu'ils quittent les rang d'oignons, tu oublies une chose essentielle : nous avons la droite la plus bête du monde. La preuve en ce moment ! :-))

    RépondreSupprimer
  15. Chirac, Villepin, Sarkozy trois "héritiers" du gaullisme selon eux. Mais qu'ont-ils réellement fait à part sans écarter ? Je développe cela dans mon dernier billet http://tourl.fr/vwy

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...