05 novembre 2010

Mangez des pommes (défiscalisées)

Christine Lagarde a signé un décret qui permettra d’acheter des fruits et légumes et des laitages avec des « tickets resto » ou autres « chèques restaurant » ce qui ravira probablement les producteurs de fruits et légumes et les vaches qui n’ont pas réfléchi. Ce décret permettra aussi aux blogueurs joufflus de crier leur détestation de ce genre de machin complètement stupide.

Reprenons-nous ! De quoi s’agit-il ? De permettre à des entreprises de filer quelques euros, chaque jour, à leurs employés, pour pouvoir bouffer à moindre frais afin qu’ils ne soient pas jaloux de salariés de grandes entreprises qui font profiter d’une cantine à leurs salariés.

Ca part d'un bon sentiment mais ça fait chier les commerçants qui vont attendre des jours avant de se faire rembourser par les sociétés qui éditent ces machins, qui font probablement une marge conséquente – on n’a rien sans rien, mais sur le dos des machins sociaux, ça me casse éternellement les claouis – et qui prennent une commission à ces pauvres commerçants qui sont obligés d’accepter ces machins sous peine de perdre des clients.

En résumé, c’est complètement con et il suffirait de faire un dispositif fiscal permettant aux employeurs de reverser entre 4 et 5 euros par jour à leurs salariés sans que l’URSAFF et le fisc leur tombe dessus. Ca serait beaucoup plus simple pour les commerçants, les employés et les salariés et ça éviterait de payer une commission à un intermédiaire. Sans compter l’impact sur l’environnement mais on ne va pas chinoiser, Hu Jintao traine dans le coin. Cela dit, on manquait un peu d’usines à gaz fiscales, dans notre pays.

Cela dit, je ne vois pas pourquoi on créerait une niche fiscale (ben ouais, les tickets resto correspondent à un revenu non déclaré) pour pouvoir bouffer quand on bosse. Tiens ! Quand je bosse, je suis « obligé » de mettre une cravate. Je propose que mon employeur me file des « chèques cravate ». Je suis obligé, également, de mettre un caleçon propre, en cas d’impondérable avec une cliente replète. Créons les « Tickets Calbutes ».

Ainsi, ne lui jetons pas la pierre, la pauvre, elle pourrait finir Première Ministresse, mais Christine Lagarde vient d’inventer une nouvelle niche fiscale : l’achat de fruits et légumes pendant la pause déjeuner sera dorénavant exonéré de charges sociales.

Amen.

Sans compter que ça fait environ 15236 ans que le Leclerc, à côté de chez moi, accepte les tickets restaurants pour régler les achats de nourriture. Et autre, d’ailleurs, la caissière n’ayant pas que ça à faire que de vérifier si tu n’as pas profité de tes courses du midi pour acheter une boite de savon.

J’imagine que les producteurs de fruits et légumes et ceux de lait sont contents. Les commerçants, moins. Les gens sont ébahis devant tant de gentillesse de la part de Madame Lagarde.

« "La grande nouveauté, c'est que toute la gamme des produits laitiers, sans aucune restriction, sera accessible: lait, yaourts, crèmes dessert, fromages blancs, à pâte dure ou à pâte molle...", a fait valoir Mme Lagarde. »

Ah ! Oui, c’est bien. Le Camembert et la Vache qui rit ! Tous réunis.

Bon, on ne va pas en faire un fromage, non plus…

33 commentaires:

  1. Tu crois qu'on peut payer la bière là où tu sais avec des tickets restaurants ?

    RépondreSupprimer
  2. Lorsque tu dis "blogueurs joufflus" tu penses à qui ?

    RépondreSupprimer
  3. En encore une mesure de communication !

    Comme tu dis la gestion des tickets restaurants est complèxe et compliquée, donc le commerçant n'a intérêt à les mettre en place que si ça correspond à une vraie demande de ses clients !

    Dans la restauration c'est légitime, dans le commerce de proximité ça l'est bcp moins !

    A moins qu'on veuille transformer le ticket restau en monnaie de substitution :D

    RépondreSupprimer
  4. FalconHill,

    Oui.

    Yann,

    Heu...

    Dada,

    Mais non, ça n'est même pas légitime. Ca a été inventé pour contourner un vrai problème (les salariés qui n'ont pas de cantine) mais c'est n'importe quoi...

    RépondreSupprimer
  5. Au passage, moi qui suit confronté au problème, il faut savoir qu'une partie du ticket resto "donné" par l'entreprise est ponctionnée directement sur le salaire!
    Ainsi je me retrouve tous les mois avec un carnet de 20*8,30€ que j'ai beaucoup de mal à dépenser, qui s'accumulent et que j'ai pourtant payé en partie de ma poche. Résultat des courses, je les refourgue à prix coutant à la fin de l'année. Super le système...

    RépondreSupprimer
  6. Tassin,

    On est d'accord : le système est crétin. Il faudrait limiter le ticket à la part employeur.

    RépondreSupprimer
  7. Le problème à la base est que les fruits et légumes sont devenus inabordable parce que les salaires ne suivent pas...

    RépondreSupprimer
  8. C'est beau, c'est grand et c'est habile. On montre aux producteurs de produits laitiers et fruits et légumes qu'on fait un p'tit quequ'chose pour eux, et on fait voir qu'on s'intéresse à l'hygiène de vie des travailleurs qu'on espère distraire de leurs rillettes-Heineken et autres saloperies cardiopathogènes. Il faudrait pousser plus loin, et donner des tickets exclusivement dédiés à l'achat de lait, de fruits et de fournitures scolaires, pour que les pauvres ne boivent pas tout.

    RépondreSupprimer
  9. Tout à fait d'accord ! Encore une illustration du "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué".

    Bon, la bière n'est pas un produit laitier... mais comme il parait que c'est bon pour les seins ça pourrait être inclus...

    RépondreSupprimer
  10. "mais comme il parait que c'est bon pour les seins "

    !!!!!!!
    Pour les femmes qui allaitent, oui, mais pour les seins ?

    (on veut une photo de Nicolas torse nu)

    RépondreSupprimer
  11. Ils devraient faire pareil pour les capotes : ça ferait plaisir à Act'Up.

    RépondreSupprimer
  12. @Monsieur Goux

    ça se mange pas !

    RépondreSupprimer
  13. Obligé de pondre un decret pour ça.
    Il y a 15 ans quand j'avais des TR, j'achetais déjà dans des magasins.

    RépondreSupprimer
  14. Stef,

    Ouais...

    Suzanne,

    Non. Je propose la création de chèques bistro pour sauver la viticulture.

    Polluxe,

    Yes, encore une usine à gaz...

    Suzanne,

    Non.

    Didier,

    Act'Up, ça sonne comme un produit laitier, non ?

    Dada,

    Ca dépend... Mais faut macher beaucoup.

    El Camino,

    Ouais...

    RépondreSupprimer
  15. @jegoun,

    excellent titre, le jour où le président chinois est reçu par l'ex-président français…
    tu vas néanmoins un poil vite en besogne en écrivant que Christin The Guard "a signé" : elle a dit qu'elle allait signer. j'attends de lire ce qui paraîtra au JO pour comprendre précisément quels cadeaux sont faits à qui, même si, bien entendu, je ne comprends pas qu'on puisse prendre la Vache qui rit™ (beurk) si on ne peut pas acheter la baguette pour faire passer le goût. Car il me semble que, à l'heure actuelle, ce qui est rayon "boulangerie" des magasins n'est officiellement pas accepté, non ? A moins que ce ne soit une interprétation restrictive du texte…

    @tassin,

    écoule-les à La Comète. A raison de un (ou deux) par tête et par KDB, je pense que tu devrais t'en sortir ;)

    Et le cidre, c'est considéré comme des pommes?

    RépondreSupprimer
  16. Fabien,

    Avant on pouvait faire ce qu'on veut ou presque, il y a eu des restrictions depuis mars, je crois et ce sont ces restrictions qui vont sauter en partie.

    Mais on s'en fout. Il faut retenir le côté usine à gaz et remettre les tickets resto à leur place : c'est du pognon.

    A une époque, j'avais des TR et j'avais conclu un accord avec le patron de la Comète : je lui filais mes TR en début de mois et il m'ouvrait un crédit, c'était plus simple pour lui (et je "payais" d'avance, ce qui est une façons de parler puisque lui mettait plusieurs semaines avant de toucher le pognon des TR).

    Bref...

    J'aurais pu utiliser les TR pour faire des courses mais je les utilisais pour acheter des bières ce qui est immoral (mais c'est le système qui est con) ce qui me permettait de conserver de l'argent liquide pour faire des courses chez Leclerc.

    Bref ! (bis) c'est du pognon.

    RépondreSupprimer
  17. "J'aurais pu utiliser les TR pour faire des courses mais je les utilisais pour acheter des bières"

    Edifiant. Honteux. Ah, il est beau le socialiste français.

    RépondreSupprimer
  18. J'ai honte, Suzanne ! Vous n'auriez pas quelques TR à me donner pour que je puisse noyer mon chagrin ?

    RépondreSupprimer
  19. @jegoun,

    c'est pas trop que tu utilisais tes TR pour boire des bières… tu les passais à l'avance au taûlier, il t'ouvrait un crédit dont tu faisais ce que TU voulais car IL fermait les yeux. C'est donc lui qui se débrouillait dans sa compta pour que tes titres correspondent à quelque chose, ce qu'il n'aurait pas pu faire s'il tenait un simple bistro, et non pas un bar-resto.

    je suis d'accord sur l'usine à gaz.

    en mars, contrairement aux rumeurs, il ne s'est rien passé : juste il y a eu une mise au point suite à des contrôles de la DégéConCon. Or il se trouve que la susdite Christin The Guard est la patronne des contrôleurs des fraudes et de la consommation… C'est donc à elle de dire qui a raison (houpa) dans l'interprétation des textes, et de faire les cadeaux qu'elle souhaite, puisque tel est le bon vouloir de notre bon mètre.

    RépondreSupprimer
  20. Fabien,

    C'est pareil, le taulier était un copain.

    RépondreSupprimer
  21. @Fabien,

    La France est peut-être le centre du monde (je viens de vérifier sur une carte mondiale), mais la comète n'est pas le centre de la France!

    Faudrait que je fasse 300km (dont 150 bourré) en vélo pour aller vous voir au KDB!

    RépondreSupprimer
  22. Il est pas beau mon virage "social" ?
    Hein?

    RépondreSupprimer
  23. J'ai pas de tickets resto. C'est con, j'aurais bien acheté du Boursin avec.

    RépondreSupprimer
  24. Coucou Nicolas..j'ai une recette de pommes sur mon blog !!!!En plus avec du fromage blanc...si, si c'est vrai..Pourtant on n'a pas discuté ensemble avant ????? Bon, je vais manger ma soupe et je reviens te lire..j'adore...

    RépondreSupprimer
  25. Tiens, ça me fait penser aux corons, je ne sais pas pourquoi.
    Dans les usines du Nord et à proximité des mines, le grand patronat, partant sans doute d'une bonne intention (qui en douterait) avait fait construire des rues entières de logements pour les pauvres ouvriers.
    Ça avait l'air cool de s'occuper ainsi du confort du petit personnel mais le côté pervers du truc c'est que s'il arrivait que tu sois licencié, tu perdais travail et logement par la même opération. Une belle manière de garder le calme dans les rangs.
    Les employeurs qui s'occupent de prendre en charge la bouffe (ou par exemple la mutuelle santé) du personnel ne sont-ils pas un peu dans cette même démarche ?
    Je me demande…
    :-))

    RépondreSupprimer
  26. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  27. Ele,

    Je vais aller voir ça.

    Poireau,

    Pas nécessairement et je ne crois pas qu'on puisse confondre cantine et logement. La cantine vient généralement d'un accord entre le patron et les représentants du personnel pour le bien de tous (ça ne fait pas de mal au patron et à l'employé que ce dernier mange correctement, plus rapidement et pour moins cher).

    RépondreSupprimer
  28. Nicolas : dans une logique paritaire, ça pourrait passer par les syndicats histoire de leur donner un peu un rôle positif dans l'entreprise ! :-)

    RépondreSupprimer
  29. Poireau,

    Quand je parle de représentants du personnel, je pense bien aussi aux syndicats mais dans des boites comme la mienne, ça se passe directement entre le patron et des volontaires parmi les employés, ce qui est beaucoup plus simple.

    RépondreSupprimer
  30. Ah ah, excellent post, suis morte de rire. Je me demande qui sont les sociétés qui éditent ces machins, comme tu dis.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...