06 août 2013

Jetons un voile sur la laïcité

En avril, la mission laïcité du Haut Conseil à l’Intégration a sorti un rapport préconisant l’interdiction du voile à l’université. Le Monde l’a révélé hier et il n’en faut pas plus pour faire jaser le microcosme !

A gauche, mon pote Cyril semble s’en amuser pour son billet de rentrée. Il note que c’est grotesque de sortir cela au milieu de l’été, ce en quoi je rajoute et au milieu du ramadan. Pourtant, faire de la voile en été est une activité très saine ! Bizarrement, moi qui suis totalement opposé à tous les signes de machins religieux, j’ai tendance à partager son avis : « comme à chaque fois que l'on parle neutralité religieuse, les premières visées sont les femmes musulmanes qui portent le voile. » Il nous rappelle, en outre, que les étudiantes sont des femmes adultes.

Elles auront d’ailleurs tout le loisir de se comparer avec les étudiantes qui ne portent pas de voile…

A droite, Pierre Parillo en fait un billet, aussi. Il en fait un long billet auquel je ne comprends pas grand-chose mais sa conclusion est très claire : « Aucune réaction du côté de la majorité ; personne pour s’indigner et crier au fascisme, tout en profitant au passage pour enchainer les Godwin ; non, rien de tout ça. Personne non plus pour nous servir ces traditionnels discours pleins de bons sentiments… Non aujourd’hui plus rien de tout ça n’existe. Sous la droite ce débat aurait été scandaleux. Sous la gauche il est légitime et le jour où la gauche repassera dans l’opposition, ce qui ne devrait plus trop tarder, ces thématiques redeviendront à nouveau taboues… »

Ca mériterait une réponse sévère mais nous sommes en été… Tout d’abord, je lui conseillerais de mettre ses idées préconçues dans sa poche avec son mouchoir par-dessus : la laïcité est aussi une valeur de gauche (mais pas que), historiquement défendue par la gauche. A droite, ils utilisent la laïcité surtout quand les catholiques ne sont pas en cause. Comme quoi, je peux avoir mes idées préconçues, aussi…

Ensuite, je lui rappelle que la loi sur l’interdiction des signes religieux à l’école, en 2004, a été largement votée par l’Assemblée, y compris les députés de gauche. Cette loi a été élaborée suite à un rapport d’une commission dirigée par Bernard Stasi, alors qu’il était médiateur de la République (poste supprimé par Nicolas Sarkozy) où il avait été nommé par un gouvernement de gauche. C’est un gars très bien. Même s’il est de droite… Un peu centriste quand même. Tiens ! C’est un type qui est devenu Français sur le tard, comme ce type qui porte plainte contre Bruno Goldnish.

Je lui rappelle également que c’est un député communiste, André Guérin, qui est à l’origine des travaux parlementaires ayant abouti à l’interdiction de la burqa…

Que lui rappeler encore ? Le Haut Conseil à l’Intégration a été mis en place par la gauche et est présidé maintenant par une personnalité de droite proche de Nicolas Sarkozy. Le rapport a été pondu par une « mission » qui n’est plus en fonction.

L’observatoire de la laïcité, quant à lui, a effectivement été créé par la droite, un peu avant l’élection de Nicolas Sarkozy. Ni Jacques Chirac ni Nicolas Sarkozy n’avaient nommé de membres. L’UMP ne s’est pas fait prié pour organiser des débats sur la laïcité entre 2007 et 2012 et a probablement perdu l’élection pour cela, incapable de mettre en place les outils qu’elle avait créés.

Du coup, il n’a été mis en place qu’en 2013, par François Hollande et Jean-Louis Borloo. Il est présidé par Jean-Louis Bianco. Nicolas Cadène est le secrétaire général (c’est un copain de réseau social…).

A ma connaissance (Google News est mon ami mais a des limites), une seule personnalité politique élue ne s’est exprimée sur ce rapport : Hervé Mariton, de l’UMP. Il s’est prononcé contre. Il a déclaré : « Oui à la laïcité et oui au respect des convictions des personnes, c'est un équilibre subtil, il est de notre responsabilité de le respecter. » Ce qui est très bien.

Jean-Louis Bianco a reçu le rapport en avril mais il ne devait pas être communiqué avant la fin d’une phrase des travaux, à la fin de l’année. Il a rappelé  que la mission n’est plus en activité et que la question du foulard à l’université n’est pas dans le plan de travail de l’observatoire de la laïcité.

Le président de la Conférence des présidents d’université note, quant à lui, qu’il n’y a aucune demande dans ce sens et qu’il n’y a pas d’aggravation des problèmes.

En fait, seul Dominique Baudis, « Défenseur des droits », estime que la loi de 2004 à propos des signes religieux à l’école doit être précisée.

Ainsi, ce rapport a fait un gros plouf ! Il n’y a bien qu’un blogueur de droite à regretter que les gens de gauche n’aient pas traité les auteurs de fascistes. A ce stade, en faire une base de combat droite gauche est grotesque et malsain surtout que la place de l’islam en France n’a pas fini de faire parler d’elle, on l’a encore vu récemment à Trappes.

« Sous la droite ce débat aurait été scandaleux. » Non, il n’aurait pas été scandaleux. Ce qu’il y a de scandaleux, c’est quand l’UMP courre derrière le Front National et multiplie les amalgames entre les religions, les pays d’origine sous prétexte d’un grand débat qui n’a rien à faire dans la vie politique française.

« Sous la gauche il est légitime » : non, le type de gauche qui préside la commission décidée par la droite mais mise en place par la gauche a dit que le débat n’était pas légitime.

« Et le jour où la gauche repassera dans l’opposition, ce qui ne devrait plus trop tarder, ces thématiques redeviendront à nouveau taboues… » Si l’UMP continue à être aussi bête, la droite risque bien de rester dans l’opposition. Les Français ne veulent plus de ces débats idiots : ils veulent des réponses concrètes à des phénomènes bien réels. Et ce n’est pas en interdisant le port du voile dans une fac qu’on empêchera le bordel dans les banlieues.

Il y a donc de la fermeté à avoir, ce qui est le boulot de Manuel Valls, mais aussi un travail d’apaisement à mener, c’est le job de Baudis mais il mérite de le perdre. Et c’est le job de Jean-Louis Bianco.

Il n’y a pas de tabou : il y a simplement un blogueur de droite qui voudrait lancer un débat sur le port du voile à l’université alors qu’il n’y a aucun débat à avoir. Les jeunes filles sont majeures et font ce qu’elles veulent.

Ce n’est pas en déclenchant une guerre qu’on a nécessairement la paix… Et ce n'est pas en faisant un amalgame entre cette UMP idiote et la droite en générale qu'on fait avancer les débats politiques...

21 commentaires:

  1. sans doute un militant qui pense que l'opposition consiste à s'opposer à tout tout le temps et si possible faire tomber le gouvernement sans en avoir l'air.Trop pressé et impatient de reprendre le pouvoir.

    David75

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah ! Aussi un blogueur qui ne prend pas le temps de se poser.

      Supprimer
  2. Le billet de Cyril est d'utilité publique, et j'ai vu les twits de NCadene !

    RépondreSupprimer
  3. Hier, j'étais à l'aéroport et j'ai vu passer une voiture avec dedans trois femmes portant voile. J'ai pensé à trois musulmanes. En regardant mieux les accessoires m'ont confirmé qu'il s'agissait de trois bonnes soeurs.
    On n'en parle pas de celles-là.
    Dans ce cas précis, il n'y a pas à en parler, ni de l'une ni de l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu... Il n'y à plus de bonne sœur. Par contre, une femme sur trois ou quatre est voilée dans mon quartier !

      Supprimer
    2. Celles-là portaient un voile (qui ressemble à un voile islamique) et avaient une croix. Il s'agissait bien de bonnes soeurs.
      Dans mon quartier, il y a aussi pas mal de voiles islamiques mais il y a aussi des copines à Mère Thérésa (entre autres).

      Supprimer
    3. Je confirme que les bonnes sœurs dans les cités et les universités françaises représentent un problème très préoccupant.

      (Et à part ça c'est la droite qui "multiplie les amalgames entre les religions"… Non mais qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre, des fois…)

      Supprimer
    4. Je confirme que Pierrot a raconté une connerie. Je lui explique : chez les cathos seuls les "professionnels" s'habillent en guignols (et ils sont de moins en moins nombreux) alors que dans d'autres religions c'est tous.

      Supprimer
    5. Les dernières bonnes sœurs que j'ai vu, c'était dans les films de Louis de Funès.

      Supprimer
    6. J'en ai vu récemment à Montparnasse.

      Supprimer
    7. Oh, les copains, sortez un peu de chez vous!!! Les guignols déguisés qu'on appelle aussi quelques fois "des femmes à couilles", c'est vrai qu'il n'y en a presque plus et c'est tant mieux, l'été, ils ont l'air plutôt débraillés et plutôt ragoutant d'aspect. (J'en ai un près de chez moi, deux même avec un vieux pope) mais pour les bonnes sœurs, il en reste aussi, des copines à Thérésa.
      Sur l'autoroute, il m'est arrivé même de croiser des moines en tenue de combat et au moment de la distribution de repas chauds aux sdf en hiver, on peut aussi rencontrer de ces bonnes soeurs.
      Il m'arrive aussi de voir des copines à Piedix, des intégristes. Dans la rue, c'est génial, on dirait qu'elles ont peur de se faire violer.
      Les bonnes sœurs aussi sont des "professionnelles"

      Supprimer
    8. Arrête de te justifier. Bien sur que les bonne sœurs sont des pros.

      C'est un peu comme les militaires, ils se mettent en costume pour le boulot.

      Les musulmanes qui ont un voile ne sont pas des pros.

      Supprimer
  4. Pour être enseignante universitaire et pour avoir été une actrice forte au sein de la Coordination Féministe Laïque, de 2002 à 2004, de l'élaboration et de l'adoption de la loi du 15 mars 2004,je ne suis pas d'accord du tout avec ton billet.
    Des forces très virulentes : les mêmes qui menacent nos ambassades sont à l'oeuvre dans les "quartiers", les universités "périphériques".
    Certes, le moment n'est pas venu d'ouvrir ce débat, mais il doit s'ouvrir. Nous pouvons nous appuyer sur un Arrêt du 29 juin 2004 de la Cour Européenne des Droits de l'Homme qui a rejeté le recours d'une étudiante voilée contre la Turquie.
    Hélas, la Turquie d'Erdogan n'est plus ce qu'elle était à l'époque où le port du voile islamique - on devrait dire "islamiste", tant il s'agit non de l'Islam, mais de l'Islam politique - était interdit à l'université en Turquie, premier pays oriental à avoir instauré la laïcité.
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas dit que j'étais contre mais que ce n'était pas le moment et pas la bonne démarche. Il faut jouer entre l'apaisement et la fermeté, ce qui est tout sauf simple.

      En outre, il faut aussi laisser les jeune filles de faire une idée par elles-mêmes.

      Supprimer
  5. Ce serait grave de jeter un voile sur la laïcité, car ce serait "Un voile sur la République" (titre du livre de mon amie Michèle VIANNES, Présidente de "Regards de Femmes" et auteure de plusieurs livres sur le sujet, notamment : "Un voile sur la République" et " Les Islamistes en manoeuvre"
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait surtout une grave erreur de relancer un débat. Il y à plus important maintenant comme les crèches. Avançons pas par pas. Écrire un livre sur la montée de l'islam est "facile".

      Supprimer
  6. "En outre, il faut aussi laisser les jeunes filles de faire une idée par elles-mêmes." Ce serait merveilleux qu'elles se libèrent, or je crois plutôt assister à une régression de leur part.

    Les facultés, les écoles publiques, tout lieu républicain (mairies, et autres services d'Etat…), ne sont ni églises, ni mosquées, ni synagogues. Aussi, pourquoi serait-il toléré, même partiellement, le port ostentatoire d'une tenue représentant la religion à laquelle appartient telle ou telle personne, d'autant que l'on interdit de noter celle-ci dans des documents officiels ?
    De plus, en ce siècle où les connaissances vont grandissantes, comment expliquer ce désir (ou obligation) dans un maintien physique, issu d'un autre temps, pour se montrer et se différencier, quand de plus en plus, on souhaite l'égalité entre tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu poses les questions à l'envers ! Tu demandes pourquoi tolérer, je demande pourquoi interdire.

      Quant à ta question finale, il me semble que tu as trop de certitudes.

      Supprimer
    2. "Aussi, pourquoi serait-il toléré, même partiellement, le port ostentatoire d'une tenue représentant la religion à laquelle appartient telle ou telle personne, d'autant que l'on interdit de noter celle-ci dans des documents officiels ? "
      A cause d'un léger détail qui semble vous avoir échappé : la liberté de culte.

      Supprimer
    3. La liberté de culte : il y a des lieux pour cela. Ces lieux qui demandent aux croyants ou non de les respecter en ayant une tenue conforme à leur règlement. Pourquoi n'en serait-il pas ou plus de même pour les lieux nommément républicains ?
      Cela dit, le débat concernant le foulard aujourd'hui, n'est qu'un os donné à ronger par certains médias, juste dans le but d'animer cette actualité plutôt morne de vacances et vendre leurs papiers.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.